Navigation – Plan du site
Qui rêve du logement social ?

Annexe 2 : Journal de terrain tenu lors du travail d’observation effectué à la direction du Logement et de l’Habitat de la Mairie de Paris

Pascale Dietrich-Ragon

Texte intégral

1Pendant près d’un an, j’ai mené un travail de terrain à la direction du Logement et de l’Habitat de la Mairie de Paris. Présente auprès des agents en charge de l’accueil des candidats, j’ai observé les interactions qui se nouent dans ce lieu d’enregistrement de la demande. J’y ai tenu un journal de terrain dont j’ai ici retranscrit les notes prises durant deux demi-journées.

2Remarque : certains passages n’ont pas été retranscrits afin de garantir l’anonymat des personnes ou de ne pas dévoiler certaines informations confidentielles.

Première demi-journée (mai 2011)

3Les bureaux sont séparés par une cloison afin de garantir aux demandeurs un minimum d’intimité lors de leur entrevue avec l’agent d’accueil. Cependant, celle-ci ne clôt pas totalement l’espace : je peux donc entendre ce qui se passe non seulement dans le bureau où je me situe, mais aussi dans les bureaux voisins. Deux affichettes sont punaisées au mur. La première indique : « L’agent qui vous reçoit au sujet de votre demande de logement n’a aucune possibilité d’intervention dans la procédure réglementaire d’attribution d’un logement social. » Et la seconde : « Toute agression physique verbale est passible de poursuites judicaires. » Dès le départ, la directrice du service m’avait fait part des tensions qui pouvaient survenir en raison de l’agressivité de certains demandeurs, liée à leur frustration.

4Aujourd’hui, l’agent que j’accompagne est un agent remplaçant, c’est-à-dire qu’il fait le tour des antennes selon les besoins et les absences. Nous l’appellerons Pierre. Il me fait une place sur un coin du bureau, ce qui me permet de voir l’écran de l’ordinateur sur lequel il enregistre les demandes.

5Nous discutons un peu avant de recevoir la première personne. Il me fait part de quelques observations liées à son expérience du guichet. Selon lui, de nombreuses personnes déposent une demande de logement au moment du départ en retraite. Certaines avaient des logements de fonction qu’elles perdent quand elles arrêtent leur activité (c’est le cas des employés des hôpitaux, des militaires…). De même, dans les quartiers chics comme le XVIe arrondissement de Paris, on trouve de nombreux personnels de service qui logent dans des chambres de bonne et perdent leur logement quand vient la retraite.

6Il a également constaté que les personnes veulent éviter de quitter Paris pour ne pas perdre certaines allocations délivrées seulement dans la capitale (comme les dispositifs « Paris logement », « Paris famille »…). Les gens préfèrent selon lui avoir un appartement plus petit que partir en banlieue. Ils savent qu’une fois qu’ils auront franchi le périphérique, ils ne reviendront plus jamais dans la capitale : « C’est un voyage sans retour. » En outre, en quittant Paris, on perd la centralité qui permet de trouver du travail à peu près partout : « Si on habite le 93, c’est dur d’aller travailler à l’autre bout de la région. » Il a également remarqué que les exigences par rapport au logement sont différentes selon les milieux sociaux. Ceux qui ont toujours vécu en suroccupation ont des exigences très basses. Au contraire, les classes moyennes déposent une demande quand elles ont besoin d’une chambre en plus et s’aperçoivent que c’est impossible sur le marché privé car le coût est trop élevé. Nous parlons ensuite de sa propre pratique. Son travail n’est pas facile. En entretien, certains demandeurs s’énervent, menacent, pleurent…

7C’est l’heure. Il se lève pour aller chercher la première personne de la journée en salle d’attente.

Premier entretien

8Une jeune fille noire vient mettre à jour son dossier suite à un changement de situation. Avant, elle était sans domicile fixe, à l’hôtel. Aujourd’hui, elle habite dans une structure temporaire et bénéficie d’un CAE (emploi aidé de la Mairie de Paris). Elle est lasse : « C’est insupportable de vivre toujours dans du temporaire, dans des trucs comme ça. »

9Elle ne parle pas beaucoup. Elle ne perçoit pas encore les allocations logement : « Il me faut des papiers des impôts, et j’arrive pas à les avoir. » Du coup, son taux d’effort est de 40 %. « J’arrive pas à finir mes mois. C’est insupportable. » Elle a une assistante sociale. Elle est désillusionnée : « De toutes façons, je sais que je parle pour rien dire puisque j’aurais mon logement dans 20 ans. » Elle donne tous les renseignements avec détachement en pianotant sur son téléphone. Elle ne s’énerve pas. Elle dit sa désillusion calmement.

10Ses propres parents avaient de grosses difficultés de logement. Quand elle vivait avec eux, ils habitaient en squat dans un deux pièces. Ensuite, sa famille a enfin obtenu un logement social mais sa mère est morte : « Je peux vous dire que je les ai là ! »

11Selon elle, des femmes se mettent enceintes pour avoir un logement car cela faciliterait leur prise en charge par l’administration. « Ce n’est pas forcément un bon calcul », dit Pierre.

12Elle a ramené le dossier de son concubin qui veut lui aussi déposer une demande.

13Elle a déposé son propre dossier en 2008. Elle a 25 ans. « Travailler ne suffit plus pour vivre décemment », conclut-elle avec dépit. Elle en a marre de l’instabilité.

Deuxième entretien

14Un homme d’environ 40 ans vient pour un renouvellement. Il est originaire de Guinée. Il a deux adresses : une à Montreau et une à Boulogne Billancourt. Il dit être locataire des deux logements. Pierre tique. Il explique qu’on donne des logements à ceux qui ont déjà du mal à payer un loyer : déclarer deux adresses peut jouer en sa défaveur. L’homme semble ne pas tenir compte de cette information.

15Avant, il était enregistré seul. Maintenant, il a une femme et un enfant. Il a déposer sa première demande en 2004. Il s’est marié en 2007 et l’a signalé dans son dossier en 2008. Il dit qu’il ne reçoit aucune allocation de la CAF. Pourtant, selon Pierre, il devrait recevoir l’allocation Paje (jeune enfant). A Boulogne, il loue une chambre de 15 m².

16L’homme quitte le bureau pour aller à la photocopieuse reproduire certains documents qui doivent figurer dans son dossier. Pendant son absence, Pierre m’explique qu’il faut parfois faire une vraie investigation pour comprendre la situation des gens. « On pénètre dans leur vie privée mais c’est dans leur intérêt. » Ce monsieur fait selon lui partie des gens dont l’histoire est très compliquée. Il m’explique que certains ont des stratégies d’ « enfumage » de l’administration : « Ils donnent un tas d’informations en espérant être partout, même si ce n’est pas cohérent. Parfois ça marche. » Il me dit qu’il va essayer de pousser l’homme à se livrer pour comprendre l’histoire des deux adresses mais sinon « tant pis », il laissera les deux même si ça le dessert.

17Revenu de la photocopieuse, l’homme explique qu’un de ses amis squatte son appartement de Boulogne car il n’a pas de logement. Quant à Montreau (où il vit avec sa famille), il n’est pas sûr d’y rester longtemps car c’est trop petit. Les choses s’éclaircissent. Pierre répète que c’est rare d’avoir deux adresses compte tenu du prix des loyers.

18Avec son salaire, l’homme ne pourrait pas dépenser plus de 600 € de loyer pour un logement social. Aujourd’hui, il a un taux d’effort supérieur à 33 %. Son dossier date d’avril 2004. Il a aussi déposé une demande à la mairie de Boulogne. Il est éducateur.

19Avant de partir, il se plaint de tous ces papiers administratifs (il en a une énorme pile soigneusement classée). Il va lui falloir tout ranger.

20Pendant que Pierre va chercher une autre personne, j’écoute l’entretien qui se déroule de l’autre côté de la cloison :

21Une jeune femme vient modifier ses souhaits en termes de relogement. Elle a revu ses exigences à la baisse : à présent, elle accepte quelque chose de plus exigu et dans tout Paris. Elle veut vite déménager car elle a des moisissures et fait des bronchites asthmatiques. Elle a un traitement à la cortisone : « On m’a dit que j’aurai pas un logement avant 5 ans. D’ici là, je serai morte. » Elle est agent de la ville en détachement pour des études. « Je vais finir par péter un câble », martèle-t-elle. Elle a une paye peu élevée et ses parents vivent à la Réunion et ne peuvent pas l’aider.

Troisième entretien

22Un homme d’une cinquantaine d’années, d’origine immigrée, vient déposer une première demande accompagné de ses deux jeunes enfants. Il n’a pas rempli son dossier et Pierre doit l’assister. Il travaille pour la mairie de Paris et sa femme est caissière à Boulogne. Il a une carte de séjour. Actuellement, ils sont locataires d’un F2 de 35 m². Il travaille la nuit et est visiblement éreinté. Quand ses enfants réclament d’aller au parc après l’entretien, il refuse car il est trop fatigué.

23Une fois qu’ils sont partis, Pierre me dit que ce sont surtout les personnes dans les situations les pires qui se déplacent pour rencontrer un agent. « Ces gens ont des situations compliquées. Il faut gratter pour comprendre. » Il me fait ensuite part de son propre ressenti par rapport à son travail. Il a parfois le sentiment d’être un « illusionniste » car il donne l’illusion aux gens que les choses bougent alors que les attributions sont très rares. Il critique aussi la loi DALO (sur le droit au logement opposable). Selon lui, on multiplie les dispositifs pour faire patienter les gens : « On les ballade jusqu’à ce qu’ils aient tout essayé puis ils reviennent au point de départ. » Il critique enfin la communication des pouvoirs publics et la publicité qui est faite par exemple pour le numéro unique de demandeur sensé favoriser une meilleure gestion des dossiers car cela crée des attentes puis du désespoir : « On donne l’illusion que l’on s’occupe des gens. »

Quatrième entretien

24Une femme asiatique d’une quarantaine d’années vient pour le renouvellement de sa demande. Elle est interprète. Son mari, professeur de langue en libéral, va adopter le statut d’auto-entrepreneur. Ils ont 2 enfants. Ils demandent un logement car le leur est trop cher. Ils veulent aussi se rapprocher de l’école et de l’université des enfants. Ils souhaiteraient un 4 pièces. L’entretien, purement administratif, se passe très vite.

Cinquième entretien

25Femme japonaise de 55 ans. Elle a reçu une lettre de la DLH dont elle ne comprend pas bien le motif. Elle est chômeuse. Elle a déposé une demande quand elle a été licenciée. Elle reçoit 1226 euros par mois des Assedic. Elle ne parle pas bien français. Locataire dans le privé, elle habite une chambre de 16 m² dans le IVe arrondissement de Paris. Elle a un taux d’effort de 46 % et ne perçoit pas d’allocations logement. Elle est titulaire d’une carte de séjour. Elle aimerait rester dans le IVe arrondissement. Comme elle habite seule, elle veut absolument éviter un « quartier dangereux ».

Sixième entretien

26Homme retraité de 67 ans. Il est déjà logé dans le parc HLM et demande une mutation (sa demande date de 2004). Il a une retraite complémentaire. Avant, il était artisan. Il habite Sarcelles (95). Il paye 567,50 € de loyer. Il vit seul depuis que ses enfants sont partis. Son appartement, un F4 de 74 m², est trop grand pour lui. Il a fait une demande d’échange car son logement est trop cher. La moitié de sa retraite va dans le loyer. Il a un taux d’effort supérieur à 33 %. Ça fait 40 ans qu’il est dans ce logement. C’est un bel appartement qui a été refait. Il voudrait aussi se rapprocher de ses enfants.

27Pierre explique que l’échange ne peut avoir lieu que dans le parc du bailleur. Il. lui conseille de faire un courrier au directeur de la DLH. « Dans ce genre de cas, on devrait favoriser les échanges », soupire-t-il.

Septième entretien

28Jeune femme de 23 ans. Française. Elle est vit seule et est locataire dans le privé à Antony (92). Elle travaille pour la mairie de Paris en tant qu’auxiliaire de puériculture. Elle gagne à peu près 1600 euros. Pour l’instant elle est stagiaire mais elle sera titularisée l’année prochaine : pour sa demande, elle est déjà considérée comme agent de la ville de Paris. Elle paye 625 € de loyer pour un studio de 28 m². Elle voudrait se rapprocher de son lieu de travail et son loyer est trop élevé. Elle souhaite habiter à Antony, Gentilly ou Bourg-la-reine.

29Après cet entretien, il y a une panne du système informatique qui bloque l’accès au système. Pierre dit aux gens qui patientent en salle d’attente de partir. Il craignait les protestations, mais finalement ça se passe bien. Une fois de retour et en attendant que le système fonctionne à nouveau, il me parle des tensions que suscitent les attributions, et notamment des réactions de racisme. Dernièrement, un demandeur tunisien s’insurgeait contre le fait qu’on attribue un hébergement aux Tunisiens venus se réfugier en France suite à la révolution : « Alors qu’il était Tunisien ! » Il pense que le racisme se développe : « Les gens ont le sentiment qu’on leur prend leur place. »

Deuxième demi-journée (mai 2011)

30Cette fois, j’accompagne une jeune femme, que l’on appellera Sophie, dans son travail.

Premier entretien

31Femme noire en boubou d’environ 50 ans. Elle et son fils de 16 ans sont hébergés chez sa fille, dans le XXe arrondissement de Paris. Elle est sans activité et vit du RSA. Son fils a une bourse d’étude. Chez sa fille, ils sont 5 dans un 2 pièces d’environ 30 m². Elle explique que sa fille est embêtée de les avoir. Cette situation la désespère et elle pleure tout le temps. Elle est célibataire et dispose d’une carte de résident. Elle a déposé un dossier DALO il y a 2 ans et a été déclarée éligible : elle aurait donc dû être relogée dans les 6 mois. Sophie explique que ça prend du temps : « C’est vrai que c’est pas toujours… Il y a un peu d’attente. »

32La femme ne veut pas être relogée en banlieue à cause de son fils : « J’ai peur pour lui. » Elle demande tout Paris. Sophie lui conseille d’aller voir la mairie d’arrondissement et son assistante sociale. « Nous, on peut pas faire grand-chose », lâche-t-elle avec dépit. Elle explique que l’hébergement est un critère de priorité. Une fois la femme sortie, elle précise cependant que « prioritaire » ne veut pas dire grand-chose : « Il y a beaucoup de prioritaires. Même pour les prioritaires il y a beaucoup d’attente. »

Deuxième entretien

33Un homme, la cinquantaine, français, à l’allure hirsute, vient pour un renouvellement. Il est accompagné d’une femme qui se présente comme sa « référente ». Son dossier a été annulé (il a oublié de renouveler). [Plus tard, Sophie m’expliquera que quand on oublie de renouveler, le dossier est d’abord annulé pendant 6 mois, puis il est archivé, c’est-à-dire pilonné. Dans ce deuxième cas, le demandeur doit redéposer une nouvelle demande et perd son ancienneté.]

34La référente parle pour l’homme : « Il a eu une période difficile, le monsieur. » Il est hébergé par « Les enfants du canal », un centre de stabilisation, où il dispose d’une chambre de 7 m². Il a seulement travaillé un mois l’année dernière pour 900 € et perçoit le RSA.

35Sophie parvient à renouveler son dossier sans qu’il perde l’ancienneté de sa demande. Selon la référente : « Quand un dossier est annulé, c’est le découragement total. On a fait tout ça pour rien ! » Quand Sophie demande des justificatifs administratifs, la référente dit en riant : « Monsieur a une aversion pour les papiers. » Il n’a pas de téléphone. Il veut être relogé dans le XVIIIe ou le XVIIe arrondissement de Paris. L’homme sort enfin de son silence pour justifier son rejet de la banlieue : « Ecoutez, moi je suis parisien. Je suis venu ici pour retrouver Paris ! » Il veut rester dans la capitale quoi qu’il en soit : « Surtout pas retourner en banlieue. »

36Sophie explique qu’il faut signaler tout changement de situation. La référente titille le monsieur : « Si tu te maries, tu viens le signaler ! » L’homme s’inquiète de sa capacité à s’acquitter d’un loyer, même modéré. Sophie explique que, grâce aux APL, il y parviendra même s’il n’a que le RSA. L’homme a également déposé un dossier DALO.

37À la pause café, Sophie me dit qu’elle ne comprend pas que les gens refusent la banlieue : « On a quand même un logement social, adapté à la taille de la famille ». D’après elle, une personne déjà logée en logement social a peu de chances de bouger : « Elle a déjà un logement social. » C’est par exemple le cas pour ceux qui ont été relogés en banlieue et veulent se rapprocher de Paris. Les gens mettent leurs préférences dans le dossier, mais parfois on ne leur propose pas tout à fait ce qu’ils veulent : « Mais il faut pas refuser de trop. »

Troisième entretien

38Jeune homme français de 29 ans. Il vient car il a changé d’adresse. Il pose sur le bureau une énorme chemise qui contient tous ses papiers. Quand il a fait sa demande, il habitait chez sa copine, mais ils se sont séparés. Il est éboueur pour la Ville de Paris. Actuellement, il vit dans un hôtel de la mairie de Paris. Il participe à hauteur de 250 € par mois au loyer qui coûte 50 € la nuit. Il a une casquette d’ouvrier, des écouteurs et un sac à dos.

39Pour les chargés d’accueil, un gros enjeu est de choisir une adresse valable où adresser les papiers des demandeurs, sinon, les gens ne reçoivent rien, oublient de renouveler, etc. Pour ce jeune homme, il risque d’être stable dans cet hôtel car il a une petite perruche et il n’y a pas beaucoup d’établissements qui acceptent les animaux. Il habite dans le Xe arrondissement de Paris mais a aussi une adresse à Champigny où on peut envoyer le courrier. Il est titulaire de la ville depuis 10 ans. Sophie lui dit que le système interne aux agents de la ville (« Locagent ») lui permet de postuler directement à un logement. [Après l’entretien, elle me montre comment marche ce système : il n’y a aucun logement qui soit proposé en ce moment…]

40L’homme a une assistante sociale. Il est célibataire et travaille dans le XIIe arrondissement de Paris, place d’Aligre. Il gagne environ 1200 € nets par mois. Il veut un studio et accepte tout Paris. Au travail, il commence l’après-midi mais finit tard. Il ne veut plus être relogé à Champigny. Refus de la banlieue. Il a une adresse mail et un portable. Sa demande date de 2010. D’après Sophie, les agents de la ville sont nombreux à avoir des problèmes de logement.

Quatrième entretien

41Une femme française d’environ 45 ans s’assoit et attend, visiblement nerveuse. Elle a l’air épuisé et semble au bord de l’explosion.

42Sophie : - « Alors, vous avez changé d’adresse ?

43La femme : - J’ai changé d’adresse, oui : je suis à la rue ! »

44Le ton de l’entretien est donné. Sophie feint d’ignorer les marques d’irritation et d’agressivité que manifeste la femme.

45Cette dernière a une boîte postale. Se pose encore le problème d’où faire arriver les papiers et de la sûreté de cette boîte postale. Pendant que Sophie va à la photocopieuse, la femme raconte qu’elle a refusé un hébergement dans un centre du 93 et que du coup, ils l’ont internée en psychiatrie : « Mon cas est un peu particulier. » Je m’interroge sur la véracité de son discours qui semble un peu paranoïaque. Sa demande date d’il y a 4 ans. Elle est divorcée depuis longtemps. Elle a le statut d’auto-entrepreneur, mais précise : « sans exercice, puisque je n’ai pas pu exercer [il lui faudrait un local d’activité dont elle ne dispose pas]. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Dietrich-Ragon, « Annexe 2 : Journal de terrain tenu lors du travail d’observation effectué à la direction du Logement et de l’Habitat de la Mairie de Paris », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 4 |  2013, mis en ligne le 29 janvier 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1519

Haut de page

Auteur

Pascale Dietrich-Ragon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page