Navigation – Plan du site

Devenir travailleur handicapé

Enjeux individuels, frontières institutionnelles
Becoming a disabled worker. Individual issues and institutional boundaries
Louis Bertrand, Vincent Caradec et Jean‑Sébastien Eideliman

Résumés

Cet article, fondé principalement sur une enquête de terrain mené dans deux Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), interroge la notion de handicap via la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH). La confrontation d’observations et d’entretiens avec les professionnels chargés d’étudier les dossiers et d’entretiens menés avec des demandeurs aboutit à mettre en lumière des décalages importants dans les manières de percevoir les enjeux et la notion de handicap elle‑même. Ainsi, les professionnels cherchent à consolider et à protéger le champ du handicap en surveillant particulièrement deux frontières qui séparent l’aptitude amoindrie au travail de ses marges : l’inaptitude d’une part, l’aptitude normale d’autre part. Les candidats au statut de travailleur handicapé, eux, ne sont paradoxalement pas forcément dans une recherche de reconnaissance d’un handicap. Les raisons de leurs démarches varient en fonction de leur position par rapport à l’emploi et dans leur parcours de vie. L’article analyse les effets sociaux de ces décalages, qui dépendent du milieu social mais aussi du contexte local. Pris dans la tension entre droit au travail et droit au non‑travail, le champ du handicap se révèle un bon angle d’attaque pour saisir plus largement les transformations contemporaines de la question sociale.

Becoming a disabled worker. Individual issues and institutional boundaries

This article, based primarily on fieldwork conducted in two Centres for disabled people (MDPH – Maisons départementales des personnes handicapées), questions the notion of disability through analyzing the granting of the status of disabled worker (RQTH – Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé). Comparing observations and interviews with decision‑makers and applicants highlights important shifts in ways of perceiving the issues of disability, and the concept itself. Thus, professionals seek to consolidate and protect the disability field with special attention to two boundaries: between diminished ability to work and inability, on the one hand, and between inability and normal ability, on the other. The applicants are paradoxically not necessarily looking for an acknowledgment of disability. The reasons for their request vary with their position to employment and their life course. The paper analyses the social effects of these shifts, which vary with social background, but also with local context. Caught in the tension between the right to work and the right to non‑work, the field of disability reveals itself as a good gate to capture wider contemporary transformations of social issues.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Introduction
Franchir le pas. Entre demande de reconnaissance et recherche de protection
Un guichet parmi d’autres
Des configurations de recours très diverses
Dire l’indicible
Un bouclier pour tenir
Un droit au non-travail
Une occasion de reconversion
Un atout pour l’entreprise
Des rapports au dossier socialement clivés
Tenter sa chance ou ne rien laisser au hasard
Un parcours éprouvant
Répondre aux demandes, tenir les frontières
Entre injonction et droit au non‑travail
« Vrais » et « faux » handicapés
Conjoncture nationale et contextes locaux
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Depuis la loi du 11 février 2005, les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), conçues par le législateur comme des « guichets uniques », sont chargées de recueillir l’ensemble des demandes relatives au handicap et d’attribuer éventuellement allocations, cartes, taux d’incapacité ou orientations vers des dispositifs ou des structures spécialisés. Les procédures ont été revues de manière à les rendre à la fois plus collégiales et plus personnalisées (Vidal‑Naquet, 2009), sur un modèle que plusieurs auteurs ont décrit comme relevant d’une logique de magistratures sociales (Bertrand, Caradec & Eideliman, 2012 ; Bureau, Rist, Lima & Trombert, 2013), au sein desquelles le pouvoir de décision est partagé entre expertises médicale, administrative et associative. Derrière le guichet unique – qui doit conduire les demandes jusqu’à un organe décisionnel lui aussi unique : la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) –, fonctionnent ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Bertrand, Vincent Caradec et Jean‑Sébastien Eideliman, « Devenir travailleur handicapé », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 5 |  2014, mis en ligne le 27 août 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2147

Haut de page

Auteurs

Jean‑Sébastien Eideliman

jean‑sebastien.eideliman@univ‑lille3.fr
Maître de conférences en sociologie – Université Lille 3 – Laboratoire CeRIES – Domaine Universitaire du Pont de Bois – rue du Barreau – BP 60149 – 59653 Villeneuve d’Ascq Cedex

Louis Bertrand

louis.bertrand@univ‑lille3.fr
Post‑doctorant en sociologie – Université Lille 3 – Laboratoire CeRIES – Domaine Universitaire du Pont de Bois – rue du Barreau – BP 60149 – 59653 Villeneuve d’Ascq Cedex

Vincent Caradec

vincent.caradec@univ‑lille3.fr
Professeur de sociologie – Université Lille 3 – Laboratoire CeRIES – Domaine Universitaire du Pont de Bois – rue du Barreau – BP 60149 – 59653 Villeneuve d’Ascq Cedex

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page