Navigation – Plan du site

Le savant et le politique

Corinne Rostaing

Entrées d’index

Mots-clés :

Politique, Science

Keywords :

Politics, Science
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Max Weber, Le savant et le politique, trad. par J. Freund, Paris, Plon, 1959.

1C’est le titre donné à un célèbre ouvrage de Max Weber1 qui contient deux conférences données en 1919, l’une sur « Le métier et la vocation de savant », l’autre sur « le métier et la vocation d’homme politique ». Max Weber différencie la posture du savant de celle de l’acteur politique.

2Le travail du savant implique une spécialisation rigoureuse afin d’atteindre son but : celui de démontrer la vérité à partir de faits et d’arguments reconnus comme scientifiquement valables. Il lui faut à la fois une grande rigueur et une véritable passion, « la science requiert de la modestie et de la disponibilité d’esprit. » Les hypothèses du savant sont guidées par une « idée » qui ne lui vient qu’au prix d’un travail acharné, loin des idées politiques. La science doit s’en tenir à la neutralité axiologique pour une compréhension intégrale des faits.

  • 2 . Ibid., p. 114.

3L’acteur politique est un homme d’action qui agit : il prend position en fonction de ses valeurs tandis que le scientifique analyse les structures politiques : « prendre une position politique pratique est une chose, analyser scientifiquement des structures politiques et des doctrines de partis en est une autre. »2

4Cette question de l’engagement du sociologue reste centrale en sociologie. Le sociologue analyse la société à laquelle il appartient, il va sur ses terrains, souvent au plus près des gens qu’ils étudient, il ne peut rester ce savant dans sa tour d’ivoire. Il est un citoyen qui a ses propres idées, qui a des engagements sociaux, qui est sollicité pour participer aux débats en lien avec ses recherches ou pour rendre un avis d’expert. À quoi sert la sociologie si elle ne contribue pas à améliorer des problèmes sociaux ?

  • 3 . Raymond Aron, Introduction in Max Weber, Le savant et le politique, op. cit., p. 10.

5Weber invite le sociologue à ne pas confondre les rôles de savant et d’acteur politique. Le sociologue peut participer aux débats sociaux de son époque et à la réflexion politique, Weber a lui-même fait l’expérience de l’engagement politique en adhérant au parti social-démocrate en 1918 et a publié des articles dans la presse. Il s’agit de ne pas jouer les deux rôles en même temps, de ne pas chercher à imposer ses convictions en s’appuyant sur des faits scientifiques, car le risque serait alors de perdre sa crédibilité scientifique. « On ne peut pas être en même temps homme d’action et homme d’études, sans porter atteinte à la dignité de l’un et de l’autre métier, sans manquer à la vocation de l’un et de l’autre. »3

  

6Et pour découvrir les 99 autres « mots de la sociologie », c'est très simple, il suffit d'acheter le livre, tous les liens nécessaires se trouvent au bas de la page de présentation sur le site des Presses universitaires de France :

7http://www.puf.com/​Que_sais-je:Les_100_mots_de_la_sociologie

Haut de page

Notes

1 . Max Weber, Le savant et le politique, trad. par J. Freund, Paris, Plon, 1959.

2 . Ibid., p. 114.

3 . Raymond Aron, Introduction in Max Weber, Le savant et le politique, op. cit., p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rostaing Corinne, « Le savant et le politique », in Paugam Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? », p. 120-121.

Référence électronique

Corinne Rostaing, « Le savant et le politique », Sociologie [En ligne], Les 100 mots de la sociologie, mis en ligne le 01 juillet 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1583

Haut de page

Auteur

Corinne Rostaing

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page