Navigation – Plan du site

Entrer dans l’élite

À propos de Jules Naudet, Entrer dans l’élite. Parcours de réussite en France, aux États‑Unis et en Inde (Puf, 2012)
Hugo Bréant
Référence(s) :

Jules Naudet, Entrer dans l’élite. Parcours de réussite en France, aux États‑Unis et en Inde, Paris, Puf, « Le Lien Social », 2012, 315 p.

Texte intégral

Entrer dans l’élite

1Dans un contexte économique et social qui pousse plutôt à mettre en avant le déclassement, les expériences ratées de mobilité ou les obstacles à l’ascension sociale, pour ne pas dire les « pannes de l’ascenseur social », le sociologue Jules Naudet prend le parti inverse, celui d’interroger des parcours de réussite. Sa thèse, soutenue en 2010 et publiée ici par les Presses Universitaires de France, porte ainsi sur les individus qui ont connu une ascension sociale importante et qui sont parvenus à intégrer l’élite de leur pays.

2Ces ouvriers devenus ingénieurs, ces agriculteurs devenus professeurs, tous ces transfuges sociaux peuplent l’imaginaire français, notamment littéraire. Les autobiographies ou auto‑analyses d’Annie Ernaux, tout au long de son œuvre, ou de Didier Eribon, notamment dans Retour à Reims, mettent en avant les ruptures, le sentiment de culpabilité, la trahison, qui marquent les parcours de ceux qui parviennent à s’extraire de la classe ouvrière. Franchir les frontières de classe y est vécu comme une douleur permanente. Le cas d’Antoine Bloyé, le personnage de Paul Nizan, est emblématique. Il obtient une bourse d’études pendant la IIIe République, travaille, monte en grade dans la Compagnie des chemins de fer, devient ingénieur, commence à gagner de l’argent, se marie à une bourgeoise de la ville, achète une maison dans un quartier qui, sans être huppé, se distingue nettement des quartiers ouvriers, envoie son fils faire des études. Seulement Antoine Bloyé est fils d’un ouvrier. Par sa réussite, il a trahi son milieu d’origine. Il est devenu un petit bourgeois, marginal auprès de la bourgeoisie, infidèle aux yeux de ses anciens amis ouvriers. Bloyé se retrouve isolé, désespéré et meurt loin de la fraternité ouvrière qui l’avait vu naître.

  • 1 . Regard de sociologue éloigné de la sociologie clinique de Vincent de Gaulejac, un des auteurs pou (...)

3Pourtant, ces réussites sont régulièrement relayées par les médias, sous le mode du parcours exemplaire. Parti de rien, parvenu au sommet. Nul doute que la figure du self made man nourrit encore les fantasmes collectifs et suscite beaucoup d’envies. La mobilité sociale ascendante reste perçue comme une quête universelle, un horizon désirable. Par son enquête, Jules Naudet permet de faire le point, avec un regard de sociologue, sur ces visions idéalisées, ces tiraillements moraux et ces douleurs psychologiques1.

4D’après l’auteur, lorsque les sociologues se sont emparés de ce sujet, ils se sont opposés sur la question des coûts et des bénéfices de la mobilité sociale. Pour les uns, les individus qui connaissent une forte ascension sociale peuvent jouir de ses effets s’ils s’adaptent au nouveau groupe qu’ils intègrent. Jouant la carte du légitimisme, ils produisent un discours fondé sur la méritocratie, mettant en scène les épreuves qu’il a fallu traverser pour en arriver là. Dès lors, ils restent conformes à l’image de leur nouveau groupe social et incarnent parfaitement l’hypothèse d’une forte acculturation. Au contraire, d’autres auteurs ont plutôt analysé cette mobilité comme un déracinement. La rupture avec les solidarités passées est vue par les acteurs comme une séparation sociale et morale, une infidélité, une traîtrise. Comme le montraient Émile Durkheim ou Pitirim Sorokin, la mobilité sociale favoriserait en ce sens des troubles identitaires très déstabilisants pour l’individu.

5Jules Naudet cherche à s’extraire de cette opposition entre une mobilité douloureuse ou vertueuse. D’après lui, l’ascension sociale ne peut avoir d’effet unique sur les individus, mais ne met en jeu que des conséquences ambivalentes. Il propose donc de s’en tenir à un point d’accord minimal entre ces deux positions : celle de l’existence d’un écart entre milieu d’origine et d’arrivée. L’individu, soumis à des socialisations variées et parfois contradictoires, peut ressentir une potentielle tension, qu’il cherche à réduire. Il faut perpétuellement arriver à être soi tout en sachant que l’on est désormais différent. Il faut à la fois essayer de ne pas rompre avec ses origines, tout en s’adaptant à son nouveau groupe d’appartenance. Le transfuge social vit dans un entre‑deux permanent mais essaye, au mieux, de faire tenir ensemble les deux pôles de son parcours.

6Les individus en réussite dont il est question dans cette étude sont parvenus à intégrer trois milieux particuliers : la haute fonction publique, l’Université et le secteur privé (cadres supérieurs ou ingénieurs). Par leur formation, leur culture, leurs succès professionnels, ils font partie des fractions élitistes de la population alors qu’ils venaient de milieux modestes, c’est‑à‑dire de milieux éloignés de ceux d’arrivée, où les habitus sont différents, dans lesquels les capitaux culturels et économiques sont moins disponibles et moins reconnus et qui ne leur offraient a priori que peu de chances d’accéder à leur position actuelle.

7Dans ce livre, l’étude ne s’appuie pas sur une enquête quantitative qui chercherait à mettre en lumière les rouages de la mobilité sociale. D’après l’auteur, ces enquêtes, lorsqu’elles sont menées, ne parviennent d’ailleurs que très peu à montrer si la mobilité est ascendante ou descendante et quelles catégories sont les cibles les plus courantes de ces mobilités. Le centre de l’analyse réside dans le récit des individus, dans sa capacité à créer de la cohérence, à recréer de la continuité dans les parcours de vie. L’auteur n’est pas dupe face à « l’illusion biographique » (P. Bourdieu), mais il cherche au contraire à utiliser ces « identités narratives » (P. Ricoeur) pour comprendre comment l’individu perçoit et se perçoit au sein des structures sociales objectives, comment il ressent et raconte son expérience et sa réussite.

8Renouvelant la problématique, l’approche et les méthodes sur le sujet, Jules Naudet se fixe un autre défi, celui d’analyser de manière comparative trois cas nationaux jugés a priori très différents dans leur rapport à la mobilité sociale. L’auteur se propose donc d’écarter les « comparaisons de sens commun » (B. Ferron) qui font des États‑Unis, de la France et de l’Inde, trois pays dont les mécanismes de la mobilité sociale seraient incomparables. En effet, les États‑Unis seraient le symbole d’une société ouverte, encourageant la mobilité. L’Inde, en revanche, par son organisation sociale basée sur le système de castes serait une société très fermée. La stratification sociale française serait quant à elle très marquée par le poids des classes sociales, et la France serait ainsi partagée entre un élan égalitariste et une distinction jugée nécessaire. Mais Jules Naudet refuse l’idée d’une culture nationale qui déterminerait de manière mécanique la mobilité sociale dans chaque pays. Il montre d’ailleurs très bien au début de l’ouvrage comment ces trois idéaux‑types ne se retrouvent pas dans les enquêtes comparatives quantitatives sur les mobilités intergénérationnelles. Par exemple, difficile de prouver par les chiffres que la société étasunienne est plus propice à la mobilité. Il envisage plutôt que la nécessité de réduire les tensions liées à l’ascension sociale existe dans les trois cas, même de manière différenciée. Ceci dit, il reste pleinement attentif dans son analyse aux spécificités dans les manières de concevoir la réussite ou la stratification sociale dans ces trois pays. Les concepts et les processus sociaux qu’ils décrivent sont toujours contextualisés et historicisés.

9Solidement appuyé sur un terrain riche, une enquête qualitative menée dans les trois pays entre 2004 et 2009 qui lui a permis de recueillir 160 entretiens, et sur une bibliographie dense qui mobilise à la fois la littérature sur les mobilités sociales et sur les hiérarchies sociales (classes sociales, système de castes, statut social), l’ouvrage propose d’ailleurs d’analyser les trois pays séparément avant de chercher des régularités, ou plutôt des conclusions à tirer de leur mise en commun.

10Schématiquement, en Inde, la mobilité sociale est avant tout collective, et non individuelle. Une forte pression sociale et morale insiste sur la « dette » que les individus qui ont réussi auraient vis‑à‑vis de leur milieu d’origine (« paying back to society »). Sans que les intérêts personnels soient absents, c’est une fidélité au groupe et une forte solidarité mise en pratique qui est présentée dans les récits de soi. L’illégitimité potentiellement ressentie dans le groupe d’arrivée semble compensée par l’utilité dans le milieu d’origine. La mobilité sociale ne semble alors pas brouiller les identités et les appartenances.

11Aux États‑Unis, les récits ont mis en avant une banalisation de la compétition sociale, un fort ancrage du « rêve américain » à travers les générations et la réussite comme une donnée qui va de soi dans une méritocratie parfaite. Milieu d’origine et milieu d’arrivée semblent alors parfaitement réconciliables. Si la société est hiérarchisée, cette structure est présentée comme fluide et la mobilité sociale comme ne favorisant pas de véritables transformations de soi. Dès lors, la fidélité au groupe d’origine, moins prégnante, est plutôt présentée sous l’angle d’un maintien des valeurs familiales et morales d’origine, sans que des liens concrets soient nécessairement présents. Toutefois, ces références ne sont pas uniformes, et les interviewés afro‑américains, par exemple, prennent plus leurs distances par rapport à ce discours.

12En France, au contraire, milieux d’origine et d’arrivée sont présentés comme profondément antagonistes et les récits de mobilité décrivent des frontières sociales très rigides. Les expériences d’ascension sociale favorisent le sentiment d’une double absence ou en tous les cas d’une prise de distance avec le milieu d’origine. Le poids de l’institution scolaire, et notamment des grandes écoles, dans l’accès à l’élite semble particulièrement déterminant dans le cas français.

13Mais si les stratégies narratives des enquêtés puisent dans des registres nationaux, elles dépendent également de socialisations particulières, des espaces sociaux traversés et des modalités d’entrée dans l’élite. Cette comparaison permet à Jules Naudet d’éclairer les contrastes et les limites de son analyse. Pour mêler ces spécificités nationales dans les façons de se raconter et les spécificités des trajectoires individuelles de réussite, l’auteur propose d’utiliser le concept d’idéologie instituée. D’après l’auteur, cette dernière « renvoie au degré de congruence des idéologies, au sens de Clifford Geertz, au sein du pays, de la famille, du milieu professionnel, des établissements scolaires et universités fréquentés, de la génération, de la classe d’origine, du quartier et éventuellement de la caste ou du groupe minoritaire auquel on appartient. Plus l’idéologie dominante au niveau de l’un de ces segments sociaux est également dominante aux autres niveaux, plus il est facile pour l’individu en mobilité de déployer un récit insistant sur l’idée d’une permanence à soi‑même (…) plus celui‑ci considérera que cette idéologie va de soi et lui suffit à comprendre le monde et la place qu’il y occupe » (p. 263).

  • 2 . L’auteur abordant son ancrage sur le terrain simplement sous l’angle des modalités de constitutio (...)

14Même si l’on aurait parfois aimé en savoir un peu plus sur les manières dont Jules Naudet a lui‑même réussi à franchir les barrières élitistes dans son propre terrain2, ce livre, par sa rigueur méthodologique et l’originalité de son approche, n’en permet pas moins d’analyser de manière dense et très fine les voies de la mobilité ascendante et les registres narratifs utilisés pour la raconter et la justifier dans trois pays. Il offre par ailleurs un très bon exemple des usages que l’on peut faire des récits individuels comme modalité principale d’entrée sur un terrain.

Haut de page

Notes

1 . Regard de sociologue éloigné de la sociologie clinique de Vincent de Gaulejac, un des auteurs pourtant régulièrement mobilisés par Jules Naudet, qui se proposait d’étudier les « névroses de classe ».

2 . L’auteur abordant son ancrage sur le terrain simplement sous l’angle des modalités de constitution des trois échantillons et de leurs biais éventuels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugo Bréant, « Entrer dans l’élite », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 février 2014, consulté le 25 juin 2016. URL : http://sociologie.revues.org/2084

Haut de page

Auteur

Hugo Bréant

Hugo.Breant@malix.univ‑paris1.fr
Doctorant (science politique – CESSP – Paris 1 Panthéon‑Sorbonne) et ATER (science politique – IRISSO – Paris Dauphine) - 14 rue Cujas – 75005 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page