Navigation – Plan du site
La quête de l’autonomie littéraire en contexte autoritaire

Annexe 4 : des écrivains et écrivaines désislamisés

Abir Kréfa

Texte intégral

1Ces extraits d’entretiens montrent que les écrivains et écrivaines interviewés sont, indépendamment de leurs langues d’écriture et de leur place dans les rapports de genre, largement désislamisés : ils se définissent ainsi comme athées, agnostiques ou déistes. Certains recourent au registre de l’ironie pour décrire leurs rapports objectifs et subjectifs aux croyances et pratiques religieuses. S’ils sont parfois nés dans des familles « pieuses » ou « traditionnelles », ils soulignent la prise de distance, à partir de leur adolescence, avec les pratiques de leurs proches. Bien qu’aucun enquêté n’en ait formulé l’exigence, il nous a semblé important, afin de protéger l’intimité et la sécurité des écrivaines et écrivains, de les anonymiser dans ces extraits.

Extraits d’entretiens

Extrait 1

2« Et juste une dernière question, tu es croyante, pratiquante ou… ?

3[Rires] oui, mais de manière… de manière rationnelle [‘aqlâniyya], tu vois, au sens où… croyante au sens où je crois en Dieu par exemple, je ne suis pas athée, mais je n’ai pas par exemple une vision très religieuse. Je respecte les libertés, cela ne me dérange pas par exemple qu’une femme soit voilée. Donc, je ne suis pas comme cela rigide, non, ma relation à Dieu est une relation d’ouverture… une relation belle, parce que Dieu… mon amour pour Dieu, c’est mon amour pour la vie, mon amour pour les belles choses, mon amour pour le bien, tu vois, par ces voies-là » [écrivaine de langue arabe].

Extrait 2

4« D’accord, et donc vous ne croyez pas, cela fait longtemps ou… ?

5Depuis mon jeune âge hein, dès que j’ai commencé à lire les philosophes, etc. J’ai arrêté de croire en quelque chose qui ne me convainc pas, ou qui ne me convainquait pas enfin.

6Depuis votre plus jeune âge, c’est-à-dire depuis… ?

7Dix-huit ans » [écrivain de langue arabe].

Extrait 3

8« La première transformation qui m’a saisi, on est une famille conservatrice [muhâfdha], traditionnelle [taqlîdiyya], ordinaire, la première rajja tu sais ce que veut dire rajja ?

9Oui euh [réfléchit] quelque chose comme secousse…

10Exactement, la première secousse, c’était quand j’ai étudié la philosophie, je commençais à me poser plein de questions.

11À dix-sept, dix-huit ans en fait.

12Oui, au bac, tu vois, donc ça c’est la première secousse. D’ailleurs, j’ai penché depuis ce moment-là vers la laïcité/le rationalisme [al-‘ilmâniyya] et depuis à peu près ce moment-là, Allah s’est perdu, lui et tout ce qui va avec [huwa wa atbâ’u], sans retour [rires] ! Puis, à l’université, j’étais militant, je me suis retrouvé dans des positions de leader politique [qiyâda siyâssiyya], dans le mouvement étudiant » [écrivain de langue arabe].

Extrait 4

13« Et quand… vous étiez petite, enfin vos parents… vos parents jeûnaient ?

14Mon père non, tant qu’il était en vie, non, il ne jeûnait pas, et ma mère était catholique, donc elle ne jeûnait pas.

15D’accord, elle est restée catholique…

16Très catholique, on bouffait du poisson le vendredi [rires]. Elle allait à la messe, elle nous apportait l’hostie, le truc blanc […] À chaque fois, je lui disais "mais apportes-en un peu plus bon sang" [rires]. Non, non, elle était très, très chrétienne, d’une croyance peureuse.

17Hum, et vous avez été plus pratiquante à un moment qu’à un autre ?

18Non, je pense pas, non. Non non, la religion n’a…

19Vous avez fait la prière à un moment ou… à un moment de votre… ?

20Non, pas du tout, je suis allée à la Mecque deux fois, pour voir ce que c’était. J’ai fait là-bas la prière, fallait faire comme tout le monde, pour voir ce que c’était, deux ‘omra. J’y suis allée deux fois, une fois pour voir ce que c’était et la deuxième fois pour justifier ce que j’avais vu [rires].

21Pour justifier ce que vous aviez vu… ?

22D’hypocrisie, de bêtises, de conneries, de… de je sais pas, horma horma [impure] j’ai failli l’étrangler le bonhomme, non [rires] qu’on me dise que je suis horma, horma, non, non, c’est de la folie ». [Écrivaine de langue française].

Extrait 5

23« [Il évoque le contenu de ses livres puis] au passage, je ne vous dirais pas que je suis athée, je vous dirais que je ne suis pas croyant, [rires] cela c’est la première chose, pourquoi ? Eh bien parce que je sens, j’ai senti depuis… depuis que je lis sur le marxisme, que je lis sur le matérialisme, le matérialisme historique, que la religion ne satisfait pas les désirs des individus, la religion ne satisfait pas les désirs des êtres humains. La religion, comme on le disait à un moment, c’est l’opium du peuple, c’est fait, ça sert à ce que les couches gouvernantes [al-tabaqât al-âkima] depuis la nuit des temps, gouvernent et dominent les individus, qu’on laisse vivre les riches, les grands capitalistes aujourd’hui, les féodaux avant et les propriétaires d’esclaves, et les autres, qu’ils vivent ici-bas […] Aujourd’hui, c’est pareil, les grands capitalistes vivent la vie ici-bas, et font espérer, font miroiter [amma’] aux misérables, aux pauvres et aux ignorants un autre paradis, "une fois que vous serez morts, vous en serez rassasiés, vous y trouverez un fleuve de miel et de lait, vous y trouverez tout cela". Moi, ces choses-là ne me convainquent pas » [écrivain de langue arabe].

Extrait 6

24« Vous êtes locataire, je veux dire c’est pas votre appartement ?

25L’appartement, ce sera dans l’au-delà.

26Pardon ?

27Dans l’au-delà, on aura une part [qasm] [rires]. On est les gens de l’au-delà, pas les gens de l’ici-bas.

28Vous… vous dites cela sérieusement ou vous plaisantez ?

29[Éclats de rires] Bien sûr que je plaisante !

30Et vous êtes croyant ou…

31Non.

32Non.

33Je crois que le bon Dieu est… le jour où il viendra nous juger, c’est nous qui le jugerons.

34Pardon ?

35[Sourire] Quand il viendra nous juger, c’est nous qui le jugerons, on lui dira "pourquoi vous nous avez créés ? Pourquoi vous nous"… Et il se mettra à dire, "oh pardonnez-moi [geste : presse des individus d’entrer] entrez, entrez au paradis, allez-y, allez-y tous, allez foutez-moi la paix" » [écrivain de langue arabe].

Extrait 7

36« Je vais vous poser juste une dernière question.

37Ouais.

38C’est sur votre rapport à… à la pratique religieuse, vous êtes pratiquant ou… ?

39Non, je ne suis pas pratiquant, je ne suis pas pratiquant parce que j’ai fff [rires] j’ai eu à discuter longuement, en tête à tête avec moi-même, à cette question, dans mon journal intime. Je suis passé par là, j’ai fait la prière à la recherche de ce recueillement et je ne l’ai pas trouvé, donc j’ai arrêté.

40La prière vous l’avez faite… ?

41Je l’ai faite dans la suite d’une influence d’ailleurs, dans le cadre du scoutisme parce que bon c’est un peu un mouvement qui vous préparait pour la société, donc il faut connaître… obéir aux autorités, donc c’est une école de… c’est presque une école moralisante. C’est à partir de ce moment-là que j’ai commencé à prier. J’ai prié pendant deux années et la deuxième année, quand j’ai découvert que l’imam qui faisait le prêche du vendredi redisait les mêmes textes de l’année d’avant, je me suis dit "bon c’est de l’arnaque" [rires] donc bon, je reste peut-être… je suis… je suis peut-être au fond de moi-même un déiste, un peu à la… à la Voltaire, mais je ne crois pas à ces pratiques ni à tout le cérémonial.

42Et vous n’y croyez plus depuis quand ?

43Depuis le secondaire, donc depuis que j’ai arrêté cette histoire-là, donc j’ai été clair avec moi-même. Je ne fais pas le ramadan, je ne fais pas la prière, c’est tout, sans grande animosité pour l’islam. Je comprends que l’individu ait besoin de croire en quelque chose, donc je suis très tolérant, mais par contre je suis allergique au voile » [écrivain bilingue].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abir Kréfa, « Annexe 4 : des écrivains et écrivaines désislamisés », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 4 |  2013, mis en ligne le 28 janvier 2014, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/2046

Haut de page

Auteur

Abir Kréfa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page