Navigation – Plan du site

Apprendre un métier qui ne s’apprend pas. Carrières dans les organisations de jeunesse des partis

Learning a craft that can’t be learned. Careers within party youth organizations
Lucie Bargel

Résumés

Au croisement des recherches sur le recrutement du personnel politique et de celles sur la socialisation, l’article analyse le processus d’incorporation des savoirs, savoir-faire et savoir-être qui forment le métier politique, chez les membres du Mouvement des jeunes socialistes et des Jeunes populaires. L’enquête ethnographique permet de saisir les carrières des enquêtés dans leurs dimensions objectives et subjectives, et leur socialisation politique en tant que processus progressif et réversible, modelé par une incitation et une sélection conjointes de la part des plus anciens. L’analyse de la socialisation au métier politique en train de se faire, en pratique et tacitement, permet alors d’entrer dans la « boîte noire » de la compétence politique professionnelle et du « sens pratique » propre au champ politique.

Learning a craft that can’t be learned. Careers within party youth organizations

At the crossing of research on political recruitment and socialization, this article analyses the process of the incorporation of the skills and know-how required of political staff among the members of the Mouvement des jeunes socialistes and the Jeunes populaires (UMP). Fieldwork enables to apprehend both the objective and subjective dimensions of these careers, and to underline their progressiveness and reversibility, as well as their shaping by the incitation and selection of the oldest members. Analyzing socialization to a political profession while it occurs - in practice and tacitly - enables thus to enter the “black box” of professional political competence and of the “practical sense” specific to the political field.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

La socialisation au métier politique en train de se faire
Prendre goût aux activités politiques
Être incité à apprécier la routine des réunions politiques
Se convertir aux activités de terrain
Se retrouver dans un sous‑groupe
Les sous‑groupes informels des Jeunes populaires : être « proche de »
Être parrainé
Collaborer avec les « aînés »
Des légitimations concurrentes
Les sous‑groupes organisés du MJS : les courants
Être initié
Faire ses preuves de loyauté
Donner un sens à la poursuite de l’engagement
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le fort niveau de sélection et de spécialisation du personnel politique constitue un acquis central de la sociologie politique. D’une part, des études quantitatives montrent la persistante sur‑sélection sociale, sexuée, racialisée, professionnelle des élus, parlementaires en particulier, en France comme ailleurs (Dogan, 1967 ; Gaxie, 1980 ; Lovenduski & Norris, 1995 ; Best & Cotta, 2000 ; Achin, 2005). Mais on la connaît surtout en tant que résultat, et moins les logiques qui la rendent possible : cet article propose de déplacer le regard vers les processus à l’œuvre dans la sélection du personnel politique. Envisager les « entrées en politique » (Politix, 1996) bien avant la première candidature à une élection est central pour comprendre, par exemple, les difficultés à tenir le rôle rencontrées par les élus dont l’accès au mandat a été atypique, comme c’est le cas des femmes élues avec la parité, que les têtes de liste sont allées chercher hors des partis politiques (Achin, Bargel,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Bargel, « Apprendre un métier qui ne s’apprend pas. Carrières dans les organisations de jeunesse des partis », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 5 |  2014, mis en ligne le 27 août 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2125

Haut de page

Auteur

Lucie Bargel

bargel@unice.frMaîtresse de conférences – Science politique – Université de Nice – CESSP – Faculté de droit et de science politique – Avenue Trotabas – 06050 Nice Cedex 01

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page