Navigation – Plan du site

La Philanthropie en Amérique

A propos de O. Zunz, La Philanthropie en Amérique. Argent privé, affaires d’État (Fayard, 2012)
Sylvain Lefèvre
Référence(s) :

O. Zunz, La Philanthropie en Amérique. Argent privé, affaires d’État, Fayard, 2012, 450 p.

Texte intégral

  • 1 . Olivier Zunz (2012), La Philanthropie en Amérique. Argent privé, affaires d’État, Fayard, 384 p.
  • 2 . L’ouvrage qui faisait jusqu’ici référence en termes de fresque historique pour le XXe siècle étai (...)

1Olivier Zunz est professeur d’histoire des États‑Unis à l’Université de Virginie, spécialiste du XXe siècle et notamment du développement industriel américain. La philanthropie en Amérique1 est la traduction de son ouvrage Philanthropy in America : A History, paru également en 2012 (Princeton University Press). Disons‑le d’emblée, cet ouvrage s’impose comme un incontournable dans la (maigre) littérature universitaire francophone dédiée aux questions philanthropiques mais aussi comme une contribution intéressante dans la (riche) bibliographie anglophone sur ces questions, pour au moins trois raisons. La première est son découpage temporel puisqu’il débute à la fin du XIXe siècle, c’est‑à‑dire à la naissance des grandes fondations suite à la révolution industrielle (Fondations Carnegie, Rockefeller, Sage), pour couvrir tout le XXe siècle2, jusqu’aux incarnations récentes de la venture philanthropy (Fondation Gates). La seconde est son découpage de l’objet « philanthropie ». En effet, l’auteur intègre dans sa réflexion les grandes fondations, piliers de la « philanthropie organisée », mais aussi les campagnes de levée de fonds auprès de petits donateurs anonymes, qu’il nomme « philanthropie de masse », menées par des associations à l’occasion des guerres mondiales ou plus récemment des crises humanitaires. Entre ces deux polarités, l’auteur nous fait découvrir des formes intermédiaires, comme les caisses de communauté ou les fondations de communauté, traçant un continuum fécond. Enfin, la troisième spécificité de la contribution d’Olivier Zunz est la thèse qu’il défend, et dont on discutera la pertinence après en avoir détaillé l’argumentation, autour de la contribution de la philanthropie à la vitalité démocratique des États‑Unis et donc de son rattachement à la tradition progressiste. Ces trois spécificités permettent à l’ouvrage d’être davantage qu’une synthèse habile, rédigée de manière claire et didactique, des nombreux ouvrages écrits sur la question dans les dernières décennies. C’est surtout une lecture stimulante qui éclaire les débats récurrents de l’histoire philanthropique américaine autour de la délimitation de son périmètre, des craintes et des espoirs entourant son pouvoir ou encore des controverses entourant sa légitimité démocratique. L’auteur nous convie à travers neuf chapitres chronologiques à découvrir cette histoire tumultueuse qui s’est aussi écrite dans les tribunaux, dans la presse, au Congrès, dans l’administration fiscale ou, à partir des années 1970, dans les instances du « secteur à but non lucratif », cette « création capitaliste hybride, à l’intersection de la philanthropie et de l’État » (p. 12).

Barons voleurs et philanthropie de masse

  • 3 . L’illustration la plus frappante est la création de la Fondation Rockefeller en 1913 pour « promo (...)

2La filiation entre la philanthropie moderne et le capitalisme est exposée clairement dès le premier chapitre du livre. Alors que le pays est déchiré suite à la Guerre de Sécession, des fortunes immenses s’accumulent lors de la révolution industrielle. Dans L’évangile de la richesse (Gospel of Wealth), Andrew Carnegie énonce sa responsabilité à rendre à la société une partie de ce qu’il avait gagné, mais selon les principes qui avaient fait sa fortune dans l’acier : la philanthropie n’est plus un don mais un investissement. La charité traditionnelle était emprunte de gratuité, la philanthropie organisée doit désormais être gérée avec la vigueur et les méthodes d’une entreprise capitaliste. Au tournant du siècle, d’autres prémices sont partagées par ces capitaines d’industrie devenus philanthropes. Premièrement, leur action ne vise pas seulement les plus pauvres mais l’humanité tout entière, ou, pour reprendre la formule alors consacrée « le progrès du genre humain ». Deuxièmement, il s’agit de réformer la société sans passer par les instances de l’État. Troisièmement, ceci se fait par une alliance avec les milieux réformateurs, avec l’appui d’une science devant permettre de régler techniquement les questions sociales. On voit donc fleurir au début du siècle des bibliothèques, des musées, des hôpitaux et des universités financés par les fondations. Ce mouvement philanthropique n’allait pourtant pas de soi. Sur un plan juridique, d’importants obstacles durent être levés pour permettre la création de fondations aux objectifs larges, avec des priorités redéfinies à chaque génération par les administrateurs. Sur un plan politique, plusieurs acteurs attaquaient frontalement la légitimité des « barons‑voleurs » à résoudre d’une main (philanthropique) des problèmes sociaux qu’ils aggravaient de l’autre (industrielle), que ce soit les décideurs politiques et la presse dénonçant leurs pratiques lors des grands procès antitrust, les syndicats rappelant les lock‑out brutaux et les répressions féroces3, ou les élites religieuses se méfiant de cet « argent entaché » (p. 31). Les promesses et contradictions de cette nouvelle philanthropie s’affichent également au sud des États‑Unis, devenu un terrain d’expérimentation pour des initiatives de santé publique, d’éducation et de réformes agricoles financées par de grandes fondations. Ces programmes importants se heurtent aux structures sociales et politiques ségrégationnistes, qu’ils ne remettent pas en cause directement. Cependant, les leaders des droits civiques sortiront des écoles créées à cette époque, lors des mouvements des années 1960.

3Le second chapitre analyse comment une philanthropie de masse se met en place au début du XXe siècle, parallèlement à ce développement des grandes fondations. On retrouve en effet dans le mouvement hygiéniste l’alliance précédemment décrite entre grandes fondations et élites réformatrices mais aussi une mobilisation puissante du grand public. En 1916, la Croix‑Rouge vend un million de timbres à Noël au bénéfice de l’association contre la tuberculose et enrôle 500 000 bénévoles dans des actions de prévention. À cette époque se développent aussi les caisses de communauté et les fondations de communauté ; les premières permettent aux associations caritatives locales de se fédérer pour mutualiser leur collecte de fonds, tandis que les secondes visent les dons des classes moyennes, pour « démocratiser la philanthropie » (p. 65) en finançant des projets de proximité. Ces transformations s’accompagnent d’une rationalisation des méthodes de gestion des dépenses des causes charitables, d’une professionnalisation du travail social mais aussi d’une forme d’hybridation institutionnelle de l’articulation entre philanthropie et impôt lors de la Première Guerre mondiale. Sous la houlette du gouvernement, le « Conseil de guerre de la Croix‑Rouge » mobilise le bénévolat de 8 millions d’adultes, la « Campagne unie de travail de guerre » collecte des milliards de dollars de dons en s’appuyant sur les caisses de communauté et enfin H. Hoover (futur Président) dirige une commission pour fournir en nourriture et biens de première nécessité les zones de guerre, qui collecte en ressources publiques et privées l’équivalent des trois‑quarts des revenus fiscaux fédéraux (p. 67). Parallèlement, le gouvernement utilise le registre philanthropique pour convaincre les citoyens d’investir dans ses bons du Trésor, mobilisant des milliers de bénévoles en porte‑à‑porte et utilisant les services des publicitaires en vue. Le don devient alors une injonction patriotique.

4Le don, comme geste individuel, est donc enchâssé dans une philanthropie instituée en enjeu public majeur. D’un côté, elle est soutenue par des exemptions fiscales, de l’autre se pose la question de sa régulation. Comme le montre spécifiquement le chapitre 3 (mais cette problématique parcourt tout le livre), au‑delà d’enjeux techniques et juridiques autour de la validité du don ou du legs, c’est l’ambiguïté structurelle sur le périmètre de la philanthropie qui fait débat, et son empiètement sur le politique : « Naquit alors une obsession étonnante, qui parcourt tout le siècle jusqu’à aujourd’hui : celle des législateurs, des fonctionnaires et des philanthropes eux‑mêmes à maintenir une impossible barrière étanche entre philanthropie et politique » (p. 90). Au XIXe, les tribunaux statuèrent que le don devait servir « à la loi, et non contre la loi ». Avec la mise en place de l’impôt sur le revenu, la question des exemptions fiscales devient plus cruciale et le fisc souhaite en contrôler l’application : en 1919, le principe d’absence totale d’engagement politique de la philanthropie est acté et en 1934, la loi de finance distingue formellement entre éducation (autorisée) et militantisme politique (interdit).

  • 4 . Le 1er janvier 1936, une réforme des droits de succession introduit un prélèvement de 70 % pour l (...)

5Au‑delà de ces distinctions, c’est d’abord le rapport du gouvernement à la philanthropie, distant ou enthousiaste, qui est déterminant. À ce titre, Zunz oppose dans le chapitre 4 le projet d’«  État associatif » de H. Hoover, à la séparation de l’action publique et de la philanthropie privée sous le New Deal de F.D. Roosevelt. Hoover souhaite poursuivre en temps de paix la contribution de la société civile mise à profit par le gouvernement durant la Première Guerre mondiale. Il s’agit d’encourager le localisme et l’initiative privée mais sous la coordination de l’État fédéral. Mais cette recette se montre largement insuffisante face à la crise ; entre 1929 et 1932, un tiers des institutions charitables disparaissent, faute de ressources (p. 133). Roosevelt prend le contre‑pied de ce mouvement, interdit la gestion de fonds publics par une organisation privée et sépare strictement l’assistance sociale publique et la charité privée. Son gouvernement fait la chasse aux fortunés qui profitent des failles du système fiscal, notamment par les exemptions philanthropiques4. Enfin, il place l’État fédéral aux commandes des opérations, notamment pour faire face à la sécheresse de 1930‑1931 dans le Dust Bowl, reléguant la Croix‑Rouge à l’arrière‑plan, tandis qu’elle était au centre du dispositif lors de la grande crue du Mississippi en 1927.

De l’apolitisme (à l’intérieur) à la guerre culturelle (à l’extérieur)

6Comme souvent lors de ce siècle, « à l’intérieur des frontières, les tribunaux, le Congrès et le Trésor insistaient sur la séparation de la politique et de la philanthropie, mais, dans le reste du monde, les Américains mélangèrent les deux » (p. 149). La Seconde Guerre mondiale en fournit un bon exemple au chapitre 5. D’une part, ressources publiques et privées s’articulent pour fournir l’aide humanitaire. D’autre part, la philanthropie des fondations et du grand public s’inscrit dans une optique politique très claire : magnifier l’image des États‑Unis projetée dans le monde. Ainsi, durant la guerre, Roosevelt active un « Fonds national de guerre » pour l’aide aux victimes qui repose notamment sur la contribution des caisses de communauté. En 1946, l’ONG CARE est créée avec le soutien de plusieurs œuvres religieuses, et elle s’appuie sur les capacités logistiques de l’armée américaine pour distribuer massivement des dons et des denrées aux populations européennes, avec l’appui des pouvoirs publics. Durant les années de guerre froide, la Fondation Ford, avec à sa tête l’ancien directeur du Plan Marshall, joue un rôle central, en rapport étroit avec le gouvernement fédéral, dans la lutte psychologique et culturelle contre l’ennemi communiste. La lutte autour de l’hégémonie intellectuelle passe notamment par le soutien financier à des programmes universitaires : soutien déterminant de la Fondation Ford dans l’Université libre de Berlin créée en 1948, financement d’un centre de recherche russe à Harvard par la Fondation Carnegie en 1947, création des Bourses Fullbright en 1946 par la vente des surplus militaires au moment de la démobilisation. L’autonomie des grandes fondations est fortement mise à l’épreuve et la Fondation Ford, après hésitation, refuse de servir de couverture aux mouvements financiers de la CIA (p. 161). Le partenariat entre la philanthropie et le gouvernement est également très fort dans le domaine économique, avec le développement agricole des pays du tiers‑monde : la « révolution verte » est très largement financée par la Fondation Rockefeller.

  • 5 . Les tests d’alphabétisation permettaient jusqu’alors d’exclure les Noirs de l’exercice du droit d (...)

7À l’intérieur des États‑Unis, la philanthropie est plutôt en position de repli dans l’après‑guerre. L’expansion du gouvernement fédéral, notamment dans les domaines de la recherche et de la santé, rend sa contribution moins décisive. C’est la Fondation Ford qui va impulser une nouvelle dynamique, en finançant fortement les sciences sociales et en s’impliquant dans les questions sociales, notamment les droits civiques. Jouant sur la distinction entre éducation (autorisée) et militantisme (exclu), des fondations s’impliquent dans la lutte contre la ségrégation raciale en finançant des campagnes d’inscription sur les listes électorales dans le sud et en promouvant l’éducation des populations afro‑américaines5. Des programmes d’action communautaire sont aussi mis en place dans les quartiers, favorisant l’empowerment et l’entrepreneuriat local. Ils serviront plus tard de modèle aux programmes de la « Guerre à la pauvreté » de L. Johnson. Face à ces initiatives, une réaction conservatrice de grande ampleur s’organise alors contre les « élites philanthropiques libérales » : création d’organisations comme la Fondation Pew, croisade interconfessionnelle du prêcheur Billy Graham sur les ondes et dans les stades (3 millions de dollars récoltés à l’été 1957), maccarthysme accusant les fondations d’être infiltrées par les communistes (pp. 203‑204)... Au Congrès, la fronde est menée par l’élu démocrate du Texas, Wright Patman. Tout à la fois contempteur des élites fortunées du nord, défenseur du New Deal et du rôle de l’État, et enfin partisan du statu quo ségrégationniste au sud, il mène une vaste enquête et met au jour d’importantes malversations fiscales parmi les grandes fondations. Il devient urgent pour le secteur philanthropique de s’organiser et de se réguler.

Autonomie du secteur et redéploiement6

  • 6 . On lira d’ailleurs avec intérêt le portrait de cette dernière génération dépeinte en nouveaux « b (...)

8Les décennies 1970 et 1980 sont marquées par une phase d’institutionnalisation du secteur philanthropique (chapitre 8). Cherchant à se distinguer comme secteur d’activité autonome, il s’érige en « tiers secteur ». Différentes organisations se concurrencent pour le représenter mais elles fusionnent en 1980 pour devenir Independant Sector, présidé par John Gardner, dont la multipositionnalité témoigne de la centralité du secteur : il est ancien président de la Fondation Carnegie, fondateur de l’organisation citoyenne Common Cause et ancien Secrétaire à la Santé, à l’Éducation et à la Protection sociale de Lyndon Johnson. Independant Sector fait du lobbying sur la question des incitations fiscales et structure un champ d’études universitaires autour du tiers secteur, produisant sa propre expertise et ses catégories d’analyse. À cette époque, tandis que le Président Reagan fait la promotion de l’initiative philanthropique tout en coupant dans les budgets sociaux, ce tiers secteur décide d’inclure les Églises en son sein. Paradoxalement, ceci conduira les réseaux conservateurs, qui s’organisent pourtant contre les fondations progressistes (notamment sous la forme des think tanks comme Heritage Foundation), à converger avec eux sur le nécessaire soutien de l’État aux associations caritatives confessionnelles.

  • 7 .Bishop M. & Green M. (2008), Philanthrocapism, How the Rich Can Save the World, Bloomsbury Press.

9À l’extérieur, la fin du XXe siècle est marquée par un engagement très fort de la philanthropie américaine dans le monde (chapitre 9). La famine en Éthiopie en 1984 est le théâtre d’un redéploiement spectaculaire de l’aide humanitaire sous la pression de la société civile (ONG, fondations, levée de fonds « We are the World »), poussant même le gouvernement américain à intervenir, à rebours de ses positions initiales. Après la chute du mur de Berlin, les fondations américaines promeuvent le marché et la démocratie libérale dans les anciens pays du bloc soviétique. De la démocratie en Amérique (Tocqueville) est traduit dans toutes les langues d’Europe orientale et l’Open Society Institute de G. Soros finance des formations managériales et de promotion des droits de l’homme. Certaines fondations mettent aussi l’accent sur le respect des communautés, notamment les Roms, et le rôle des diasporas s’accroît dans la circulation des flux financiers philanthropiques, d’un continent à l’autre. La Fondation Ford, qui avait promu dans les années 1960 le développement communautaire et l’entrepreneuriat local dans les ghettos américains transpose ses idées au niveau international par le financement de la Grameen Bank de M. Yunus. Une nouvelle génération met en avant l’entrepreneuriat social (Ashoka) et le microcrédit, tandis que la Banque Mondiale développe un volet « société civile ». Enfin, la Fondation Gates devient dans les années 2000 l’héritière de la Fondation Rockefeller des années 1920 ou de la Fondation Ford des années 19606. Elle finance une seconde « révolution verte » et s’attaque à plusieurs épidémies en Afrique, avec un budget supérieur à l’Organisation Mondiale de la Santé. Le terme de « philanthrocapitalisme7 » (ou Venture Philanthropy) est brandi comme un nouvel étendard et fédère des initiatives diverses, proposant de transférer les leçons du capital‑risque aux règlements des problèmes sociaux et environnementaux, de maximiser les effets leviers et l’innovation sociale, et de parier sur l’implication des communautés locales, souvent en contournant l’État.

Philanthropie et démocratie

10En conclusion de l’ouvrage, l’auteur revient sur l’initiative « Giving Pledge » de B. Gates et W. Buffet, incitant des milliardaires à s’engager à donner au moins la moitié de leur fortune de leur vivant ou à leur mort. Il complète ce tableau de la philanthropie américaine en soulignant qu’il n’est pas besoin d’être si fortuné pour donner, comme le suggèrent les dons massifs du grand public suite aux épisodes du 11 septembre 2001, de Katrina ou d’Haïti plus récemment. « S’il y a une leçon à tirer de l’histoire racontée dans ce livre, c’est que la philanthropie renforce la démocratie, à condition que le plus grand nombre y participe » (p. 311) conclut O. Zunz.

  • 8 .Karl B.K. & Katz S. N. (1987), « Foundations and Ruling Class Elites », Daedalus, Vol. 116, N° 1, (...)
  • 9 .Jenkins C. & Halcli A. (1999), « Grassrooting the System? The Development and Impact of Social Mo (...)

11Cette morale finale ne manque pas d’ambiguïté. Premièrement, au niveau des citoyens, que signifie ici « participer » ? Prendre part à des décisions ? Contribuer à leur mise en œuvre ? Ou bien simplement faire un don ? Deuxièmement, d’un point de vue empirique, le focus mis principalement sur les fondations dans l’ouvrage mérite d’être confronté aux chiffres actuels de la philanthropie aux États‑Unis : en 2011, les 298 milliards de dollars de la philanthropie proviennent des fondations à 14 %, des entreprises à 5 %, des legs à 8 % et des dons individuels à 73 % (GIVING USA, 2012). Or, on mesure sans mal la différence de poids politique entre quelques grosses fondations devenues des interlocuteurs institutionnels incontournables et une « philanthropie de masse » aux contributions atomisées. Enfin, l’emphase mise sur le caractère progressiste des fondations, même si l’ouvrage met aussi en lumière une frange plus conservatrice, pose problème. En effet, plusieurs travaux ont souligné que l’essentiel des financements des fondations contribuait principalement à l’entretien de structures bénéficiant à une élite fortunée8 (universités prestigieuses, musées, orchestres symphoniques) tandis que, des années 1950 à 1990, ce n’est que 1 % des financements qui ont soutenu des mouvements sociaux, qui furent pourtant au cœur des transformations sociales majeures9.

  • 10 .Ostrander S. (1995), Money for Change. Social Movement Philanthropy at Haymarket People’s Fund, T (...)
  • 11 .Selznick P. (1949), TVA and the Grass Roots; A Study in the Sociology of Formal Organization, Uni (...)

12Le second point de discussion porte sur la perspective adoptée pour l’analyse des fondations, qui laisse dans l’ombre deux dimensions centrales. En effet, d’une part, les fondations restent ici à l’état de boîtes noires ; elles semblent simplement mues par la volonté du fondateur, parfois d’un président marquant, sans que l’organisation interne ne semble jouer un quelconque rôle. Or, de vifs débats existent pourtant entre les fondations sur des modèles divergents de structuration interne, selon la place à donner aux fondateurs, aux administrateurs, aux comités qui évaluent les projets, selon la manière de placer les fonds de dotation, ou encore selon les relations à entretenir avec les acteurs de terrain et notamment les mouvements sociaux. Certaines fondations ont un fonctionnement hiérarchique et oligarchique, les organismes financés n’étant que de simples exécutants, tandis que d’autres mettent en place une véritable démocratie interne et mettent leurs partenaires associatifs au centre du dispositif décisionnel10. Second angle mort de l’analyse : le regard « par le haut », prenant d’abord appui sur les déclarations et les intentions des fondations, nous renseigne assez peu sur la manière dont les projets philanthropiques sont mis en place. Les leçons tirées de la sociologie de l’action publique inviteraient pourtant à une certaine prudence quand on traite du « pouvoir des fondations », en évaluant comment les desseins initiaux trouvent à s’actualiser (ou non) à travers des projets plus ou moins cohérents, par effet d’inertie, de conséquence inattendue ou par réappropriation stratégique d’autres acteurs11. On mesure à cet égard le manque d’études « par le bas » sur ces réalisations philanthropiques, qui conduit le plus souvent à présumer leurs effets à partir des discours des bailleurs et des lignes de crédits alignés, sans avoir le point de vue des organisations financées ni celui des populations bénéficiaires. C’est d’ailleurs l’occasion de constater un biais démocratique majeur : l’absence d’obligation de reddition de compte des fondations sur le devenir de ces projets, alors qu’elles doivent par contre montrer patte blanche au niveau de leur gestion comptable.

  • 12 . Pensons (par exemple !) à la voie philanthropique proposée aux Universités françaises (création d (...)

13Ces limites sont des invitations à renouveler l’étude des fondations et de la philanthropie. Elles doivent épouser pour cela la nécessaire contextualisation proposée par l’ouvrage d’Olivier Zunz. À ce titre, on conseillera aussi cette lecture passionnante à ceux qui pensent possible (et souhaitable) la simple transposition à l’identique de ce modèle philanthropique12, sans en saisir préalablement les déterminants historiques, culturels et sociopolitiques, bref qui postulent la possible universalisation de pratiques liées pourtant à la structuration singulière de la société et de l’État américains.

Haut de page

Notes

1 . Olivier Zunz (2012), La Philanthropie en Amérique. Argent privé, affaires d’État, Fayard, 384 p.

2 . L’ouvrage qui faisait jusqu’ici référence en termes de fresque historique pour le XXe siècle était celui de Robert H. Bremner, American Philanthropy,

publié en 1960 (University of Chicago Press), puis réédité sous une forme révisée en 1988.

3 . L’illustration la plus frappante est la création de la Fondation Rockefeller en 1913 pour « promouvoir le bien‑être de l’humanité dans le monde », alors

que la longue grève du charbon du Colorado aboutit en 1914 au massacre de Ludlow, autour d’une mine détenue par la famille Rockefeller.

4 . Le 1er janvier 1936, une réforme des droits de succession introduit un prélèvement de 70 % pour les fortunes de plus de 50 millions de dollars. Le mois même, la Fondation Ford est créée, avec pour but « d’échapper aux

droits de succession tout en conservant le contrôle de l’entreprise au sein de la famille lors du décès du fondateur » (p. 185).

5 . Les tests d’alphabétisation permettaient jusqu’alors d’exclure les Noirs de l’exercice du droit de vote.

6 . On lira d’ailleurs avec intérêt le portrait de cette dernière génération dépeinte en nouveaux « barons voleurs » dans l’analyse incisive de N. Guilhot (2006), Financiers, philanthropes. Sociologie de Wall Street, Raisons d’agir.

7 .Bishop M. & Green M. (2008), Philanthrocapism, How the Rich Can Save the World, Bloomsbury Press.

8 .Karl B.K. & Katz S. N. (1987), « Foundations and Ruling Class Elites », Daedalus, Vol. 116, N° 1, Philanthropy, Patronage, Politics, Winter, 1987, pp. 1‑40.

9 .Jenkins C. & Halcli A. (1999), « Grassrooting the System? The Development and Impact of Social Movement Philanthropy, 1953‑1990 », in Philanthropic Foundations: New Scholarship, New Possibilities, Lagemann E. (ed.), Indiana University Press, pp. 229‑256.

10 .Ostrander S. (1995), Money for Change. Social Movement Philanthropy at Haymarket People’s Fund, Temple University Press ; Faber D. & McCarthy D. (ed.) (2008), Foundations for Social Change. Critical Perspectives on Philanthropy and Popular Movements, Rowman & Littlefield Publishers Inc.

11 .Selznick P. (1949), TVA and the Grass Roots; A Study in the Sociology of Formal Organization, University of California Press.

12 . Pensons (par exemple !) à la voie philanthropique proposée aux Universités françaises (création de fondation, appel aux dons) par la loi LRU du 10 août 2007.…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Lefèvre, « La Philanthropie en Amérique », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2013, mis en ligne le 02 novembre 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1982

Haut de page

Auteur

Sylvain Lefèvre

lefevre.sylvain@uqam.ca
Chercheur, Chaire de responsabilité sociale et de développement durable, Professeur au département de stratégie et responsabilité sociale et environnementale (Université du Québec à Montréal, ESG UQAM) - Case postale 8888, succursale Centre‑Ville, Montréal (Québec) H3C 3P8, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page