Navigation – Plan du site

La « police amie des mères » : nouvelles modalités de la régulation sanitaire au Brésil contemporain

The “Police friend of mothers”: new methods of health regulation in contemporary Brazil
Alfonsina Faya Robles

Résumés

Au Brésil, les Agentes Communautaires de Santé (ACS) travaillent dans le domaine de la santé publique et sont des acteurs institutionnels centraux dans les changements sociopolitiques qui s’opèrent dans ce pays. Les ACS ont en charge le contrôle sanitaire des familles de milieu populaire, et notamment la relation mère-enfant. Ces familles se construisent en dehors du modèle nucléaire et la maternité se vit à l’intérieur de réseaux d’entraide féminine. Les ACS font un travail de « police » auprès des femmes, cherchant à construire un rôle maternel sanitarisé, s’inscrivant dans une recherche de résultats en matière de santé publique, comme la réduction de la mortalité infantile. Pourtant, les ACS travaillent dans le même quartier où elles résident, sont elles-mêmes des femmes de milieu populaire et font partie de ces réseaux d’entraide. Si elles sont la « police » des femmes, leurs modalités de régulation sont inhabituelles. Les ACS sont les « amies » des femmes, pouvant de ce fait être elles-mêmes aussi régulées par les habitants du quartier. Si plusieurs travaux font état de la position paradoxale des ACS, ils ne rendent pas compte des conflits et des arrangements qui en découlent. C’est ce que cet article vise à effectuer en montrant aussi comment le système de santé publique brésilien trouve dans les relations horizontales et amicales entre femmes de milieu populaire des modalités originales de la régulation sanitaire.

The “Police friend of mothers”: new methods of health regulation in contemporary Brazil

Health Community Workers (HCW) are workers in Brazilian public health care and are central institutional actors in the sociopolitical changes taking place in Brazil. The HCW are in charge of the working-class families’ health control, particularly the mother-child relationship. These families are built outside of the nuclear model, and maternity is lived within networks of women helping each other. The work of the HCW is that of the “police” who redress women’s healthicized maternal role, seeking health outcomes, such as reducing infant mortality. Ironically, the HCW work in the same neighborhood where they live: they are themselves working-class women and are involved in these networks of child care. If they are the “police” of the women, their modes of regulation are unusual. The HCW are the “friends” of the women, and, therefore, can themselves also be regulated by the habitants. If other studies have reported the paradoxical position of the HCW in neighborhoods, they do not reflect on the resulting conflicts and arrangements. This is what this article aims to do, showing how the public health system finds in horizontal relationships and friendships between working-class women original modalities of health regulation.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Santé, Brésil

Keywords :

Health, Brazil
Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Une approche ethnographique et multi-méthodes du terrain
Les agents communautaires de santé  de Pantanal : profils et parcours professionnels
Le travail d’ACS : une double tâche fâcheuse, une double position incommode
La « police des mères » : la régulation sanitaire de la maternité
Les modes de régulation des « amies » des mères. Rapports de pouvoir, rapports de symétrie
Le contrôle sur les ACS : les surveillantes surveillées
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le Programme Agents Communautaires de Santé (PACS) du Ministère de la Santé brésilien a été créé à partir d’une expérience initiée dans l’État du Ceara en 1987, dans le cadre d’un plan d’urgence pour lutter contre des taux très élevés de mortalité infantile et maternelle dans le Nordeste brésilien. En 1991, le gouvernement fédéral crée le PACS, avec les mêmes objectifs et visant toujours la région du Nordeste. Depuis, le programme s’est élargi à l’ensemble du pays et les Agents Communautaires de Santé sont devenus non seulement des acteurs principaux de l’attention primaire en santé mais aussi un pivot fondamental, en même temps que problématique, de la dynamique de démocratisation du pays. En 2007, il y avait un total de 211 000 Agents de santé dans le pays, couvrant 57 % de la population brésilienne (environ 107 millions de personnes). Dans la ville de Recife, le nombre d’ACS ne cesse d’augmenter depuis le début du XXIè siècle, passant de 990 en 2000 à 1 803 en 2006.

Aujourd’hui, l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alfonsina Faya Robles, « La « police amie des mères » : nouvelles modalités de la régulation sanitaire au Brésil contemporain », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 4 |  2013, mis en ligne le 23 mai 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1489

Haut de page

Auteur

Alfonsina Faya Robles

afaya@univ-tlse2.fr
Sociologue, chercheuse à l’Instituto de Medicina Social – Universidade do Estado de Rio de Janeiro - IMS/UERJ – R. São Francisco Xavier, 524, 6° Andar, BL. E, Maracanã – Rio de Janeiro. Cep : 20550-013, RJ – Brasil

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page