Navigation – Plan du site

Typologie et description

A propos de l’intelligibilité des expériences vécues
Typology and description. About the intelligibility of interpretative experiences
Didier Demazière

Résumés

La sociologie est indissociable d’opérations de tri, classement et mise en ordre des matériaux empiriques qui, en réduisant la complexité des phénomènes étudiés, en dégagent une meilleure intelligibilité. Dans cette perspective, la production de typologies tend à devenir une routine de recherche, en particulier pour les enquêtes à visée compréhensive fondées sur des entretiens approfondis. La méthode typologique, entendue ici comme une typologie descriptive et non comme la démarche idéal typique wéberienne, apparaît comme une manière commode de rendre compte de matériaux abondants et de réaliser une description organisée et intelligible d’expériences vécues. L’argument développé est que la typologie a souvent un coût important, voire exorbitant, en termes de simplification des résultats, et qu’elle doit dès lors être ramenée au rang de production intermédiaire. En prenant appui sur une comparaison internationale basée sur des entretiens biographiques approfondis auprès de chômeurs, l’article présente une démarche complémentaire : si la typologie permet de repérer des significations saillantes et attractives du chômage, la prise en compte des variations, combinaisons et modulations de ces significations s’appuie sur une démarche cartographique, qui intègre une complexité plus grande des phénomènes sans brouiller pour autant leur intelligibilité.

Typology and description. About the intelligibility of interpretative experiences

Sociology is inseparable from sorting, classifying and ordering of empirical materials. These operations reduce the complexity of the phenomena studied, but they exude a better intelligibility from the data. In this perspective, the production of typologies is becoming quite a routine for social science research, especially for comprehensive investigations based on in‑depth interviews. The typological method is understood here as a descriptive typology rather than the Weberian ideal‑typical approach. In this frame, it appears to be a convenient way to deal with abundant materials and to achieve an organized and intelligible description of interpretative experiences. The main argument is that the typological method often leads to significant or exorbitant simplification of the results. Accordingly, the types should be considered as intermediate products of the research, and not as final results. This article is supported with an international comparison based on in‑depth biographical interviews with unemployed. It presents and argues a complementary approach : if the typology identifies salient and attractive meanings of unemployment, the mapping approach allows to take into account variations, combinations and modulations of these meanings. Indeed, this method preserves a greater complexity of the studied reality without blurring the intelligibility of the results.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Classer : manières de faire des typologies
La typologie comme abstraction
La typologie comme description
Décrire : un matériau débordant et foisonnant
Dégager des types
Prendre en compte les variations et déclinaisons
Cartographier : un espace structuré et continu
Relier les significations typiques
Une carte des significations
Conclusions

Aperçu du début du texte

Décrire le monde social, rendre compte de phénomènes qui s’y déroulent, comprendre comment les acteurs s’y orientent sont autant d’objectifs familiers pour le sociologue. Pour accomplir ce travail, il lui faut classer ses observations, distribuer ses matériaux dans des catégories, comparer ses mémos, juguler le flot souvent débordant des informations rassemblées. Il lui faut mettre de l’ordre dans la complexité du réel, car cette réduction est la seule voie qui mène à l’intelligibilité. Toute production de connaissance scientifique, quelle que soit la discipline, s’appuie d’ailleurs sur des classifications et catégories. Et plus généralement, c’est la commune condition humaine que de mobiliser des catégorisations pour construire de la signification, pour l’énoncer, l’argumenter, la faire partager. Aussi, même le sociologue le plus attaché à la description minutieuse de son terrain, ou le plus engagé dans la direction de « l’empirisme irréductible » (Schwartz, 1993), ne peut échapper...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Demazière, « Typologie et description », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 4 |  2013, mis en ligne le 01 novembre 2013, consulté le 22 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1956

Haut de page

Auteur

Didier Demazière

d.demaziere@cso.cnrs.fr
Sociologue, directeur de recherche au CNRS - Centre de Sociologie des Organisations, CNRS-Sciences Po, 19 rue Amélie, 75007 Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page