Navigation – Plan du site

Élites françaises et construction du « problème musulman »

Le cas du Haut Conseil à l’intégration (1989-2012)
French elites and the construction of the “Muslim Problem”. The case of the High Council for Integration (1989-2012)
Julien Beaugé et Abdellali Hajjat

Résumés

Depuis le début des années 1980, l’espace public français est marqué par la construction d’un « problème musulman », qui est devenu une véritable évidence sociale parmi les « élites ». Cet article analyse la construction de cette évidence en faisant la sociologie du Haut Conseil à l’intégration (HCI), dont les membres appartiennent aux multiples fractions des « élites » (politiques, universitaires, hauts fonctionnaires, intellectuels, journalistes, militants, etc.) et qui constitue un « lieu neutre » ayant permis l’universalisation du « problème musulman ». Nous faisons l’hypothèse d’une hétéronomie généralisée, qui favorise l’action d’agents multipositionnés parvenant à transformer et à faire circuler l’idée d’un « problème musulman » dans plusieurs espaces sociaux. En analysant les étapes des problématisations de l’islam par le HCI entre 1989 et 2012, nous montrons que cette hétéronomie participe à une redéfinition du « problème musulman » en termes « médiatiques » et que le travail de mobilisation contre le « problème musulman » provoque la transformation de la norme laïque (émergence d’un « champ de la laïcité ») et de l’institution (de la « commission des sages » au « think tank gouvernemental »).

French elites and the construction of the “Muslim Problem”. The case of the High Council for Integration (1989-2012)

Since the early 1980s, the French public sphere has been marked by the construction of a “Muslim problem”, which has become a social evidence among the elite. This article analyzes the construction of this evidence through a sociology of the High Council for Integration (HCI), whose members belong to multiple elite fractions (politicians, academics, high civil servants, intellec­tuals, journalists, activists, etc.) and which constitutes a “neutral place” that allowed for the universalization of the “Muslim problem”. We assume a generalized he­teronomy that promotes the action of multi‑positioned agents reaching to transform and circulate the idea of ​​a “Muslim problem” in several social spaces. By analy­zing the stages of problematisation of Islam by the HCI between 1989 and 2012, we show that this heteronomy involved a redefinition of the “Muslim problem” through media terms and that the work of mobilization against the “Muslim problem” provoked a transformation of the secular standard (emergence of a “field of secula­rism”) and institution (from “Committee of Wise Men” to “government think tank”).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

L’islam pose problème, mais l’intégration est en marche (1989‑2002)
La première affaire du foulard et la création du HCI : un problème public reconnu
L’islam et les musulmans en France : exclusion et intégration
Pour un « islam de France » : les conditions juridiques et culturelles de l’intégration
Le spectre de l’intégrisme : les contradictions de la posture du HCI et le retour de la question du hijab à l’école
Naissance d’un « champ de la laïcité »
« Le pluriel d’anecdotes est preuve » : influence du témoignage édifiant et disqualification des sciences sociales
L’intégration comme injonction
Redéfinition de la norme laïque
Des « Sages » au « think tank gouvernemental » : émergence d’un « champ de la laïcité »
« Il n’existe pas de laïcité sans discipline » : extension du domaine de la lutte laïque
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis le début des années 1980, l’espace public français est marqué par la construction d’un « problème musulman », qui est devenu une véritable évidence sociale pour les « élites » françaises (Deltombe, 2005). En prenant appui sur le cadre théorique proposé par la sociologie des problèmes publics (Gusfield, 2009), nous partons du principe que tout fait social n’est pas en soi un problème public et qu’il le devient dès lors que sont réunies, au travers d’un processus social complexe, les trois conditions de possibilité d’une croyance collective en l’existence d’un problème : condition de connaissance (sélection et interprétation des faits problématiques), condition de norme (norme à partir de laquelle le fait pose problème) et condition de mobilisation (action collective d’acteurs sociaux pour imposer l’idée qu’il existe un problème) (Dubois, 2009).

Compte tenu des lacunes de la littérature existante sur la question – notamment l’insuffisante analyse interne des discours médiatiques...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Beaugé et Abdellali Hajjat, « Élites françaises et construction du « problème musulman » », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 5 |  2014, mis en ligne le 12 mai 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2109

Haut de page

Auteurs

Julien Beaugé

j.beauge@yahoo.fr
Docteur en science politique – Université Picardie Jules Verne – CURAPP‑ESS (UMR 7319) – Faculté de Droit et de Science Politique – Pôle Universitaire Cathédrale – 10 Placette Lafleur – BP 2719 – 80 027 Amiens Cedex 1

Abdellali Hajjat

ahajjat@u‑paris10.fr
Maître de conférences en science politique – Université Paris‑Ouest Nanterre – Institut des sciences sociales du politique (UMR 7220) UFR Droit et science politique – 200 avenue de la République 92001 Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page