Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Cette annexe présente une transcription de l’entretien avec Laura. Née en 1971, ancienne sportive de haut niveau, elle occupe un poste de Conseiller Technique National depuis 2009. Cet entretien illustre la manière dont le conjoint peut se révéler une précieuse ressource pour les femmes CTS souhaitant atteindre les plus hautes responsabilités.

2*

3Pour commencer, est ce que vous pouvez me présenter vos activités de CTS, quelle est finalement votre feuille de route, votre lettre de mission en tant que CTS, peut être en me disant ce qui constitue le noyau dur de cette lettre de mission puis les activités que vous assumez peut être de manière un peu plus périphérique ?

4Bon alors, moi je suis Cadre Technique National rattaché à la ligue d’Aquitaine, à la région Aquitaine, donc dans ma lettre de mission en gros, il y a deux voies, il y a des actions régionales où principalement je suis responsable du centre d’entraînement régional dans lequel il y a une section sportive, je dois également mettre en place la formation continue pour les entraîneurs, et je m’occupe du dossier inter-ligue, donc suivi en gros des athlètes cadets, je dois également bien sûr assister aux différentes compétitions régionales, euh…je pense que en gros c’est ça aux niveau de mes missions principales, après il y a toujours les missions périphériques qui viennent se rajouter comme des actions sur le Sport-Santé, des interventions à des séminaires, bien sûr la relation également avec les autres collègues qui entraîne des réunions régulières, des réunions hebdomadaires par rapport au travail que chacun peut effectuer, et après l’autre volant, ce sont les missions nationales, moi je suis sur le suivi national jeune qui est sous la responsabilité d’une autre personne hein, mais j’interviens sur ce suivi dans le cadre d’encadrement de stage et d’encadrement de compétitions internationales plus après le suivi des athlètes alors pas au quotidien mais disons de manière mensuelle, suivi des athlètes et de leur entraîneur.

5La proportion entre ces deux volets : Missions régionales-Missions nationales s’il fallait schématiser ?

6Schématiser, c’est à peu près du 50-50 quoi, après si vous voulez il y a ce qui est marqué sur le papier qui donne un certain cadre avec des horaires qui doivent rentrer dans un cadre prédéfini par le ministre mais tous les gens que vous allez rencontrer vont vous dire, on fait correspondre mais les horaires ce n’est pas du tout ceux là quoi, voilà. Après quand on s’engage dans la fonction de cadre technique, on sait aussi ce qui nous attend voilà. Et comme c’est un métier de passion en premier lieu, eh bien on a tendance à se laisser emporter quoi. J’ai une partie aussi entraînement je pense à ça, j’ai une partie ‘’Entraînement’’ qui est à cheval en fin de compte entre les deux secteurs régional et national quoi.

7Ces différentes misions que vous assumez, elles ont été décidées par votre directeur technique national en collaboration avec vous ou c’est une lettre de missions qui vous a été plutôt remise en main… ?

8Non, non, ça a été fait en collaboration avec nous, voilà. Par rapport aux demandes, aux différentes demandes donc là, pour les missions nationales ça a été une demande du responsable national ‘’Demi fond’’ auprès du DTN et pour les missions régionales ça a été une demande du président de ligue et également, pas une demande des cadres techniques qui sont rattachés à la région, mais plus un état des lieux de ce qu’il y avait à faire voilà. Et donc ça, ça doit rentrer dans le cadre du plan d’action technique régionale en lien avec ce que demande la DTN quoi. Mais ça ne nous a pas…

9Ça ne vous a pas nécessairement été imposé…

10Non, non mais je n’ai pas après peut être que je me trompe hein, mais il y a des…disons on doit suivre la politique de la DTN voilà. Après on ne doit pas faire n’importe quoi mais il n’y a pas de…à partir du moment où vous êtes nommés quelque part parce qu’il y a une certaine…il y a un besoin, voilà, donc moi je ne ressens pas de pressions pour dire quand je suis arrivée, « il faut que tu fasses ci, ça et ça, non, c’est comme dans toute entreprise, vous êtes arrivée, votre supérieur hiérarchique, il vous dit, il y a ça, il y a ça et ça à faire mais à partir de ce moment là vous suivez ça, mais après moi je n’ai pas l’impression qu’il y a une pression de la part de la DTN si le travail il correspond aux besoins de la région, aux besoins du national et s’il est bien fait, voilà. Après c’est la continuité de ce que demande la DTN, ce n’est pas…il n’y a pas de régions qui fonctionnement sans suivre les directives de la DTN quoi, voilà.

11Ces missions là, globalement c’est un peu de formation de cadres c’est un peu d’administratif et c’est  de l’entraînement ?

12Il y a de l’administratif aussi, j’ai paniqué (Rires) voilà, ça fait partir, c’est vrai que ça fait partir du quotidien, c’est vrai que par moment, ça prend énormément de temps quoi. Traiter des mails, répondre au téléphone, envoyer des courriers, c’est des choses qu’on n’indique pas dans une lettre de mission mais c’est induit par les missions qu’on fait.

13Et parmi ces missions, il y en a-t-il que vous affectionnez plus particulièrement… ?

14Alors, moi j’aimerais réorienter ma carrière plus vers l’entraînement effectivement mais pour l’instant ce n’est pas possible hein, je garde une part raisonnable dans mon métier, après ce qui ma tient à cœur aussi c’est le suivi du centre d’entraînement régional et le suivi de la section sportive, surtout…je pense que ça me tient de plus en plus à cœur parce qu’il y a la convention qui a été signée entre le ministère de l’éducation nationale et la fédération française d’athlétisme pour justement essayer d’avoir un maillage cohérent sur l’ensemble du territoire national sur les sections sportives et donc si cette convention, elle est réellement activée, je pense qu’on aura encore plus de poids en région pour essayer de mettre en place quelque chose d’intéressant. Après, il y a les missions nationales au niveau du demi fond parce que d’une part c’est ma discipline de cœur, il y a quelque temps j’étais responsable national du demi fond, donc je connais le chantier, c’est quelque chose qui me plaît quoi, de travailler avec les jeunes, d’essayer de leur mettre le pied à l’étrier pour atteindre le haut niveau, c’est quelque chose qui est très intéressant, oui.

15Vous…si je vous ai bien entendu, vous êtes plutôt chargée de groupes de jeunes en thème d’entraînement, un choix de votre part ?

16Non, mais un choix qui s’est imposé aussi par rapport à l’orientation effectivement de ces missions, quand vous devez gérer une section sportive, donc vous avez affaire à une classe d’âge particulière, quand vous êtes sur un centre d’entraînement régional, vous êtes aussi, donc là c’est plutôt des étudiants que vous avez en gestion, là le suivi des jeunes demi fond automatiquement donc ça va en gros, sur le suivi que j’ai moi, ça va de 18 ans à 23 ans, donc voilà, ces les missions qui s’orientent vers les gens que vous devez suivre.

17MARINA HONTA Vous m’avez indiqué que vous aviez été responsable national du demi fond. Vous pouvez me…de quelle année à quelle année ? Pour combien de temps ?

18Alors si vous voulez, moi je suis en région depuis…c’est ma deuxième année en région, voilà. Donc moi j’ai intégré la fédération par détachement parce que je suis prof d’EPS au départ donc j’ai intégré la fédération en septembre 2000 et donc de septembre 2000 à août 2009, j’étais exclusivement sur des missions nationales, alors qui ont évolué avec le temps hein, au début je suis rentrée à la fédération sur le suivi socio professionnel des athlètes  après j’ai…je suis allée sur le demi fond, tout d’abord comme responsable national jeunes demi fond, puis après responsable national du demi fond que ça soit les jeunes, les moins jeunes, la formation, le développement, tout ce qui avait attrait au demi fond et les deux dernières années, j’ai été responsable élite de l’ensemble des courses. Donc c’était sprint, haies et demi fond, voilà. Alors, les missions étaient différentes hein, là j’étais sur la fin j’étais plus sur la logistique, du relationnel avec les entraîneurs, les athlètes, il fallait, mon job en gros, c’était de savoir quels étaient leurs besoins, de pouvoir les mettre dans de bonnes conditions pour préparer les échéances, les grandes échéances internationales, d’encadrer et d’amener des choses pour que les entraîneurs s’améliorent voilà, des choses comme ça quoi.

19Ça à l’air d’être des missions passionnantes ?

20Ah oui, c’était très passionnant, il n’y a pas de problèmes, mais là ce que…après si vous voulez c’est toujours la même chose hein, c'est-à-dire que chez nous c’est comme du gouvernement enfin de compte hein, vous avez un président qui va désigner un DTN, après le DTN, il fait son équipe, voilà. Donc pendant…de 2000 à 2009, j’ai pu faire partie des équipes nationales et là dernièrement, j’étais affectée dans des régions parce que la DTN n’a pas souhaité que je fasse partie de ses équipes nationales, n’a pas souhaité oui et non, parce qu’il m’a proposé un poste que moi j’ai décliné, voilà. Donc après le fait d’être en région, je découvre un nouveau métier, alors c’est vrai que moi je n’ai pas une, une, comment dire une ascension professionnelle classique parce que j’ai commencé entre guillemets par « le haut » et là je redescends en région même si les tâches sont pour moi aussi nobles, intéressante voilà, mais en général on commence plutôt en région et puis après on file vers du national, voilà. Mais je découvre aussi entre guillemets « un nouveau métier » de nouvelles manières de fonctionner avec des contraintes qui sont différentes de celles du national, des contraintes financières qui sont beaucoup plus lourdes parce qu’en national surtout quand vous touchez l’élite, ce n’est pas que vous ayez carte blanche pour… d’un point de vue financier parce que vous avez toujours un budget que vous ne trouvez jamais important quoi par rapport à ce que vous voulez mettre en place. Mais quand vous partez en région vous trouvez que c’était super avant quoi, voilà (Rires). Donc c’est toutes ces petites choses là qui font découvrir une autre facette du métier mais qui est aussi très intéressante.

21Ça  a été, on ne dirait pas à vous entendre parler, ça n’a pas nécessairement été un crève cœur de passer de… ?

22Si, si vous voulez oui et non. Disons que moi, je m’étais préparée à ne plus effectuer de missions nationales parce que comme je vous dis, on est sur des contrats particuliers, moi j’étais sur un contrat de préparation olympique, un contrat PO, et donc ces contrats, c’est des contrats à durer déterminer, donc si vous voulez, automatiquement vous savez que tous les deux ans, tous les quatre ans ou là je crois que le nouveau DTN a mis des contrats tous les six mois, vous savez que eh bien, vous pouvez ne pas faire partie, et moi j’étais partie du principe que je ne ferais pas partie, de toute manière, de cette nouvelle DTN parce que très souvent tout le monde s’en va quoi, voilà. Donc de ce côté-là, j’étais entre guillemets « préparée » après c’est toujours pareil hein, quand on vous l’annonce, c’est toujours un petit choc et surtout que quand vous arrivez en région, moi je ne connaissais pas du tout ce métier quoi. C’était pour moi une découverte totale quoi, après une remise en question, des nouveaux dossiers à traiter, des nouvelles choses à apprendre, il y a toujours un petit moment d’adaptation voilà, et une reconnaissance qui n’est pas du tout la même également même si on a un super président de ligue, on a des collègues avec lesquels on s’entend mais la reconnaissance n’est pas du tout la même quoi, vous travaillez beaucoup plus dans l’ombre que quand vous êtes au niveau national quoi. Donc, voilà, voilà donc comment moi je l’ai vécu, d’un côté effectivement je m’étais préparée et puis après quand il y a l’annonce « Vous retournez en région », là c’est vrai qu’il y a un moment d’adaptation, voilà. Et puis quelque chose aussi qui est très différente, c’est la pression que vous avez, c'est-à-dire que, moi personnellement en étant sur le national, j’avais énormément de pressions voilà ; que vous gérez tant bien que mal enfin quand vous êtes dans le truc quoi, vous vous en n’apercevez pas spécialement hein, mais quand j’ai arrêté je me suis aperçu que c’était bien parce que j’étais fatiguée quoi, vous êtes dans le stress total surtout moi je suis quelqu’un qui recherche énormément l’excellence et donc j’étais à fond la dessus donc c’est du style ‘’Vous vous réveillez la nuit, tiens j’ai une idée, attend je la marque’’ voilà, je vivais quasiment 24h/24 dans le cadre de mes missions nationales quoi, alors que au niveau de la région même si j’ai un investissement qui est très important, que je recherche également l’excellence dans les missions que je peux avoir, je mets beaucoup moins cette pression quoi, qui est sur ma tête voilà, parce que les enjeux ne sont pas les mêmes. Les enjeux ne sont pas du tout les mêmes et ce n’est pas pour ça qu’on va négliger le travail hein, ça n’a rien avoir mais quand vous êtes en lien directe avec des athlètes de très haut niveau qui préparent les jeux olympiques quelque chose comme ça, s’il y a quelque chose que vous ne maîtrisez pas, s’ils ont un problème, il faut réagir de suite quoi voilà, moi si j’ai un athlète de ma section sportive qui a un problème, bon, moi je vais réagir de suite parce que j’étais habituée à faire comme ça mais ça n’a pas du tout les mêmes impacts, derrière vous n’avez pas le DTN qui va vous appeler pour vous dire « mais qu’est ce qui se passe » c’est pas du tout la même chose quoi donc, donc voilà.

23Sans vous demander bien évidemment d’outre passer votre devoir de réserve, quand on a un contrat PO, on sait quand même qu’on ne sait pas jusqu’où on va le prolonger, vous faites partir d’une fédération où le président, il y a deux ans enfin, a pris des positions assez fortes et médiatiquement… ?

24Et très dures contre un CTS ?

25Exact.

26Oui, c’est vrai.

27Il  y a eu des positions très très dures à l’égard des cadres d’Etat, est ce que ceci peut expliquer finalement ce turn-over quand on a des missions en tant que CTS, des missions nationales ? Est-ce que c’est cette pression là qui est tout simplement une pression fédérale qui explique ce passage de l’un à l’autre ou est ce que vous le percevez également par le fait que « je suis une femme, donc on me fait moins confiance », voilà ?

28Alors pas du tout. Là dessus le côté féminin n’a jamais été un handicap pour moi. Alors, je dis n’a jamais été un handicap parce que ce qui est marrant aussi, c’est que quand on m’a proposé d’être responsable national demi fond, alors en demi fond il y a une forte population maghrébine, le DTN de l’époque Franck CHEVALIER, m’a dit « Voilà, tu as parfaitement le profil » même si j’étais relativement jeune quand même hein, là j’ai 40 ans quand il me l’a proposé c’était il y a 6 ans, j’avais 34 ans hein quand même, donc c’est quand même jeune pour ce type de responsabilité. Il me dit voilà « J’ai un problème, c’est que tu es une femme », alors moi, pour moi ça a été un choc, parce que je n’ai jamais eu, je ne me considère pas comme un homme hein, ce n’est pas ce que je veux dire, mais le fait d’être une femme n’a jamais été pour moi un handicap. Et quand il m’a dit ça, j’étais assez surprise  par rapport à ça et je lui dis « Ecoute, moi je ne vois pas pourquoi ça serait un handicap ? » et il m’explique effectivement les relations que la junte maghrébine peut avoir justement avec les femmes et tout ça et moi qui était sur les jeunes et qui avait côtoyé certains séniors, du temps également où j’étais athlète parce que j’étais entre guillemets « jeune retraitée », je ne voyais pas où était le problème. Effectivement je n’ai jamais eu aucun problème par rapport à ça parce que j’arrivais peut être en tant que femme mais j’arrivais aussi en tant que championne, ex, excusez moi ex championne, voilà ex championne, donc il y avait ce « éclat » entre guillemets qui faisait que ils me respectaient, ils avaient l’impression que je les connaissais, que je connaissais leurs contraintes, leurs motivations et tout ça et donc je n’avais pas du tout de problèmes par rapport à tout ça et également ce que j’ai fait, je me suis informée sur la culture maghrébine, voilà, pour savoir comment répondre au mieux à leur entre guillemets « référentiel » sans pour cela tout d’un coup tombé…là actuellement, c’est marrant parce que c’est un sujet d’actualité, on parle vachement d’identité nationale et tout ça, c’est un sujet qui vient là-dessus, c’était vraiment pas pour faire de la démagogie quoi hein, euh voilà, j’ai essayé de comprendre leur mode de fonctionnement, le relationnel qui pouvait avoir avec telle ou telle personne voilà, mais le côté féminin ne m’a jamais posé de problème, franchement au sein de ma fédération, même s’il y a beaucoup d’hommes, c’est vrai qu’il y a des fois, bon, euh c’est …comment dire ce n’est pas que ce ne soit pas facile mais vous travaillez dans un milieu d’hommes voilà. Il y a des choses qui sont différentes que si on travaillait dans un milieu de femmes et moi je n’ai jamais eu de problème par rapport à ça parce que j’ai l’impression qu’il y avait beaucoup de respect par rapport à ce que j’ai pu faire avant et puis également moi je savais les laisser entre eux. Donc j’ai eu des postes à responsabilité, j’ai fait partie aussi des différentes équipes nationales qui sont quasiment exclusivement masculines. Moi, j’ai une équipe d’hommes à gérer, et quand on était en déplacement, je ne sais pas, le soir s’ils avaient envie de boire une bière et après c’est discussions entre mecs quoi, bon moi je n’allais pas spécialement avec eux mais je n’étais pas frustrée si vous voulez, moi qu’ils me racontent leurs histoires un peu olé olé, ça ne m’intéresse pas quoi, voilà, donc franchement là-dessus je n’ai jamais eu aucun problème. Alors concernant la position forte qu’avais eu…, alors je parle au passé parce qu’il me semble, et je dis bien il me semble peut être je me trompe et là je sors du colloque des cadres techniques où il y a eu une intervention de sa part et il n’a pas du tout parlé justement de ce problème avec les cadres techniques, il me semble que c’est entre guillemets « un peu fini ». Alors, moi j’étais comme d’autres cadres techniques, j’étais touchée par rapport à ça, parce que si vous voulez effectivement on est nombreux, le gros problème de notre corps c’est qu’il n’y a pas de directeur des ressources humaines, voilà. Donc vous avez, je crois qu’on est 98 ou 96 quelque chose comme ça, cadres techniques et enfin des comptes et bien il n’y a personne qui s’occupe de votre carrière, quand vous êtes en région, c’est pour ça que je vous parlais tout à l’heure de reconnaissance, parce que c’est comme ça, ce n’est pas lié à cette DTN là ça a toujours été en fin de compte , moi je le ressens maintenant parce que je suis en région, quand j’étais à la DTN, je me disais mais non un cadre technique en région, ils disent n’importent quoi, enfin de compte en région vous travaillez bien ou vous ne travaillez pas bien, à part bien sûr le président de la ligue et puis les résultats sur le terrain, il n’y a pas de regard vraiment de la DTN, on ne met pas en avant des actions de région qui sont hyper bien, on ne met pas en avant quelqu’un qui va régulièrement amener X personnes au championnat de France, mais ces personnes n’iront pas en équipe de France, ça on ne le met pas en avant et pourtant ça c’est la base de la pyramide tout ça quoi, voilà, et je pense que pour moi le problème il vient de là, alors comment on peut le faire, comment on peut le résoudre, ça je ne sais pas du tout quoi, je ne sais pas du tout parce que je vous dis chaque direction technique essaie de se pencher sur ce problème et chaque direction technique essaie de donner des réponses à ce problème mais on voit qu’on arrive pas quoi. Et pourtant vous avez des gens en région qui sont extraordinaires quoi et voilà sauf que ils ne sont pas mis en lumière, voilà, ils ne sont pas mis en lumière.  Vous n’êtes mis en lumière effectivement que quand vous êtes en niveau national, voilà. C’est comme ça, eh bon après il faut le savoir quoi.

29Ça va mieux aussi peut être parce que les résultats sur la scène européenne en tout en cas pour le moment en salle et en plein air vont mieux aussi enfin…ou pas nécessairement ?

30Peut être, peut être, je ne sais pas. Après il y a apparemment le nouveau directeur technique qui est en très bonne relation avec son président, alors sûr que les résultats, les bons résultats ça aident de bonnes relations avec le président, voilà, peut être qu’il y a un travail aussi effectué à la DTN par rapport à ça, mais bon nous, on n’est pas informé hein. Mais c’est vrai que le président à un discours beaucoup moins, même actuellement, pas du tout virulent vis-à-vis de ses cadres techniques, donc ça c’est sûr c’est quand même appréciable, c’est quand même appréciable parce que le discours fort qu’il avait eu donc c’était…notamment…ça a duré relativement longtemps quand même mais c’est vrai que ça a été donné au grand public autour des jeux olympiques de 2008, ça a été très dur quoi, ça a été très dur parce que je vous dis en région…après c’est comme dans tout métier vous avez des gens qui font super bien leur métier et des gens qui ne font pas super bien leur métier, voilà. Mais en tout cas pour la plupart, enfin moi je le vois comme ça hein, c’est des gens qui vont au-delà du cadre professionnel classique, de ces lettres de mission, de ces heures normalement obligatoires et très restreintes données par le ministère, euh…c’est des gens qui…comme je vous dis c’est un métier de passion vous mélangez tout, votre vie personnelle, familiale voilà. Et donc quand vous êtes dans l’ombre et que vous travaillez comme pas possible et que tout d’un coup vous avez un discours pas très sympa de la part de votre président de fédération, pouf…c’est vrai que ce n’est pas agréable, ce n’est pas très agréable quoi, voilà.

31Vous l’avez dit tout à l’heure, quand vous avez eu vos missions nationales vous avez pu, fort logiquement bénéficiez du profit symbolique que vous donnait votre carrière d’athlète de haut niveau en demi fond. Pour une CTS femme en athlétisme qui n’aurait pas, enfin qui n’aurait pas X titres de championne de France, finaliste des jeux olympiques, des records de France etc. dans son escarcelle, est ce que, s’aurait été aussi facile que pour  vous ?

32Non, non, alors, ça n’aurait pas été…moi je vous dis j’ai commencé inversement voilà. Mon statut, parce que j’avais un profil bien particulier, mon statut à faire que de suite on m’a proposé des missions nationales avec une orientation haut niveau. J’aurais pu avoir aussi des missions nationales avec une orientation purement développement scolaire ou autres quoi. Mais là, c’était une orientation haut niveau, c’est sûr que ça m’a aidé. Après, je pense que sans me lancer de fleur, ce que les gens ont vachement apprécié, c’est que très vite je ne suis pas restée la dessus quoi, voilà. Comme je vous disais tout à l’heure au niveau de mes missions régionales, c’est des choses que je découvre, j’ai appris pour pouvoir mieux les mettre en place, beuh au début, je suis arrivée avec mon expérience en tant qu’athlète de haut niveau, mais très vite j’ai appris le métier quoi, voilà. Le métier, je l’ai appris auprès des gens qui étaient déjà en mission, je me suis formée également de manière complémentaire voilà, je ne suis pas restée que sur mon simple statut, ma simple expérience parce que ça, ça aurait donné une vision beaucoup trop restreinte de mon application professionnelle quoi et puis de la vision de haut niveau et puis également le haut niveau que moi j’ai pratiqué, ce n’est pas le haut dont j’ai eu la charge, ce n’est pas le haut niveau de maintenant quoi, voilà, même s’il y a beaucoup de choses qui sont communes, mais c’est tout à fait , c’est autre chose quoi, voilà c’est différent donc il faut pouvoir évoluer la dessus. Après donc…c’est sûr que j’en ai joué, mais ce qui est marrant, c’est que maintenant, je n’en joue plus du tout quoi, mais je…moi je ne suis pas quelqu’un qui me met en avant par rapport à…voilà j’ai fait une carrière de haut niveau, pour c’est passé, même quand j’étais athlète de haut niveau…quand j’étais excusez moi en reconversion, je ne disais pas voilà, c’est Patricia DJATE TAILLARD qui a fait ça, ça, ça, non,…

33Il n’y a pas besoin dans le milieu…

34Voilà, peut être qu’il n’y en a pas besoin dans le milieu. Vous savez quand vous travaillez avec des jeunes, c’était plutôt leur entraîneur qui leur disait voilà, tout ce qu’elle a fait et tout ça euh…mais non euh…et puis moi ce que j’ai vachement apprécié et puis je suis encore dans cette logique là, c’est justement de rencontrer euh…de passer de l’autre côté parce que ce qui est rigolo quand vous êtes athlète de haut niveau, euh déjà vous ne voyez pas trop tout le travail qu’il y a derrière hein, enfin moi j’ai participé aux jeux olympiques en tant qu’athlète, j’ai participé aux jeux olympiques en tant que cadre, je suis ressortie beaucoup plus fatiguée de la gestion des jeux olympiques en tant que cadre qu’en tant qu’athlète quoi, voilà. Mais ça vous ne voyez, vous ne le voyez pas. Des gens qui sont là pour vous à 100% et qui dorment 3 à 4 heures uniquement dans la nuit parce qu’il y a toujours un truc à faire et ça, vous ne le voyez pas du tout. Et donc moi, j’ai découvert ce monde et j’ai eu la chance pour l’instant d’être épaulée par des gens d’une compétence professionnelle très très  grande quoi, voilà. Donc, tout à l’heure quand je disais je me suis formée, je me suis également formée par le partage de connaissances, voilà.

35Par l’interaction avec les autres ?

36Voilà, par l’interaction avec les autres quoi.

37Et ces autres, c’était vos collègues à vous, CTS ou pas nécessairement ?

38Alors, au départ, c’était effectivement des collègues à moi hein, euh…donc quand je suis arrivée sur le suivi socio professionnel c’était…alors ce n’était pas, c’était une collègue de travail, mais c’était quelqu’un qui venait de gaz de France, qui avait été détachée de gaz de France pour travailler à la fédération française d’athlétisme parce que à l’époque il y avait un partenariat entre les deux et euh qui était…euh qui travaillait au service des ressources humaines chez gaz de France. Donc cette personne là par exemple, alors là c’était marrant parce que c’était vraiment, là je basculais vraiment entre athlète et monde professionnelle et cette personne là m’a aidé à basculer de l’autre côté et m’a offert une vision d’entreprise de la gestion des sportifs de haut niveau et euh ce qui est rigolo c’est que moi je lui apportais un regard d’athlète et elle m’apportait son regard d’entreprise, donc j’ai pu découvrir par exemple ce monde de l’entreprise et les exigences que ça demandait. Après les autres personnes, ça a été les collègues que j’ai pu avoir et là c’est des collègues CTS qui avaient des missions nationales sur le demi fond, un collègue qui est toujours en place d’ailleurs, qui lui était sur des missions nationales à responsabilité au niveau des équipes de France jeunes et après les équipes de France élites, quand j’étais dans la garde rapprochée, parce que à chaque fois que vous avez des missions nationales mais il y a aussi différents échelons au niveau national, mais quand j’étais vraiment, les deux dernières années dans la garde rapprochée de la DTN, eh bien c’était les gens de la DTN également qui m’ont apporté d’autres regards et puis sur ma dernière mission et ça j’ai vachement apprécié, c’était de découvrir d’autres disciplines, d’autres cultures également parce que là je découvrais les antillais voilà, d’autres manières de faire, d’autres manière d’appréhender la préparation pour une échéance, tout ça, voilà. Donc c’est quelque chose qui petit à petit est venue m’enchérit en fin de comptes, ma formation professionnelle quoi. Et puis après, il y a eu la mise en place des formations continues, mise en place par l’INSEP pour les cadres techniques et là c’est aussi vachement sympa parce que euh…alors chose que nous on ne peut pas beaucoup faire parce que je n’interviens pas sur le CREPS par exemple, donc je ne suis pas en relation avec les autres disciplines. Quand vous êtes à l’INSEP, quand vous êtes au CREPS, vous êtes en formation continue enfin moi il me semble que vous êtes en formation continue mais totalement quoi, toute la journée en fin des comptes, vos prenez vos plateaux, vous allez manger, vous tombez en face de l’entraîneur de lutte, vous allez discutez un peu avec lui et ça, pareil c’est tout vêtu avec les formations mises en place par l’INSEP, beuh j’ai trouvé ça vraiment très intéressant quoi. On discute de la même chose, on discute d’un sujet commun mais avec des visions, des contraintes, des cultures différentes qui nous amène d’appréhender les choses un peu différemment même si le tronc, le chemin principal est commun quoi. Donc voilà.

39Vous avez dit à plusieurs reprises, c’est un métier de passion où il est impossible de compter des heures parce que même si on ne travaille pas, la tête, elle continue de fonctionner systématiquement, quelles sont les…aujourd’hui les principales au-delà de celles la certainement, les principales difficultés de ce métier de CTS et considérez vous que ces difficultés sont exacerbées dès lors que l’on est une femme ou finalement CTS Homme/Femme c’est difficile ?

40Alors euh…les difficultés, j’ai du mal…c’est vraiment qu’on ne ferme jamais la porte du bureau quoi, voilà. Et donc, alors ça c’est aussi…pour moi, c’est un travail que j’ai effectué par l’intermédiaire d’une personne qui me guide la dessus sur moi justement pour pouvoir mettre des barrières, alors moi je suis une maman peut être pas une maman comme les autres mamans mais je crois que je suis une maman comme toutes les mamans qui sont très actives dans leur emploi. Et donc, chose que je n’arrivais pas à faire  quand j’étais sur les missions nationales mais parce que aussi j’étais jeune et moins mûre la dessus, euh maintenant, j’apprends à être également disponible pour ma famille et pour mon fils quoi. J’essaie de faire la part des choses entre les deux même si effectivement ce n’est pas aussi facile que ça. Mais pour moi c’est la principale difficulté parce que comme malheureusement quand vous regardez l’ensemble des situations familiales des cadres techniques alors je parle en athlétisme mais je pense que c’est lié à ce métier, eh bien c’est quand même relativement catastrophique hein, c’est quand même relativement catastrophique. Alors moi, j’ai la chance d’avoir eu, comme moi je suis mariée depuis longtemps, d’avoir un mari qui m’a accompagné dans ma carrière de haut niveau donc déjà, qui s’est un peu effacé pour que je puisse faire ça, euh après qui m’accompagné au niveau de mes missions nationales parce que c’est pareil hein, quand vous êtes partis, toutes les tâches que vous devez mettre en place en tant que femme au niveau de la gestion de la maison, la gestion de l’enfant et tout ça, c’est lui qui le prend, et là qui accompagne encore dans cette période de transition et dans ces missions régionales avec la particularité, pardon, moi mon mari, il est cadre technique aussi, voilà. Donc, c’est vrai que ce n’est pas facile parce que euh…alors ce qui est rigolo, c’est que avant, on n’avait pas réellement de sujet de conversation commun parce que moi j’étais sur le national, alors lui en plus il a travaillé en DR après si les deux dernières années où j’étais sur les missions nationales, lui était sur la région, mais voilà quoi, c’était moi j’étais sur le national, lui était sur la région, on n’avait pas du tout les mêmes dossiers, on ne fréquentait pas les mêmes personnes et tout ça donc on parlait très peu boulot enfin des comptes alors que maintenant on parle boulot, voilà. On va parler de boulot, parce qu’on a le même dossier mais bon, ça s’entrecroise et tout ça, donc c’est là où c’est difficile quoi. Nous on se donne des règles quoi. Par exemple au repas, on essaye de ne pas parler de boulot voilà, on parle de notre vie personnelle, des activités qu’a fait notre enfant, donc on parle de notre enfant etc. voilà. Mais c’est des choix ce n’est pas facile à faire hein, ce n’est pas facile à mettre en place. Donc pour moi la principale difficulté, elle est là. Après, même s’il y a des fois où ce n’est pas facile, c’est quand même un métier extraordinaire quoi. C’est le prolongement de la passion initiale, c'est-à-dire la plupart des cadres techniques ont fait de l’athlétisme peu importe le niveau quoi, mais ont aimé l’athlétisme en tant qu’athlète quoi et là vous avez la possibilité d’en faire votre métier, vous dans un cadre, on est toujours dehors, on rencontre des gens hyper intéressant, bien sûr qu’il y a des gens qui sont chiants, qui vous prennent la tête et tout ça mais la plupart ils sont intéressants, ils sont passionnés comme vous quoi, voilà. Donc, moi je trouve que…moi je trouve qu’il y a quand même beaucoup plus de points positifs que de points négatifs quoi. Vous n’avez pas d’emploi du temps…vous avez l’emploi du temps que vous vous donnez, donc c’est sûr que vos journées elles sont cadrées tout ça mais, là par exemple, moi je suis venue deux heures avec vous, il n’a pas fallu que j’en informe mon DTN, que j’en informe mon président de ligue, que j’en informe la DR etc. voilà. Je serais dans un emploi classique en bureau, beuh il aurait fallu que j’informe mon supérieur hiérarchique quoi, voilà, donc, c’est la dessus que je trouve quand même ça extraordinaire. Et euh…c’est quand même des gens…nous sommes des gens qui donnons beaucoup, beaucoup, beaucoup quoi et c’est vrai que quand on nous critique, c’est bien aussi hein, ce qu’a dit le président ça nous a mis, ça nous a fait mal à la tête mais en même temps, bien on se dit mais comment on peut faire pour lui montrer que, eh bien, on est cadre technique qui sont, c’est un corps qui est fort, qui est utile voilà. Donc ce n’est pas que du négatif, l’impact que ça a pu avoir.

41Vous parlez beaucoup de passion, on sent qu’il y a la volonté peut être de prolonger sous différentes formes une carrière de haut niveau vers une profession, un métier, est ce que vous avez…vous pourriez dire vous que ce métier est une vocation ?  que cette vocation…justement elle était évidente ?... quoi que vous m’avez dit qu’avant d’être CTS vous étiez professeur d’EPS ?

42Ouais j’étais prof d’EPS.

43Voilà, est ce qu’être CTS, c’était un métier de vocation pour vous, enfin c’était quelque chose d’évident et si oui, pourquoi avoir été professeur d’EPS ? Comment  cela a  été construit ?

44Alors, si vous voulez moi à mon époque, j’étais entraînée par un cadre technique, je voyais ce que c’était un cadre technique mais je voyais même si ça m’attirait, je ne voyais pas trop ce qu’il fallait faire pour être cadre technique, on ne parlait pas trop à l’époque du professorat de sport, ça existait hein mais voilà, donc moi j’aimais bien le sport et puis depuis toute petite je voulais être professeur d’EPS, voilà, c’était le truc qui me plaisait j’avais toujours rencontré des profs d’EPS hyper bien, qui aimaient leur métier, qui étaient éducateur, c’est vraiment le truc qui me plaisait. Donc je me suis accrochée pour être prof d’EPS, j’ai passé trois fois le CAPEPS hein, et puis j’ai très très peu enseigné, j’ai enseigné, j’ai très peu, j’ai enseigné uniquement l’année de mon stage voilà. A l’époque, il y avait une année de stage avant d’être réellement certifié et euh…c’est durant cette année alors que j’étais dans un cadre, mais vraiment idéal, je veux dire euh, j’étais vraiment retournée parce qu’on m’avait mis la pression pour que j’y aille retourner dans un lycée dans lequel j’ai fait mes études qui est un lycée où il y avait que des sections sportives, mais des sections sportives de la grande époque hein, on faisait que de l’entraînement mais vraiment c’était les gros trucs, donc dans le lycée j’avais de superbes installations sportives, j’avais un stade, des gymnases, de tout petits matériels que je pouvais vouloir, il y avait une salle de gym…c’était vraiment l’idéal quoi, les élèves quand ils allaient dans ce lycée, ils savaient qu’il y avait du sport, une superbe ambiance voilà et là je me suis aperçu que ce n’est pas le métier que je voulais faire parce que euh…il y a…j’avais aussi des « traits de savate » quoi. Entre guillemets j’avais des « traits de savate » des gamins qui n’aimaient pas le sport et tout ça, autant je voulais être prof d’EPS autant je ne voulais pas être éducatrice spécialisée quoi, voilà. Et là je me suis dit ouah, « Tu es dans un lieu idéal pour faire du sport, pour faire l’EPS pardon, et euh…tu te poses déjà quelques questions, alors qu’est ce que ça va être quand tu vas recevoir ta première mutation (Rires) au fin de la France ? » Donc voilà, à partir de là, beuh je me suis dit qu’il fallait que je change de métier. Alors, durant ma carrière sportive, j’étais détachée en tant que sportive de haut niveau rattachée au service régional de l’UNSS, là par contre c’était quelque chose qui me plaisait, parce qu’on était encore dans le sport, dans l’organisation, alors ça c’était quelque chose qui me plaisait, et puis sur la fin de ma carrière, j’ai eu l’opportunité d’intégrer la Direction Technique Nationale sur le suivi socio professionnel, parce que c’était un sujet aussi qui me plaisait et euh j’avais alerté les DTN de l’époque et puis le suivant des problèmes qu’on pouvait avoir en tant que sportif de haut niveau par rapport à…au fait de pouvoir concilier, études et entraînement, au fait de penser à sa reconversion, le fait après une fois qu’on avait arrêté, justement de se mettre en marche dans le monde professionnel et tout ça, c’est un sujet qui m’intéressait. Voilà comment j’ai cheminé la dessus quoi, voilà. Et puis après vous êtes dans le sport quoi. Moi j’adore, j’adore essayer de mettre en place des choses pour que les gens puissent exploiter leur potentiel même si ce n’est…alors suivant les gens…je vous parlais de la section sportive, dans la section sportive, beuh j’ai des gens, il y a des gens qui vont accéder vers le haut niveau mais il y en a très très peu de ces gens là, et après, c’est des gamins qui actuellement ont des petits résultats au niveau régional et donc c’est de leur permettre dans de meilleures conditions possible avec le peu de moyens que l’on a et bien de vivre leur passion tout à faire pleinement tout en conciliant leurs études quoi, voilà. Moi ce n’est pas un problème de niveau, peu importe de le niveau à partir du moment où en face de moi, j’ai des gens qui répondent et qui sont passionnés comme moi et qui ont envie de de…voilà, pendant un bout de chemin de leur vie de voir jusqu’où ils peuvent aller, voilà, même si c’est un niveau régional, un niveau départemental, ça ce n’est pas pour moi ce n’est pas grave quoi, voilà comment je suis allée sur ce métier. Et il y a un truc que je voulais dire par rapport au manque de directeur des ressources humaines, il y a un truc que je trouve très dur dans notre métier, c’est que personne ne vous interroge sur votre évolution de carrière. Et si vous voulez, ce que je trouve très difficile et très dur, c’est qu’en fin des comptes, ce sont les événements qui font que voilà vous n’évoluez pas, ou…mais on ne se sert  pas des compétences que vous avez pu acquérir dans tel domaine et tout ça et donc moi je comprends tout à fait et quand vous avez…voilà moi, j’ai 40 ans, ça fait un peu plus de 10 ans que je fais ce métier, j’ai encore plein de passion, je suis…voilà, mais peut être que dans 20 ans je serais fatiguée et puis entre guillemets « je vais mourir dans mon coin quoi » voilà avec tout ce que j’aurais pu accumuler comme connaissances et tout ça et on voit des CTS qui sont en fon de carrière, il y en a qui sont toujours hyper fichus et d’autres qui sont fatigués et je pense que…tout à l’heure je parlais de reconnaissances, ces gens qui sont fatigués, s’il y avait à un moment donnée quelqu’un qui s’interrogeait pour changer leur mission vers justement de la transmission de compétences, de métiers, eh bien là, ça serait génial quoi. Eh bien ces gens là, ils pourraient devenir tuteurs de jeunes qui arrivent et tout ça quoi. Le truc qui m’a vachement frappé en arrivant en région, c’est que voilà, je débarque en région, moi il était de question que je ne fasse rien de toute façon donc de suite je me suis…j’ai demandé qu’est ce qu’il y a à faire, au président de ligue, quels sont les besoins, voilà,  le directeur technique, son adjoint, il m’avait dit « Tiens voilà peut être que tu feras ça mais sans plus quoi. » Mais euh…X temps après mon arrivée je n’ai pas eu un coup de fil du directeur technique adjoint pour me dire « Alors comment tu es installée ? Qu’est ce que tu fais et tout ça ? » Alors, je me dis mais il y a quand même un problème quoi, il y a un problème parce que en fin des comptes, on s’aperçoit qu’on est livré à nous même quoi. C’est pour ça aussi que le regard peut être négatif, parce que, euh, eh bien, voilà comme tout à l’heure je le disais, vous pouvez vous effacez petit à petit j’ai l’impression que personne ne s’en apercevrait quoi, et ça je trouve ça terrible, ça je trouve ça terrible alors que, les gens qui arrivent à 50 ans, 60 ans, mais qu’est ce qui, mais tout ce qu’ils ont à transmettre quoi, c’est la folie quoi. Et non, ils partent après à la retraite et puis encore des choses qui sont perdues quoi.

45Quand vous êtes passée de prof d’EPS à CTS avec vos missions nationales, est ce que vous avez passé ensuite le concours de professorat ?

46Non, j’ai été intégrée, ouais voilà, j’ai été intégrée dans le corps, je crois que c’est au bout de deux ans ou trois ans, il vous  demande si vous voulez intégrer voilà,  et euh moi personnellement comme je ne me voyais pas revenir un jour prof d’EPS, j’ai demandé mon intégration et puis après je me suis dit même si je reste en détachement pendant 10 ans, 20 ans, 30 ans, si un jour je reviens, je vais être, ça va être un choc quoi, donc bon j’ai préféré intégrer et puis surtout, alors c’est marrant parce que tout à l’heure vous me demandiez quels sont les points négatifs et difficultés, moi je ne trouve pas, j’ai l’impression d’avoir que des points positifs même s’il y a des choses qui sont difficiles hein quand même, mais moi, ce que j’adore dans notre métier c’est qu’on change souvent de métier, autour de moi, peut être que c’est les différentes missions que j’ai eu jusqu’à présent qui ont fait que j’ai changé de métier souvent quoi mais en gros depuis que j’ai commencé tous les deux ans je change de métiers, de missions, ouais, ouais. Même s’il y a un axe qui reste quand même hein, mais je change de métier et ça, je trouve ça génial aussi quoi, parce que vous n’avez pas le temps de vous ennuyer quoi, de trouver monotone et puis de ne plus vouloir progresser parce que c’est ça à un moment donné…ça devient de la routine quoi.

47Et…même si cette question je devrais vous la poser à part, justement demain quelles perspectives de carrière envisagez vous ?

48Alors là je ne sais pas trop. Je n’arrive pas trop à savoir parce que là, ça ne dépend plus de moi. Si vous voulez, j’aimerais…alors j’aimerais pouvoir retourner sur les missions nationales parce que c’est le truc quand même qui me dope le plus, parce que beuh on a plus de moyens pour pouvoir fonctionner, je m’adresse à un public qui m’intéresse le plus, qui a…que je peux plus exploiter, voilà, mais ça, ça ne dépend pas de moi, ça dépend du futur DTN, donc, s’il ne veux pas de moi, il ne voudra pas de moi et puis voilà quoi. Mais…voilà, après,  j’aimerais m’orienter plus vers de l’entraînement, mais là c’est la même chose, ça ne dépend pas encore réellement de moi parce que pour pouvoir avoir comme mission principale l’entraînement, il faudrait qu’il y ait la mise en place d’un centre national d’entraînement donc ça, c’est la volonté de la direction technique nationale, normalement en demi fond, il y en a un qui devrait ouvrir en septembre 2011, et puis là maintenant, c’est quelque chose qui avait été annoncé l’an dernier, donc ça, moi au début je n’entraînais pas et l’an dernier, on nous a parlé de ça et la personne qui est en responsabilité du demi fond m’a demandé justement de commencer à entraîner en vue de cette ouverture potentielle, et puis et puis là maintenant cette année on ne parle plus de cette ouverture potentielle de ce truc là. Donc, si vous voulez, je ne sais pas trop, pour l’instant je ne sais pas trop. Je fonctionne un peu au jour le jour, mais comme j’ai fait jusqu’à présent, si vous voulez moi j’ai…je ne suis pas rentrée de ce job avec un plan de carrière. Ah non, je ne suis vraiment pas rentrée dans ce job avec un plan de carrière, j’ai pris les choses au fur et à mesure, voilà. C’est peut être pour ça, tout à l’heure vous me disiez on a l’impression que le fait d’être passée du national au régional, vous le preniez bien et tout ça, beuh ouais parce que si vous voulez si je m’apitoie  sur mon sort bon c’est…, il y a des trucs, là ce qui me plaît c’est que je trouve un autre métier, je découvre ce qui est le corps des cadres techniques, des choses hyper intéressantes aussi à faire voilà, j’essaie de tirer bénéfice de tout ce que je peux…de tout quoi, voilà, et donc voilà, je ne sais pas, franchement je ne sais pas ce que je ferais dans deux ans quoi, je serais peut être encore là, je ne serais peut être plus là voilà, j’aurais peut être aussi changé carrément de boulot hein parce que je voulais également me rapprocher du CREPS pour voir s’il y avait d’autres choses à faire, voilà. Donc, je ne…là je ne sais pas trop, je ne sais pas.

49Je rebondis immédiatement, vous rapprochez du CREPS pour voir, c’est l’organisation de ce qui se fait à priori très bien là bas, aménagement des études…

50Ouais, voilà, voilà, voilà, si vous voulez, moi il y a quand même un fil conducteur, c’est le haut niveau quoi, voilà, donc c’est sûr que je suis, je suis quand même la dessus, et donc effectivement l’an dernier il y avait un poste vacant mais qui était déjà fléché , mais ça, on ne le voit pas quand on voit les postes donc, c’était sur le service du département du haut niveau et voilà, donc moi c’est plus la dessus que je m’oriente quoi, mais après ce que je trouve génial, c’est…alors ce qui m’a aussi frustré quand je suis partie de la DTN, ce que je trouve génial c’est que le fait  d’être passée par différentes choses, j’ai une certaine visions des choses, et euh, et ce qui est chouette, et que je n’ai pas pu mettre en place après c’est que…par exemple la gestion des jeux olympiques, beuh quand vous revenez des jeux olympiques, vous vous dites, beuh ça, ça à marcher, ça, ça n’a pas marcher, tiens si dans 4 ans tu repars la dessus, ça il faudra faire de manière différente et euh donc à un moment donné, on STOP, c’est terminé et euh…et donc au départ j’étais frustré d’une part de ne pas pouvoir exploiter les connaissances que j’ai pu recueillir pour moi-même quoi et j’ai été plus frustrée de ne pas pouvoir les transmettre alors que j’avais demandé, j’ai demandé au directeur adjoint, je lui dis « Ecoute, j’aimerais transmettre mes dossiers », le directeur adjoint, il m’a dit non ce n’est pas la peine. Et là, je me suis dit mais mince quoi. Je ne voulais pas les transmettre pour dire il faut faire comme ci comme ça, mais je voulais les transmettre pour dire voilà comment on a fait. Il y a des choses qui ont été bonnes, en tout cas ça a été fait par rapport à une certaine logique qui sera peut être pas et surement pas la même logique du futur DTN mais au moins regarder pour ne pas refaire les mêmes conneries quoi, voilà. Et non, on m’a dit tu ne transmettras pas tes dossiers. Et là, je me suis dit purée, j’ai travaillé sur tout ce secteur de l’élite pendant 4 ans et je ne peux pas transmettre mes dossiers, voilà, encore une fois, il n’y a pas de transmission de connaissance quoi. Et ça, je trouve que c’est dommage.

51Bon ça à été comme ça, alors que…en plus ça n’a rien à voir par rapport à mes compétences professionnelles parce que à chaque fois où je suis passée, quand je viens…on me présente comme quelqu’un qui fait vraiment bien son job quoi, donc, je n’ai pas de problème par rapport à ça, mais ouais je trouve ça…ouais ça m’a, ça m’a frustré quoi. Et puis après au bout d’un moment on se dit bon voilà hein, on passe à autre chose hein, mais par contre je le garde, je le garde pour moi quoi, mais c’est peut être, c’est peut être parce que moi je suis justement dans cette échange quoi, et je trouve que c’est vachement formateur de se trouver dans ce gens d’échange, mais peut être que c’est normal, je ne sais pas comment ça se passe dans d’autres jobs, dans les ministères, voilà quoi, quand il y a un mec qui s’en va, est ce qu’il laisse quelques orientations, moi je ne sais pas, voilà ? Je compare vachement le système du gouvernement avec le notre quoi. Je trouve que c’est la même chose et c’est, c’est marrant.

52Je vous ai écouté répondre à la question « demain, quelles perspectives de carrière ? » et vous avez mentionné de manière très très directe et immédiate, ça ne dépend pas de moi, ça dépend de la DTN… ?

53Ah oui, oui, oui mais ça il faut le savoir oui. Après ça peut dépendre de moi, je veux dire…mais moi je ne suis pas comme ça, je veux qu’on me reconnaisse par rapport à mon travail et qu’on vienne me chercher voilà, je ne vais pas aller au devant de ça, on est toujours venu me chercher pour les différentes missions que j’ai entreprises mais ça, ça dépend du DTN, mais euh je peux vous dire quand euh…mais ça c’est dans tout job hein, certaines personnes font du lobbying  pour pouvoir être à la direction technique, euh…et ça je ne suis pas comme ça quoi. Donc c’est pour ça que ça ne m’a pas gêné si vous voulez que le DTN ne veuille plus de moi parce que ce ne sont pas mes compétences professionnelles qui ne l’intéressaient pas, c’était le profil que je pouvais avoir, voilà. Et donc, ça c’est le côté, ça ne me gêne pas du tout quoi, ce n’est pas…et euh…et ouais, ça ne dépend pas de moi, ça ne dépend pas de moi, j’ai un certain, j’ai une certaine compétence mais si la nouvelle personne estime que je peux faire partir de son équipe, beuh voilà quoi…

54Mais ce que je trouve très très intéressant au regard de ce qui nous réunit aujourd’hui, c’est que vous n’avez absolument pas dit, ça dépend de ma vie familiale, de…mon mari qui mettra peut être un frein ou mon fils…

55Non, mon mari, non. Alors oui et non, oui et non parce que si vous voulez la…ce qui…mais moi je fais un travail personnel sur moi pour progresser dans ma vie de tous les jours…

56Parce que vous êtes « mangée » par le boulot ?

57Voilà, voilà, donc je fais, ça maintenant trois ans que je le fais, je fais un travail personnel, justement pour pouvoir vivre pleinement mon travail, pour pouvoir exceller dans mon travail tout en ayant ma vie familiale qui soit aussi parfaite, mais parfaite à mes yeux, disons, voilà. Ce qui est aussi très très haut et que beuh mon fils puisse ne pas être gêné par mes absences, et tout ça quoi, parce que beuh au début vous culpabiliser quoi voilà, parce que effectivement vous n’êtes pas une maman comme les autres et tout ça et euh…et ce qui était marrant d’ailleurs, ce qui était marrant, parce que là maintenant, moi j’ai beaucoup moins de déplacement même si quand j’en ai, par exemple là dans un mois je vais partir pour 15 jours voilà, c’est des déplacements gros blocs, mais c’est beaucoup de déplacements que ce que je pouvais avoir avant où j’avais des périodes longues de déplacement mais aussi j’avais beaucoup de déplacements réguliers quoi, voilà. Mais par contre quand j’étais à la maison, j’étais à la maison, c'est-à-dire moi mon gamin, je l’ai amené à l’école, à l’époque il était à la crèche ou la maternelle, je l’ai amené chez sa nounou ou à la crèche à 9heures, je pouvais le récupérer à 1è heures, je veux dire je n’étais pas dans des contraintes de monsieur madame tout le monde dans lequel je suis maintenant ou par exemple mon gamin, je le récupère à 18h30 ou 19h quoi, voilà. Donc j’étais effectivement à la fois souvent parti mais quand j’étais là, j’étais là quoi, voilà. Donc, non…mais après tout dépend…je ne l’ai pas dit mais je sais aussi sur quel poste je ne pourrai pas postuler, voilà. C'est-à-dire que là, le profil que j’avais, après entre guillemets, il restait « deux échelons » DTN adjoint chargé à un truc et DTN. Bon, on m’a proposé un poste très important qui était d’être responsable des équipes de France jeunes, et bon c’est un poste que je n’ai pas accepté, notamment pour ça quoi, voilà. Parce que ça demandait, moi la manière dont je voyais comment on pouvait gérer ce poste, demandais d’être beaucoup présent sur Paris, et ailleurs, ce n’était pas tant le « ailleurs » parce que je le faisais déjà, je veux dire, j’étais partie en moyenne 15 jours par mois quoi, c’est quand même énorme hein, mais s’aurait été une autre organisation et tout ça et donc c’est vrai côté familial bon par rapport à mon enfant ça aurait peut être un peu difficile quoi. Voilà, donc je connais par rapport à ça, je connais mes freins, ça je sais que si…peut être que ça changera, peut être que ça pourra changer mais…

58Mais il y a une ligne jaune à ne pas dépasser pour le moment

59Actuellement ouais, actuellement ouais parce que, j’ai pas envie de mettre de côté, ce n’est pas la vie familiale avec mon mari parce qu’on est dans le même trip si vous voulez (Rires) voilà c’est…on retrouvera toujours des moments pour se retrouver et tout ça quoi mais c’est avec mon gamin, moi je veux voir vivre, je veux voir grandir mon enfant, voilà. Je ne veux pas comme certains collègues m’ont dit « Moi je suis parti, je suis rentré en mission nationale, mon gamin il avait 5 ans, un jour à 18 ans, je l’ai retrouvé, il est parti de la maison », voilà, ça je ne veux pas quoi.

60C’est aussi bien les hommes que les femmes qui disent ça ? De vos collègues ou plutôt les femmes ?

61Alors, alors non, alors ce qui est marrant, c’était quoi, c’était plutôt des hommes. Il y a très peu de femmes quand même hein, il y a très peu de femmes qui ont eu des missions que j’ai eues aussi, voilà. Mais ça a été plutôt les hommes qui m’ont dit ça. Alors que pour nous quoi, dans l’organisation, je vois, moi j’ai un mari qui est vraiment hyper charmant, qui m’aide sur toutes les tâches annexes, mais franchement si j’étais un mec pour le…l’investissement professionnel, ça serait vraiment, mais moi j’ai l’impression que ça serait vraiment le pied quoi (Rires) parce que même si…il m’aide énormément quand je suis en déplacement, c’est lui qui prend le relai et tout ça mais par exemple avant de partir en déplacement, je vais avoir à organiser toute la maison pour ne pas qu’il soit en difficulté, s’il ya un rendez vous à prendre chez le pédiatre, c’est moi qui vais le prendre, ce n’est pas lui et tout ça, voilà quoi et donc je trouve ça, ça offre quand même beaucoup plus de souplesse d’être un homme hein.

62Quand vous dites que vous n’êtes pas beaucoup de femmes à être CTS en athlétisme, vous avez une idée parce que moi je… ?

63Alors, je pourrais vous le dire en rentrant chez moi, parce que j’ai un fichier général (Rires) mais euh…

64Sur les 100 que vous êtes à peu près… ?

65Sur les 100, ouais il doit y avoir 10%, je pense. Et encore, il y en a de plus en plus, alors c’est marrant parce que j’ai discuté avec une collègue qui commence à être un peu âgée là, et euh…je ne sais plus en quelle année elle est rentrée, dans les années 70 quelque chose comme ça, et ça a été l’une des premières CTS femme et euh quand elle a postulé pour devenir CTS, le DTN de l’époque lui a dit il n’y aura jamais de femme dans le corps des cadres techniques quoi, voilà. Mais c’était l’époque, voilà, c’était l’époque, et de DTN après il est devenu président et maintenant il ne pense plus du tout comme ça, donc voilà, c’était l’époque, c’était l’époque.

66Il y en a de plus en plus vous dites ?

67J’ai l’impression ouais. Ouais j’ai l’impression que ça s’ouvre petit à petit.

68Le regard des collègues… parce que le regard des collègues change, parce qu’on n’est plus du tout dans le même…enfin ou plus du tout dans la même société, vous prenez ça entre guillemet ?

69Oui, oui, oui.

70Comment vous l’expliquez-vous ?

71Mais ouf…non je pense qu’il n’y a pas de euh…ouais peut être le regard de…mais le regard des collègues…je vous dis moi, ils ne m’ont jamais considéré comme une…si, ils me considèrent comme une femme (Rires) mais ça n’a jamais été négatif, enfin moi je ne le vois pas comme ça hein franchement hein. Je ne le vois pas comme ça après je crois que c’est la société qui change quoi.

72Est-ce que le fait qu’un athlète parce que euh…parce que chez les athlètes de haut niveau homme et femme en terme de podium, de réussite, de visibilité, de médiatisation, les femmes n’ont strictement pas à rougir par rapport à des…est ce que ça a participé à cette dignité ?

73Ça aide, ça aide. C’est sûr que s’il y a des fédérations où c’est exclusivement masculin, je pense que ça doit être difficile quoi. C’est sûr que ça doit être difficile même si ça change aussi, je veux dire, je pense au rugby par exemple il y a du rugby féminin maintenant mais je ne sais pas s’il y a beaucoup de cadres femmes déjà…

74Après, il faut mettre un cadre femme parce que c’est une femme quoi. Il ne faut pas non plus prendre un truc comme ça par des…

75Pas de quotas et tout quoi.

76Voilà, voilà, non, non ça je ne pense que ce n’est pas bon, ce n’est pas bon. Mais par contre ce que je trouve… on a des choses, on a une sensibilité qui est différente des hommes, une manière de voir les choses qui est différente et qui va être complémentaire si on arrive à bien travailler ensemble quoi.

77C'est-à-dire, mieux sur le plan pédagogique et relationnel ?

78Alors, je pense ouais, sur le plan relationnel, ouais, ah ouais. Relationnel et puis après il y a des choses qu’on va voir, sur lesquels peut être on va  s’attacher aussi qu’un homme ne le ferais pas, voilà. Et euh, c’est pour ça je trouve ça aussi très intéressant mais de travailler avec des hommes.

79Vous disiez tout à l’heure et puis après à plusieurs reprises que vous êtes donc mariée depuis longtemps, et que votre époux a non seulement toujours joué le jeu d’une part, de vous permettre d’exercer telle ou telle fonction et puis vous avez également dit que lui et vous, vous viviez le même trip puisqu’il est CTR, voilà. Est-ce que cette double condition, parce qu’on peut être CTR et pas du tout organiser sa vie familiale de manière paritaire avec sa femme qui est un CTN, elle, est ce que cette double condition vous paraît aujourd’hui indispensable pour pouvoir exercer votre métier ? A la fois que votre conjoint fasse exactement enfin fasse la même chose que vous… donc en faisant la même chose que vous, il vous comprend, enfin « Tu es absente mais je sais le métier que tu fais, je le fais aussi, je le comprends »… on a l’impression en vous écoutant que l’organisation des tâches domestiques à la maison elle est assez partagée ?

80Oui, pour moi ce n’est pas le fait qu’il soit CTS qui permet de faire ma fonction, c’est surtout le fait qu’il me comprenne et qu’il m’épaule la dessus quoi. Parce que c’est vraiment un choix délibéré et c’est comme ça que…je veux dire dans tout couple hein quand vous avez quelqu’un qui est très…enfin quelqu’un ou deux personnes, mais deux personnes c’est quand même très rares quand même hein, mais qui aspire à des fonctions très très prenante, euh…l’autre il est obligé de partager ces projets quoi. S’il ne partage pas ces projets, c’est terrible hein, enfin moi je le vois comme ça hein, euh sur des petits trucs simples hein c'est-à-dire que s’il ne partage pas ces projets, beuh voilà il va me faire remarqué que je suis partie pendant 15 jours, que mon fils il était triste voilà, et puis il va renvoyer aussi cette image négative à mon enfant donc mon enfant, il va mal le vivre, alors que quand il…moi il partage le projet donc mon gamin, moi quand je suis partie, ça fait partir du truc quoi, mon gamin il sait que sa maman elle part et il n’est pas plus frustré que ça, voilà, c’est…moi je pense que le plus important c’est surtout qu’il partage mon projet quoi, voilà.

81Est-ce qu’il ne partage pas d’autant plus facilement qu’il fait le même job, non ?

82Non, parce que avant ce n’était pas ça voilà.

83Avant il était dans un poste ‘’CAS’’ non ?

84Oui, il était dans un poste ‘’CAS’’, si vous voulez moi mon mari, donc on se connaît depuis plus de 20 ans maintenant, il a tout le temps partagé mon projet, voilà, quitte à s’effacer un peu à un moment donné, je veux dire il a partagé mon projet de sportif de haut niveau parce qu’un sportif de haut niveau homme ou femme, ce n’est pas marrant non plus hein, voilà donc il a partagé ce projet là, après ce projet de missions nationales, là maintenant alors…ce n’est pas…si vous voulez, là maintenant c’est lui qui a plus de missions nationales quoi, plus de missions, ce n’est pas tout à fait exacte, c’est moi qui le pousse aussi à prendre des missions nationales dans son domaine surtout sur de la formation. Et donc…voilà on est…on essaye de faire en sorte, de s’épanouir dans ce qu’il fait quoi, voilà. Donc c’est…on est en osmose hein peut être que si dans deux ans, vous m’interviewez on sera divorcé (Rires) mais pour l’instant on n’est pas dans ce truc là quoi, voilà, on n’est pas dans ce truc là.

85Pourquoi vous le poussez ? Parce que « Je te dois bien ça aujourd’hui » ?

86Ouais aussi, aussi ouais et puis il n’y a pas de raisons que ce soit toujours moi qui soit…même si lui, tout ce qu’il a fait aussi, ça lui a plus hein, il n’y a pas…maintenant là, il s’éclate, mais mais il faut aussi quoi…c’est normal, je veux dire quand vous aimez quelqu’un c’est normal aussi de lui permettre d’aller le plus loin possible dans ce qu’il apprécie quoi.

87Vous avez parlé de culpabilité tout à l’heure, que vous faisiez un travail la dessus, est ce que cette culpabilité, c’est entre vous et vous que ça se joue ou c’est en tant que maman qui fait un métier qui lui demande d’être absente, que vous avez vu peut être dans le regard de la maîtresse quand vous… ?

88Ah oui, c’est ça, c’est tout à fait ça. Si vous voulez c’est ça qui est rigolo quoi, qui est rigolo, ce n’est pas un truc rigolo, ce qui est marrant aussi c’est dans le regard que mon mari a pu avoir, par rapport à ses collègues. Alors « Ta femme, elle est encore partie, c’est toi qui s’occupe de la maison… ? ». C’était, « tu ne devrais pas faire ça » des choses comme ça quoi. Et après, mais le regard que certaines personnes peuvent vous renvoyer, ma belle mère au début, elle s’amusait un peu la dessus quoi, bon voilà, bon une fois à la crèche, parce que mon gamin, j’ai un gamin qui est très sociable et puis il se passe, il y a une période où il ne voulait plus alors c’était une crèche familiale, c'est-à-dire qu’il était la plupart du temps chez une nourrice qui était rattachée à la municipalité et un fois par semaine, ils allaient en crèche voilà. Donc il a une période où il ne voulait plus aller en crèche, aller chez la nourrice, il n’y avait aucun problème mais la demi journée où il était en crèche, il se met à pleurer, tout ça, donc convoquer chez la directrice, et la directrice qui me dit mais du tac au tac « Mais je pense, votre enfant, il a un problème parce que vous n’êtes souvent partie… ». Alors là sur le coup, ça ne fait pas plaisir qu’on vous dise ça quoi. Et de suite, ce que je vous disais tout à l’heure, de suite je lui dis « Attendez, je suis peut être souvent partie et d’une part quand je suis partie, il y a quand même mon mari… » Dans la société actuelle, il y a quand même beaucoup de couples monoparentaux quoi. Nous on n’est pas du tout comme ça et je lui ai dit quand je suis là, je suis là, moi mon gamin, il ne reste pas jusqu’à 19h, 20h chez la nourrice quoi, je le récupère, voilà. Bon, j’étais quand même assez sec avec cette personne là, pour lui dire que, voilà, c’était normal quoi. Il valait mieux qu’il ait à ses côtés une maman qui soit pleinement épanouie qu’une maman qui ne fasse pas ce qu’elle a envie de faire dans son boulot, qu’elle soit triste et compagnie quoi. Donc voilà, la culpabilité, elle vient plus du regard des autres…

89De l’extérieur.

90Ouais de l’extérieur ouais, de l’extérieur, parce que moi je sais que je lui donne tout ce que je peux lui donner quoi, voilà et euh chacun avec ses moyens, avec ses…son éducation élève son gamin comme il peut, moi mon gamin, il n’a aucun, il n’a aucun problème, il doit avoir des problèmes (Rires), il est bien, il est bien, ce n’est pas ce qu’il a…

91Cette maternité, elle est arrivée très vite après votre carrière d’athlète de haut niveau ?

92Ouais, ouais, ouais. Alors, ça c’était super parce que, c’était super euh…moi j’ai trouvé vachement bien, je sais que ça m’a permis de vachement basculer, voilà. Et euh, j’ai eu cette chance là de tomber enceinte très tôt après ma carrière parce que moi je ne voulais pas avoir d’enfant durant ma carrière. Parce que je ne voyais pas…voilà, comme je le disais tout à l’heure, je veux élever mon enfant quoi. et quand vous êtes sportives de haut niveau, déjà vous êtes recentrés sur vous quoi, et puis après vous êtes parti en stage, en compétition et tout ça et donc même si on pouvait rapprocher ça à mon activité professionnelle hein mais à l’époque, je ne me voyais pas laisser mon gamin, je ne me voyais pas faire un gamin et puis le laisser à quelqu’un d’autre quoi, voilà. Et euh donc, c’est un choix aussi de couple, c’est pour ça que je vous dis moi, mon mari, il m’a aidé tout le temps quoi. Mon mari, il voulait…j’ai eu mon enfant en 2004 et mon mari aurait aimé avoir un enfant à partir de 1997.

93Et vous étiez en ce moment là… ?

94Ah, j’étais en pleine bourre, ouais, ah ouais. J’étais en pleine bourre et lui, commençait à avoir envie et il ne m’a, il ne m’a jamais reproché d’attendre et tout ça quoi, voilà. Moi, je lui avais dit « Ecoute, on fera un enfant après ma carrière » et il a accepté même si ça devait quand même un peu le bouffer, mais il a accepté. Et donc, voilà, ça a été très bien parce que à partir du moment où je suis tombée enceinte, et beuh c’était fini quoi. C’était euh…voilà, je n’étais plus dans cette…ce trip d’athlète de haut niveau en fin de carrière, qui…alors moi, je compare ça vachement à quelqu’un qui part à la retraite. Voilà, pour moi, c’est exactement la même chose avec bien sûr des choses…à l’intérieur des choses un peu différentes mais vous partez à la retraite quoi. Donc il faut faire le deuil de votre carrière. Il faut préparer aussi cette reconversion voilà. Et donc à partir du moment où j’ai eu cet enfant, je ne pensais plus à tout ça quoi. Voilà, c’était centré sur mon gamin, et donc voilà j’ai fermé la porte et je suis passée à autre chose.

95Et cette…à la limite, cette question de la maternité qui pouvait poser problème pendant que vous étiez athlète de haut niveau, elle ne semble pas du tout vous avoir posé problème en tant que futur CTS ?

96Non, non, non, non.

97Pas du tout ?

98Ah non, non franchement parce que si vous voulez, c’est peut être une vision moderne, on devait avoir la même vision, c’est la vision des femmes de maintenant quoi, voilà. Ok, on fait des…on veut vivre pleinement toutes les choses qu’on fait quoi. On a un boulot, super, on fait un enfant mais ce n’est pas pour ça que ça doit nous empêcher de pouvoir progresser dans notre travail, de pouvoir être une femme active, voilà. Moi, en discutant avec mon mari, je dis Ok, on a un enfant mais moi je veux continuer à m’éclater d’un autre côté donc qu’on puisse aller au restaurant, sortir, faire des trucs comme ça, voilà. Moi je ne voyais pas…par contre je ne me voyais pas du tout, mère au foyer quoi, ce n’est pas du tout dans mon tempérament. Et durant…alors durant mon congé de maternité, je n’étais plus du tout en déplacement et tout ça mais très vite, j’ai repris une activité professionnelle à distance quoi. Voilà, par contre je faisais entre guillemets « ce qui me plaisait » hein, donc ce n’était vraiment pas, c’était avant tout mon enfant, j’ai allaité très longtemps et tout ça mais par contre voilà, je suivais certains dossiers que je pouvais suivre à distance, qui ne me prenait pas la tête et tout ça et justement ça me permettait d’avoir un équilibre entre les deux. Et c’est une période ou j’étais, j’étais bien quoi c’était sympa.

99J’aimerais qu’on revienne si vous êtes d’accord bien sûr, sur votre carrière d’athlète, pour avoir une vision beaucoup plus complète de votre trajectoire. L’athlétisme, vous êtes tombée comment dans cette… ?

100Oh de suite, oh de suite. Si vous voulez, moi j’ai toujours été une gamine qui aimait bien se dépenser, alors à l’époque j’étais à Paris, chose qui à l’époque ne se faisait pas en province mais qui se fait maintenant dans les grandes villes, on avait l’occasion d’avoir des cours d’EPS, à l’école primaire mais fait par des profs d’EPS quoi, c’est des moniteurs de sport de la ville parmi les choses qui étaient proposées, il y avait de l’athlétisme quoi. Et moi, de toute façon dans les cours de récréation on n’arrêtait pas de jouer à ‘’Chat perché’’, des trucs comme ça et très vite j’ai vu que je courrais aussi vite que les garçons ou plus vite, voilà, j’étais bonne et après j’ai un copain dont les parents faisaient de l’athlétisme, qui m’ont poussé en fin de compte à intégrer le club d’athlétisme local et c’est comme ça que j’ai commencé quoi.

101C’est plutôt donc par la rencontre d’un copain, qui avait ses parents…enfin vos propres parents sont sportif ou pas ?

102Alors, non pas du tout. Alors, mon père moi, je ne l’ai jamais connu, j’ai été élevée que par ma mère et qui n’est pas du tout sportive quoi. Mais j’aurais fait de…j’aurais intégré un club à un moment donné, parce que je vous dis, on avait des moniteurs de sport, puis après quand je suis arrivée au collège, des profs d’EPS qui étaient axés aussi sur le club quoi, donc j’aurais intégré quand même un club et puis, moi j’ai vécu aussi la période de l’UNSS où…dans ces catégories là championnat de France UNSS ou championnat de France fédéral, c’était la même chose, c’était les mêmes personne que vous rencontriez, le niveau était très très important quoi et il y avait d’ailleurs dans ces catégories, dans ces catégories jeunes, le stage national était un stage scolaire et pas un stage fédéral, alors que maintenant le stage national des cadets ou des juniors, il est fait par la fédération à l’époque, il était fait par l’UNSS. Vous voyez des passerelles voilà. A un moment donné j’aurais été obligée de basculer sur un club quoi, et voilà, c’était…

103Et alors, d’après ce que je crois savoir quand on rentre dans un club d’athlétisme jeune, il n’y a pas immédiatement une spécialisation, elle se fait un petit peu plus tard. Alors comment s’est fait pour vous le choix du demi fond ?

104Alors, elle s’est fait pratiquement…

105Très rapidement ?

106Beuh oui parce que si vous voulez, bon même si dans le club, je pouvais faire aussi des lancers, des choses comme ça. Alors le demi-fond, ça s’est fait un peu plus tard quand même. Mais très vite, moi j’avais…alors j’étais bonne à peu près partout, mais il y a quand même des choses où quand même j’étais meilleure et qui me plaisait un peu plus quoi, voilà. Donc, le dispositif de compétition était un peu plus différent de celui de maintenant où avant on rentrait directement dans les spécialités quoi, donc beuh moi quand je partais en compétition à l’époque je faisais de la longueur, de la hauteur, et puis après un peu de demi fond et un peu de sprint quoi, voilà. A partir de ce moment là, je veux dire, très très vite, après suivant vos performances, vous vous qualifiez à un championnat de France et si vous vous qualifiez sur plusieurs spécialités et beuh vous en choisissez celle qui vous permet d’être la meilleure quoi, voilà. Donc moi c’est comme ça, ça s’est fait quoi.

107Cette rencontre avec l’athlétisme, c’était plutôt…vous l’avez vécu comme un enchantement, c’est ça que je veux faire ?

108Ah oui oui, je pense que j’aurais pu faire d’autres sports mais bon, j’ai pratiqué de l’athlétisme bon après pour moi, c’était plus qu’un enchantement quoi c'est-à-dire que, moi ma mère elle n’avait pas beaucoup de moyens, si vous voulez, c’était un tout, je trouvais un groupe d’adultes, je retrouvais le moyen de m’échapper de temps en temps de chez moi, partir en compétition, partir en stage pour moi c’était des vacances, c’était génial et puis je pouvais me défouler quoi, c’était…et c’était ça qui était chouette quoi, c’était vraiment sympa ouais.

109Les premières sélections en équipe de France, elles sont arrivées vite ?

110Ah oui, si vous voulez, je suis quoi…je ne suis pas vraiment un exemple parce que des gens comme moi qui ont commencé très tôt et qui ont fait du haut niveau, il y en a très très peu quoi, hein, voilà. Euh donc très vite en minime j’ai battu le record de France du 500M, il n’y avait pas encore de sélection en équipe de France mais en cadette de suite j’étais déjà en équipe de France quoi, voilà. J’étais bonne, j’étais…il y avait d’autres, têtes de série en France que moi, je faisais partie des bonnes mais pas des super bonnes quoi, voilà.

111Quand on vous écoute parler depuis le début, on…vous respirez, vous transpirez la passion, est ce que cette…ce trait de caractère qu’on entend chez vous il est exactement le même dans votre vie d’athlète, à fond sur ce projet…ou c’était quand même une pression… ?

112Non, non, non parce que c’est génial. Moi, c’est ce que je dis…parce que ce qui est marrant c’est que vous êtes athlète, vous ne vous apercevez pas de ça, c’est quand vous vous arrêtez, vous vous apercevez que c’est…même si sur le moment on vit des trucs sympa et tout ça, beuh voilà, on a toujours un peu de pressions, c’est difficile d’apprécier comme j’apprécie maintenant. Moi, c’est ce que je dis à des athlètes de haut niveau confirmés comme à des jeunes, c’est quand même extraordinaire quoi, je veux dire quand à un moment donné, vous pouvez…comme moi l’athlétisme, ça m’a tout apporté, je veux dire ça…si j’ai fait des études, c’est grâce à l’athlétisme, alors ce qui…si vous voulez, très vite j’ai su que l’athlétisme allait me permette d’être un ascenseur social quoi, très très vite, voilà, parce que j’avais, je ne sais pas comment , j’avais entendu parler alors que j’étais à Paris à l’époque, après j’étais descendu dans le sud, mais j’avais entendu parler qu’il y avait un centre d’entraînement où on réunissait les meilleurs que euh…c’était l’INSEP mais je ne savais pas que c’était l’INSEP à l’époque, que les études pouvait être payées et tout ça, donc dans ma tête, je e disais « Purée, si je dois faire des études, il faut que je sois bonne en athlétisme quoi », voilà. C’était que des trucs comme ça. Faire de l’athlétisme comme je le disais tout à l’heure, ça m’a permis de rencontrer des gens, mais, mais très tôt, je veux dire quand j’étais petite d’aller dans un club, donc de sortir de mon quartier pour aller dans un autre endroit, de rencontrer des gens qui aimaient ça, qui trouvaient euh…même si je n’ai pas été dévalorisée par ma mère et tout ça, mais ma mère elle a su que j’étais bonne en athlétisme que quand je suis passée à la télévision quoi. Voilà, si vous voulez c’était le sport, les résultats et tout ça même si les gens pouvaient lui dire, pour elle quand je suis passée à la télévision quoi, c’était tout. Et là, j’avais des gens qui trouvaient que ce que je faisais, c’était extraordinaire quoi. La première fois que j’ai battu le record de France, à l’arrivée je voyais tout le monde s’agiter et tout ça et puis les gens, mon entraîneur « Ah, tu as battu le record de France » et tout ça, je ne savais même pas ce que c’était le recorde de France. Je me suis doutée que c’était un truc important mais…je ne savais pas ce que c’était quoi. Moi j’avais juste couru, j’avais gagné la course, j’ai battu mon record, bon voilà quoi. Donc, j’étais vraiment dans cette naïveté la quoi. C’est …mais…non, non cette passion là après je…mais comme je vous dis hein si quand vous êtes dans votre trip vous ne voyez pas tout ça, c’est quand même super quoi, quand vous y êtes c’est génial parce que…enfin moi, je vous dis ça m’a vraiment tout apporté. Ça m’a apporté mon éducation, ma formation, mes amis, mon mari, voilà quoi hein. J’ai eu la chance de tomber sur des…je n’ai pas eu beaucoup d’entraîneurs hein, mais les entraîneurs que j’ai eu, ça a toujours été des gens extraordinaires et qui pouvaient…qui m’ont à la fois éduqué et qui m’ont préparé à la vie de femme hein, donc ça c’est un truc qui est vachement important. Je suis tombée sur de bonnes personnes et c’est ça qui était bien.

113Et vous avez intégré l’INSEP, le groupe d’entraînement de l’INSEP ?

114Non, alors je n’ai pas du tout intégré l’INSEP en fin des comptes. Je suis…parce que j’ai réussi à me structurer en région, voilà. Et donc quand j’ai vraiment fait du haut niveau, je suis tombée sur un entraîneur en région qui était reconnu au niveau national hein, mais qui avait monté sa propre structure en région et euh…et on a agrémenté cette structure aussi au fil de ma carrière. Ce qui est marrant en parlant comme ça c’est que je m’aperçois que j’ai eu vachement de chance sur plein de choses quoi. C'est-à-dire que mon club a évolué avec moi, voilà. Au début c’était « Tiens on va lui offrir une paire de basket » jusqu’à la fin me rémunérer parce que j’étais athlète à un certain standing. La structure en région, alors qui était basée autour du CREPS et tout ça, elle a aussi évolué avec moi, voilà. Et euh…ce qui aide également c’est que…tous en fin des comptes, à part les entraîneurs que j’ai eu au début, mais après c’était des professionnels, c'est-à-dire que moi je suis passé par un sport-étude, à l’époque sa mission, ces heures de prof c’était la gestion du sport-étude, il ne donnait pas des cours d’EPS, donc voilà, après j’ai fait du haut niveau, je suis…j’ai eu deux coachs, c’était des cadres techniques, donc si vous voulez ça facilite la chose de ne pas devoir partir parce que j’avais des gens qui étaient dans le trip haut niveau et qui étaient totalement disponibles quoi. Donc, ils pouvaient partir en stage avec moi, qui pouvaient être sur un travail de biquotidien et tout ça quoi. Voilà donc c’est pour ça que je n’ai pas eu besoin à un moment donné de partir quoi.

115En terme de…dans le second degré vous étiez en sport-études, est ce que le choix donc à priori de faire STAPS comme études universitaires est venue naturellement ?

116Beuh ouais comme je vous le disais, depuis toute petite, je voulais être prof d’EPS, c’est le paradoxe quoi, ce qui est maintenant paradoxale, voilà, je voulais être prof d’EPS, ça me plaisait, enseigner le sport dans un établissement ça me plaisait donc je suis partie la dessus. Alors, ce qui est…mais je pense que ça arrive souvent, une fois qu’on a terminé ces études et tout ça et qu’on est dans la…maintenant euh, d’une part vu le métier que je fais, je me dis j’aurais dû passer par le professorat de sport au départ directement que de passer par cette voie là et puis après maintenant je me dis « Tiens peut être que j’aurais dû faire un autre métier. » Il y a un métier qui m’intéresse, c’est kiné. Et euh, il n’y a pas si longtemps que ça, j’ai failli reprendre les études pour faire kiné quoi, voilà donc j’aurais pu aussi faire autre chose mais bon voilà, j’avais 18ans, j’aimais le sport, je voulais faire prof d’EPS depuis très longtemps, hop, je suis partie en STAPS.

117Et cette fameuse conciliation Etudes-Sport qui vous intéresse tant aujourd’hui, elle s’est passée difficilement ?

118Oh la, très difficilement, très difficilement ouais. Très difficilement parce que…

119On était en quelle année ?

120Alors là, loi j’étais…je suis rentrée en STAPS en septembre 1989.

121Et vous percez pas loin derrière…

122Ouais, ouais, ouais. Alors très difficilement parce que si vous voulez parce que…alors je suis tombée sur des profs alors vraiment très très sympa et d’autres aussi pas vraiment…pas très faciles. Alors très difficilement parce que d’une part euh…mes années de DEUG à l’époque on avait une charge très importante de sport et euh autant il y avait des sports qui me permettaient alors c’était en gros, je faisais 16 heures de sport par semaine, plus l’entraînement à côté il y avait des sports, alors donc on essayait de concilier l’entraînement à côté il y avait des sports, alors donc on essayait de concilier l’entraînement avec ma pratique sportive en STAPS mais il y avait des sports qui étaient difficilement conciliable quoi, je me souviens encore de mon cycle c’était pendant un semestre j’avais Gym-Natation, ça m’a été fatale. A un moment donnée je suis carrément tombée dans les pommes en piscine parce que j’étais…physiquement j’étais morte quoi, voilà. Et puis euh, après la difficulté que j’avais eu aussi à un moment donné c’est que…donc parallèlement à cette évolution étudiante, bien sûr j’ai évolué au niveau de l’athlétisme donc il fallait que je m’investisse de plus en plus, donc il fallait que je parte en stage, il y avait de plus en plus de déplacement, je voulais faire du biquotidien des trucs comme ça, j’avais eu la possibilité de ne pas aller en cours, d’être dispensée de certains cours, par contre, il fallait que je me débrouille pour pouvoir rattrapé les cours quoi. Et donc, c’est pour ça que le CAPEPS m’a été très difficile, parce que je n’avais pas cette possibilité là, jusqu’au moment ou la dernière année où je passe le CAPEPS, à 15 jours des écrits, j’ai failli ne pas y aller, j’ai failli ne pas y aller parce que eh bien, je commençais vraiment à percer en athlétisme bien sûr j’avais aussi des revenus qui étaient très important qui commençaient à tomber et puis je me disais ce n’est pas possible quoi donc, qu’est ce que…pourquoi je m’embête à passer ce truc là quoi. Pourquoi je m’embête à passer ce truc là alors que je savais que j’ai la possibilité d’intégré Gaz de France ou la SNCF en tant que sportive de haut niveau…

123Avec la convention d’insertion professionnelle…

124Voilà, avec la convention d’insertion professionnelle et tout ça, donc je me disais, bon je n’ai pas besoin de faire ça. Et je passe le CAPEPS uniquement parce que mon entraîneur me pousse à le faire, quitte à 15 jours des écrits à bucher et tout et parce qu’à l’époque j’ai une enseignante, Chantale AMADESCO, voilà…

125Toulouse alors ?

126Toulouse ouais, qui me dit « Non, Patricia, il faut que tu y ailles quoi. » Et cette personne, donc j’apprécie en tant qu’enseignante, que j’ai revu après et tout ça m’a suivi également durant ma carrière et m’a vachement épaulé la dessus quoi. et je le passe uniquement que pour ça, voilà. C’est marrant quand même hein comment on peut…

127Comment ça tient à peu de chose.

128Ouais, ouais parce que…voilà le truc, c’est pour ça aussi quand on parle de reconversion quand on est en pleine bourre et tout ça, on en n’a rien à faire quoi, on n’en a rien à faire, on est dans nos trips, on commence à gagner d’argent, on voit  au court terme quoi, la vie qu’on mène elle est super, pourquoi s’embêter à faire des études, comme je le disais j’aurais pu intégrer la SNCF, voilà j’aurais été au plus bas échelon, mais en même temps, j’en avais rien à faire, sur le moment j’avais un certain revenu et puis l’assurance d’avoir une reconversion sociale quoi à minima donc j’aurais pu partir, partir la dessus quoi.

129Première année de concours si je calcule bien, 93-94 ?

130Alors 1ère année de concours, alors je l’ai eu en 93-94…ah non même pas, 92-93, 93-94 et 94-95 ouais c’est ça.

131Et…en tout cas moi ce que je sais de vos performances, il y a plusieurs records de France battus au milieu des années 90, vous étiez donc quasiment enfin vous étiez prof de d’EPS à cette époque ?

132Ouais, alors j’étais…voilà…si vous voulez ce qui a été vraiment chouette aussi c’est que à partir du moment où j’ai eu le CAPEPS, ouf, ça m’a boosté. Alors, bien sûr j’étais sportivement beaucoup plus mûre et tout ça quoi. Mais après ça m’a boosté quoi, et alors ce qui a été…je me souviens de la sérénité que j’avais sur le grand championnat qui a suivi immédiatement le CAPEPS, donc le CAPEPS passe…on avait la possibilité, je pense que ça doit être encore pareil maintenant quand on est sportif de haut niveau, de pouvoir passer le CAPEPS plutôt sur une certaine période que sur une autre. En athlétisme, comme nous au mois de juin c’est là où ça commence vraiment, il y a tous les gros meetings, la coupe d’Europe et tout ça, donc on a eu la possibilité de passer le CAPEPS début juin, donc je l’ai passé sur la 2ème et sur la 1ère session et puis de suite après je commençais les compétitions quoi. Et donc le CAPEPS se passe en juin et le grand championnat, il doit avoir lieu début août ou quelque chose comme ça mais c’était extraordinaire, j’ai tellement, j’étais tellement libérée, j’avais tellement eu peur pour le CAPEPS et tout ça, après je courrais mais je n’avais plus aucune pression, c’est que du bonheur quoi, c’est que du bonheur voilà. Et ça, ça permet aussi de libérer la performance, donc moi je l’ai vécu comme ça en tout cas.

133Et de concilier tout ça, enfin ces deux projets de vie, de devoir obtenir son concours pour finalement assurer son avenir professionnel, mais tout en étant au summum de sa carrière sur des compétitions les plus prestigieuses, est ce que ça vous a donné les ressources, ça vous a armée pour aujourd’hui, pour exercer votre métier avec toutes les contraintes temporelles…

134Ah beuh oui, mais c’est sûr, ouais, ouais, ouais, ouais, c’est ça si vous voulez ce qui est…alors il n’y a pas de diplômes de sportif de haut niveau (Rires), mais on développe vachement de compétence quoi. Savoir se fixer un objectif et puis en amont voir comment on va le préparer, savoir gérer la pression, tout ça fait que, voilà…vous avez plein de compétences que vous développez et que vous pouvez retranscrire après dans votre vie personnelle quoi. Et euh…ça c’est quelque chose qu’il faut arriver à exploiter quoi. Je ne sais pas si tout le monde arrive à le faire, mais il faut arriver à l’exploiter quoi.

135Il ya quelque chose qui est tombé dans mon oreille « il n’y a pas très très longtemps, jai même décidé… » Enfin « J’étais même tentée de reprendre les études de kiné », c’est au moment où vous êtes passée de vos missions nationales à vos missions…

136Non, non, non. Ça c’était…bon c’est vrai que j’ai que quand je suis passée des missions nationales, il y a deux ans, je me suis dit pourquoi pas reprendre les études quoi. Et puis, bof ce n’est pas si facile que ça hein de repartir dans un cursus universitaire. Mais euh…non, non le projet qu’il y a si vous voulez c’est…je l’ai depuis pas mal de temps quoi. C’est marrant, quand vous êtes jeunes, vous êtes dans une certaine voie et si vous n’avez pas quelqu’un qui vous pousse à côté, bon vous restez dans cette voie là. Moi j’étais dans une voie économique, économique mais jamais on m’avait dit « Beuh si, vas y, fait kiné » et tout ça ce qui aurait demandé un travail de remise à niveau je veux dire. Et maintenant, je me dis bon, pourquoi pas. Cette remise à niveau, beuh je pourrais la faire quoi. Voilà, donc c’est comme ça, mais bon…après moi je ne suis pas non plus une aventurière hein, ne lâche pas comme ça, voilà mais je ne me déstabilise pas non plus très vite…

137Pas très vite sur le court terme ?

138Voilà, voilà, voilà, voilà. Donc, ce qui me freine par moment parce que moi, il faut que je sache où je veux aller, il faut quand même que je sois bien planifiée et tout ça, donc…mais j’aurais pu, je veux dire, je suis fonctionnaire, je peux prendre une disponibilité, je peux prendre un congé de formation, il y a plein de trucs, il y a quand même une grosse sécurité hein, mais non c’est vrai que pour l’instant, je ne le fais pas, je ne sais pas si je le ferai un jour quoi. Mais c’est des projets comme ça, je trouve ça sympa aussi d’avoir des projets.

139Dernière petites, toutes petites séries de questions, comment percevez vous aujourd’hui le processus de féminisation des licenciés et de l’accès au poste à responsabilité des femmes… ?

140Alors là, franchement, je ne le vois pas.

141Vous ne le voyez pas parce que vous ne le connaissez pas ou parce que…

142Alors, je ne le connais pas, voilà, je ne le connais pas. Pour moi, j’ai l’impression que ce sont des mots pour l’action que des actions. Mais je suis touchée…je veux dire dans ma chaire, dans ma discipline même hein, c'est-à-dire que comme beaucoup de disciplines, le demi fond féminin, il est de plus en plus mauvais. Donc il faudrait qu’i y ait des actions spécifiques pour le demi fond féminin. J’ai été à la tête du demi fond, c’était un des projets, je n’ai pas pu le mettre en place, financièrement, je n’avais pas les moyens de le mettre en place parce que après, si vous voulez, le problème c’est que on est toujours dans l’urgence, donc on ne peut pas se dire ouais, voilà on va mettre en place un plan sur 4 ans, sur 8 ans, ou vous voyez pour…vraiment que ça porte ses fruits quoi, donc ça je veux dire ce n’est pas un critique de la personne qui gère le demi fond à l’heure actuelle parce que moi-même je n’ai pas pu alors que j’étais sensibiliser à ça, je n’ai pas pu le mettre en place quoi, voilà. Donc effectivement on en parle euh quand on est revenu des jeux olympiques de Pékin, la ministre s’est offusquée des résultats, des moins bons résultats chez les filles que chez les garçons donc elle a dit, il faut faire un effort la dessus, ça il doit surement y avoir des actions qui sont mises en place, mais je ne les connais pas.

143Vous n’avez pas eu le…enfin le demi fond féminin, des performances…

144Oui, beaucoup plus faible, beaucoup plus faible que les…que chez les hommes quoi hein. Si vous voulez on a…au départ on peut avoir sur le talent pur autant de garçons que de filles, sauf que très vite, on a moins de filles qui s’investissent réellement dans l’entraînement que du côté des garçons.

145Trop dur ?

146Non pas trop dur, quand les filles s’investissent, elles s’investissent à fond et alors là, c’est extraordinaire, c'est-à-dire quand vous avez une fille qui s’investit, elle va aller beaucoup plus loin dans la douleur, beaucoup plus loin dans la douleur, beaucoup plus loin dans l’investissement global de l’entraînement parce que dans l’entraînement il n’y a pas que ce qui se passe sur le terrain, il y a aussi la vie de tous les jours, l’hygiène de vie et tout ça. Elle ira beaucoup plus loin qu’un homme mais…non c’est les études…pour moi c’est des faux problèmes si vous voulez, les études, les petits copains, les choses comme ça qui font que, beuh voilà…elles sont moins motivées quoi, voilà. Quand je dis c’est un faux problème pour moi alors à part certains types d’étude, vous faites médecine, vous faites polytechniques, bon c’est des trucs lourds quoi, mais quand vous allez à la fac et vous avez 18h par semaine, mais je m’excuse vous pouvez vous entraîner quoi, voilà. Après une question de motivation, c'est-à-dire que ouais, on peut, peut être s’entraîner, on peut sortir avec les copains, mais euh…ouais, ouais c’est une difficulté et en règle générale, l’athlétisme féminin est plus en difficulté que l’athlétisme masculin.

147Qui supporte mieux ces sacrifices inhérents à…

148Moi, je vois comment ça se passe en demi-fond voilà. Sur les autres disciplines je ne sais pas quelle est…quelles est…parce que si vous voulez en demi fond on a une charge de travail qui est importante très tôt, quand vous faites du haut niveau vous avez une grosse charge de travail, voilà. Mais en demi fond, vous êtes obligés d’avoir une charge de travail très tôt, vous êtes obligés de vous investir très tôt sur l’entraînement voilà. Chose qui peut se faire de manière un peu plus tardive dans d’autres disciplines, voilà. Et donc, il y a tout un travail à faire la dessus mais c’est un travail de longue haleine quoi, ce n’est pas un truc sur 2 ans, on prépare les jeux, non, non, on prépare les jeux de 2012, non on prépare les jeux de 2016 voire 2020 quoi, voilà. C’est tout un travail à faire la dessus toute une…ce n’est pas tant au niveau de l’entraînement parce que forcement c’est un sujet sur lequel on a débattu il n’y a pas longtemps euh… ce n’est pas tant au niveau de l’entraînement quoi. Il ne faut pas non plus dire que les filles sont différentes des hommes et tout ça, ce n’est pas tant la dessus quoi. Mais après il y a quand même des spécificités qui font que, eh bien, il faut, il faut s’interroger quoi. Voilà, il faut s’interroger sur l’impact de l’entraînement sur le corps, sur la tête, sur le mental quoi, chez une fille, le problème du rapport poids/puissance chez une fille, comment permettre à une fille, eh bien d’avoir un corps d’athlète donc relativement léger tout en étant puissant sans que la personne tombe dans l’anorexie, voilà, c’est plein de choses comme ça qu’on est obligée d’aborder quoi à un moment donné quoi. Comment permettre à une femme de se sentir femme dans son corps d’athlète de pouvoir envisager des enfants quand elle est aménorrhée depuis 4ans, 5ans parce que l’activité athlétique à faire ça, voilà il y a plein de trucs quand même qui font que il y a une spécificité, une spécificité. Des garçons vont pouvoir…un groupe de garçons à l’entraînement ça peut être génial, un groupe de filles à l’entraînement, mais ça de suite, ça va partir sur des petites histoires, ça va chamailler, des non-dits, faire entraîner des filles ensemble, c’est très très dur, des groupes de garçons…et nous, la notion de groupe en demi fond, elle est très importante hein, et euh un groupe de garçon ça passe beaucoup mieux. Donc il y a plein de choses à aborder et c’est vraiment un sujet qui peut être très intéressant à aborder.

149Et justement vous disiez que la question DES performances féminines en athlétisme, enfin suite aux jeux de Pékin, c’était athlétisme et toute la délégation ?

150Ah non, ce n’était pas visé athlétisme hein et c’est toute la délégation.

151Ça bosse la dessus depuis ?

152Beuh justement, je ne veux pas vous dire parce que si vous voulez il y a un truc aussi qui…que je remarque maintenant que je suis en province hein, c’est que, il y a une grosse séparation même si  ils ne veulent pas dans leurs discours, dans leurs manières de faire, il y a une grosse séparation entre ce qui se passe à la DTN et ce qui se passe en région au niveau de la formation. Il n’y a pas beaucoup de communication, au niveau du national, je ne peux pas vous dire ce qui se passe, voilà. Au niveau des actions pure et dure…

153C’est cloisonné, il y a les membres…il y a l’élite, il y a…

154Il y a l’élite, il y a le travail qui est fait pour l’élite et il y a en dessous…

155il y a des sélections régionales…

156Voilà, voilà et donc je ne sais pas exactement s’il y a des choses qui sont faites, surement hein, je ne peux pas vous dire, je ne sais pas. Et en région après, ça c’est du travail un peu trop fin, c'est-à-dire on a tellement de trucs à faire, mettre en place une politique exclusive pour les filles, ouf c’est beaucoup trop fin ça, on n’est pas à cette finesse, on ne peut pas le mettre en place.

157Faute de moyens, là aussi ?…

158Voilà, faute de moyens et puis voilà, il y a peut être aussi, il n’y a pas vraiment d’intérêt quoi. On est plus sur du travail de masse quoi.

159Le demi fond en thème de spécialité…

160C’est du 800M au 10000M

161Oui, mais ça c’est féminisé tardivement ou pas nécessairement ?

162Alors ouais, ouais, ouais, alors je ne peux pas vous dire, je ne suis pas une grande historienne de ça mais…

163Peu importe, mais c’est plus tardif par rapport au…par exemple

164Alors, ça je ne sais pas du tout. Mais en tout cas, ça s’est fait après les hommes, il y a vraiment une séparation et puis après les disciplines aussi ont évolué avec le temps. Chez nous la dernière discipline qui a évolué c’est le 3000M steeple, avant c’était couru exclusivement par les hommes et depuis, euh…je crois que le premier grand championnat sur le 3000M steeple doit dater de 2001, grand championnat, vous voyez, c’est juste après les jeux de Sydney, voilà. Donc, voilà il y a des évolutions comme ça qui sont faites.

165Et cette féminisation des disciplines, au plus haut niveau, c’est quelque chose sur laquelle vous militez ou pas nécessairement ?

166Non, surtout maintenant si vous voulez les disciplines hommes sont les mêmes que les disciplines femme, voilà. Il n’y a plus de disparités entre les deux. Mais non je ne milite pas. Mais non, si vous voulez nous on a la chance en tant que femme d’être dans un sport sexuellement universel quoi, voilà. Pour nous, moi les femmes et les hommes pratiquent l’athlétisme quoi, voilà.

167Au sein de l’athlétisme, il peut y avoir un débat par rapport à certaine spécialité et notamment une très récente féminisation de la perche voilà, avec quand même encore un petit peu de difficulté pour reconnaître la performance féminine…

168Ah je pense quand même que ça changer maintenant hein.

169Ça a évolué…

170Mais au début quand ça arrive bien sûr. Si vous voulez parce que quand il n’y a pas la densité, automatiquement après ce qui découle, c’est le niveau de la prestation et le niveau de sélection, c'est-à-dire au début quand la perche ou le 3000M steeple est mis en place, eh bien les minima internationaux sont faits par rapport à la densité internationale donc, je dis n’importe quoi, même en France c’est comme ça, en France par exemple, je crois pour le championnat du monde, cette année ça correspond à la 16ème  performance mondiale à 3 par pays parce qu’il y a 3 pays qui peuvent aller au championnat du monde, si par exemple vous avez dans une discipline 10 kenyans qui sont aux 10 premières places su steeple, on va en compter que 3 et on commence à recompter à partir de l’autre nationalité qui arrive voilà. Donc automatiquement comme il y a beaucoup de monde chez les hommes qui pratiquent ces disciplines là, pour une discipline nouvelle comme la perche, comme le 3000M steeple, au début là vous n’avez pas beaucoup de masse pour vraiment faire donc c’est plus facile, voilà c’est pour ça qu’il y a tout ça, et puis quand vous êtes dans un milieu exclusivement féminin, au début on voit un peu mal l’arrivée d’un autre sexe voilà, tant au niveau de la discipline que la vie dans les stages, que la vie dans le groupe d’entraînement et tout ça parce que ça fait…ça change un peu la manière dont on vie. Je pense que c’est par rapport à ça. Maintenant, franchement je n’ai pas l’impression qu’on se pose ces genres de questions quoi, voilà. Tout à l’heure on parlait du 3000M steeple, il a fallu que je réfléchisse, pourtant c’est récent hein, pour savoir quand est ce que c’était apparu quoi, vous voyez, donc la perche est encore avant, beuh bon je ne pense pas que ça pose un problème hein quand même.

171En tant qu’athlète de haut niveau, vous ne l’avez pas senti, vous cette…

172Ah beuh, non. Je faisais du 800M, les garçons faisaient du 800M, ah non, non, non, non. Et puis si vous voulez, plus j’étais…c'est-à-dire les 800M étaient apparu chez les femmes il y a 3 siècles quoi hein, nous de ce côté-là mes performances ne sont pas dévalorisées par rapport, mais si vous voulez, même encore maintenant au niveau national hein, c’est sûr que sur la plupart des disciplines, c’est quand même plus facile d’aller au championnat de France sur des performances femmes que sur des performances hommes quoi, parce qu’il y a beaucoup moins de densité, voilà. La grosse différence qu’il y a entre les hommes et les femmes chez nous, c’est la densité, c'est-à-dire que vous avez des têtes de série chez les femmes mais après derrière ça décroche vite quoi voilà.

173Il n’y a pas cette concurrence quoi, ou en tout cas de réserve comme on dit…

174Oui, voilà, voilà. Alors que chez les hommes, c’est sûr que quand vous avez une tête de série comme un TANGO ou comme LAVILLENIE, bon il est au dessus du lot mais quand même derrière, ça a encore de la gueule quoi. Chez nous, ça peut vraiment décrocher. Par exemple cet hiver, sur les 800M féminin, la leader, elle avait fait 2’01’’ en salle et la deuxième elle était à 2’04’’ donc déjà il y avait 3 secondes d’écart donc c’est énorme et après sur les 16 meilleures globalement, elle avait 12 seconde d’avance, il y avait 12 seconde d’écart entre la 1ère et la 16ème quoi. Alors que chez les garçons, vous aviez entre le 1er et le 5ème, il devait y avoir une demi seconde disons et puis entre le 1er et le 16ème, 48’’02, euh 3 seconde. Voyez, donc ce n’est pas anodin quand même

175C’est… même si on ne peut pas dire…on ne peut plus dire aujourd’hui parce qu’on sait très bien que la relation…elle n’est pas naturelle, il faut vraiment couper etc. mais il y a moins de filles peut être intéressées par cette discipline, par du haut niveau, par de la compétition, par de…

176Ouais, ouais, peut être aussi, ouais, ouais, je ne sais pas franchement je…nous en tout cas par rapport à l’investissement, nous on le voit. Nous, en demi-fond, bon beuh les garçons qui ont un petit truc, ils n’hésitent pas à se lancer, les filles qui ont un petit truc, voilà vont toujours trouver une excuse pour ne pas se lancer. Ce qui est embêtant hein, ce qui est très embêtant. Là par  exemple, je pars en stage national demi-fond jeune, donc réunissant des gamins entre 18 ans et 23 ans…

177Filles et garçons ?

178Filles et garçons, il y a 15 garçons euh non, il y a 15 athlètes et seulement 3 filles. Vous voyez euh…quelque part ça nous pose un problème.

179C’est dur ça, faire face à la réalité ?

180Ah ouais, c’est dure. C’est très très difficile, ouais. Alors pourquoi ça ? Seulement s’il y a quelqu’un extérieur à l’athlétisme qui faisait une recherche par rapport à ça, il verrait d’autres choses hein, mais nous, voilà en tant que personne de terrain, on voit cette…c’est un fait, c’est un fait qu’on essaie tant bien que mal d’enrayer et tout ça, mais bon ce n’est pas facile.

181Et comment vous essayer d’enrayer ? En essayant de…quand il y a une fille qui se présente, vous essayez de la fidéliser ?

182Voilà, voilà. On essaye d’une part, on est un peu moins exigeant sur le niveau justement pour pouvoir intégrer nos suivis, on a une arnaque, un petit quelque chose, à niveau égal avec un garçon, on va la prendre alors que le garçon on le prendra pas spécialement, après effectivement on essaye de fidéliser, mais par rapport à l’approche, par rapport…le fait déjà qu’elle soit dans l’équipe si vous voulez et que, voilà, j’ai un enfant je suis une maman, je suis féminine et tout ça euh…on essaye d’amener autre chose, voilà de dire effectivement tu vas faire de l’athlétisme, tu vas t’investir mais ce n’est pas spécialement au détriment de choses qui tiennent à cœur à l’heure actuelle quoi, voilà. Après je vous dis on n’a pas réellement d’action quoi, parce que on ne prend pas le temps et puis, on ne peut pas dégager de moyens là-dessus. Vous avez des plans de la fédération, le plan perche, le plan Caraïbes, il n’y a pas le plan athlétisme féminin, voilà. Il faudrait à un moment donné…de toute façon, on va être obligé de le faire parce qu’on a de moins en moins de monde quoi, et euh vous regardez l’équipe de France, c’est la même chose hein, là il suffit d’aller sur…regardez la liste des athlètes qualifiés en individuel au championnat d’Europe en salle là, vous allez voir la proportion entre homme et femme hein. Donc à un moment donné il faudra quand même qu’on se pose la question quoi.

183Vraiment la question…

184Qu’on prenne le temps. C’est ça le truc. Ce qui sera intéressant c’est qu’à un moment donné de prendre le temps de vraiment faire l’état des lieux, de mettre des actions en place et que ces actions soient étalée sur par mal d’années quoi, parce que ce n’est pas les coups commandos, moi j’y crois pas, j’y crois pas quoi.

185De l’extérieur, on ne se rend pas compte en fait, parce qu’on à l’impression que…au championnat d’Europe en plein air, qu’il y a des talents féminins qui percent et…vous voyez c’est…

186Oui, mais en même temps si on regarde le nombre de médailles vous allez voir, voilà. Regarder la proportion après. C’est sûr que voilà, il y a des gens qui marque, là actuellement une SOUMARE, on ne voit qu’elle quoi mais euh…

187Mais après se dire, est ce qu’il y a quelqu’un derrière…

188Là, ils ont quelqu’un avec « MPANGUE » mais après si vous voulez voilà…et puis vous avez des disciplines qui commencent à être sinistrées. Donc c’est ça qui est difficile également hein.

189Est-ce que j’aurais oublié de vous demander quelque chose d’essentiel sur…

190Alors je pense à un autre truc qui est…qui…par rapport à la difficulté d’être CTS qui est euh…le salaire. Mais bon après, c’est un choix aussi hein, enfin un choix, le fait de rentrer dans la fonction public, mais euh, le salaire est très bas par rapport à toutes les heures que l’on passe, ouais, ouais, par rapport à la charge de travail, quoi. C'est-à-dire qu’on en arrive parfois à ne pas pouvoir prendre nos congés, euh…on récupère…moi je veux partir pendant 15 jours, je peux estimer que c’est quasiment du 24h/24 d’encadrement, ce n’est pas pour ça que quand je vais rentrer, eh bien que je vais pouvoir récupéré X heures de travail quoi. Et la charge de travail par rapport au salaire que l’on a…le salaire est totalement dérisoire quoi hein.

191Ce sont des choses que vous essayez même collectivement de faire remonter ou c’est des grilles initiales ?

192Mais comment voulez vous faire, voilà, voilà, voilà, c’est des grilles initiales, c’est comme quand vous rentrez en tant que prof, c’est la même chose quoi, voilà c’est la même chose. Après, il faudra vraiment que ce soit collectivement avec l’ensemble des sports. Mais je pense que ça arrivera parce que là, on sort d’un colloque de cadres techniques et euh, on parlait justement des évolutions de carrière et tout ça, il y a une intervention, il y a eu une information que moi personnellement je ne connaît pas, c'est-à-dire que comme on a des profs d’EPS qui sont détachés dans le corps, eh bien l’évolution de carrière du point de vue du salaire est beaucoup plus rapide quand vous restez prof d’EPS que quand vous êtes prof de sport, ça c’est des choses qu’on ne sait pas, et euh là vous vous dites, tient quand même il y a un problème quoi, il y a un problème et je pense que beuh effectivement on nous montre du doigt et tout ça, mais à un moment peut être qu’il peut y avoir aussi une révolte quoi hein. Il doit y avoir une révolte.

193Par rapport à ces ascensions de carrière, enfin sur le plan financier et statutaire, le ministère des sports à créé il y a 3 ou 4 ans, le concours de CTPS, professeur de sport supérieur, ça ne change pas la donne ça ?

194Ah si si si si , c’est comme une agrégation quoi. Voilà, c’est l’agrégation, si vous voulez, ah si, financièrement ça change bien la donne, ouais, ouais. Ça c’est…c’est pareil, c’est quelque chose que…je me disais tient pourquoi ne pas le passer quoi, voilà.

195Parce que les épreuves sont intéressantes en plus, c’est beaucoup de validation des acquis professionnels, c’est des dossiers de ce genre…

196Oui, oui, oui, oui, ouais, ouais. Mais euh…voilà il y a eu par le ministère, il y a ça ouais. Mais après, si vous voulez, ça n’enlève rien à votre charge de travail, par contre vous avez une meilleure rémunération mais la charge de travail, elle sera la même quoi.

197Par rapport à ce que vous disiez tout à l’heure « On n’a pas une DRH qui va nous parler d’autres pistes professionnelle possibles… ? Parce que même si vous passez le concours de professorat supérieur vous resterez prof de sport avec des missions de coordination de plus forte… ?

198Je ne sais pas, je ne sais pas, ça je ne sais pas. Peut être que ça peut ouvrir sur d’autres missions. Moi, je n’ai pas l’impression si vous voulez.

199Peut être que ça évoluera là-dessus, je veux dire, les missions, moi qu’on m’a proposé quand j’étais au national, peut être que on ne me les proposera plus parce que justement je n’ai pas ce truc là, je ne sais pas du tout, franchement je ne sais pas. Pour l’instant ce n’est pas présenté comme ça en tout cas.

200Je ne pense pas que ce soit un passage obligé pour avoir des missions nationales ?

201On verra bien, on verra bien, mais je ne suis pas du tout informée.

202J’ai oublié de vous demander quelque chose d’importante…

203Ouais…

204Non, non, je vous demande si je suis passée à côté de quelque chose d’importante, sur le métier, sur…

205Ah !!! Excusez moi, non je ne pense pas parce qu’on a tout, on a parlé de tout, je veux dire du métier, de la vie…

206Conciliation vie professionnelle-vie familiale.

207Voilà donc…en tout cas ce qui est sûr, moi je n’ai pas l’impression de faire un métier d’homme. Si vous voulez je…Même si je vous disais tout à l’heure, je vous dirai exactement, je vous enverrai un mail pour vous dire exactement combien il y a de femmes, mais voilà, je n’ai pas l’impression de faire un métier d’homme quoi, pour moi c’est un métier comme un autre et puis voilà quoi. Et même franchement…il faudra demander aux autres cadres techniques hein, mais je ne pense pas qu’ils nous regardent d’un mauvais œil parce que on fait ça quoi.

208En tout cas j’en ai vu qu’une…non aucun…mais alors aucun soucis peut être parce que euh, athlète de haut niveau elle aussi, voilà, après, je ne sais pas, vous êtes 12 au total, on verra mais en tout cas les femmes…n’ont vraiment pas l’impression de faire un métier d’homme.

209Ouais, ouais, ouais, ouais, non je vous dis ce n’est pas comme ça qu’on le ressent hein.

210Après si vous voulez, je pense que c’est dans tout métier où vous vous investissez beaucoup et après il faut apprendre aussi à mettre des barrières et il faut le faire très tôt quoi. Voilà, il faut le faire très tôt. Mais sur les petits trucs bêtes hein, moi au début quand j’avais cette mission nationale, les athlètes, c’était mon prédécesseur qui m’avait briffé, et euh « Il m’avait dit tu verras les athlètes, ils vont t’appeler à 23h et tout ça » je dis « Ah bon, ils appelleront beuh ils tomberont sur mon répondeur quoi » Je suis disponible toute la journée, je ne dis pas que…je n’ai pas mis des permanences avant telles grandes échéances et tout ça quoi, mais voilà je suis suffisamment disponible, je ne vois pas quel serait le problème qui…en plus je ne pourrais pas le régler, ça attendra le lendemain voilà, quoi. Après ce sont les limites que vous vous donnez quoi, et euh…là-dessus je pense qu’il faut, il faut, voilà essayer de se mettre des limites tout en faisant bien son job et puis c’est tout voilà. Mais euh voilà, on disait que c’est un métier de passion ça peut être aussi une difficulté justement voilà, cette passion qui vous bouffe quoi, qui vous bouffe et le manque de reconnaissance, ça c’est quand même vachement important, ça c’est…c’est important parce que…je vous le dis, je le vois maintenant parce que quand j’étais à la DTN, ça je ne le voyais pas quoi, voilà, c’est comme ça, donc je pense que ce n’est pas facile non plus hein.

211Parce que vous le voyez…c’est un monde à part, limite c’est assez cloisonné ?

212Non, mais même c’est euh…

213Ce n’était pas le même métier quoi ?

214Non, voilà, alors moi ce que je fais ce n’est pas du tout le même métier ça c’est sûr mais après, beuh voilà, ils ont leur préoccupation ou on avait nos préoccupations et les préoccupations régionales sont différentes même si par moment il y a des croissements hein, mais voilà on avance, on avance et puis je ne sais pas s’il y a…là ça fait vachement longtemps qu’ils essaient de mettre en place quelqu’un qui puisse…là il va y avoir une personne qui va avoir comme mission justement de voir un peu les problèmes qui peut y avoir, les évolutions de carrière et tout ça, mais bon cette personne, elle va gérer 96 personnes quoi. Cette personne elle a aussi sa vie, voilà donc même si elle est de bonne volonté, hyper sympa, ouverte et disponible, ça sera, je pense que ça ne sera quand même pas facile quoi.

215Et la mise en place des parcours de l’excellence sportive finalement le but s’était de travailler un peu plus en réseau entre…alors c’est compliqué à mettre en place ça ?

216Alors c’est…compliqué à mettre en place euh je ne sais pas si ça fera avancer le ‘’schmilblick’’, là il y a les PES, là il y a quelques années, il y avait les filières, voilà…donc bof, si vous voulez, nous surtout ce qu’on voit maintenant c’est le désengagement financier de la part de la fédération, du ministère pour les parcours…en ce moment les parcours à l’intérieur du PES, on a les parcours régionaux aussi qui faut partir aussi de ce PES national quoi. Et donc on s’aperçoit voilà, qu’il y a un désengagement de ces grandes institutions sur les parcours, financier sur les parcours régionaux quoi voilà, et là c’est une grosse difficulté, c’est une grosse difficulté. Donc voilà, ça se trouve quand il y aura un prochain ministre il va pondre autre chose. Donc je ne sais pas, il y a du bon aussi, mais concrètement…

217Ça ne modifie pas la donne…

218Ouais je ne pense pas, et là il faut parler avec les anciens hein, moi les échos que j’en ai ça…au niveau de la région, ça enlève beaucoup de chose, au niveau des régions, ça enlève beaucoup de chose, au niveau des régions, ça enlève beaucoup de choses et ça va mettre beaucoup plus de disparités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Julhe et Marina Honta, « Annexe 5 : Entretien avec Laura », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 3 |  2012, mis en ligne le 26 novembre 2012, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1427

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page