Navigation – Plan du site

Réponse à Christine Delphy

Response to Christine Delphy
Eric Fassin

Texte intégral

  • 1  Delphy Christine, MolinierPascale, ClairIsabelle, Rui Sandrine (2012), « Genre à la française ?  » (...)
  • 2  Fassin Éric (1993), « Dans des genres différents : le féminisme au miroir transatlantique », Espri (...)

1Dans la revue Sociologie (vol. 3, n° 3, 2012), Christine Delphy et Pascale Molinier mènent une discussion intéressante1, animée par Isabelle Clair et Sandrine Rui, sous un titre qui a attiré mon attention tant il rencontre les réflexions que j’essaie de développer de longue date : « Genre à la française ? ». Christine Delphy y revient d’ailleurs sur un article que j’ai publié en 1993 dans la revue Esprit2:

2« C’est bien pourquoi je n’aime pas cette notion de « rapport social de sexe » car elle laisse penser qu’il existe un rapport nonsocial de sexe et bien sûr dans l’esprit des gens, c’est le rapport sexuel. D’ailleurs, à mon avis, c’est ce qu’Éric Fassin prétendait, en réaction à la loi contre le harcèlement sexuel (Fassin, 1993) : que les rapports sexuels échappaient à la hiérarchie de genre. » (paragraphe 53)

3Manifestement, Christine Delphy me confond avec d’autres.

4D’abord, mon article n’empruntait pas à Danièle Kergoat le concept de « rapports sociaux de sexe » ; ma comparaison entre France et États-Unis s’appuyait justement sur le concept de genre (comme l’indiquait mon titre : « Dans des genres différents. Le féminisme au miroir transatlantique »).

  • 3  Ehrenberg Alain (1993), « Le harcèlement sexuel, naissance d'un délit », Esprit, n° 11, p. 73-98.

5Surtout, Christine Delphy me fait dire le contraire de ce que j’écrivais – et que je continue de défendre. Aurait-elle gardé en mémoire, dans le même dossier d’Esprit,l’article d’Alain Ehrenberg sur « Le harcèlement sexuel : naissance d’un délit »3 ? En tout cas, je l’invite, au lieu de se fier à ses souvenirs (d’où l’absence de citation précise), à relire mon texte avant d’en proposer la critique.

6En effet, loin de m’inscrire « en réaction à la loi contre le harcèlement sexuel » de 1992, je m’appuyais dans cet article sur un sondage français pour souligner « non seulement que le harcèlement sexuel est plus répandu qu’on ne le pensait, mais aussi que le problème est clairement nommé, et pris au sérieux. Contrairement aux idées reçues, les Français n’en plaisantent guère » (p. 105).

7En outre, loin de prétendre que « les rapports sexuels échappaient à la hiérarchie de genre », comme l’écrit Christine Delphy, mon texte de 1993 proposait l’argument inverse : « la comparaison américaine n’ébranle-t-elle pas l’illusion d’une séparation radicale, trop souvent acceptée comme évidente en France, entre le genre et le sexe, entre l’inégalité des sexes et le commerce amoureux, entre les enjeux politiques et les jeux érotiques, comme si les rapports de pouvoir tombaient mollement, avec les vêtements, au seuil de la chambre à coucher ? » (p. 107)

  • 4  Fassin Éric (1991), « Pouvoirs sexuels : le juge Thomas, la Cour suprême et la société américaine  (...)
  • 5  Fassin Éric (2009), Le sexe politique. Genre et sexualité au miroir transatlantique, Paris, Editio (...)

8Mon texte se situait dans le prolongement d’un premier article que j’avais publié fin 1991 dans la même revue autour de l’affaire Clarence Thomas, sous le titre « Pouvoirs sexuels »4, et repris depuis lors dans un recueil que j’ai intitulé Le sexe politique5. En 1993, en même temps que dans Esprit, j’intervenais dans le débat étatsunien par une tribune dans le New York Times, pour défendre un code universitaire qui régulait les relations sexuelles en vue d’éviter les abus de pouvoir. Cette articulation féministe entre sexualité et pouvoir, qui organise ma réflexion depuis plus de vingt ans, est donc l’opposé exact de la position antiféministe que m’attribue Christine Delphy.

9J’ajoute que, sur ce sujet, mon engagement n’est pas seulement théorique ; j’en ai d’ailleurs payé le prix professionnel. J’ai soutenu publiquement CLASCHES (Collectif de Lutte Anti-Sexiste Contre le Harcèlement Sexuel) au moment de sa constitution début 2002, et la tribune que j’ai publiée dans Le Monde du 22 février 2002, « Actualité du harcèlement sexuel » (disponible sur le site de CLASCHES), m’a valu en réponse, dans le même quotidien, les attaques personnelles de l’avocat d’un collègue alors poursuivi pour harcèlement sexuel.

10Me citer précisément aurait évité un contresens à Christine Delphy ; ce devrait d’ailleurs être une des conditions de la polémique dans une revue scientifique.

Haut de page

Notes

1  Delphy Christine, MolinierPascale, ClairIsabelle, Rui Sandrine (2012), « Genre à la française ?  », Sociologie, N° 3, vol. 3, http://sociologie.revues.org/1392.

2  Fassin Éric (1993), « Dans des genres différents : le féminisme au miroir transatlantique », Esprit, n° 11, p. 99‑112.

3  Ehrenberg Alain (1993), « Le harcèlement sexuel, naissance d'un délit », Esprit, n° 11, p. 73-98.

4  Fassin Éric (1991), « Pouvoirs sexuels : le juge Thomas, la Cour suprême et la société américaine », Esprit, n° 12, pp. 102-130

5  Fassin Éric (2009), Le sexe politique. Genre et sexualité au miroir transatlantique, Paris, Editions de l’EHESS, « Cas de figure ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Fassin, « Réponse à Christine Delphy », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 3 |  2012, mis en ligne le 21 décembre 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1506

Haut de page

Auteur

Eric Fassin

Sociologue, département de Science politique et Centre d’études de genre, Université Paris 8.

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page