Navigation – Plan du site

Commentaire critique sur la recension de Gemeinschaft und Gesellschaft par Durkheim (traduction par Sylvie Mesure)

Critical commentary about Durkheim’s review of Gemeinschaft und Gesellschaft
Ferdinand Tönnies

Texte intégral

  • 1 . Le texte traduit ici par Sylvie Mesure est celui d’une note de bas de page insérée dans la recens (...)

1Mon critique français de cet ouvrage (Communauté et société) auquel il a consacré de louables efforts, pose finalement la question : » Est-il d’ailleurs vraisemblable que l’évolution d’un même être, la société, commence par être organique pour aboutir ensuite à un pur mécanisme ? Il y a entre ces deux manières d’être une telle solution de continuité qu’on ne conçoit pas comment elles pourraient faire partie d’un même développement » (Revue philosophique, XXVII, pp. 416‑422).1

2Je voudrais répondre brièvement à cette objection qui me paraît raisonnable et correspondre à une appréhension du problème largement partagée. Je ne parle nulle part de l’évolution d’une telle « entité », soit comme Gemeinschaft, soit comme Gesellschaft. Je parle seulement de l’évolution d’une culture, et dans une certaine mesure de celle de ses représentants, de l’évolution d’un peuple mais en comprenant le peuple comme une entité biologique qui, à un niveau plus élevé (à travers la langue etc.), peut aussi se laisser entendre dans le même temps comme une entité psychologique. En revanche, toutes les combinaisons sociales sans exception ne sont données que par l’intermédiaire d’un consensus psychologique ; elles sont réfléchies. Je ne dirais jamais (comme le font toujours naïvement les sociologues et comme mon critique par conséquent le présuppose de ma part) : « une structure est un organisme ou un mécanisme ». Je dis plutôt : les structures résultant des volontés unifiées qui se présentent elles‑mêmes comme des entités sociales, etc., et qui par conséquent n’existent que pour la théorie, sont en lien avec ces volontés et sont de telle nature qu’elles peuvent être comparées soit à un produit organique ou à un artefact quasi organique, soit à un simple agrégat ou au mieux à une machinerie complexe ; c’est la raison pour laquelle j’ai dit qu’elles étaient pensées comme telles. Il s’en suit que les pensées du théoricien doivent être clairement distinguées des pensées (conscientes ou inconscientes) qui prennent vie chez les sujets de la culture eux-mêmes. Maintenant, si l’ensemble des manières de penser passe d’une façon extrêmement graduelle et variée d’un état d’esprit inventif et créatif à un état d’esprit qui calcule et qui compose ; si particulièrement les contacts et les relations avec les étrangers empiètent toujours plus sur les contacts et les relations amicales ; si, par conséquent, le contrat rationnel est l’expression normale et élémentaire des volontés associées, s’il remplace la mystérieuse compréhension grâce à laquelle les hommes sont en unisson les uns avec les autres et s’accordent sur leurs droits et sur leurs obligations préalablement à toute délibération mais cependant comme des êtres raisonnables qui se sont trouvés par la naissance assujettis à une place particulière, à un métier, un rang ou à un état (statut), alors il est possible d’expliquer pourquoi les entités « sociales », les structures « organiques » produites par la volonté et la pensée communes se transforment en partie en structures mécaniques ou en partie se trouvent refoulées par elles. On peut comparer cela d’une part au mouvement naturel de la vie vers la mort : quand il vieillit chaque organisme devient comparable à une combinaison inorganique. Comme il est possible d’autre part d’en trouver une autre analogie dans la façon dont les bœufs et les chevaux, qui certes n’ont pas été engendrés par l’homme mais qui sont cependant élevés par lui, se trouvent continuellement remplacés par les locomotives et les tracteurs. M. Durkheim pense « que la vie des grandes agglomérations sociales est tout aussi naturelle que celle des petits agrégats, elle n’est ni plus, ni moins interne ». Sur ce point, je ne peux que l’approuver avec plaisir : assurément, la différence n’est pas simplement fonction de la taille relative des « agglomérations ». Mais il ne m’a pas compris quand il affirme que dans la société selon moi « tout ce qui y reste encore de vie collective, résulterait non d’une spontanéité interne, mais de l’impulsion tout extérieure de l’État ».

3Il s’agit même là d’une très grave mécompréhension : l’existence de l’État n’est pour moi qu’une conséquence du mouvement spontané de la Gesellschaft, et il est assurément d’autant plus nécessaire que la société se trouve de plus en plus traversée d’antagonismes ; mais il est en premier lieu l’expression de la volonté de cette société dont il favorise le développement. Mais surtout l’observation de la vie sociale peut rester totalement indépendante de ces concepts ; elle n’a affaire qu’à des individus qui se reproduisent, se logent, travaillent, se battent, agissent etc. Elle ne peut s’empêcher cependant de découvrir qu’il existe aussi des « choses » telles que la famille, la commune, l’Église, la Gesellschaft qui ont en quelque façon une existence. En fait les historiens et les théoriciens des sciences sociales opèrent tous avec de tels concepts. Mais ces concepts, qui n’ont été véritablement guère évalués, sont des plantes particulières et rares qui poussent dans l’Herbarium de la science. Il vaudrait la peine de les placer sous un microscope afin de les définir et de les analyser.

Haut de page

Notes

1 . Le texte traduit ici par Sylvie Mesure est celui d’une note de bas de page insérée dans la recension que Tönnies a faite en 1893 de l’ouvrage de G. Tarde, Les lois de l’imitation ; repris in F. Tönnies (1929), Soziologische Studien und Kritiken, III, Jéna, pp. 192‑194.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ferdinand Tönnies, « Commentaire critique sur la recension de Gemeinschaft und Gesellschaft par Durkheim (traduction par Sylvie Mesure) », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 4 |  2013, mis en ligne le 25 septembre 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1822

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page