Navigation – Plan du site
Le contrôle des terres agricoles en France

Annexe 8 : Entretien avec un salarié de bureau d’études

Yannick Sencébé, Florence Pinton et Pierre Alphandéry

Texte intégral

1Guide d’entretien Bureau d’étude 1 – chargé de mission rencontré le 20 mai 11 à Préfecture 1

2Rendez vous a été pris avec ce chargé de mission, à 19h. J’arrive au centre ville, face à un imposant portail qui s’ouvre sur une courre intérieure desservant les différents appartements de cet hôtel particulier. Les locaux sont spacieux et mélangent l’ancien et le design le plus moderne. Les salariés de ce bureau d’étude sont encore affairés à cette heure tardive. Le chargé de mission me reçoit dans une grande salle ouverte sur les autres bureaux.

3Pouvez vous le présenter la structure…

4On est 4 salarié + Anne Gentil directrice. On fait des SCOT mais pas sur l’aspect réglementaire, des PLU , charte de parc natural ; à l’échelle de la commune on va être plus opérationnel et à échelle plus vaste on va être + dans la stratégie.

5Géographie d’intervention : Bourgogne, FC, à une époque région lyonnaise. Parfois, en Alsace, exceptionnellement plus loin si des choses intéressantes. Par exemple : projet de grand parc régionaux : à Marseille parc national sur les calanques. Sur des projets intéressant et dans des endroits comme ça c’est agréable d’y travailler : ça joue sur les décisions.

6Quelles sont les compétences présentes ?

7Moi je suis agronome à la base. Et j’ai fait une double formation en urbanisme après. Parce que ce qui m’intéressait c’était de travailler sur le développement local en rural périurbain : donc urbanisme et sur les document d’urbanisme type Scot parce que je pense que c’est un outil efficace pour orienter les politique publiques dans ces domaines là. Et après on a des compétences assez variées : socio-économie ; juridique ; cartographe (on fait beaucoup de carto parce que ça parle bien aux élus, c’est efficace) et Anne Gentil est architecte de formation, et on a aussi parfois des archi qui vienne en stage, pour travailler sur des données plus précises, travail à la commune

8Elle, AG, est architecte au départ et le domaine de compétence est plus large . Histoire du cabinet ? C’est classé comment ?

9Je crois que c’est un cabinet d’architecte, c’est ce qu’il y a marqué sur internet mais j’avoue je me suis jamais posé la question. De toute manière l’aménagement de territoire c’est un domaine complètement transversale. C’est toute la dynamique de projet et la vision spatiale coordonnée qui est importante. On a tous nos forces sur nos domaine de compétence bien sur, mais à chaque fois qu’on mène un projet il faut qu’on voit la transversalité complète : environnement socio éco ..

10Et ça c’st assez courant parmi les BE ? ou c’est votre force, l’ aspect multi compétence

11Y’a assez peu de BE qui répondent sur des SCOT. Y’a pas beaucoup de projet et après sur les PLU la vision stratégique est moins importante et y’a des BE qui ont pas les même compétence qui vont répondre , qui eux ont plus des compétence aménageurs opérationnels, qui ont pas forcément une vision stratégique du territoire et qu’on pas besoin pour faire un petit PLU. C’est un marché où y’a pas beaucoup de BE qui répondent et souvent c’est des groupements. Nous par ex on a un cabinet en enviro avec lequel on se met régulièrement pour les gros projets car on est pas assez solide en enviro pour se mettre dessus. On utilise beaucoup les groupements quand y’a des nécessité sur des territoires avec forte contraintes écolo

12Les liens entre BE se font comment : interconnaissance ?

13C’est souvent comme ça que ça marche. On a l’habitude de travailler avec certains BE avec qui on s’entend bien. Parfois on teste d’autres solutions, aussi avec des paysagistes

14Comment faites vous vos recherche : sur internet, catalogue

15C’est AG qui s’occupe des réponses à appels d’offre, c’est aussi consulter les appels d’offre qui tombe, c’est aussi le réseau qui fait que parfois on est appelé pour répondre à une offre qu’on aurait pas forcément vu.

16Et le réseau c’est quoi ?

17Je pense que les BE aujourd’hui jouent sur un réseau de commanditaires qui fait que quand ça se passe bien avec quelqu’un , de bouche à oreille, ça arrive qu’il y ait des collectivités qui nous appelle directement pour nous dire, voilà on a tel projet, est-ce que vous pouvez candidater etc…L’info tourne assez vite. Je pense que pour une entreprise comme celle là y’a bc p d’enjeu de maintenir .. enfin c’est le jeu ed la réputation qui joue.

18Oui c’est des petits mondes …

19Et puis les CT de la Bourgogne c’est petits. Je vois le Conseil régional on les connaît bien et ils jouent un rôle dans la diffusion, c'est-à-dire la vision qu’ils peuvent avoir d’un BE va influencer beaucoup les marché qu’on peut obtenir ou pas derrière. Ça peut tourner assez vite.

20Et BE 1 ça veut dire quoi ..

21Je ne sais pas ? il faut demander à la directrice

22Et pour revenir sur le [pays 1] comment vous avez obtenu le marché ? Très concrètement

23C’était un AO. Mais je sais pas .. c’est pas moi qui .. Une AO il faut faire une proposition, avec compétence, finance… c’st une 20 de page. C’est AG qui les fait. Ça peut prendre une journée, voir deux de travail.

24Comment s’est fait la sélection

25J’en sais rien. Voir avec commanditaire. Quand on a pas les marchés on va demander pourquoi mais quand on les a on demande pas pourquoi !

26Votre mission c’est pas vraiment un Scot vous disiez alors c’est quoi.

27C’’est plutôt un diagnostic. C'est-à-dire, la collectivité et le pays n’étaient pas vraiment prêt à se lancer dans un scot , notamment le [Communauté d’agglo du Pays 1] n’est pas prêt pour un Scot à l’échelle pays. Du coup ils ont préférer se lancer dans une démarche non réglementaire, c'est-à-dire faire un diagnostic territoriale comme un scot , faire de la concertation entre tous les élus, parce que c’est compliqué : opposition entre [communauté d’agglo] et les 6 com com rurales autour. Il y a beaucoup d’opposition entre la ruralité et [communauté d’agglo]. C’est pour ça qu’on est parti sur un Scot mais non réglementaire. Du coup c’est difficile d’avoir une vision partagé du territoire rapidement car beaucoup d’opposition. C’est pour ça que c’est partir sur un faux scot mais qui est intéressant parce que ‘nous on va faire la même démarche et on va essayer de voir comment vont réagir les collectivités face à ça.

28Concrètement comment vous avez mis en place le diagnostic ?

29Le diagnostic c’est très mécanique. En général on commence par faire des entretiens qui sont transversaux : on voit la ca, la CCI, les élus, les services techniques : on essaye de voir avec eux quels sont les enjeux du territoires. On balaye toutes les thématiques : environnement, paysagère, urbain, éco, sociale, démo, résidentielle. On essaye de voir tout. On accumule les données. Après on synthétise, on fait un rapport synthétique en dégageant les enjeux à notre sens du territoire

30Comment vous choisissez, vous n’allez pas voir tous les élus ? les Présidents de comcom ?

31Non, les représentant de comcom pas forcément les présidents, on essaye de voir, là on a vu 2 ou 3 représentant de chaque comcom. On leur laisse la liberté, si ils veulent être plusieurs. Du [communauté d’agglo] on en a vu un peu plus, car c’est quand même [communauté d’agglo]. Et puis les services techniques : on essaye de voir toutes les grands thématiques. On voit pas les grands directeurs, parce qu’ils ont un rôle de management. On voit les directeurs qui ont un rôle technique.

32Et vous avez un volet agriculture ?

33Oui on a un volet agri, c’est dans le volet économie, on traite les grandes filières. L’agriculture est toujours une principale filière car y’a des rapports à l’urbanisme qui soulèvent beaucoup d’enjeux, notamment sur la consommation foncière, et donc on le traite toujours. Et là en plus, comme y’a l’observatoire de l’agriculture on nous a demander d’aller un peu plus loin, de voir la safer notamment, ce qu’on fait pas d’habitude, de voir la safer, la CA ensemble, on a fait 2 réunions.

34Comment vous articuler avec l’observatoire

35Nous comme on a une étude qui est très transversale, l’idée c’est pas de pousser très loin sur l’agri. Par exemple dans notre diagnostic ce qu’on peut consacrer à l’agri c’est maxi 2 pages. La coordoination c’était sur le volet foncier : eux ils pouvaient nous apporter des données qu’on avait pas d’habitude : notamment objectif de consommation.

36Vous en avez récolté beaucoup des données ?

37Un petit peu, c’est pas évident. C’est pour ça c’est intéressant que vous voyez [chargé de mission collectivité territoriale de la Safer] il pourrait vous expliquer ça mieux que moi : sur les limites des données qu’on peut utiliser mais on a pu obtenir des données sur les 10 dernières années, sur les changement de destination des sols et tous les terrains agricoles qui sont partie en urbanisés. C’était intéressant parce que c’est des données qu’on a pas d’habitude. Nous on peut se baser sur les données du RP et RGA mais ..qui datent.

38Oui, qui datent, alors comment vous faites ?

39Alors là on a pas eu besoin, mais habituellement on utilise les données de la PAC pour faire des estimation d’évolution de surface, mais le problème c’est que ce sont des données payantes, et nous on ne les achètent pas à charge du bureau d’étude. Donc c’est au commanditaire de l’acheter. On n’achète pas de données supplémentaires. On se sert des fichiers de l’insee, les RGA 2000 on achètera le prochain. Mais les données de la PAC elles sont chers, et puis c’est plus intéressant que ce soit la collectivité qui achète car elle a accès à plus de données que nous. Notamment sur les niveaux de détails sur les confidentialités, quand on est une entreprise privée, on ne peut pas avoir accès à ces niveaux de détails.

40Et donc dans le cadre du diagnostic vous avez une convention pour avoir accès à ces données ?

41Voilà.

42Et quand vous dite le diagnostic c’est assez mécanique, vous avez votre méthode qu’ensuite vous appliquez ?

43Ya pas vraiment de méthode sur le papier, c’est juste à force d’en faire … Oui remarque c’est vrai que ça dépend… Quand je disais que c’est mécanique c’est pas forcément ...ya moins de travail stratégique …avec les élus pour définir des orientations politiques à long termes. C’est plus simple. C’est plus un travail très technique : on récupère des données techniques et après on synthétise. Y’a un enjeu en termes de concertation avec les élus qui est moins important.

44Sur ce genre de diagnostic vous ne mobilisez des méthodes de diagnostic participatif, ou partagé…

45Si, Si on le fait … Mais on le fait une seule fois : vers la fin. Nous on a tous les éléments, on a notre diagnostic, on organise un séminaire – y’en a eu un la semaine dernière à chalon - avec des élus, des acteurs du territoire, acteurs économiques ; des gens de la chambre, assez large. On fait des ateliers de travail, on leur présente notre vision du territoire, c’est l’occasion de discuter avec eux, si y’a des choses où ils ne sont pas d’accord, qu’on a oublié qu’ils veulent rajouter. Et après c’est dans les phases d’après c’est là qu’on en fait beaucoup plus, parce que l’objectif c’est de faire des orientation à des élus, ou a , là c’st spécial vu qu’on travail avec le conseil de développement du pays, y’a des élus mais pas que des élus. C’est intéressant aussi . et comme le but c’est de leur faire Eux définir leur propre stratégie, y’a beaucoup plus de travail participatif. On entamera cette phase en septembre. Là on a fait le diagnostic, maintenant on est dans une phase de scénario. A partir du diagnostic, ça sert à lancer la phase d’orientation : on prend les grand enjeux du diagnostic, et derrière on essaye de voir comment le territoire peut évoluer à l’horizon 20 ou 30 ans. Et on le présente dans un nouveau séminaire, qui aura lieu fin juin, comment leur territoire peut évoluer. Par exemple on prend des scénarios de l’insee sur l’évolution démographique, et le but c’est que eux fassent déjà des choix : on leur dit voilà soit vous évoluez vers une périurbanisation incontrôlée, soit vous renforcez tel ou tel pole, et le but c’est de leur donner des réactions par rapport à ça et que eux ils définissent déjà le premier scénario d’orientation où ils veulent évoluer. Et après nous dans la phase d’orientation, on va décliner le scénario : ça implique ça, ça, ça, etc et c’est là où il y a le plus de travail après

46Les résultats du diagnostic [du pays 1] ? C’est quoi les enjeux ?

47Ben les enjeux, y’a pas de secret, de toute façon c’est un territoire …. Qui fonctionne comme les autres : on a un enjeux de périurbanisation, d’étalement urbain plus par endroit quand même, ça ça va être important pour la suite, et avec des enjeu de consommation foncière qui sont très important quand même et .. Derrière au final. Ça c’est un peu le point de vue spatial, et après y’a le point de vue stratégique, un peu politique, qui est que on a un territoire où il y a des oppositions, et il y a un besoin de coordination entre l’agglomération et sa périphérie rural. On le voit à tous les niveau x : y’a des concurrence économiques, y’a des enjeux démographique très important pour [ville centre du pays 1] : elle perd de la population et ses voisins sont bien contents d’en gagner .. et là y’a un vrai enjeu politique, et d’action publique .. et derrière ça y’a des enjeux environnementaux notamment sur toute les problématique d’inondation avec [fleuve] c’est compliqué et là , on là encore on a des enjeux d’opposition politique entre la ruralité et l’agglomération : l’agglo est en zone inondable. C'est-à-dire que si les communautés rurale décident de faire un mauvais coup – bon ils pourront pas le faire – mais ils ont des casiers d’inondation, s’ils les lâchent [ville centre ] se retrouve inondée. Y’a des vrais enjeux, y’a des vraies discussions...

48Oui d’ailleurs il y a le contrat de vallée inondable, qui va devoir être refait

49Ah bon (il prend son stylo et note très intéressé : je coupe le magnéto et lui racontre l’étude qu’on a mené (coté enseignement ) avec la CA sur ce dossier….

50Et donc sur le diagnostic territorial, sur le petit volet agricole, quel sont les points qui se dégagent ; En face la profession agricole, qu’est ce que ça dit ?

51Quelle est la réponse ?

52Oui le degré de résistance..

53Ça vous devez connaître, c’est la réaction du milieu agricole face à l’urbanisation. Aujourd’hui on a une urbanisation qui se joue au niveau communale. Y’a pas de maitrise à l’échelle du pays de la périurbanisation pas du tout, même au niveau du grand chalon il n’arrive pas à maitriser cela. Et du coup c’est la commune qui va décider ou pas d’ouvrir à l’urbanisation et le problème c’est que généralement dans le monde agricole : quand l’agri est jeune il affiche une volonté de conserver les terre agri et quand il est prêt de la retraite y’a des enjeux financier qui font que ya des terrains qui partent. Ça c’est quelque chose qui se produit partout de toute façon mais qui est difficile à contrer. Sinon la parole institutionnelle de la profession agricole c’est de limiter la consommation foncière, mais après sur le terrain c’est moins évident.

54Et ça comment vous arrivez à l’appréhender : vous avez fait des entretiens ?

55Nous au niveau du [pays 1] on l’appréhende pas. Mais on le voit dès qu’on fait des plan d’urbanisme locaux, on le voit parce que on travaille à la commune et on le voit c’est des agriculteurs à la retraite. Mais non au niveau du [pays 1], on l’appréhende pas, c’est quelque chose qui est plus ou moins acquis…ça peut aller dans l’autre sens la commue peut décider de mettre une zone, et elle peut décider d’elle-même de dire bon moi j’ai envie d’urbaniser Là et au final réussir à convaincre l’agri via le volet financier que bon il faut qu’il laisse faire quoi . Parfois y’a des oppositions mais c’est assez … mitigé quoi : 50/50 et au final ça s’urbanise quand même.

56Et sur la suite ..

57Du travail de terrain pas tant que ça, parce que ça restera du travail à l’échelle du conseil de développement. Mais après dans la phase de scénario, ça va être le conseil de développement et le [communauté d’agglo du pays 1], commanditaire qui va avoir son mot à dire quand même qui vont orienter le choix des grands scénario de développement et après dans le détail on va aller faire des ateliers territoriaux sur des secteurs plus restreints que le pays : on va descendre .. on va couper le pays en 4 je pense à peu près.

58Et comment vous définissez les zones ?

59Je sais pas, on verra ..On n’y a pas encore réfléchis. Maison essaye de prendre des territoires cohérents, des milieux de vie en fait. Sur le pays y’en a quelques uns qui commencent à se détacher, avec des milieux de vie, des cultures complètement différentes. Notamment au niveau des élus : y’a des frontières..

60C’est en faisant vos premiers entretiens au niveau des comcom ; vous sentez un peu la température politique ?

61Oui c’est même pas trop politique en fait . Le politique on le sait, on le connaît, mais ça influence pas tellement dans le travail qu’on fait. Enfin ça influence les décisions quand y’en a, mais là comme c’est un travail qui n’est pas réglementaire en plus. Bon faut le connaître, nous on est obligé de le savoir pour pouvoir anticiper ce qui peut ce passer. Mais c’est plus j’ai envie de dire, vraiment les cultures des gens c'est-à-dire, y’a des secteurs sur le [pays 1] où ils connaissent une périurbanisation depuis longtemps, eux ils n’ont pas la même vision de la périurbanisation que des territoires nouvellement impactée. Eux ils ont une vision complément positive : « c’est génial, on prend de la population ». Alors que des personnes qui le connaissent depuis les années 70, vont dire c’est bien mais ça génère des problèmes quand même. C’est deux approches, visions différentes. Ça c’est un vrai problème : pour la concertation on a des élus qui n’ont pas la même vision du problème, pour faire aboutir les choses… c’est pas évident (rire étouffé).

62Long propos où j’explique : élus ont acquis des compétences urbanistiques, mais pas toujours els compétences internes, du coup font appel à BE, et les élus raisonnent souvent à leur échelles, avec enjeux de développement de leur commune, donc attirer. Et vous BE comment vous vous positionnez : vous répondez à des demandes, avec des commanditaires, ou vous avez votre point de vue .. ?

63Oui tout a fait . Je pense que c’est une des clé.. pour moi .. bon c’est mon point de vue personnel, mais moi je suis là pour faire de l’action publique, je suis pas là pour travailler dans une entreprise. Je pense que ici j’ai autant d’impact que dans une collectivité, parce que… bon on porte une parole, oui on porte une parole et effectivement une vision on pourrait appeler ça du DD entre guillemet mais c’est vrai que ça joue beaucoup. Bon après le commanditaire reste le commanditaire et on va pas dire des choses qui sont contraire à ce que pense le commanditaire mais euh.. parfois quand même. C'est-à-dire que c’est une peu notre travail de .. une agglo comme [Communauté d’agglo du pays 1] va aussi nous embaucher nous pour euh rentrer dans le lard en fait hein. Pour dire les choses que politiquement . .. ne sortent pas en fait. C’est un peu notre rôle de leur dire : bon voilà y’a de la consommation foncière, ça va pas, il faut arrêter. Et c’est tout un équilibre : le bureau d’étude a sa place aussi, notamment sur des projets stratégiques comme ça. C’est vrai que sur de l’opérationnel, sur un PLU si on a un bon service technique on peu faire des choses très bien – mais en générale les communes n’en ont pas – et c’est pour ça que les BE ont un rôle, mais en plus sur le stratégique, les BE ont en plus un rôle d’équilibre des forces en fait.

64C'est-à-dire que via un be on peut faire passer des choses qui sont plus difficile à faire passer que par le politique quoi ?

65Oui voilà, je pense ya ce type de rôle.

66Et du coup ça veut dire que les BE ont leur propre vision de l’aménagement, ce n’est pas seulement des outils « froid » avec de la carto etc ..

67Moi je le pense vraiment. Après au niveau des BE qui répondent à des SCOT ils sont tous comme ça, c'est-à-dire ils ont forcément une vision stratégique et ils peuvent pas être là simplement pour faire du dossier et des chiffres. Après sur un PLU, si on a un mauvais BE et une commune qui contrôle pas tout, le PLU il peut donner absolument tout et n’importe quoi. On peut avoir un PLU nul qui va faire l’inverse de ce que toutes les Loi Grenelles disent de faire. Après à l’échelle scot on rencontre pas tellement de BE qui sont complètement incompétents.

68Ah oui la division elle se fait comme ça ?

69Sur les PLU ya plus de diversité das els BE c’est sur

70Et là sur les SCOT vous êtes combien à vous partager le .. à vous positionnez sur le segment ?

71Sur la région ? Aucune idée. J’pense qu’à chaque fois y’a 3 ou 4 réponse. Ça dépend des projets, des fois ya des gens qui viennent de plus loin. Y’a toujours des BE qui viennent de Lyon, y’en a 3 ou 4 c’est pas un monde très très vaste. Et même des fois, y’a des groupements qui s’inter-changent. Nous on a un BE avec qui ont travaille préférentiellement, mais ça arrive qu’il se mette avec certains de nos concurrents.

72Et c’est un monde un peu dur de concurrence ?

73Non, moi je sais pas j’ai pas vraiment cette vision mais en ce moment quand même y’a du boulot avec toutes les évolutions, le grenelles de l’environnement : le Grenelles 2 là ! Des Scot va y en avoir encore pendant un petit moment. Des PLU aussi va y en avoir encore beaucoup. Donc on a une vision assez positive.

74C’est un secteur qui recrute ?

75Qui recrute, je sais pas, parce que c’est beaucoup des petites structures donc ils sont assez limités.

76Vous vous êtes en place depuis quand ?

77Depuis Octobre dernier. Et ça tourne assez vite. De l’histoire que je connais de BE1, ils ont une moyenne de 2 ans et demi. Mais bon après ça dépend. Y’en a qui reste plus longtemps

78Et le turn over vous l’expliquez comment ? Effet de carrière ?

79Peut-être . Après on a des charge de travail qui sont importantes aussi quand même . Après c’est aussi des effets de carrière, ou bien , y’en a une qui est parti pour faire une école de paysagisme. Ça peut être tout et n’importe quoi. Après y’a aussi une culture de la mobilité. Y’a une ouverture d’esprit qui est nécessaire pour faire ce qu’on fait, et qui fait qu’il y a des gens qui bougeront un peu à droite à gauche.

80C’est intéressant. Moi je ne pensais pas notamment sur les BE qui ne font que du PLU et qui sont plus standard.. on nous dit parfois, ils connaissent pas l’agriculture..

81Ben nous on n’y connaît pas vraiment ..

82Vous êtes agronome ? !

83Oui mais j’ai fait une école d’agro qui était assez généraliste, donc au final en agriculture pure je m’y connais pas vraiment.

84J’enseigne aussi dans une école, à Ecole 1 : et vous vous avez fait laquelle ?

85Paris Grignon, mais je connais pas ma de gens de Ecole 1 mais voilà.. je pense que je connais assez en agriculture pour voir suffisamment bien les enjeux au niveau urbanisme.

86Et la carte agronome a joué dans votre recrutement ?

87Ben moi je l’ai présenté comme ça oui je pense, carrément. Je pense qu’aujourd’hui quand on travaille sur de l’urbanisme en milieu rural, c’est important. Ça et puis j’avais aussi la carte environ, via l’agro j’avais fait beaucoup d’environnement. Et du coup c’est bien, ça rajoute un peu sur la polyvalence. Ben en plus il fallait, au niveau du BE : y’avait une Agro qui bossait là et qui est partie l’année dernière. En plus le profil avait plu.

88Pour finir sur la mise ne place de l’observatoire. Le pays c’est un interlocuteur ou c’est le [Communauté d’agglo]

89C’est le [communauté d’agglo] qui est commanditaire donc je les ai plus souvent en contact au niveau rendu et en plus le grand chalon a envie d’avoir beaucoup l’œil. C’est une structure qui est plus lourde que le pays, avec beaucoup de monde et une échelle hiérarchique etc. Et du coup ils sont toujours demandeurs de pas mal de suivi etc. Sinon le pays j’essaye de faire des point assez régulièrement, mais avec une vision un peu plus sensible, moins euh .. A+B ; enfin je vais pas leur donner à chaque fois tous les truc que je fais pour qu’ils vérifient. De temps en temps je vais les voir au niveau de la concertation, je m’assure que ya pas de soucis, que ça répond à leurs attentes stratégiques.

90Quels sont vos interlocuteurs au [communauté d’agglo] ?

91C’est une chargé de mission Scot qui travaille sous la direction de [chef du service urbanisme ]. A là base. Mais on voit [chef du service urbanisme ] à toutes les réunions, il est derrière. C’est un fonctionnement des grandes agglos.

92Et a propos de l’élargissement du Scot au [communauté d’agglo 2] ?

93Y’avait cette idée. Après je sais pas trop ce que ça va donner surtout l’agence d’urbanisme : Ils sont en train de créer une agence d’urbanisme au niveau [communauté d’agglo1 et 2 et petite région rural voisine]. Ça risque de faire bouger les choses. Après le scot je sais pas trop ce qu’ils ont derrière la tête : on entend différentes voix au niveau [communauté d’agglo 1]. Après au niveau technique, un scot à cette échelle, je sais pas si c’est une solution intéressante.

94En tout cas vous vous allez aller jusqu’aux programme d’action ?

95Oui on fait comme si c’était un scot à l’échelle pays. On va aller jusqu’aux orientations d’aménagement : préservation de tel paysage, orientation en termes de croissance des villages on va tout faire, mais qui sera pas réglementaire. On verra comment ça se passe

96Et après c’est le [communauté d’agglo1] qui s’en saisissait ?

97Ou le pays ça peu servir au pays. Ça peut évoluer, si il font un scot ils auront un diagnostic qui est presque fait donc pour eux c’est .. Si ils veulent faire un scot un jour, les discussions qu’on aura eux avec les élus notamment des comcom y’a un vrai besoin de travail pédagogique avec ces élus là. Mais ça peut être que positif si ils se lancent dans une démarche réglementaire après par ce que les mentalités auront évoluées ça peut que leur servir.

98Je pense qu’on a fait le tour. Peut-être que je serai amené à …

99Oui n’hésitez pas . Et il va y avoir un rendu ?

100Oui oui … [j’explique le PSDR ; rendu fin 2011, comité de pilotage partenarial et symposium] je vous tiendrai au courant

101Lui prend des notes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Sencébé, Florence Pinton et Pierre Alphandéry, « Annexe 8 : Entretien avec un salarié de bureau d’études », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 4 |  2013, mis en ligne le 23 août 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1918

Haut de page

Auteurs

Yannick Sencébé

Articles du même auteur

Pierre Alphandéry

Articles du même auteur

Florence Pinton

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page