Navigation – Plan du site

Tenir ! Les raisons d’être des travailleurs sociaux

A propos de J.-F. Gaspar, Tenir ! Les raisons d’être des travailleurs sociaux (La Découverte, 2013)
Cédric Frétigné
Référence(s) :

Jean-François Gaspar, Tenir ! Les raisons d’être des travailleurs sociaux, Paris, La Découverte, coll. « Enquêtes de terrain », 2012, 298 p., postface de Gérard Mauger.

Texte intégral

1On le sait, les professions du « travail social » sont diverses et diversement réglementées. Les manières d’exercer sont également sujettes à variation. Partant d’une enquête conduite dans une ville belge économiquement sinistrée, Jean-François Gaspar propose une tripartition de l’espace professionnel des travailleurs sociaux. Des travailleurs sociaux « cliniques » voisineraient avec des travailleurs sociaux « militants » et des travailleurs sociaux « normatifs ».

2Les travailleurs sociaux « cliniques » entendent mettre au jour la souffrance des bénéficiaires, revendiquent une prise en charge fondée sur l’empathie et organisent leurs pratiques professionnelles par référence à des techniques psychosociales. Attachés à repérer la « vraie » demande, ils se sentent fondés à traduire les attentes exprimées sous forme de besoins matériels en besoins affectifs, conformément à la vulgate psychologique ou psychanalytique qu’ils mobilisent au quotidien. Marqués par une prime éducation religieuse et/ou une orientation humaniste héritée familialement, ces travailleurs sociaux recyclent (fréquemment sans volonté expresse) les formes les plus ordinaires de l’intermédiation confessionnelle, par exemple la supervision comme forme laïcisée de confession. Dominés socialement par les « autorités morales » auxquelles ils donnent quitus pour les former et les accompagner dans leurs pratiques (psychologues cliniciens assurant la supervision collective, psychanalystes aidant tel ou tel acteur à « travailler sur lui-même »), ces travailleurs sociaux aspirent à devenir leurs égaux et sont gros consommateurs de sessions de formation, assistent à des conférences, lisent (ou parcourent) des ouvrages de vulgarisation, empruntent plus ou moins adroitement le vocabulaire et les postures professionnelles des psychologues patentés. Ils se présentent le plus généralement comme appartenant à des équipes pluridisciplinaires, disent former « équipe » avec les thérapeutes, se veulent influents dans les décisions prises. De fait, s’ils tiennent à distance les bénévoles qui interviennent, via les associations caritatives, sur le champ de l’action sociale, dénonçant leur absence de professionnalisme, on observe, en pratique, que les situations où ils sont réellement dans des positions d’égal à égal avec les psychothérapeutes tiennent plus à des « croyances » enracinées que avérées de fait. Si son expression s’en trouve atténuée, la domination professionnelle des uns sur les autres est néanmoins effective. Trop investis affectivement (ce qui est perçu comme malsain) pour les travailleurs sociaux « normatifs », ils sont par ailleurs accusés par les travailleurs sociaux « militants » de singulariser à outrance les réponses et de désocialiser l’analyse des causes des problèmes rencontrés par les usagers.

3Les travailleurs sociaux « militants » estiment, quant à eux, qu’il importe de politiser les problèmes individuels rencontrés par les usagers des services sociaux. Si leurs cas se présentent à eux de manière irréductiblement individuelle, ils entreprennent d’établir des liens entre les situations et de mobiliser usagers et militants associatifs et politiques autour de « causes » à défendre. Ces travailleurs sociaux sont particulièrement critiques à l’endroit des politiques publiques et assument un engagement au service des nécessiteux. Ayant le plus fréquemment bénéficié d’une socialisation politique dans le cadre familial ou ayant hérité d’engagements parentaux dans des organisations caritatives, ils se veulent proactifs en ce sens qu’ils travaillent journellement à proposer des garde-fous (mise en place de procédures de protection, manifestations, sit-in) et à expliciter les intentions (cachées ou non) des décideurs politiques. Ces travailleurs sociaux « militants » se défient des formations, dont l’intellectualisme apparent ou le psychologisme sous-jacent éloigneraient les professionnels de l’action immédiate et efficace au service des bénéficiaires. De fait, les travailleurs sociaux « cliniques » tiennent à distance la posture des travailleurs sociaux « militants » et contestent la légitimité de leur mode d’action. Collectivisant les problèmes rencontrés, ceux-ci sont présumés ignorer l’individu dans sa singularité, la « vraie » demande, la réponse opportune que chacune appelle. Ces professionnels sont également sujets aux diatribes de la part de « pairs », travailleurs sociaux « normatifs », qui considèrent que leur engagement est contraire à l’éthique de neutralité qui devrait seoir (et qui est enseignée dans les écoles de préparation aux métiers du travail social) et qu’ils outrepassent le mandat que l’institution leur accorde. Même si la reconnaissance de leur hiérarchie et des bénéficiaires est loin d’être toujours au rendez-vous, ces travailleurs sociaux s’obstinent, ne voient pas comment ils pourraient faire autrement que de poursuivre dans la voie de leur engagement. Disposant d’un véritable habitus militant, la lutte les tient, au sens où ils en sont prisonniers, au sens également où elle les maintient et donne sens à leur vie.

4Les travailleurs sociaux « normatifs » ont une conception particulièrement légitimiste de leur activité. De leur point de vue, ils exercent un métier parmi d’autres, tenus qu’ils sont d’appliquer avec discernement, mais d’appliquer néanmoins, une réglementation sur laquelle ils n’ont pas à se prononcer. Sans être nécessairement formalistes, ils sont attentifs aux procédures, au respect du droit, au « cadre » comme ils aiment à le préciser. Une forme d’« orthopédie normative » semble ainsi ordonner leur action quotidienne. S’ils sont sujets à des agacements, ils leur viennent des usagers des services sociaux qui abusent de leurs prérogatives, ne respectent pas les consignes et les conseils, s’enferrent dans leurs problèmes faute d’être vigilants au « cadre » défini ou en le subvertissant sciemment. Arrivés là « par hasard », ils exercent sans passion leur métier et se mobilisent affectivement le moins possible dans la réalisation de leur tâche. Se soumettant au « principe de réalité », ils contrôlent sans état d’âme, entreprennent d’éduquer aux règles de droit et aux pratiques sociales jugées normales, font la morale. Se voulant pragmatiques, ils se défient des énoncés théoriques et des grands principes idéologiques. Ils ne prêchent que par le « terrain », décrivent des situations vécues et énoncent les solutions pratiques auxquelles ils ont eu recours. Ils entendent pratiquer une coupure entre leur espace professionnel et les autres sphères de leur vie, quand bien même ils résideraient et travailleraient dans la même ville. Occupant des places dominées dans l’organisation de travail (ils ne sont pas en responsabilité de services), ces travailleurs sociaux « normatifs » peuvent, pour certains, s’en satisfaire et préserver ainsi un quant à soi, se prémunir de l’envahissement du domaine personnel par le domaine professionnel. D’autres vivent plus douloureusement cette situation. L’absence de promotion, qu’elle traduise la non reconnaissance d’un investissement professionnel conséquent ou qu’elle se présente comme une sanction, génère en retour un repli sur la tâche prescrite, la fin des prises d’initiatives, le respect scrupuleux des règles et procédures, la mise à distance affective des usagers et de leurs problèmes. Taxés d’être parfois « inhumains » par les uns (travailleurs sociaux « cliniques »), ils sont soupçonnés par les autres de manquer de conscience et d’engagement (travailleurs sociaux « militants »). Et quand le travail consenti avec les bénéficiaires fait l’objet de récriminations ou qu’il se présente comme un perpétuel recommencement, la lassitude gagne et d’aucuns attentent avec une impatience non feinte, qui la retraite, qui un changement de service ou de structure.

5La conclusion de l’ouvrage montre que les usagers sont un « acteur faible » dans la définition de l’identité professionnelle des travailleurs sociaux enquêtés. Si la rhétorique professionnelle veut que l’on travaille pour les usagers, la reconnaissance professionnelle passe d’abord et avant tout par les pairs, la hiérarchie, le pouvoir politique local, les professionnels de référence (famille des psychothérapeutes). La conclusion atteste également que les « supports » de l’action ordinaire des travailleurs sociaux sont, pour l’essentiel, les règles de droit, les procédures et autres dossiers qui font paradoxalement l’objet de critiques récurrentes de leur part au regard de la lourdeur bureaucratique que leur maniement implique. La conclusion fixe enfin que les relations avec les usagers et le jeu avec le « cadre » signent, pour les trois types de professionnels, le cœur de la professionnalité.

6Débiteur des analyses de Pierre Bourdieu, Jean-François Gaspar entend caractériser l’« économie symbolique » des travailleurs sociaux auprès desquels il a conduit son enquête. Il cherche notamment à montrer combien leurs habitus incorporés et leur ethos de classe structurent leurs schèmes de perception et sont explicatifs des pratiques observées. Désireux d’échapper aux affres d’une épistémologie par trop déterministe, l’auteur souligne que sa tripartition est idéal-typique et on constate effectivement, empiriquement, des zones de recouvrement à la lecture des biographies professionnelles des travailleurs sociaux qu’il a côtoyés. Gérard Mauger le souligne dans sa postface, l’intérêt de l’analyse est en particulier de sortir de l’habituelle (et assez manichéenne) bipartition qui fait des travailleurs sociaux, au choix, des agents du contrôle social ou des humanistes au grand cœur au service des usagers. De ce point de vue, Jean-François Gaspar complexifie le propos et pointe les tiraillements parfois vécus par les travailleurs sociaux entre les trois pôles de la pratique professionnelle qu’il a établis. Les « cliniciens », « militants » et « normatifs » connaissent des cas de conscience, éprouvent des insatisfactions professionnelles, subissent des revers, sont victimes de dominations dans l’espace de travail. Et pourtant, pour l’essentiel, ils « tiennent ». Ils trouvent des « raisons » de poursuivre leur action en mobilisant des ressources variées (croyances personnelles, soutien de l’équipe pluridisciplinaire, procédures administratives, gratifications symboliques de la hiérarchie ou des usagers, etc.).

7L’ouvrage se présente à plusieurs reprises comme fondé sur une enquête ethnographique. De fait, il s’appuie principalement sur une petite quinzaine d’analyses de cas, basées sur des entretiens répétés (deux à quatre) avec des travailleurs sociaux et des observations de rencontres avec les usagers. Le matériau empirique mobilisé accorde toutefois une place réduite aux dites observations. L’ethnographie est peu « visible » et la chair des observations assez impalpable. On manque d’informations précises sur la durée des observations, leur nombre et sur les principes organisateurs qui ont fondé l’enquête par observation. Il semble que l’ethnographie pratiquée soit peu raisonnée et qu’elle soit plutôt liée à des opportunités circonstancielles d’accès à des scènes particulières de la vie professionnelle des travailleurs sociaux enquêtés. Par ailleurs, l’outillage conceptuel de la sociologie de Pierre Bourdieu est fréquemment convoqué pour expliquer les dires des travailleurs sociaux alors que le matériau d’enquête ne s’y prête pas nécessairement toujours avec bonheur. Il y a des montées en généralité hâtives, des typifications totalisantes, alors que le travail repose principalement sur le suivi de treize travailleurs sociaux d’une même localité. On aurait pu attendre plus de prudence dans l’interprétation au regard de la nature du corpus empirique.

8Tenir ! Ce mot d’ordre des professionnels du travail social est mis au cœur de l’ouvrage de Jean-François Gaspar. C’est autour de cet enjeu que semble se structurer la pratique professionnelle de nombre d’entre eux. Par-delà la rhétorique professionnelle habituelle du service rendu, Jean-François Gaspar met ainsi au jour un élément princeps de l’activité ordinaire des travailleurs sociaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Frétigné, « Tenir ! Les raisons d’être des travailleurs sociaux », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2013, mis en ligne le 22 août 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1890

Haut de page

Auteur

Cédric Frétigné

cedric.fretigne@u-pec.fr
Professeur des Universités, Université Paris Est Créteil Val de Marne – Centre Interdisciplinaire de Recherche Culture Éducation Formation Travail (CIRCEFT) - Équipe REV – Immeuble Pyramide – 80, avenue du Général de Gaulle – 94009 Créteil

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page