Navigation – Plan du site

Relectures de Raymond Aron, Les Désillusions du progrès (1969)

New readings of Raymond Aron, Les Désillusions du Progrès (1969)

Résumés

L’ouvrage de Raymond Aron, Les désillusions du progrès. Essai sur la dialectique de la modernité publié en 1969, après l’avoir été en anglais en 1965, entendait répondre à une série d’énigmes : comment se fait-il que la prospérité des années d’après-guerre, entraînée par une croissance de l’économie, le plein emploi et la généralisation de la protection sociale, suscite autant de frustrations et de troubles  dans le corps social ? Comment se fait-il que l’on parle tant des inégalités alors qu’elles diminuent progressivement ? Comment se fait-il que les thèses de l’aliénation, de la domination, de l’asservissement soient si répandues alors que jamais autant encore dans l’histoire, les conditions de l’émancipation et de l’affirmation de la personnalité n’ont été aussi favorables ? Comment se fait-il enfin qu’à l’heure de la mondialisation des échanges, le besoin de rechercher l’authenticité dans les particularismes et les formes traditionnelles de l’identité soit aussi prégnant ? Les réponses d’Aron ont éclairé de nombreux sociologues, à tel point que plusieurs d’entre eux voient encore aujourd’hui dans ce livre une contribution essentielle à la compréhension des sociétés modernes. Mais aucune relecture n’avait été faite jusqu’ici de façon systématique. Tel est l’exercice qui a réuni dans une table ronde, sous la présidence de Serge Paugam, trois jeunes sociologues, Nicolas Duvoux, Cécile Van de Velde et Marion Ledoux-Wlodarczyk, à l’occasion d’une journée d’études Raymond Aron qui s’est tenue le 14 juin 2012 à l’EHESS sur « Science et conscience de la société. Les transformations de la sociologie française depuis 1960 ». Près de cinquante ans après la parution de la version anglaise, les quatre auteurs reviennent sur les trois dialectiques analysées dans les trois parties qui structurent cet ouvrage  (l’égalité, la socialisation et l’universalité) et tentent de mettre à l’épreuve ce cadre analytique en le confrontant à la fois aux interrogations actuelles de la sociologie française et aux tensions qui traversent l’ensemble de la société.   

New readings of Raymond Aron, Les Désillusions du Progrès (1969)

The work of Raymond Aron, Les désillusions du progrès. Essai sur la dialectique de la modernité, published in 1969, after its publication in English in 1965, intended to respond to a series of enigmas: How is it that the prosperity of the post-war years, entailed by economic growth, full employment and the generalization of social protection, engenders so much frustration and unrest in society? How is it that we talk so much of inequality when it is decreasing progressively? How is that the theses of alienation, domination, of enslavement are so common although never before in history have the conditions of emancipation and affirmation of personality been so favorable? How is it, finally, that at the time of the globalization of exchanges, the need to search for authenticity in the particularities and the traditional forms of identity are so pregnant? Aron's responses enlightened many sociologists, to the point that today several of them see in this book an essential contribution to the comprehension of modern societies. But no re-reading of it had been done in a systematic manner until now. Such was the exercise that gathered, in a round table under the presidency of Serge Paugam, three young sociologists - Nicolas Duvoux, Cécile Van de Velde and Marion Ledoux-Wlodarczyk - on the occasion of a study day on Raymond Aron that took place on June 14, 2012 at the EHESS, on "Science and conscience of society. The transformations of French society since 1960." Nearly fifty years after the publication of the English version, the four authors return to the three dialectics analyzed in the three parts that structure the book (equality, socialization and universality) and attempt to test this analytic frame by confronting it with the current questions of French sociology as well as with tensions that penetrate the whole of society.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Relectures de Raymond Aron, Les Désillusions du progrès (1969) », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 3 |  2012, mis en ligne le 29 janvier 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1531

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page