Navigation – Plan du site

Tu seras une personne, mon enfant !

La citoyenneté pour les « nouveaux libres » des Antilles françaises après 1848
You Will Be a Human Being, My Kid! Citizenship according to the ex-slaves of the French Caribbean after the second abolition of slavery (1848)
Silyane Larcher

Résumés

Après l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises des Antilles en 1848, les usages que les esclaves émancipés, aussi appelés par l’administration « nouveaux libres » ou « nouveaux citoyens », firent de leurs tout premiers droits civils font apparaître une dimension à la fois sociale et éthique de la citoyenneté. D’abord et avant tout au fondement du lien social, celle-ci fut un statut permettant à la fois de protéger l’individu et ses enfants, et d’inscrire l’identité de tous les membres du groupe familial dans le tissu social de manière pérenne et stable. À ce titre, la citoyenneté fut le support de la reconnaissance de l’existence civile et sociale des individus en tant qu’ils sont essentiellement porteurs de droits, c’est-à-dire en tant que personne humaine placée sous la protection des lois.

You Will Be a Human Being, My Kid! Citizenship according to the ex-slaves of the French Caribbean after the second abolition of slavery (1848)

After the abolition of slavery in the French Caribbean (1848), enfranchised slaves, also named « new freed » or « new citizens », by using their very first new rights of citizens showed that citizenship had for them a social, but also an ethical content. First at the foundations of the social link, citizenship was a status providing protection to the individuals and to their descents so that the identity of all members of the family was sustainably grounded in the social body. In this sense, citizenship stood as the spring of the recognition of the social and civil existence of the individuals, who were considered by essence as the holders of substantial rights. In other words, citizenship implied that human dignity was to be protected by the laws.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

La portée sociale du droit : avoir des droits quand on en a été privé
Questionner le rapport élémentaire aux droits : le choix d’une source
La fabrique d’une identité civile après l’esclavage
Droits civils et famille : transmission et éthique de la personne au principe de la sociabilité civile
Le droit comme ressource : le mariage civil, forme de subjectivation collective et source de protection de la filiation
L’économie morale du mariage : l’historicité ancienne d’une quête de protection des liens de filiation
Conclusion

Aperçu du début du texte

« Nulle notion n’est plus au cœur de la politique que la notion de citoyenneté et aucune n’est plus susceptible de varier au cours de l’histoire ou d’être contestée dans ses fondements théoriques », écrit la philosophe et politiste Judith Shklar dans un essai d’histoire conceptuelle qu’elle consacre à la citoyenneté américaine. En rappelant le caractère éminemment construit de la citoyenneté ainsi que sa relativité historique et nationale – tant elle recouvre des contenus différents selon les traditions politiques nationales et les contextes linguistiques –, l’auteure invite à problématiser une notion cardinale du vocabulaire politique qui est généralement abordée de manière normative, voire sous le sceau de l’évidence. Cette idée selon laquelle la citoyenneté ne serait pas une notion stable ni fermée, sorte d’idée pure, fait d’ailleurs l’objet d’investigations grandissantes parmi les politistes, les sociologues et les anthropologues du politique confrontés à des sociétés contempora...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silyane Larcher, « Tu seras une personne, mon enfant ! », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 5 |  2014, mis en ligne le 27 août 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2139

Haut de page

Auteur

Silyane Larcher

slarcher@ehess.fr
Politiste, docteure de l’EHESS en Etudes politiques, membre associée au laboratoire IIAC-TRAM (CNRS-EHESS) - 19 Résidence Saint-François, Châteauboeuf, 97200 Fort-de-France (Martinique)

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page