Navigation – Plan du site

L’invisibilisation du corps des cavaliers

Vanishing horse riders
Vérène Chevalier et Fanny Le Mancq

Résumés

À partir d’un corpus constitué sur près de vingt ans de recherche, alternant enquêtes par entretiens ou observations et analyses secondaires, l’article propose d’examiner la conversion cavalière des corps, ou plutôt la disparition discrète du corps dans et par l’expérience équestre, et comment cette socialisation cavalière renforce – ou à l’inverse contrarie – certaines dispositions corporelles des catégories sociales attirées par l’équitation. Le corps du cavalier se construit au cours de plusieurs étapes ordonnées en une carrière, et sur plusieurs scènes (à cheval bien entendu mais aussi à pied, dans l’écurie et ses alentours) et repose sur une double exigence : devenir invisible sur le dos du cheval et en même temps devenir insensible aux tâches socialement dévalorisées qui s’imposent à lui lorsqu’il met pied à terre. Ces dernières deviennent acceptables et supportables parce que le corps du cheval devient peu à peu celui du cavalier au fur et à mesure que celui‑ci apprend à faire corps avec sa monture. À cheval, l’effacement du corps semble socialement ajusté aux dispositions corporelles des catégories aisées en ce qu’il incarne à la fois un rapport distancié au corps et le contrôle de soi de l’étiquette bourgeoise. À terre en revanche, l’effacement, à travers la pratique constante d’activités « de service », exige l’oubli de sa sensibilité physique et sociale, et contrarie l’attention discrète au corps propre à ces mêmes catégories sociales.

Vanishing horse riders

Drawing from papers published over almost twenty years – including interviews and secondary analysis – this paper scrutinizes the horse rider’s body. It contends that horseback riding has transformed the rider’s body or rather that the equestrian experience has led to a barely noticeable disappearance of the body. It also questions whether such sport identity reinforces or, on the contrary, undermines certain physical abilities of the social groups prone to horse riding. A rider sees his or her body evolve throughout the career and according to the diverse situations faced ‑ ri­ding or not, in the stable and around. A twofold requirement determines this evolution: not only should the rider become invisible while riding, but he also needs to become immune to tasks that are socially debased but that he yet has to deal with once he dismounts. He can accept these better as he makes the body of the horse his and as he and his mount move like one. The way the rider’s body seems to be less visible when riding coincides with the physical dispositions of upper classes inasmuch as it illustrates both their distanced way of considering the body and the composure of the bourgeois etiquette. However, in the other situations, the rider’s body disappears in the “serving” type activities which compel to overlook one’s physical and social sensitivity, challenging the discrete attention these very same social groups pay to their body.

Corps, Socialisation

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

Socialization, Body
Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Devenir cavalier : faire avec un corps encombrant
L’entrée dans un loisir sérieux
L’apprentissage sélectif des sensations
La maîtrise des corps « pied à terre »
L’épreuve des épreuves organisées
Faire couple
Apprendre qui est l’athlète du couple
Prendre goût aux choses dégoûtantes
Être cavalier ou « la perfection rêvée » du Centaure
L’apprentissage de l’épargne corporelle… du cheval
Une instrumentalisation invisible du corps du cavalier
Un effacement du corps qu’on est par le corps qu’on a (acquis)
Conclusion

Aperçu du début du texte

Comme le constatent Didier Fassin et Dominique Memmi (2004, p. 12), « le corps résiste à l’analyse, des sociologues plus encore peut‑être que des anthropologues », même pour ceux qui investissent des objets a priori centrés sur son usage, comme les activités sportives. Il n’est évidemment pas impensé dans les travaux d’historiens ou de sociologues s’intéressant au sport, que ce soit à travers l’analyse historique des relations entre statut du corps et rapports sociaux et leurs conséquences sur les répertoires d’exercices du corps (Defrance, 1987), ou l’analyse sociologique des différentes formes d’instrumentalisation du corps et la dynamique de la vocation (Wacquant, 2000 ; Sorignet, 2010). La notion de corps y recouvre l’ensemble des dispositions corporelles, conçues comme structurées par et structurantes pour les positions sociales. Pour le dire autrement, « l’hexis corporelle », habitus fait corps, classe les usages du corps en goûts et dégoûts et oriente vers certains sports plu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vérène Chevalier et Fanny Le Mancq, « L’invisibilisation du corps des cavaliers », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 4 |  2013, mis en ligne le 25 septembre 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1806

Haut de page

Auteurs

Vérène Chevalier

verene.chevalier@ens.fr
Maître de conférences – Sociologie-STAPS – Université Paris Est Créteil et Centre Maurice Halbwachs - UMR 8097 - Équipe PRO – 48 Bd Jourdan – 75014 Paris

Fanny Le Mancq

fanny.lemancq@unicaen.fr
Maître de conférences – STAPS – Université de Caen Basse-Normandie- CesamS - EA4260 – Campus 2 – UFR STAPS – Bureau SP 160 – Bd du Maréchal Juin – 14032 Caen Cedex

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page