Navigation – Plan du site

Socialisation

Michel Castra

Texte intégral

1La socialisation désigne les mécanismes de transmission de la culture ainsi que la manière dont les individus reçoivent cette transmission et intériorisent les valeurs, les normes et les rôles qui régissent le fonctionnement de la vie sociale.

  • 1 . George H. Mead, L’Esprit, le soi, et la société, op. cit.

2La socialisation « manifeste » peut être assimilée à un processus volontaire et explicite visant à structurer la personnalité d’autrui. La socialisation « latente » correspond davantage à un processus où l’enfant intériorise les normes et les valeurs de la société dans laquelle il vit sans qu’il y ait d’apprentissage spécifique ni réelle conscience de participer à ce processus. Pour George H. Mead, c’est par la confrontation aux « autruis significatifs » puis aux « autruis généralisés » que ce processus de socialisation latente va s’effectuer1.

  • 2 . Peter L. Berger, Thomas Luckmann, La construction sociale de la réalité, op. cit.
  • 3 . Émile Durkheim, Éducation et sociologie, op. cit.

3La socialisation doit être considérée comme un processus continu qui concerne les individus tout au long de leur vie. On distingue classiquement une socialisation primaire et une socialisation secondaire2. La socialisation primaire correspond à la période de l’enfance. Ce processus s’effectue d’abord dans la famille qui en constitue l’instance principale ; son action est essentielle pour la structuration de l’identité sociale. L’école représente une autre instance majeure de la socialisation primaire : pour Émile Durkheim, cette socialisation méthodique de la jeune génération par la génération adulte permet d’inculquer les normes et les valeurs qui constituent le fond commun de la société3. L’enfant se socialise également de manière plus informelle à travers le groupe des pairs. La socialisation secondaire se fonde sur les acquis de la socialisation primaire, les prolonge et éventuellement les transforme. Elle permet aux adultes de s’intégrer à des groupes spécifiques (travail, association, parti politique…) ; chaque individu est ainsi socialisé aux différents rôles sociaux et aux statuts qui seront les siens au cours de sa vie. Si elle est particulièrement intense pendant l’enfance, la socialisation n’est donc jamais achevée, ses résultats sont provisoires et toujours susceptibles d’être remis en question.

4Et pour découvrir les 99 autres « mots de la sociologie », c'est très simple, il suffit d'acheter le livre, tous les liens nécessaires se trouvent au bas de la page de présentation sur le site des Presses universitaires de France :

5http://www.puf.com/​Que_sais-je:Les_100_mots_de_la_sociologie

Haut de page

Notes

1 . George H. Mead, L’Esprit, le soi, et la société, op. cit.

2 . Peter L. Berger, Thomas Luckmann, La construction sociale de la réalité, op. cit.

3 . Émile Durkheim, Éducation et sociologie, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Castra, « Socialisation », in Paugam Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? », p. 97-98.

Référence électronique

Michel Castra, « Socialisation », Sociologie [En ligne], Les 100 mots de la sociologie, mis en ligne le 01 août 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1992

Haut de page

Auteur

Michel Castra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page