Navigation – Plan du site
Le contrôle des terres agricoles en France

Annexe 1 : Présentation du projet PSDR Inra Région Bourgogne Teragri (version fin de programme)

Yannick Sencébé, Florence Pinton et Pierre Alphandéry

Texte intégral

1L’agriculture en Bourgogne : quelles inscriptions pour quel développement ? Circuits économiques, engagement de la profession agricole et partage du foncier.

2Le projet interroge l’inscription territoriale de l’agriculture à une période où cet enjeu se pose de manière paradoxale. Alors qu’elle s’est organisée de manière sectorielle et sur des marchés nationaux et internationaux, l’agriculture est interpellée sur la dimension territoriale de son développement  (demande de produits de proximité, attentes en matière d’environnement et de paysage ...).  

3Cette interrogation s’effectue par une mise en perspective entre deux niveaux de territoire : les « pays », exemple de territoires institutionnels visant à valoriser et articuler les activités et populations locales à travers une démarche participative et les « territoires de la pratique » des agriculteurs, tel qu’ils se déploient au niveau économique, professionnel et foncier.  

4Quatre pays ont plus particulièrement été étudiés. Le pays Chalonnais, confronté à une forte pression urbaine, cherche à articuler usage agricole et urbanisme ; le pays de Puisaye-Forterre, espace rural proche de l’Ile de France s’oriente vers une gestion touristique et environnementale de ses ressources ; le pays Auxois-Morvan entend relocaliser sa filière bovine et les circuits courts ; le Nivernais-Morvan s’oriente vers la diversification agricole en collaboration avec le Parc Naturel Régional du Morvan.

5Dans une perspective de développement intégré, le projet Teragri associe le réseau du développement territorial (Conseil régional, Conseil général de la Nièvre, 4 pays d’étude, PNR Morvan) et le réseau du développement agricole (Chambres régionale et départementales d’agriculture, DRAAF, Safer). Comités de pilotage et travail de terrain ont permis l’implication réciproque des chercheurs et partenaires régionaux.

Méthodes ou technologies utilisées

6Des regards complémentaires sur des territoires communs pour un éclairage socio-économique des formes d’inscription territoriale de l’agriculture

7Les résultats scientifiques attendus concernaient la capacité des dispositifs territorialisés à révéler voire réguler les relations entre agriculture et territoires sous trois angles constitutifs de nos trois volets : le partage et le contrôle des usages du sol, la participation de la profession agricole au développement rural ; l’influence des dispositifs sur les orientations économiques de l’agriculture.

8Le premier volet, sociologique, a déployé son regard à différentes échelles (communes, pays, département, région) pour saisir les enjeux fonciers sur les territoires, et rendre compte des acteurs, dispositifs et registres de justification qui orientent le partage du foncier entre agriculteurs et avec les autres usagers du sol.

9Le second volet, sociologique, a questionné l’inscription territoriale de l’agriculture dans un double sens : celui des modes d’engagement de la profession et des agriculteurs dans les pays et celui de la prise en compte par les pays des questions agricoles à travers le genre d’ingénierie mis en place et les types de partenariat qu’elle favorise.

10Le dernier volet, économique, a cherché à rendre compte de la diversité des dynamiques territoriales et des formes d’inscription économique de l’agriculture (économie spatiale et régionale) en les mettant en perspective avec la manière dont les pays envisagent les enjeux agricoles et mobilisent certains leviers d’action (analyse de politiques publiques).

Résultats scientifiques majeurs du projet

11La question de la territorialisation de l’agriculture se pose de façon particulière dans une région peu dense comme la Bourgogne et fortement structurée autour de trois grandes filières, céréaliculture, élevage allaitant et viticulture, toutes tournées vers des marchés mondialisés. La défense d’une agriculture de proximité qui trouve une valeur ajoutée dans le territoire est d’abord le fait des élus urbains et d’experts urbano-centrés. Ses marchés et ses filières dépassent les frontières des territoires étudiés, et sa prise en compte comme espace à préserver est d’abord le fait des élus urbains et d’experts urbano-centrés. Pour autant, l’engagement de certains agriculteurs dans les pays, l’ingénierie territoriale mise en place à ce niveau et les leviers d’intervention déployés dans les contrats de pays montrent les points d’appui à renforcer par les acteurs du développement pour re-territorialiser l’agriculture à l’heure où se pose la question de l’autonomie du développement (enjeux environnemental, énergétique...). Nos travaux débouchent sur une question et sur un point de vigilance : comment définir « l’agriculture territoriale » et qu’adviendra-t-il de l’agriculture familiale moyenne, très présente en Bourgogne et actuellement en crise ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannick Sencébé, Florence Pinton et Pierre Alphandéry, « Annexe 1 : Présentation du projet PSDR Inra Région Bourgogne Teragri (version fin de programme) », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 4 |  2013, mis en ligne le 23 août 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1913

Haut de page

Auteurs

Yannick Sencébé

Articles du même auteur

Pierre Alphandéry

Articles du même auteur

Florence Pinton

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page