Navigation – Plan du site

La construction du social

A propos de M. Loriol, La construction du social. Souffrance, travail et catégorisation des usagers dans l’action publique (Presses universitaires de Rennes, 2012)
Nadège Vézinat
Référence(s) :

Marc Loriol (2012), La Construction du social. Souffrance, travail et catégorisation des usagers dans l’action publique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 214 p.

Texte intégral

1La notion de « construction sociale » mériterait davantage d’attention. C’est ce que Marc Loriol cherche à démontrer dans l’ouvrage issu de son habilitation à diriger des recherches soutenue en 20101. Les phénomènes que les sciences sociales se donnent pour but de comprendre ou d’expliquer sont souvent dénommés « constructions sociales » sans que la notion ne soit vraiment ni développée, ni explicitée. Celle-ci s’impose d’ailleurs d’autant plus et mieux qu’elle est stabilisée, aboutie et ne fait plus l'objet de remises en cause. Un travail de genèse est alors nécessaire pour faire apparaître, grâce à l’histoire, une réalité qui n’est pas intangible, une contrainte qui peut être dépassée. Parmi les exemples qui servent sa démonstration, Marc Loriol puise dans ses recherches antérieures sur la fatigue et explique ainsi que « la question n’est pas de savoir si la mauvaise fatigue” existe comme entité propre […] mais de comprendre […] comment cette distinction est posée, quel sens elle prend et quelle conséquence elle semble avoir sur l’expérience sociale et la prise en charge de la fatigue » (p. 13). La reconnaissance des entités permettant de saisir la santé mentale au travail n’est donc pas en soi un donné. Il s’agit d’un acquis qui émerge d’un contexte favorable ou se conquiert parfois à l’issue d’une lutte acharnée dont le résultat dépend d’un rapport de force à un moment donné entre les différents acteurs mobilisés.

2Le premier chapitre propose un état de l’art sur les espaces du constructivisme. Il part des détracteurs du constructivisme, parfois associé au relativisme ou subjectivisme, pour établir une typologie des différentes approches (allant du constructivisme radical à modéré). Il s’appuie sur l’exemple du stress pour montrer que ce sont moins les dimensions biologiques que les interactions avec les représentations sociales que la notion véhicule qui sont centrales avec ce type d’approche. Selon Marc Loriol, la notion de construction « permet de montrer comment les représentations sociales, les rhétoriques professionnelles, les images” du travail, se concrétisent ou non ; de mettre au jour les stratégies des différents acteurs, les négociations et les compromis, les conditions organisationnelles qui permettent de faire exister, au moins partiellement, ces représentations » (p. 33). En exposant le modèle de construction des revendications et problèmes publics en trois étapes (« naming, blaming and claiming », Felstiner, Abel & Soret, 1980), l’auteur montre comment la définition première s’incarne ensuite par le biais d’un étiquetage, diagnostic ou autre et produit des effets (sur la façon dont les malades sont traités selon que leur affection est reconnue ou pas comme une TMS par exemple). S’interroger sur la notion de construction du social revient à comprendre comment une définition s’impose au détriment d’une autre (Gusfield, 1981 ; Gilbert & Henry, 2009) : le processus d’émergence et de reconnaissance de la santé mentale au travail (les risques psycho-sociaux notamment) en est un bon exemple et fait l’objet du deuxième chapitre.

3La deuxième chapitre utilise la notion de construction sociale pour traiter la reconnaissance des entités cliniques en santé mentale au travail (fatigue, stress, burn out…). La définition de ces entités n’étant pas stabilisée, un travail de reconnaissance par ceux que Marc Loriol appelle les « entrepreneurs de cause » (p. 79) est en cours. Les différents acteurs du champ des risques psycho-sociaux au travail s’opposent pour qu’une entité plutôt qu’une autre puisse émerger, ils se confrontent pour imposer leur propre lecture d’une catégorie comme le stress ou la fatigue, chaque approche proposant une définition, des cibles et des méthodes différentes. Le résultat des actions et positions d’acteurs qui s’accordent ou s’opposent est donc variable : mise sur agenda ou au rebut d’un problème public, émergence d’une notion, médiatisation ou passage sous silence d’une maladie…

4Le troisième et dernier chapitre s’intéresse à la catégorisation des usagers dans les politiques publiques. Cela implique de s’interroger sur la façon dont l’étiquetage inter-agit avec l’expérience des acteurs concernés, avec les politiques publiques produites, avec la transformation des groupes professionnels impliqués : dans ce cas, le dernier chapitre montre comment les perceptions se modifient en même temps que les catégorisations. À mesure que les agents en contact avec du public cherchent à façonner les usagers, ils forgent, donnent, maintiennent un sens à leur activité professionnelle. Ainsi la définition de « bons » et « mauvais » usagers par les infirmières comme les policiers permet d’étudier le sens et les enjeux de ces catégorisations dans les pratiques quotidiennes. La rhétorique de l’usager renvoie ainsi à un idéal professionnel pour les salariés qui cherchent à les positionner au sein des différentes catégories à leur disposition. Mais « les usagers ne restent pas nécessairement passifs face à cet étiquetage, ils peuvent chercher à lever le stigmate, à produire un travail sur eux-mêmes afin de tenter de gérer dans le sens qui leur convient mieux les impressions qu’ils produisent » (p. 164). Marc Loriol met ainsi au jour plusieurs stratégies de reconstruction, de mise en forme, de l’usager et en propose une application concrète à partir de son enquête sur les infirmières et de celle qu’il a effectuée auprès de la police. Il explique également comment le développement d’approches commerciales axées sur le client a provoqué un recentrage sur un aspect particulier du travail et a pu susciter des conflits et négociations entre salariés, syndicats et directions sur la définition de l’usager. Cette approche s’accorde en ce sens très bien avec une sociologie des groupes professionnels puisqu’elle questionne à la fois les partitions de territoires entre segments professionnels plus ou moins concurrents, la légitimité et le contenu des tâches (parfois monopolistiques) attribués aux groupes professionnels étudiés (policiers, infirmières...), l’évaluation et la pratique réflexive par rapport à son activité de travail.

5L’approche proposée par l’auteur implique une analyse processuelle et historique du social. Mais elle se veut surtout englobante, dépassant les clivages disciplinaires et les frontières en termes d’objet de recherche. Par ailleurs, l’un des apports principaux de l’ouvrage consiste à éviter les deux écueils du constructivisme, « on lui reproche parfois de ne se concentrer que sur les micro-processus interprétatifs, mais aussi en d’autres occasions de n’étudier que l’histoire des grandes catégories sans tenir compte de la façon dont les acteurs les mobilisent ou non concrètement » (p. 193). Par la mobilisation de la notion de construction sociale, le livre de Marc Loriol montre enfin tout l’intérêt qu’il y a à mêler les échelles d’analyse (micro, méso et macro). L’approche constructiviste est en effet élaborée de manière très riche et instructive dans la première partie de son ouvrage qui comporte de nombreuses références à des travaux anglo-saxons. Cette première partie trouve son application dans l’étude macro et méso des risques psycho-sociaux (deuxième partie) puis dans celle, plus micro, des métiers en contact avec du public et de la catégorisation des usagers (dernière partie du livre). La connexion entre les deux dernières parties semble toutefois parfois un peu juxtaposée et m’a questionnée quant à l’exercice à l’origine du livre : n’est-il pas pour l’auteur qu’une manière, astucieuse certes, mais un peu facile, de relier entre eux ses travaux antérieurs ? S'agit-il vraiment de marquer un tournant dans la manière d’appréhender les nombreux groupes professionnels du service public, des secteurs de la santé, de la sécurité ou de l’insertion ou seulement de faire le bilan d'une série de travaux antérieurs ? Il faudra sans doute attendre le développement des travaux de l'auteur pour pouvoir mesurer pleinement la portée des acquis ici rassemblés.

61  Marc Loriol (2012), La Construction du social. Souffrance, travail et catégorisation des usagers dans l’action publique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 214 p.

Haut de page

Bibliographie

Gilbert C. & Henry E. (2009), Comment se construisent les problèmes de santé publique, Paris, La Découverte/Pacte.

Felstiner W., Abel R. & Sarat A. (1981), « The Emergence and Transformations of Disputes: Naming, Blaming, Claiming », Law & Society, Vol.15, N° 3-4, pp. 631-654.

Gusfield J. R. (1981), The culture of public problems: drinking driving and the symbolic order, The University of Chicago Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Vézinat, « La construction du social », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2013, mis en ligne le 29 janvier 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1576

Haut de page

Auteur

Nadège Vézinat

nadege.vezinat@ens.fr
Post-doctorante au Centre d’Études de l'Emploi – CEE – « Le Descartes 1 » – 29, promenade Michel Simon – 93166 Noisy-le-Grand Cedex

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page