Navigation – Plan du site

Le rapport des bibliothécaires de lecture publique aux auteurs

The relation of public librarians to authors
Cécile Rabot

Résumés

Cet article vise à analyser la manière dont la figure de l’auteur est mobilisée et travaillée par les bibliothécaires de lecture publique au service de la définition de leur identité professionnelle. Les différents types de rapports qu’ils entretiennent avec les auteurs correspondent aux différentes manières dont ils envisagent leur métier, entre transmission de valeurs déjà constituées, participation critique à la construction de ces valeurs et animation culturelle conçue comme construction d’un espace de découverte et d’échange. L’article prend appui sur une enquête menée dans les bibliothèques de la Ville de Paris de 2005 à 2010. D’abord, dans une forme d’allégeance aux valeurs du champ, les bibliothécaires concourent à placer l’auteur dans une position sacrée et à produire la croyance dans la valeur de noms propres (I). Par ailleurs, ils entendent se poser en gardiens du temple, lectores garants de l’auctoritas et contribuant au passage du texte singulier à l’œuvre (II). Enfin dans une nouvelle posture plus ou moins assumée d’animateurs culturels, ils font venir l’auteur lui-même dans le monde des livres qu’est la bibliothèque mais, ce faisant, maintiennent une division des rôles entre créateurs et récepteurs (III).

The relation of public librarians to authors

This paper aims to analyze what public librarians do with authorship and authors in order to build their professional identity. Indeed, the different kinds of relationships between librarians and authors can be connected to the different ways librarians consider their work: they have to pass on famous authors, but they also intend to contribute to build reputations and to organize cultural activities as a space of discoveries and discussions. The analysis is based on a survey conducted in the public libraries of Paris from 2005 to 2010. Firstly, librarians contribute to build the sacred position of authorship and to produce faith in the value of names (I). Moreover, they intend to be recognized as gatekeepers and to control authorship through their critical labour (II). Finally, they try to play a new role of cultural animation, organizing meetings and conferences with authors, but, doing so, they maintain the traditional division between authors and lectors (III).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Transmission
L’hégémonie du nom d’auteur
Une posture d’allégeance
Un idéal de consensus
Inscrire dans la durée : constituer un fonds d’auteurs
Jugement critique
Repérer les auteurs à naître ou le pari sur l’œuvre à venir
L’attention à la « patte » ou la responsabilité critique
Une posture de critique
Une participation au contrôle du droit d’entrée dans le champ littéraire
Action culturelle
Une nouvelle posture plus ou moins assumée d’animateur culturel
L’homme pour la promotion de l’œuvre
L’homme pour éclairer l’œuvre ?
Une division du travail entre auteurs et lecteurs
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les bibliothécaires constituent une profession très structurée et reconnue par l’État, avec des concours qui contrôlent l’accès à la profession, des progressions de carrière définies à l’intérieur de corps et de grades et une organisation professionnelle, l’Association des Bibliothécaires Français, qui, depuis sa création en 1906, a largement participé à cette reconnaissance de la profession. Mais l’identité sur laquelle s’est construit le groupe professionnel (Seibel, 1992) demeure aujourd’hui encore un objet d’interrogations, dont on trouve la trace dans la littérature professionnelle, notamment sous la plume d’Anne-Marie Bertrand (Bertrand, 2004), conservateur général et directrice de l’École Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques. Inscrites dans une plus large « crise des identités » (Dubar, 2000), ces interrogations se nourrissent d’un triple constat : celui d’une diversité du groupe professionnel liée à la multiplicité des statuts et surtout de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Rabot, « Le rapport des bibliothécaires de lecture publique aux auteurs », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 3 |  2012, mis en ligne le 13 février 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1430

Haut de page

Auteur

Cécile Rabot

cecile.rabot@orange.fr
Sociologue, chercheure associée au Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (UMR 8209 Paris Panthéon Sorbonne/ CNRS/ EHESS) - 42 rue d’Hauteville –  75010 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page