Navigation – Plan du site
Comment les docteurs deviennent-ils directeurs de thèse ?

Annexes électroniques de l'article « comment les docteurs deviennent-ils directeurs de thèse ? »

Olivier Godechot et Alexandra Louvet

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Annexe 1. Qualité des données

1La comparaison avec les données statistiques du Ministère de l’Éducation Nationale semble plutôt de bon augure (Graphique A1). Le nombre de thèses recensées est très proche dans les deux sources. L’écart absolu moyen entre les deux sources entre 1981 et 2000 est faible : 6%. En outre, il y a généralement plus de thèses recensées dans notre source que dans les données du ministère, ce qui suggère que la sous-évaluation n’est pas massive dans nos données. Nos données sont en revanche très mauvaises pour les années 2001 et 2002, en raison du retard d’enregistrement des thèses dans la base et très probablement de l’arrêt de la production de cette source.

Graphique A1 : Nombre de thèses soutenues en France d’après DOCTHESE et le Ministère de l’Éducation Nationale

Graphique A1 : Nombre de thèses soutenues en France d’après DOCTHESE et le Ministère de l’Éducation Nationale

Lecture : en 1997, on compte 10 447 doctorats en sciences et sciences humaines d’après la source DOCTHESE et 10 238 d’après le ministère. Sources ministères : Repères et références statistiques, Ministère de l’Éducation Nationale, de 1984 à 2007 et L’éducation nationale en chiffre, 1983.

Graphique A2 : Nombre de thèses soutenues en France d’après DOCTHESE en fonction du type de doctorat

Graphique A2 : Nombre de thèses soutenues en France d’après DOCTHESE en fonction du type de doctorat

2Cette cohérence des deux séries doit peut-être au fait qu’elles reposent fondamentalement sur la même source, la transmission administrative des thèses soutenues par les universités aux services centraux, laquelle pourrait sous-estimer le nombre de thèses soutenues en France. Que peut-on dire de cette possible sous-estimation des thèses recensées ?

3Dans le cadre d’un autre travail, l’ensemble des thèses soutenues dans un établissement français, l’EHESS, a été recensé entre 1960 et 2005. Sur cet ensemble, aucune des thèses soutenues avant 1968 n’a été retrouvée dans DOCTHESE, 8% de celles soutenues entre 1968 et 1970, 74% de celles soutenues entre 1971 et 1979, 96% de celles soutenues entre 1980 et 1999 et 28% de celles soutenues entre 2000 et 2002. De même, parallèlement à ce travail, nous avons des données sur les doctorats des candidats à un poste de maître assistant ou de directeur d’études à l’EHESS. Parmi les doctorats de ces candidats soutenus en France, on retrouve alors dans DOCTHESE 15% des doctorats soutenus entre 1968 et 1970, 73% des doctorats soutenus entre 1971 et 1979, 85% des doctorats soutenus entre 1980 et 1999 et 38 % des doctorats soutenus entre 2000 et 2002.

  • 1 La sous-estimation semble notamment porter sur les doctorats d’État.

4Même si le biais de sous-estimation peut différer selon les institutions universitaires (dont les procédures d’enregistrement peuvent être plus ou moins fiables) et selon les disciplines, ces différentes indications suggèrent que nos données, à défaut d’être exhaustives, sont quasi-exhaustives sur la période 1972-2000. La sous-estimation du nombre de doctorats pourrait être de l’ordre de 5 à 10% pour les années 1980-2000 et de 20 à 30% pour les années 19701.

Annexe 2. Processus d’identification des docteurs et des directeurs

Identification des directeurs

5Notre programme comporte au préalable de nombreuses opérations de standardisation des noms et des prénoms. Les prénoms abrégés sont rallongés. Les initiales sont remplacées par des prénoms, lorsqu’il n’y a pas d’ambigüités, c’est-à-dire lorsqu’il n’existe qu’un seul prénom disponible dans la base pour ce nom de famille. De même les prénoms absents sont remplacés, lorsqu’il n’existe qu’un seul prénom pour ce nom-là respectivement par discipline et par université. Enfin, pour limiter le biais selon le genre, il a paru important d’essayer de suivre les directrices qui changent de nom. Aussi lorsque deux (au plus) personnes au sein de la même discipline (respectivement de la même université) ont à la fois le même premier nom (ou le même deuxième nom) et le même prénom, le deuxième nom est alors attribué à la personne qui n’en avait qu’un : ce type de standardisation permet de « rajouter » le deuxième nom Augé à Françoise Héritier et facilite l’identification de « Françoise Héritier » et « Françoise Héritier-Augé » comme la même personne.

6Ces opérations préalables restent des opérations de standardisation des patronymes et ne sont pas des opérations d’identification proprement dites. L’identification repose sur l’algorithme suivant : les directeurs ayant le même nom, le même prénom et faisant soutenir une thèse dans la même discipline sont le même directeur ; les directeurs ayant le même nom, le même prénom et faisant soutenir une thèse dans la même université sont aussi le même directeur. L’algorithme converge rapidement et permet de suivre potentiellement tant les mobilités disciplinaires d’un individu que ces mobilités géographiques, sous réserve que ces deux mobilités ne se fassent pas simultanément.

  • 2 Cf. Gershteyn Y., 2000, “Use of SPEDIS Function in Finding Specific Values” in: Proceedings of the (...)

7Enfin pour corriger les fautes de frappe éventuelles, on procède à un dernier appariement. Par université d’abord, puis par discipline, on compare les patronymes ayant en commun les quatre premières lettres du nom et du prénom (puis les quatre dernières), et l’on considère que deux personnes sont identiques si la distance orthographique mesurée par la fonction SPEDIS de SAS est inférieure à 152 (Winchester, 1970 ; Gershteyn, 2000). Ce seuil, relativement faible permet de corriger des petites fautes d’orthographe comme des doubles consonnes : « André Piatier » (économiste à l’EHESS) est écrit tantôt avec un, tantôt avec deux t. La procédure utilisée permet de l’identifier comme la même personne. Même si, au final, on ne peut faire la part entre les corrections d’erreur et les erreurs de correction, des observations sur des patronymes connus suggèrent que la part des erreurs de correction semble plutôt faible.

8Nous identifions au final 35 564 directeurs différents. 14 546 directeurs, soit 41% des directeurs identifiés, n’apparaissent qu’une seule fois. En revanche quelques directeurs dirigent un très grand nombre de thèses. Robert Badouin, économiste à Montpellier 1, en dirige 250, Louis-Vincent Thomas, professeur de sociologie à Paris 05, 245. La distribution des directions de thèse suit une loi de puissance (Graphique A3) comme de nombreux phénomènes académiques et relationnels (Merton, 1968, Barabási et Albert, 1999). Le modèle simple proposé par Barabási et Albert selon lequel la probabilité de connexion à un vertex (ici un directeur de thèse) est proportionnelle au nombre de personnes qui lui sont déjà connectées pourrait rendre compte de ce type de distribution.

Graphique A3. Distribution du nombre de thèses dirigées

Graphique A3. Distribution du nombre de thèses dirigées

L’identification des docteurs

9L’identification des docteurs est moins lourde et moins complexe dans la mesure où le nombre de thèses que l’on soutient au cours de sa carrière est limité. Il arrive toutefois qu’un même individu soutienne plusieurs thèses. Ainsi, avant la réforme de 1984, les docteurs de troisième cycle qui s’orientaient vers le professorat devaient réaliser une thèse d’État. Même après ces dates, il arrive que des docteurs soutiennent deux thèses, généralement dans des disciplines proches. Aussi faut-il établir des règles pour identifier correctement ces docteurs multithèses.

10On a considéré que deux docteurs étaient la même personne s’ils avaient le même nom (ou au moins le premier ou le second nom en commun), le même prénom, s’ils soutenaient des thèses de nature différente (troisièmes cycles, État, nouveau régime) dans la même discipline, ou s’ils soutenaient des thèses (quelle que soit la nature) dans des disciplines voisines – le voisinage étant défini par les mobilités disciplinaires surreprésentées des directeurs – ou encore s’ils soutenaient dans la même université à des dates proches.

11Au final, on dénombre 205 630 docteurs : 198 000 avec une seule thèse, 7200 avec deux thèses et 65 avec 3.

L’appariement docteurs - directeurs

12Lesquels de ces 205 630 docteurs deviennent l’un des 35 564 directeurs de thèse ? L’importance du problème d’homonymie d’une part et d’hétérogénéité des graphies patronymiques d’autre part invite à établir des règles d’appariement docteurs-directeurs à la fois prudentes et souples. Le principe de ces appariements est que si un directeur et un docteur ont le même nom, le même prénom, qu’ils sont dans la même discipline et que la première direction du premier est postérieure à la première thèse du second, on a alors affaire à la même personne. Des appariements successifs sont ensuite effectués pour assouplir la notion d’identité du nom (pour permettre l’accolement du nom du conjoint chez les femmes et autoriser des fautes de frappe) ou la notion de similitude de la discipline – on étend alors aux disciplines connexes, définies par les mobilités disciplinaires des directeurs surreprésentées (tableau A1).

Tableau A1 : Nombre d’appariements docteurs-directeur de thèse selon la clé d’appariement retenue.

Clés de fusion

Nombre d’appariements

1. Même nom, même prénom, même discipline

9156

2. Même nom 1, même prénom, même discipline

523

3. Nom 1 dir. = Nom 2 doc., même prénom, même discipline

42

4. Nom 2 dir = Nom 1 doc., même prénom, même discipline

87

5. Même nom 1, même prénom, discipline connexe

1937

6. Nom 1 dir = Nom 2 doc., même prénom, discipline connexe

7

7. Nom 2 dir = Nom 1 doc., même prénom, discipline connexe

30

8. Même nom, même initiale, même discipline (si au moins un des 2 prénoms est une initiale)

1444

9. Nom, discipline (au moins un des deux prénoms est manquant)

79

10. Même quatre premières lettres du nom et distance orthographique des noms <15, même quatre premières lettres du prénom et distance orthographique des prénoms<15, même prénom, même discipline

159

11. Même quatre dernières lettres du nom et distance orthographique des noms <15, même quatre dernières lettres du prénom et distance orthographique des prénoms<15, même discipline

67

Lecture : on identifie 9156 de docteurs distincts devenant directeurs en se fondant sur l’identité de nom, de prénom et de discipline.

13En revanche pour effectuer ces identifications, nous ne nous sommes pas servis de l’appartenance universitaire. En effet, dès lors que notre recherche prenait pour objet la mobilité institutionnelle et en particulier la question du localisme, l’utilisation de l’appartenance universitaire dans les procédures d’identification des transitions docteur-directeur aurait contribué à biaiser la mesure.

14Au total, 13 531 docteurs distincts sont retrouvés dans notre base comme directeur quelques années plus tard. On ne peut prétendre à l’exactitude. Il est fort probable qu’une petite partie de ces identifications soit erronée et repose sur des phénomènes d’homonymie. De même certaines trajectoires n’ont pas été identifiées en raison de l’instabilité patronymique (on pense en particulier aux femmes qui changent complètement de nom entre le doctorat et la direction de thèse). Toutefois, le parti de ce travail est que ces 13 531 identifications sont une mesure, certes bruitée, mais globalement représentative des trajectoires dans le monde académique.

Annexe 3 : Composition de notre corpus en 26 disciplines

Tableau A2 : Nombre d’appariements docteurs-directeur de thèse selon la clé d’appariement retenue.

Discipline

Effectif

Part des hommes

1. Art et archéologie ; Cinéma ; Théâtre ; Musicologie

2 682

54,3%

2. Droit

8 183

70,6%

3. Ethnologie ; Sciences des religions

1 760

64,3%

4. Études langues et civilisations

6 887

54,1%

5. Géographie

4 243

72,3%

6. Gestion

2 313

77,5%

7. Histoire

6 010

65,7%

8. Linguistique

4 201

55,3%

9. Littérature

5 272

52,3%

10. Philosophie

3 027

71,7%

11. Psychologie

3 633

54,8%

12. STAPS

48

73,8%

13. Science politique

1 686

75,7%

14. Sciences de l’éducation

1 876

59,9%

15. Sciences économiques

7 337

77,5%

16. Sciences de l’information et de la communication

689

64,6%

17. Sociologie

3 996

68,2%

18. Biologie

13 493

54,4%

19. Chimie

5 385

62,9%

20. Mathématiques

2 309

76,2%

21. Sciences médicales

2 334

56,9%

22. Sciences pharmaceutiques

934

52,9%

23. Physique

9 484

77,3%

24. Sciences de l'ingénieur

12 841

75,3%

25. Informatique

4 465

77,7%

26. Terre, Océan, Géologie

3 911

71,4%

Note de lecture : Les statistiques sont calculées sur les 118 999 docteurs ayant soutenu une thèse de doctorat entre 1972 et 1996 en SHS (disciplines 1 à 17) et entre 1986 et 1996 en Sciences (18 à 26).

Annexe 4 : Attribution d’une probabilité d’appartenance sexuelle à partir des prénoms mixtes

15Pour traiter les prénoms mixtes nous procédons ainsi : nous attribuons d’abord une année de naissance aux individus en considérant qu’ils ont lors de leur première apparition 26 ans, si c’est comme docteur de troisième cycle, 36 ans si c’est comme docteur d’État, 29 ans comme docteur nouveau régime et de 45 ans comme directeur de thèse. On calcule alors dans le Fichier des prénoms (ou à défaut dans l’enquête Emploi), le taux de masculinité des personnes portant le prénom nées entre cinq ans avant et cinq ans après l’année de naissance cible. On affecte ensuite ce taux à nos docteurs et nos directeurs. Ainsi, d’après le fichier des prénoms, les « Camille » nés aux alentours de 1950 sont à 70% des hommes. Aussi on affectera à un « Camille » apparaissant en 1976 comme docteur de troisième cycle une probabilité d’être un homme de 70%.

16Le taux de féminisation des docteurs (première apparition) est de 34%. Il passe ainsi de 29% en 1972 à 42% en 2000, chiffres qui sont pour les dernières années très proches de ceux que l’on trouve dans le Rapport sur les études doctorales. Celui des directeurs (première apparition) est de 17% en moyenne. Il passe de 6 à 20% de 1972 à 1985 (SHS uniquement) et de 10% en 1986 à 23% en 2000 (toutes disciplines). Si l’on compte en termes de directions (chaque direction d’un même directeur étant comptée pour un), le caractère masculin de la direction de thèse est plus marqué encore avec 12% de taux de féminisation des directions et un taux de féminisation passant de 10% en 1986 à 17% en 2000.

Annexe 5 : Discussion de la sous-identification possible des femmes

  • 3 Ainsi en 2002, 2,9% des maîtres de conférences recrutés avaient obtenu un doctorat à l’étranger. Il (...)

17Il existe plusieurs raisons, d’intensité potentiellement différentes chez les hommes et les femmes, qui peuvent expliquer le fait que l’on ne retrouve pas le doctorat d’une part importante de directeurs. Le doctorat peut avoir été soutenu avant 1972, date à partir de laquelle les thèses sont recensées de manière quasi-exhaustive, ou plus exceptionnellement être manquant. Il peut avoir été soutenu à l’étranger (même si cela reste rare)3. Enfin il est possible de devenir directeur de thèse sans avoir soi-même une thèse, soit en obtenant directement l’habilitation à diriger des recherches après 1984, soit en étant promu à un poste comme directeur de recherches dans un EPST ou directeur d’études à l’EHESS ou l’EPHE, poste qui ne nécessite pas formellement la possession d’une thèse de doctorat. Il est possible que nos procédures d’appariement, trop strictes manquent certaines trajectoires docteurs-directeurs et enfin peut-être surestimons-nous aussi le nombre total de directeurs (du fait d’hypothèses trop restrictives sur l’identification de ceux-ci). De ces différents facteurs, on peut certes imaginer que certains contribuent à la sous-identification apparente des hommes. Nous n’avons toutefois guère de signe tangible de sous-identification massive des femmes.

Annexe 6 : Graphique complémentaire au graphique 1

Graphique A4 : Fonctions de distribution cumulative représentant les docteurs devenant directeurs en fonction du temps écoulé après la soutenance de doctorat, de la discipline et du type de doctorat.

Graphique A4 : Fonctions de distribution cumulative représentant les docteurs devenant directeurs en fonction du temps écoulé après la soutenance de doctorat, de la discipline et du type de doctorat.

Annexe 7 : Présentation du modèle de Cox.

18Le modèle de Cox s’écrit sous la forme suivante : hi(t) = h0(t) . exp(β1.xi1 + ... +βk.xik), où xik représente la valeur de la variable explicative k pour l’individu i, βk le paramètre estimé de cette variable et h0(t) une fonction de hasard de base non définie. Cette dernière peut s’interpréter comme le risque de connaître l’événement pour un individu abstrait de référence dont toutes les caractéristiques individuelles xik seraient nulles au moment t. Dans ce modèle, le rapport de chances hi(t)/hj(t) de connaître l’événement considéré pour deux individus i et j,qui diffèrent d’une seule caractéristique xk, ne dépend pas du temps t mais seulement du rapport exp(βk.xik)/exp(βk.xjk).

Annexe 8. Estimation des paramètres disciplinaires et des paramètres d’année

Tableau A2 : détail sur les effets fixes discipline et année de soutenance

Variables et modalités

Moyennes et écarts-types des variables

Paramètres du modèle de Cox

  

Discipline (référence : mathématiques)

Linguistique

0,035

(0,18)

-0,43

(0,11)

---

Physique

0,08

(0,27)

-0,51

(0,09)

---

Biologie

0,11

(0,32)

-0,59

(0,087)

---

Sociologie

0,034

(0,18)

-0,62

(0,11)

---

Études langues et civilisations

0,058

(0,23)

-0,64

(0,1)

---

Art et archéologie| cinéma| théâtre| musicologie

0,023

(0,15)

-0,69

(0,12)

---

Sciences de l'ingénieur

0,11

(0,31)

-0,69

(0,09)

---

Sciences pharmaceutiques

0,0079

(0,088)

-0,74

(0,19)

---

Littérature

0,044

(0,21)

-0,77

(0,11)

---

Sciences de l'éducation

0,016

(0,12)

-0,78

(0,14)

---

Géographie

0,036

(0,19)

-0,78

(0,11)

---

Histoire

0,051

(0,22)

-0,82

(0,1)

---

Gestion

0,019

(0,14)

-0,82

(0,12)

---

Ethnologie-sciences des religions

0,015

(0,12)

-0,86

(0,13)

---

Philosophie

0,025

(0,16)

-0,98

(0,12)

---

Terre, océan, géologie

0,033

(0,18)

-1,01

(0,11)

---

Chimie

0,045

(0,21)

-1,05

(0,11)

---

Économie

0,062

(0,24)

-1,31

(0,1)

---

Sciences information et communication

0,0058

(0,076)

-1,43

(0,29)

---

Science politique

0,014

(0,12)

-1,64

(0,15)

---

Droit

0,069

(0,25)

-1,82

(0,1)

---

Année : (référence : 1976)

1972

0,0097

(0,098)

2,67

(0,21)

+++

1973

0,01

(0,1)

2,82

(0,21)

+++

1974

0,013

(0,11)

2,54

(0,21)

+++

1975

0,018

(0,13)

2,31

(0,2)

+++

1976

0,017

(0,13)

2,42

(0,2)

+++

1977

0,02

(0,14)

2,31

(0,2)

+++

1978

0,022

(0,15)

2,45

(0,2)

+++

1979

0,027

(0,16)

2,16

(0,2)

+++

1980

0,028

(0,16)

2,18

(0,2)

+++

1981

0,03

(0,17)

2,18

(0,2)

+++

1982

0,026

(0,16)

2,11

(0,2)

+++

1983

0,029

(0,17)

1,99

(0,2)

+++

1984

0,027

(0,16)

1,96

(0,21)

+++

1985

0,024

(0,15)

1,93

(0,21)

+++

1986

0,048

(0,21)

1,82

(0,19)

+++

1987

0,064

(0,25)

1,83

(0,19)

+++

1988

0,054

(0,23)

1,61

(0,19)

+++

1989

0,053

(0,22)

1,98

(0,19)

+++

1990

0,056

(0,23)

1,97

(0,18)

+++

1991

0,06

(0,24)

1,7

(0,19)

+++

1992

0,066

(0,25)

1,54

(0,19)

+++

1993

0,071

(0,26)

1,21

(0,19)

+++

1994

0,078

(0,27)

0,74

(0,2)

+++

1995

0,073

(0,26)

0,4

(0,22)

+

Note de lecture : Voir tableau 3.

Annexe 9 : Exemples de réseaux de mobilité des directeurs dans différentes disciplines

Graphique A5 : Réseau des mobilités de directeurs entre départements de sociologie (1989)

Graphique A5 : Réseau des mobilités de directeurs entre départements de sociologie (1989)

Note de lecture : Cf. Graphique 2.

Graphique A6 : Réseau des mobilités de directeurs entre départements de mathématiques (1989)

Graphique A6 : Réseau des mobilités de directeurs entre départements de mathématiques (1989)

Graphique A7 : Réseau des mobilités de directeurs entre départements d’histoire (1989)

Graphique A7 : Réseau des mobilités de directeurs entre départements d’histoire (1989)

Annexe 10 : Exemples de réseaux de mobilité des directeurs à différentes dates

Graphique A8 : Réseau des mobilités de directeurs entre départements d’informatique à deux dates, 1989 et 1992

Graphique A8 : Réseau des mobilités de directeurs entre départements d’informatique à deux dates, 1989 et 1992

19La comparaison des graphiques aux deux dates permet d’illustrer la logique des effets fixes. Certaines universités en informatique semblent placer leurs docteurs plus en raison de leur place structurelle dans le réseau comme par exemple Paris 6 ou Paris 11. Dans ce cas, on peut se demander si la place centrale d’un département n’est pas une conséquence plutôt qu’une cause de sa qualité. La logique des effets fixes par département consiste à considérer que la qualité du département est fixe sur la période et que ce sont les variations des connexions d’un département seulement qui informent sur l’effet propre des contacts. Par exemple en 1989, Compiègne, n’était pas connecté et aucun de ces docteurs n’est devenu directeur de thèse. En 1992, le même département est connecté à Lille 1 et à Paris 7 et l’un de ses docteurs trouve un poste. On trouvera dans le graphe à la fois des exemples qui comme celui de Compiègne corroborent notre hypothèse et d’autres qui vont en sens inverse (par exemple Besançon). C’est pourquoi il importe d’utiliser une procédure statistique qui mesure le phénomène sur l’ensemble des données disponibles.

Annexe 11 : Examen des effets du monopole d’accès

Tableau A4 : Effet du monopole d’accès aux départements disponibles

  

Modèle I bis

Modèle III bis

1/ Nombre de contacts du directeur

0,068 (0,026)

++

0,072 (0,027)

+

2/ Nombre de contacts du département

0,016 (0,005)

++

0,017 (0,008)

++

3/ Nombre de contacts disponibles du département, affiliation exclusive

0,097 (0,031)

++

0,061 (0,034)

+

4/ Nombre de contacts disponibles du département, affiliation non exclusive

0,026 (0,030)

0,027 (0,033)

Note de lecture : Les modèles I bis et III bis reprennent les modèles I et III du tableau 5. La variable contacts disponibles est décomposée en deux en fonction de l’exclusivité de l’affiliation.

20Le tableau A4 approfondit nos résultats en précisant lesquels des contacts disponibles marchent le mieux. Nous différencions ces derniers selon qu’ils sont des contacts exclusifs ou non du département de soutenance. Les contacts exclusifs ont une probabilité plus forte de s’activer, dans la mesure où ils n’ont ni leurs candidats, ni ceux d’autres départements à appuyer. Sur le graphique 2, par exemple, c’est le cas d’Aix-Marseille 1 vis-vis de Nice. Les contacts non exclusifs peuvent choisir de soutenir les candidats d’un département concurrent avec lesquels ils entretiennent aussi des liens. La régression montre bien que ce sont les contacts exclusifs qui ont l’impact le plus fort et le plus significatif. Les seconds apportent certes un plus par rapport à un département encombré, mais ce différentiel, bien moindre, n’est pas significatif. Or, d’un point de vue d’analyse de réseau, les départements à affiliation exclusive sont des extrémités, peu connectées et peu puissantes. Ils ont très peu de chance de révéler une dimension inobservée de la qualité du département avec lequel ils entretiennent des liens. En revanche, alors qu’ils n’ont pas leurs propres docteurs à défendre et qu’ils ne sont pas sollicités par d’autres, ils peuvent se mobiliser pour aider leurs alliés à trouver un poste.

Annexe 12 : Réseau de mobilité des directeurs de thèse et réseau de recrutement

Graphique A9 : Réseau des mobilités de directeurs entre départements d’informatique et réseau de recrutement

Graphique A9 : Réseau des mobilités de directeurs entre départements d’informatique et réseau de recrutement

Note de lecture : Cf. Graphique 2. On a ajouté en rouge le réseau représentant les flux de recrutement, c’est-à-dire la mobilité entre le doctorat et la première direction de thèse.

21Dans la cinquième partie de l’article, il ne s’agit plus seulement de modéliser la réussite – le temps pour devenir directeur de thèse – mais de modéliser l’université dans laquelle on le devient. Le graphique A9 représente à la fois les mobilités des directeurs en informatique en 1989 mais aussi les mobilités docteurs-directeurs des docteurs de 1989. Dans un certain nombre de cas, on constate une coïncidence entre les premières et les secondes. Par exemple, Paris 11 et Grenoble 1 échangent un directeur de thèse en 1989 (ou peu avant – puisqu’on additionne les mobilités de directeur sur quatre ans). Un docteur de Paris 11 devient directeur de thèse à Grenoble 1. De même entre Paris 11 et Paris 6, ou entre Grenoble 1 et l’INP Grenoble, on constate une coïncidence similaire. En même temps, de nombreux flux de recrutement ont lieu en dehors des contacts formés par les mobilités de directeur de thèse (par exemple entre Paris 7 et Nantes). Peut-on dire que les mobilités des docteurs suivent celles des directeurs ? C’est le cas si les coïncidences entre les deux réseaux sont surreprésentées par rapport aux cas de déconnexion. Il est difficile de se prononcer sur la base de la lecture d’un graphique. L’objet du traitement statistique est justement de permettre une telle mesure.

Haut de page

Notes

1 La sous-estimation semble notamment porter sur les doctorats d’État.

2 Cf. Gershteyn Y., 2000, “Use of SPEDIS Function in Finding Specific Values” in: Proceedings of the Twenty-Fifth Annual SAS® Users Group International Conference, Cary, NC: SAS Institute Inc., 86-88 ; Winchester I., 1970, “The Linkage of Historical Records by Man and Computer: Techniques and Problems”, Journal of Interdisciplinary History, 1, 1, 107-124.

3 Ainsi en 2002, 2,9% des maîtres de conférences recrutés avaient obtenu un doctorat à l’étranger. Il est probable que cette proportion était moindre avant cette date. Cf. DPE A6, Étude sur l’origine des enseignants chercheurs recrutés lors de la rentrée universitaire 2002, p. 9, février 2003, Ministère de l’Éducation Nationale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique A1 : Nombre de thèses soutenues en France d’après DOCTHESE et le Ministère de l’Éducation Nationale
Légende Lecture : en 1997, on compte 10 447 doctorats en sciences et sciences humaines d’après la source DOCTHESE et 10 238 d’après le ministère. Sources ministères : Repères et références statistiques, Ministère de l’Éducation Nationale, de 1984 à 2007 et L’éducation nationale en chiffre, 1983.
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/205/img-1.png
Fichier image/png, 40k
Titre Graphique A2 : Nombre de thèses soutenues en France d’après DOCTHESE en fonction du type de doctorat
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/205/img-2.png
Fichier image/png, 37k
Titre Graphique A3. Distribution du nombre de thèses dirigées
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/205/img-3.png
Fichier image/png, 27k
Titre Graphique A4 : Fonctions de distribution cumulative représentant les docteurs devenant directeurs en fonction du temps écoulé après la soutenance de doctorat, de la discipline et du type de doctorat.
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/205/img-4.png
Fichier image/png, 41k
Titre Graphique A5 : Réseau des mobilités de directeurs entre départements de sociologie (1989)
Légende Note de lecture : Cf. Graphique 2.
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/205/img-5.png
Fichier image/png, 35k
Titre Graphique A6 : Réseau des mobilités de directeurs entre départements de mathématiques (1989)
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/205/img-6.png
Fichier image/png, 85k
Titre Graphique A7 : Réseau des mobilités de directeurs entre départements d’histoire (1989)
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/205/img-7.png
Fichier image/png, 120k
Titre Graphique A8 : Réseau des mobilités de directeurs entre départements d’informatique à deux dates, 1989 et 1992
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/205/img-8.png
Fichier image/png, 83k
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/205/img-9.png
Fichier image/png, 106k
Titre Graphique A9 : Réseau des mobilités de directeurs entre départements d’informatique et réseau de recrutement
Légende Note de lecture : Cf. Graphique 2. On a ajouté en rouge le réseau représentant les flux de recrutement, c’est-à-dire la mobilité entre le doctorat et la première direction de thèse.
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/205/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 799k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Godechot et Alexandra Louvet, « Annexes électroniques de l'article « comment les docteurs deviennent-ils directeurs de thèse ? » », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 1 |  2010, mis en ligne le 28 avril 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/205

Haut de page

Auteurs

Olivier Godechot

Centre Maurice Halbwachs, CNRS-ENS-EHESS. Laboratoire de sociologie quantitative, CREST-INSEE

Articles du même auteur

Alexandra Louvet

Laboratoire de sociologie quantitative, CREST-INSEE. Centre Maurice Halbwachs, CNRS-ENS-EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page