Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Cette annexe présente une transcription de l’entretien avec Mathieu. Né en 1967, celui-ci est Conseiller Technique National de sa discipline et en poste depuis 2001. Son cas rend plus particulièrement compte du discours « passionnel » dont les CTS peuvent faire preuve, mais également de l’absence de frontière entre univers professionnel et espace domestique.

2*

3Pour commencer je vais te demander euh après m’avoir rappelé ta date d’entrée en fonction de CTS, de commencer par me préciser tes missions telles qu’elles apparaissent sur ta lettre de mission en dissociant si c’est possible le cœur de ces missions, celles que tu mettrais comme missions centrales et tes missions plutôt périphériques.

4D’accord alors je suis CTS depuis Septembre 2001 euh…le cœur de mes missions c’est le haut niveau féminin de la fédération française de handball donc actuellement je suis en poste à la direction technique nationale donc je suis en poste de CTN euh avec comme mission principale euh l’équipe de France féminine…avec euh comme mission numéro 2 tout ce qui est la structuration du, de l’élite féminine et donc du secteur professionnel, alors là on rentre dans des, dans des aspects euh organisation euh de compétitions mais euh aussi tout ce qui est, tout ce qui est structuration administratives, juridiques, financières, marketing, j’ai un rôle de coordination par rapport à tout ces secteurs là euh c’est aussi lié évidemment au renouvellement de l’élite, tout ça parce que bon ça touche aux liens entre, entre les pôles espoir, les centres de formation des clubs professionnels et l’élite, la LFH voilà et puis j’ai une 3ème mission qui quantitativement est celle qui me prend le moins de temps euh mais qui est une, qui est une vraie mission et à laquelle en plus de ça je suis attaché qui est une mission de formation de cadres donc là pas spécifiquement par rapport aux entraineurs du secteur féminin euh donc sur ce qu’on appelle actuellement l’entraîneur fédéral adulte et qui va se transformer enfin pas qui va se transformer mais qui va être (inaudible) par le DES dans, dans les semaines à venir euh donc sur le plus haut niveau de formation de cadre, j’interviens donc euh…pour une on va dire 200h an sur la formation des cadres, des entraîneurs pro quoi en fait puisque bon la plupart des gens qui passent ce type de diplôme là sont, se destinent à l’entrainement professionnel si ils ne le sont pas déjà…voilà les, les missions prioritaires en sachant bien évidemment que ben celle qui est vraiment en un c’est la mission de, d’entrainement sur le France A, d’analyse vidéo, de, de veille, de veille à l’international, de bon voilà, de suivi des joueuses de l’équipe de France A, ça c’est premier et puis bon ce qui est totalement connexe c’est, c’est l’articulation avec le secteur professionnel puisqu’en fait structurer le secteur professionnel c’est à la fois assurer le…la performance de nos clubs sur la scène européenne et aussi euh assurer la pérennité de, des résultats de l’équipe de France A voire les améliorer, voilà donc tout ça en fait est, est très lié quoi…

5Je rebondis sur ce que tu viens de dire euh on voit qu’il y a un, un sens autour de ces 3 missions en tout cas une, une étroite complémentarité quand même euh ce qui les traverse reste quand même le haut niveau, l’élite euh est ce que ces missions que tu viens de présenter, ce sont des missions qui t’ont été confiées dès ta prise de fonction ? Depuis ta prise de fonction comment cela s’est construit ?

6Alors bon j’ai, j’ai, y’a une forme d’atypisme dans mon parcours euh dans la mesure où il est quand même assez rare donc on rentre en fonction de CTS et que moi, moins d’un an après on se retrouve à être entraîneur adjoint de l’équipe de France donc y’a une forme d’atypisme là-dedans euh c’est vrai que je, j’ai été CTS euh j’avais, j’avais 33ans euh…donc euh ouais même 34 donc euh j’avais déjà un vécu euh d’entraineur dans le handball enfin dans le secteur du handball féminin notamment et, et quand j’ai été nommé CTS euh ma motivation première c’était quand même de faire du pôle et c’est ce que j’avais annoncé à mon DTN c’était d’être entraîneur de pôle, j’aurai, je ne suis pas certain que si euh si à l’époque il m’avait pas…il m’avait pas confié les missions de pôle j’étais déjà en situation de professionnel de l’activité handball, je ne suis pas certain que euh, que j’aurai pu prendre…que j’aurai embrassé la carrière, avec le recul je me dit que c’aurait été surement une bêtise mais à l’époque ma motivation était tellement tournée vers le terrain que…ce qui était vraiment ma source de motivation en passant le professorat c’était pas de…d’être cadre de la fonction publique euh ma motivation c’était vraiment de me retrouver dans une situation d’entrainement biquotidien avec des jeunes athlètes tournés vers l’élite dans une structure qui me le permettrait et y’a 10 ans euh la structuration du handball en France se faisait, le seul endroit où on pouvait entrainer les mêmes athlètes en biquotidien c’était un pôle, y’avait pas un club qui s’entrainait en biquotidien, les pôles s’entrainaient tous plus que, que les clubs euh aujourd’hui euh les clubs d’élite s’entrainent, s’entrainent autant, voilà donc peut-être que si j’avais à refaire le choix aujourd’hui, peut-être que je ferai le choix d’aller vers un club pro directement voilà euh si tant est que la proposition soit faite bien entendu donc euh…en ce qui concerne la mission euh d’entraineur de France A qu’est ma commande d’entraineur adjoint de France A, elle m’a été proposé euh assez rapidement par Olivier (?) euh, je pense qu’elle m’a été proposée en…en février euh ouais janvier février 2002 euh ce qui fait que alors que j’étais en poste depuis septembre 2001 voilà euh bon alors les, évidemment on va dire que le titre n’a pas changé par contre les contours du poste ont énormément évolué depuis, en ce qui concerne les autres missions que j’ai évoqué auparavant là par contre euh elles sont beaucoup plus tardives, elles sont apparues en…en 2008, je m’étais évidemment intéressé à la question, j’avais, j’avais un rôle, j’avais un rôle déjà existant mais euh on est arrivé à un moment donné à une surcharge qui faisait que je n’aurai pas pu poursuivre euh correctement et mon travail au pôle et le développement de ces missions là notamment celle de al structuration du, du secteur pro donc euh donc en septembre enfin un peu auparavant mais depuis septembre 2008 euh je, j’occupe les, les fonctions que j’ai énuméré auparavant mais euh de septembre 2001 à septembre 2008 j’ai cumulé deux chose qui avait du lien mais qui n’était pas articulé le pôle à Talence et euh donc là on est vraiment dans le renouvellement de l’élite avec, avec des gamines qui, qui ont entre 14 et 17 ans et puis euh et puis vraiment le haut niveau avec l’équipe de France A et y’avait pas autant le contact avec le secteur pro alors qu’aujourd’hui je passe l’essentiel de, de mon activité dans els clubs pros et de manière beaucoup plus secondaire je, je visite, je visite les pôles et je suis les gamines alors je, je suis encire en permanence malgré tout en suivi de, de, de, de l’élite jeune en France, de, dans la même tranche d’âge mais euh au lieu d’être sur l’élite Aquitaine je suis sur l’élite nationale voilà

7Il n’empêche que et tu l’as rappelé euh de Septembre 2001 à février 2001 euh même si tu es, tu cumulais euh responsabilités sur Talence et déjà des missions nationales euh il n’empêche que c’est allé quand même très très vite. Comment analyses tu ça aujourd’hui ou en tout cas je suis sûre que tu l’analyses très bien euh…ou est ce que les preuves avait déjà été faite ? Qu’est ce qui euh à quel moment de ton parcours les preuves avaient déjà été…avaient été faite ?

8D’abord je veux dire…c’est, c’est le choix de deux hommes, je veux dire c’est le choix de Philippe Badin (?) le directeur technique national et d’Olivier Croubol (?) l’entraineur euh donc c’est un choix plein de subjectivité et c’est un choix qui a surpris beaucoup de monde parce que, parce que je ne l’avais ni…euh ni la cape donc se draper l’ancien joueur de haut niveau souvent pour accéder à ce type de responsabilités là, ni euh…ni un vécu en tant que CTS et qui, qui aurait pu justifier bon par contre en amont euh ça faisait quand même des années et des années que dans les secteur du handball féminin y compris national sur tout un tas de…regroupement, colloque, stage, compétition euh j’étais là et j’étais en situation d’échanges avec les principaux décideurs donc euh…y’a…l’atypisme du parcours est lié à un choix qui est évidemment subjectif, qu’on pourrait appelé le choix du prince…qui n’a, je veux dire c’était absolument pas euh je veux dire une démarche qui devait m’amener à chercher à me rapprocher euh particulièrement de, ni de Philippe ni d’Olivier euh d’ailleurs quand…quand Olivier est venu me proposer d’être son adjoint en février euh 2002 totalement tombé dès nues quoi…pendant, pendant 5 secondes je me suis vraiment demandé si c’est, si ils se foutaient pas de moi quoi donc euh tellement ça me paraissait totalement incongru euh…dans le, c’est pas quelque chose que j’avais envisagé…

9(Interruption)

10C’est, c’était totalement incongru pour moi euh dans l’instant comme à terme c'est-à-dire c’est quelque chose que je n’avais jamais envisagé euh mon…mon, ma lisibilité de la, de la situation ultérieure c’était tu vas faire du pôle jusqu’à ce que…tu ressentes que tu n’as palus l’énergie pour, pour être au quotidien parce que c’est pas l’accompagnement purement sportif c’est un accompagnement humain, y’a, y’a, je veux dire c’est quelque chose qui est, qui est passionnant mais qui est…qui bouffe énormément d’énergie faut le euh…surtout quand on veut le faire comme je pensais qu’il fallait le faire parce que bon c’est vrai qu’il y a plusieurs manières de le faire, donc la manière dont je voulais le faire et, et là par contre y’avait une vraie ambition quoi, y’avait une, y’avait une vraie ambition de réussite dans ce domaine là, là je voulais prouver des choses dans ce domaine là, j’avais une vision que je voulais mettre en œuvre donc y’avait, y’avais une vraie ambition. Il est bien évident que ne sont pas les six mois euh passés à Talence qui ont euh validé une compétence qui m’a amené à être, à avoir cette proposition là donc euh je pense que ce qui a validé ça euh c’est un parcours antérieur dans, dans le handball féminin en plus pas dans l’élite parce que j’avais entrainé à tous els niveaux sauf en D1 euh une présence, une présence dans on va dire dans le petit monde du handball féminin d’élite depuis le, depuis de nombreuses années euh, une connaissance des principaux acteurs et quelques prises de position on va dire pour le moins tranchées parfois voilà donc euh…j’avais une image de marque hein et je pense que par rapport au profil de poste euh de quelqu’un qui…qu’était très engagé euh mais qui en même temps n’avait pas, n’avait pas le profil…n’avait pas le profil de quelqu’un qui, qui en rentrant dans la fonction euh (?)la planche au numéro un, on a pensé que à la fois le fait que je sois un jeune CTS mais avec une certaine maturité puisque bon j’avais, j’avais plus ans quoi euh le fait que je sois un peu équidistant dans le milieu du haut niveau parce que n’étant pas issu d’un club de D euh et que en terme d’image de marque bon Olivier il aurait été L4entaineur emblématique de Metz pendant des années et des années, il était lui très marqué euh le fait que j’amène cette neutralité là et, et que j’ai de bons rapports quand même avec tout le milieu mais avec des positions très tranchées…et certainement l’image mais bon, je veux dire ça je l’ai compris à posteriori quoi, vraiment à posteriori, l’image de, de quelqu’un de…de travailleur certainement mais euh…fidèle à ses conceptions et…on va dire fidele humainement voilà donc j’vais un profil psychologique d’un bon adjoint c'est-à-dire la définition moi que j’ai de l’adjoint c’est euh l’adjoint euh il doit rester à sa place certes mais il doit prendre toute sa place donc avec le recul pour avoir un petit échange avec les 2 décideurs, avec le recul je pense que ce qui les a motivé c’est qu’ils se sont dit bon euh ce mec là a faim euh mais euh je veux dire il a pas faim d’une reconnaissance personnelle et selon dont ils avaient besoin c’était de mettre de la quantité de travail dans le moteur euh d’un mec qui pouvait apporter des idées et qui voulait pas être qualif à la place du qualif, à leurs yeux je répondais à ces critères voilà donc c’est totalement du, une opportunité et c’est vrai que, quand on y réfléchit…y’avait euh pleins de personnes qui, qui semblaient plus à même de, de, de remplir la fonction (petit rire) et qui en tout cas l’espérait voilà moi je, moi je veux dire je, j’ignorais même jusqu’à la vacance de poste donc euh sur le, sur le poste d’adjoint et pour aller alors là c’est totalement dans l’anecdote hein…pour raconter à quel point je n’était pas candidat à la question c’est que un an auparavant quand je passe le professorat entre euh…entre les, les écrits et les oraux donc je suis admissible et y’a un, y’a un colloque autour de, d’un tournoi de, auquel participe l’équipe de France qui se déroule à  Guevappe (?) et  celui qui était l’adjoint d’Olivier à l’époque bon alors qui avait des casquettes, il avait une double casquette, il était à la fois le préparateur mental de l’équipe et il se trouvait que c’était un spécialiste du handball, un agrégé d’EPS…il a tenu des propos avec lesquels je me sentais pas du tout en phase devant tous els entraîneurs de D1, devant une bonne majorité des CTS du secteur féminin et, et que je me suis violemment opposé à lui et que tout le monde m’a dit mais t’es, t’es complètement fou, t’es en train de passer tes, tes oraux t’es, tu vas te faire fracasser et si jamais t’as le professorat ils, ils vont t’envoyer au placard…et…avec le recul bien plus tard, avec le recul bien plus tard je me dis que ça a certainement contribué au choix qu’a été fait par Olivier qui euh…dieu sait que le garçon était con en classe et qui s’est dit ben au moins dans ce milieu ou parfois on se tire, on me cire un peu les pompes euh celui-là il a pas eu peur de moi quoi, il s’est opposé alors je me suis opposé frontalement à Olivier avec qui j’entretenais d’excellents rapports depuis longtemps parce que, parce que humainement on se, on s’appréciait depuis longtemps et que, et que il savait que je respectais énormément sa compétence d’entraineur euh mais bon en…en m’opposant verbalement euh de manière très virulente euh devant euh tout le microcosme à…à son adjoint…c’est, c’était quand même pas une position de ralliement quoi, c’était euh…et même les plus, les opposants les plus virulents à Olivier dans ce microcosme là euh ont trouvé que (léger rire) que c’était un tantinet suicidaire…moi je l’ai pas du tout analysé comme ça, moi j l’ai pas du tout analysé comme ça bon, pour moi c’était, c’était uen question idéologique, c’était pas une question de personne donc je ne, je ne voyais pas derrière le, le risque, l’enjeu euh je savais quelle était la nature de mes relations avec les individus euh c’était pas la 1ère fois que j’étais en désaccord, ça a pas été la dernière non plus voilà

11Tu, tu…montres là euh quand tu dis j’étais quelqu’un d’engagé, y’a, y’a deux sens, engagé avec une, une idéologie, une vision du monde et ce que doit être très probablement euh la construction de l’individu en handball et y’a engagé également et tu l’as dit euh dans des fonctions d’entraîneur, à tout niveau. Peux-tu revenir sur ces fonctions d’entraineur que tu assumais avant de venir, de devenir CTS en 2001 ?

12Ouais ben y’a, y’a deux étapes euh y’a une 1ère étape qui est, qui est une étape où je ne suis pas dans…en exercice professionnel du handball euh…et donc j’entraine un club du sud de la ligue qui s’appelle Bordes, qui est un club qui n’a absolument pas de moyens et euh…et ou avec lequel on va se retrouver donc à l’époque le, je pense que la D1 elle est à 12 clubs et…et ce qu’on appelle pas la D2 qui s’appelle la N1B à l’époque euh que tu connais (sourire) la N1B à l’époque euh je…avec un club donc qui…on peut même pas dire que c’est le plus petit budget parce qu’il est tellement loin derrière les autres, tellement loin, pas une joueuse n’a, n’a un centime euh…fin je veux dire c’est…on est en déphasage complet, on, après euh y’a le parcours avec ce club là donc qui euh monte année après année que j’entraîne pendant 7ans et on arrive en, on arrive en NB en partant, alors à l’époque ça devait 3CN2 euh et on arrive en NB à…pendant deux, trois ans on rame on se sauve difficilement mais avec bon, avec peu de moyens et euh…y’a une des meilleures joueuses françaises de l’époque, une internationale qui s’appelle Christelle Marchand euh… qui sur un lien…un lien perso, un feeling bon au-delà du fait qu’elle avait un compagnon qui était landais à l’époque, elle jouait à Gagny (?) que j’arrive à, à, à ramener, que j’arrive à ramener vers

13(INTERRUPTION café)

14Que j’arrive à, à ramener vers ce club là avec deux, trois autres joueuses bon je, je fais un truc pour un club quoi, je fais le président, je trouve des emplois pour les joueuses euh ma maison c’est la maison du bonheur, j’ai al chance d’avoir une maison euh avec euh avec un peu d’espace donc euh grosso modo je mets l’étage à disposition de joueuses et moi j’habite en bas et…et donc euh ben quand, quand il faut faire venir une joueuse et que ben que…que le club n’ayant aucun moyen…il faut la nourrir l’héberger ben c’est moi qui la nourrit, qui l’héberge…ouais je fais tout et n’importe quoi mais je suis tellement avec, avec du recul je me dis que ça n’a pas de sens euh…bon…en plus parce que bon dans l’entretien là je pense qu’il faut aller au bout des choses, en plus de ça euh…je crois que je…tout en restant euh en tant qu’hommes euh toujours euh ouvert parce que tu ne sais pas je veux dire…quel peuvent être les rencontres et les émotions mais je pense que j’ai eu l’énorme chance de traverser cette période sans jamais mélanger les genres eh…l’entraîneur a toujours garder une distance avec les femmes joueuses que j’entrainais…et euh, et ça je pense que ça m’a beaucoup servi dans le parcours, ça m’a beaucoup servi dans le parcours puisque bon je me suis engagé tôt dans le handball féminin, j’avais 19ans en tant qu’entraineur euh donc bon évidement je continuais à jouer après mais euh je pense que ça m’a, ça m’a quand même beaucoup servi…euh de ne pas être comme beaucoup d’entraineur du secteur féminin euh…à aucun moment je veux dire quand on regarde le parcours ah ouais il a été avec une telle et puis après il a été avec une telle, je veux dire euh je, je ne peux pas même aujourd’hui avec le recul, peut-être parce que je me suis pas vraiment posé les questions, je ne peux pas réellement l’expliquer mais ma passion du handball féminin et de l’entrainement est telle…que très souvent je n’ai pas été capable de voir les femmes derrière les joueuses et que alors ça en devient, ça en devient amusant c’est que ben forcement aujourd’hui y’en a un certain nombre…(léger rire) y’en a même beaucoup qui ont, qui ont pris leur retraite dans les, dans les gilles que j’ai entrainé et avec qui donc je conservais des liens amicaux que je revois…de temps en temps je veux dire c’est pas quelque chose d’institutionnels, que je croise et avec qui j’ai des discussions à ce sujet là et qui me disent ouais mais tu t’es pas rendu compte mais une telle…et je veux dire j’étais tellement dans mon monde je veux dire de recherche de perf et voilà donc…ça c’est la 1ère phase c’est, c’est la phase de Bordes où euh, où on se retrouve donc à être le, le 14ème club français alors qu’on a peut-être le, le 150ème budget quoi euh…on est aux portes de la D1 et…et heureusement 2 saisons de suite on se retrouve euh 2ème et heureusement ben une année c’est Mérignac qui était descendu, qui remonte avec une grosse armada, Stef Cano, Lisa Pairain voilà avec du monde euh…et puis, et puis l’année suivante de c’est, c’est Nîmes qui est sur le même, sur le même trajet et heureusement même si sportivement j’avais plus, j’aurai jamais pu donner une consigne ou quoi que ce soit pour euh…pour empêcher la montée de ce club là …euh bon économiquement c’était vraiment n’importe quoi quoi, on aurait pas pu, on n’aurait pas pu…bon voilà donc euh…je pense que euh ce qui a été fait à cette époque là dans un, dans un schéma de club émergent qui était toujours un schéma de club émergent sur l’argent euh y compris ceux qui étaient identifiés comme les, les villages gaulois, je pense à Biausse, à Bouillargues euh je veux dire y’avait de l’argent…moi y’en avait vraiment pas quoi, y’en avait vraiment pas et, et ça les, les, les gens du serrait réellement le savait quoi et donc je pense que y’avait une forme de respect par rapport au travail qui avait été fait là quoi euh et ah ben c’était, et ce qu’on pouvait produire et voilà bon ça c’est une 1ère, c’est une 1ère étape, après y’a une 2ème étape qui est…moins médiatique mais plus fédérale donc je deviens cadre technique fédérale des Pyrénées-Atlantiques après avoir failli prendre un poste d’entraineur pro, je veux dire tout était, tout était fait pour partir entrainer à Créteil, j’avais, j’avais mon billet d’avion, j’avais visité l’appart, j’avais tout et puis ben le destin fait que à ce moment là…on est, pour des raisons mais qui ne sont absolument pas liées au fait qu’on veuille conserver la barrada sur place, on crée un 2ème poste de cadre technique fédéral dans les Pyrénées- atlantiques donc euh et évidement bon y’a une forme de légitimité parce que ça faisait des années et des années que je suis, que je suis investi sur les sélections féminines, que je gère le secteur féminin dans, dans le département(inaudible) les gamines euh…les encadrer en stage, les manager en inter comité et quelque part (?) le chemin de la salle de Bordes et derrière je cumule oui parce que j’ai oublié de dire bon j’entraîne aussi les moins de 18ans aux championnats de France euh on va en finale fin bon euh…à, à l’époque de toute façon je veux dire je, je consacre tout ce que j’ai de temps libre à ça, tout, je veux dire c’est sans limite hein, c’est sans limites, j’y ai, j’ay ai inquiété mon entourage…parce que j’y ai fracassé euh…des opportunités professionnelles dans un autre domaine, j’avais avant de me lancer aussi fortement dans le handball euh percé un petit peu…dans d’autres domaines et avec, avec d »es opportunités professionnelles qui étaient intéressantes mais bon, la passion a été dévorante voilà et donc après y’a le 2ème pan donc y’a le volet fédéral et là euh je deviens cadre technique fédéral donc de droit privé donc pas cadre technique d’Etat donc de plus en plus en immersion dans le milieu fédéral, dans le milieu de la détection et, et bon et là encore bon y’a un certain nombre de, de choses qui se passent pas trop mal où y’a…notamment dès la 1ère année euh où je leur dis mais bon…une gamine qui est….susceptible de, de présenter un concours d’entrée dans un pôle euh…on, on le sait à peu près un an avant quand même donc ben ces gens là faut les aider quoi, faut les préparer à ça et donc euh j’arpente le département toutes les semaines avec 3 centres d’entrainement donc ça me, en plus de mon de l’entrainement à Bordes, les soirs où j’entraine pas à Bordes voire des fois en cumul l’un derrière l’autre, je vais à Bayonne, je vais à Oloron et puis toutes les semaines, à mes frais…et euh pour euh, pour entrainer spécifiquement ces gamines là et ben forcement je veux dire quand euh, quand les autres font pas grand-chose, dès que tu fais quelque chose t’obtiens des résultats quoi, je veux dire c’est, c’est assez simple quoi, c’est je veux dire là, la conséquence est assez simple donc euh de suite ça je veux dire ça, ça se traduit ben en terme de résultats euh collectifs pour le comité des Pyrénées-Atlantiques mais ça c’est relativement secondaire mais ça se traduit aussi en terme de, d’image de marque à la fois vis-à-vis des gamines, vis-à-vis de l’entourage parents et ces gamines ben elles sortent euh, elles sortent sur, sur des stages nationaux et puis et puis les choses se savent quoi, elles racontent, elles racontent un petit peu comment bon pourquoi bon je pense que les, les meilleurs vecteurs de la com’ que j’ai pu avoir ce sont les joueuses, ce sont les joueuses voilà qui, qui te, qui te font confiance et qui savent que…que t’es engagé à leurs côtés et, et…ça c’est une dimension que j’ai toujours souhaité avoir et que je souhaite conserver aujourd’hui quel que soit le niveau, c’est euh…de ne jamais oublier, oublier de voir l’individu dans sa globalité quoi alors même si c’est un peu en contradiction avec ce que j’ai dit tout à l’heure dans mon rapport aux femmes mais euh mais en tout cas euh bon parce que ça je pense que c’est, c’est une forme de déontologie mais euh mais en tout cas voir, voir l’individu dans sa globalité, être capable à un moment donné de dire ben ouais non il vaut mieux pas peut-être que t’ailles faire ce stage national là parce que t’as, ta cheville elle est pas suffisamment rétablie ou euh ben non tu jouera pas avec nous aujourd’hui parce que c’est un match important mais c’est pas grave, là tu as une échéance scolaire qui est plus importante, j’ai souvent fait ces choix là en me disant que c’était un investissement…

15Cadre technique fédéral

16Ouais

17Plutôt que entraîneur pro à Créteil

18Oui

19C’est pas neutre comme décision du tout ?

20Non mais, mais c’est pas vraiment lié au professionnel, j’étais prêt à partir, j’étais déjà parti de, de chez moi pour, dans l’exercice de mes fonctions précédentes professionnelles, j’étais déjà parti de chez moi mais là franchement ça a été euh…je pense que ça été le, le…le choix de…le choix du, du, de vivre dans ma région là euh

21Voilà

22Voilà si, c’est le choix, je pense pas que j’ai fait le choix d’embrasser la carrière fédérale par rapport à…à entrainer, à l’époque entraineur pro alors c’est en N1B féminine donc c’est pas Créteil els garçons, je parle de Créteil filles, la N1B féminine euh…mais qui propose un, un poste c’est un mi-poste qui propose et l’autre mi-poste est sur la ligue euh Ile de France voilà euh…2 mi-temps mais en fait bon…elle s’entrainaient que trois soirs par semaine c’est, ces jeunes femmes à l’époque, y’avait une très belle équipe, c’était une équipe qui était potentiellement…y’avait matière à faire, à aller vers la D1 avec cette équipe là, y’avait, y’avait matière euh bon maintenant je suis pas sûre que dans le contexte de l’époque euh…le club de Créteil aurait fait beaucoup d’efforts pour permettre à ces filles de monter en D1 et dépenser du pognon à la place du secteur masculin, c’était une des grandes problématiques de, de l’époque hein, je veux dire un certain nombre de clubs qui…qui ont…qui ont fondu les plombs comme ça, soit qui ont abandonné leur section féminine, soit qui ont abandonné leur section masculine parfois fin plus souvent leur section féminine comme par hasard et euh…bon je, je sais pas ce que ça aurait donné mais le choix il a été, le choix ça a plutôt, c’est pas secteur privé euh, secteur fédéral, c’est le choix, ça a été de dire bon ben puisque je peux continuer je veux dire je peux vivre du handball là où je suis et là où j’ai construit euh bon on va le faire par contre je, à ce moment là ce qui était clair pour moi c’était que je voulais vivre du handball donc j’avais mis ça comme préalable, j’allais faire ma vie euh j’allais faire ma vie dans le handball et euh j’allais quand même…j’avais quand même 28ans quoi, fallait bosser fin fallait bosser, j’avais bossé avant, je bossais depuis longtemps mais bon j’ai bossé dans des domaines euh…très différents

23Embrasser une carrière…de cadre technique fédéral pour commencer et tu l’as dit en renonçant notamment à d’autres opportunités professionnelles…tu peux en dire plus sur ces questions ?

24Ouais ouais..ouais là…euh là on va loin

25(Leger rire)

26Là on va loin

27C’est pour ça que j’avais dit 2 h

28J’ai, je suis issu d’une famille qu’a…toujours été en…engagée politiquement voilà, mon grand-père et mon père ont été des élus socialistes hein…et euh…bon je suis clairement un homme de gauche, sur ça y’a pas de doutes euh…en… …j’ai regardé le phénomène politique de…en spectateur depuis que je suis tout petit mais de l’intérieur, de m’intérieur, j’ai euh…je veux dire c’est pas neutre quand euh…quand t’as euh 7,8ans et que il est pas encore président la république et que…je peux plus dire combien de fois m’enfin au moins 3 fois quoi, 3 fois tu vois chez toi y’a Mitterrand qui vient manger quoi, c’est pas, c’est pas des choses neutres dans ton parcours, ce sont des choses qui te, qui, qui t’impactent un petit peu parce que je veux dire tu, tu vois déjà que les gens qui, qui sont référents pour toi, tes parents eux je veux dire c’est pas un événement neutre pour eux quoi, je veux dire c’est un truc un peu fascinant pour eux quoi donc bon le pourquoi du comment, comment ils se retrouvent à la table chez moi ça c’est autre chose, mes parents étaient pas intimes avec Mitterrand hein amis c’était plus euh André Labarrère  député maire de Pau à l’époque dont mon père était le bras droit quoi, qui euh, qui crée ces circonstances là quoi mais bon ça, ça me marque dans le parcours euh…j’ai eu la période c’est amusant de parler de ça mais je veux dire 10 Mai 80 c’est pas un événement neutre dans ma tête et, et donc bon euh assez légitimement je, je m’engage en politique…avec là aussi euh je veux dire aussi pas de vision…pas d’objectifs de faire une carrière d’élus hein, c’est vraiment euh avec un objectif de, de militantisme parce que franchement depuis tout petit euh…ma seule vraie passion c’est le sport donc euh je veux dire j’ai pas voilà et puis je me, je me retrouve euh là encore je veux dire c’est le même profil que ce que je viens d’expliquer qui va se passer plus tard euh donc euh…je deviens adhérent…du mouvement des jeunes socialistes…et euh…et quand je vois les fonctionnement bon c’est, c’est l’époque où les, où les courant au parti socialiste sont…à leur sommet quoi c’est je veux dire c’est… …grosso modo c’est 84/85 par là 86 euh… philosophiquement ben je veux dire ma vision de la gauche est pas, est pas vraiment une gauche mitterrandienne, je suis plutôt un, dans l’aspect politique au sens politicien du terme oui euh dans l’aspect idéologique c’est beaucoup plus proche de la seconde gauche, des anciens du PSU donc de Michel Rocard c’est la filiation à Mendès Rocard euh…et donc euh…ben il se trouve que Labarrère étant fabusien euh tout le monde est fabusien…(léger rire) et évidemment be, euh moi je suis pas fabusien donc euh les mouvements du milieu socialiste dans les Pyrénées-Atlantiques…en terrain fabusien tenu par les fabusiens et moi je débarque là-dedans et y’a deux, deux, deux jeunes garçons charmants mais pas du tout pragmatiques hein…(inaudible)

29Je crois que c’est un piège partout

30C’est un piège partout tu crois, c’est la culture de (?). T’as déjà fait entretien dans le noir (léger rire)

31C’est le piège partout

32Ben écoute euh…on peut poursuivre dans le noir, tu vas plus prendre beaucoup de notes hein

33Ecoute c’est pas grave j’ai une tête

34Bon

35Qui fonctionne à peu près encore, oh la la

36C’est spécial

37Ouais

38Euh donc euh y’a, y’a deux jeunes, deux jeunes garçons donc qui, qui incarnent le, localement, au niveau départemental le, les idées rocardiennes alors ils sont charmants mais, mais ils sont pas du tout pragmatiques quoi et euh bon et donc ils se font tout le temps rouler dans la farine par les autres, bon et ça ça m’exaspère un peu et je prends ça exactement comme un jeu, je prends ça comme un jeu et je m’amuse un petit peu et…et un an plus tard au lieu, le mouvement des jeunes socialistes qui était fabusien dans les Pyrénées-Atlantiques il est rocardien, la majorité est rocardienne, comme évidemment ben je veux dire quand tu vas au charbon ben…alors on fait troeca (?) avec les 2 autres mais bon encire une fois ils sont en approche stratégique des choses donc 2 personnes qui à mon avis au niveau conceptuel sont actuellement largement supérieur, bien meilleur que moi intellectuellement mais dans l’approche stratégique des choses, dans le côté apparatchik pour vraiment appeler les choses par leur nom ils sont nuls et moi par contre euh ça je comprends bien, je comprends bien comment ça marche quoi…et donc on arrête de se faire, on arrête de se faire abuser par les autres qui eux bénéficient évidemment de toute la puissance d’une fédération euh…fabusienne avec l’appui du numéro 1 derrière et c’est là où c’est marrant parce que c’est un peu comme, j’ai un lien forcément avec André Labarrère à l’époque où mon père en est le 1er adjoint depuis…je sais pas combien d’année, 17 ou 18ans (inaudible) t’arrêtes tes conneries quoi, ça va stop, arrête bon et évidemment mon côté rebelle prend le dessus…mais c’est pas un problème vis-à vis de toi là c’est idéologique et en plus de ça là tu as une  bande de…une bande de, de rigolos…qui sont de vrais apparatchiks quoi, je veux dire dignes de…dignes de, d’un autre parti et de…et de plus basses méthodes je dis donc ceux là ça m’amuse de jouer avec eux…comme il a beaucoup d’affection pour moi , il me connaît quasiment depuis que je suis né bon il me lasse jouer et puis moi ça n’a aucun intérêt, je veux dire l’enjeu est vraiment mineur pour lui , bon là où ça devient moins mineur après c’est quand la fédération euh…donc là on n’est plus chez les jeunes, la fédération commence (rire) un peu à évoluer et donc ben forcement euh…je me retrouve à assister à des réunions du courant rocardien euh…au niveau régional, ben six mois après…mouvement des jeunes socialistes au niveau régional qui était fabusien ben il est rocardien (rire) donc bon là quand même les mecs au niveau national ils se disent c’est qui ce pitre là donc euh un jour je vois débarquer….oh prise de rendez-vous je vois débarquer les responsables de, du secteur national qui me disent bon ben c’est super là…en Aquitaine tout ça et…et qui me disent ben tu…tu vas siéger avec nous dans, dans l’instance nationale…et tout ça va très très vite hein, tout ça c’est dans, dans un  an et demi hein ce que…pff là je dis bon écoutez bon euh moi j’entraîne, j’entraîne déjà au handball euh…je joue, j’ai des activités sportives, je joue…stop, halte bon ok très bien ils se disent tiens ça c’est bizarre et puis, évidemment euh…ils y reviennent un peu à la charge 6 mois après et puis au lieu de m’envoyer ben les sous-fifres là ils…ils m’envoient du lourd quoi, ils m’envoient du lourd, ils m’envoient euh 3 personnes qui, qui aujourd’hui…sont un peu connues dans la société française, qui dirige les clubs forums qui sont en fait des clubs de, de jeunes rocardiens, qui préparent pour 88, Rocard présidentielle donc l’un c’est Emmanuel Valse euh donc il est aujourd’hui député maire d’Evry voilà, l’autre c’est Alain Bauer qui est euh entre temps s’est rapproché (sourire) de Sarkozy et qui est un…la référence en terme de criminologie et de sécurité en France et qui a été grand maitre du Grand Orient de France et le 3ème c’est Stéphane Fouks qui est le patron de Euro RSCG euh grande boite de com quoi voilà qui sont 3 copains…voilà et qui, eux copains, et qui bon là évidemment…à l’époque évidemment ils occupaient pas les fonctions qu’ils ont aujourd’hui mais bon leur pouvoir de persuasion est fort, et comme eux ben ils sont arrivés au bout du, au bout du chemin de, de jeunisme politique euh…ben il leur faut trouver des, des successeurs pour, pour faire vivre leur, leur mouvement donc notamment dans la perspective de, de 88 et là donc je me retrouve avec euh…avec une proposition…professionnelle d’animer ce réseau au niveau national, d’en être le responsable au niveau national, ce qui est le cas…Rocard devient 1er ministre…et…et donc ben je, je me retrouve en étant vraiment uniquement la caution jeune euh dans des réunions assez régulières à Matignon avec euh tout l’organigramme rocardien, mais aucun poids ni idéologique, ni stratégique, ni quoi que ce soit c’est, je ne suis que là, je ne suis que…l’operateur…l’operateur sur euh…sur un secteur jeune mais je veux dire je n’ai évidemment face à ces personnes là…Guy Carcassonne éminent spécialiste du droit constitutionnel, Jean-Paul Huchon, directeur de cabinet de Rocard et toute la rocardie qu’est là euh…je suis là j’écoute, je regarde hein mais…quand dans, dans ta vie précédente, pendant les années précédentes de ta vie t’as eu la chance de connaître…en local des réalités, des choses de la, de la vie publique et de la prise de responsabilités, y compris dans le domaine du sport parce que mon père il cumule le fait qu’il est président du club de rugby qui évolue en 1ère division à l’époque donc moi depuis tout petit, je veux dire un vestiaire de haut niveau même si c’est le haut niveau du rugby d’époque je sais ce que c’est et que là le, le hasard alors après on peut toujours discuter de la notion de hasard hein, le hasard des choses je veux dire y’a un peu de hasard parce que moi j’ai vraiment pris ça comme un jeu d’ailleurs je l’ai tellement pris comme un jeu que je veux dire que je m’en suis évader assez vite parce que je me suis rendu compte que c’était, que c’était une vie d’imposture et que je ne me sentais absolument pas la, la compétence d’être là et que j’étais un imposteur mais par contre ça m’a, ça m’a appris pas mal de choses sur les milieux de décisions, sur euh, sur les, je vais pas les appeler les milieux de pouvoir parce que c’est un côté, c’est un côté (inaudible) mais c’est quand même, ce sont quand même des milieux de pouvoirs donc, en tout cas les milieux de décisions qui à mon avis…par la suite dans tout ce qu’on a évoqué sur le milieu du handball quand tu, quand tu cumules ces expériences là…spécifiquement sur le handball qui, qui était un, un milieu jeune, un milieu jeune le handball, le handball c’est jeune en France hein je veux dire…si tu conjugues le fait d’avoir ce que tu as construit petit à petit un peu de compétences spécifiques modestement et à côté une compétence d’ordre plus général mais de haut niveau…en définitive y’a pas de hasard à la sortie sur le parcours voilà

39Monde d’imposture euh…et tu choisi de privilégier une carrière d’entraineur de handball euh…qu’est ce qui n’était pas conforme à tes positions…pour vraiment renoncer à, à quand même une carrière qui sur le plan du prestige euh…

40Oui oui je comprends bien ce que tu veux dire, tout simplement la passion, c’est que la, la chose…la chose politique me passionne

41Mais pas

42Mais pas euh mais pas, mais pas la vie politique, le, le…la vie ou de militant politique professionnel de l’apparatchik ou de l’élu, elle est effectivement prestigieuse, celle de l’élu elle est intéressante…tout ce que tu veux mais euh…je vais être très trivial  mais ça me fait pas bander, moi ce qui fait bander c’est  d’être d’être sur un terrain avec des joueuses de handball, à l’époque…et euh ben on m’a traité de fou, on m’a traité de fou parce que bon à, à l’époque je gagne plus d’argent que j’en gagne aujourd’hui quand même et j’ai 23 ou 24 ans, on m’a traité de fou y compris dans mon entourage familial, on m’a dit mais attend c’est une opportunité extraordinaire…même si on m’a jamais poussé à faire de la politique avant, mon père s’est pas du tout occupé de ce que je faisais, il regardait ça avec un œil amusé…mais…mais par contre euh bon on a vite vu quelle était le, le niveau de…le niveau des gens que je fréquentais…mais euh…et, et dieu sait que, dieu sait que ces gens là ont, m’ont marqué, ont été, ont été particulièrement riche dans mon parcours…mais, mais j’ai compris les logiques de réseau…auquel je n’ai jamais voulu euh participer à titre personnel, je l’ai mais je les ai comprises, elles m’ont beaucoup servies par la suite…ça m’a beaucoup servi de comprendre la, la logique de réseau euh et…je, je peux pas dissocier de toute façon je suis toujours convaincu que le, le parcours d’un entraineur euh ne peut pas se, se lire sans regarder son parcours d’homme, je veux dire c’est marrant parce que tout ce que je peux raconter là c’est quelque chose à part quelques intimes personne ne sait ça…euh…mais euh donc c’est, c’est…j’ai…je me suis posé sincèrement la question, je me suis dit bon ok ça brille, c’est sympa, c’est valorisant…mais t’es un escroc dans ce milieu là, t’es un escroc parce que, parce que j’étais avec des gens qui étaient euh…éminemment plus formé que moi alors tu vas me dire que je pouvais me formé

43Oui

44A 23 ans mais éminemment plus formé que moi et euh…et sur des enjeux…sur des enjeux qui m’intéressait beaucoup…mais qui ne me passionnait pas, je veux dire la, je me, je me souviens quand même avoir fait, avoir dû gribouiller en réunion euh à Matignon, avoir gribouiller l’entrainement que j’allais faire le lendemain soir, c'est-à-dire j’avais un terrain de handball dans la tête hein, voilà, c’est une, c’est une forme obsessionnelle certainement maladive hein euh mais euh…mais le…je pense pas qu’il puisse y avoir de vision balistique sans une vision beaucoup plus large hein de relation entre les gens, la relation, moi je pense que je suis un entraineur politique hein d’ailleurs qui est, la manière dont je veux faire vivre mes collectifs y’a une…y’a une forme d’idéologie derrière voilà mais euh…ce qui est vraiment moteur c’est quand même l’activité voilà, le handball bon ok ce n’est qu’un moyen euh et de passer une belle jeunesse et de, moi ce qui me passionne là-dedans si tu veux c’est l’intelligence collective qu’on peut, qu’on peut mettre en œuvre et je crois que les vraies transformations tu ne peux les faire et tu ne peux en être pleinement acteur que dans le microcosme, dans une microsociété, je suis assez septique, c’est un côté…bon peut-être un peu fataliste par rapport au genre humain quoi, je suis assez septique sur, sur le macro voilà ,le micro je sais que dans une micro société euh…tu peux peser pour que certaines valeurs fonctionnent, que tout le monde s’y retrouve et ma vision de la transformation macro c’est multiplions les espaces micro et peut-être là, voilà quoi donc en définitive…je sais pas, je pense, je pense pas que ça soit un manque d’ambitions d’avoir fait ce choix là, je pense que c’était, c’était du…c’était réaliste hein bon alors si en plus de ça j’avais dit à ce moment là bon ben ok j’ai une super proposition pour aller faire du handball ben là à ce moment là j’ai pas de proposition, j’entraîne un club je veux dire ça me coûte, ça me coûte financièrement euh…

45Oui

46Je veux dire et j’ai pas de, et j’ai pas de, professionnellement j’ai rien, professionnellement derrière je vais, je vais évoluer, je vais faire différents boulots derrière, je vais faire euh…un peu l’agent immobilier mais alors là, là ça dure pas longtemps parce que là je me rends compte à quel point euh…à quel point il faut être un escroc pour faire ce métier là donc pfit pas possible euh donc évidemment j’ai passé, j’ai passé des BE mais faut trouver euh, il faut trouver un…un poste euh comme il faut quand même crouter ben à un moment donné je fais même gardien de parking en 3*8 la nuit et je trouve ça super sympa parce que je peux lire, je peux préparer mes entraînements et parce que bon t’es pas tout le temps dérangé entre, des fois dans les parkings la nuit t’es pas dérangé et donc là t’es…t’es pénard, tu peux, tu peux lire et bon comme j’ai toujours adoré lire, je veux dire c’est la, c’est mon plus grand plaisir égoïste c’est être avec un bouquin quoi donc euh…ben là j’y trouvais mon compte mais bon je me dis je vais quand même pas faire ça euh…toute ta vie hein euh donc euh donc je fini par trouver un, un billet et je suis éducateur sportif dans une MJC voilà ça c’est mon dernier boulot avant de devenir pro de l’activité handball voilà et, et effectivement si tu veux c’est tellement décalé par rapport à ce que j’ai vécu quelque temps auparavant…parce que bon en plus de ça cette prise de responsabilités politique euh un peu, c’est…un peu malgré moi mais euh je veux dire ben…elle fait un peu de, elle fait un peu écho euh je veux dire évidemment les journaux en sont pas pleins mais je veux dire euh il suffit qu’il y est…une visite de ministre à Pau ou un, la venue de Rocard tout ça je veux dire donc ça se sait, ça s’écrit dans la presse, ceci cela et quand euh…un an et demi après le même mec que t’as vu à côté du 1er ministre en photo tu le vois en train de…de prendre ton ticket de parking, de le mettre dans la machine, de réparer le truc parce que le mec il, la pièce elle est bloquée…ça peut choquer et moi je me suis toujours senti en phase à ce moment là, je me suis toujours senti en phase parce que y’avait, y’avait ce fil conducteur parce qu’en fait je veux dire le fond de l’affaire c’est que dans mes jeux d’enfants je me suis toujours imaginé, mes jeux d’enfants c’est euh, c’est organiser la compétition quoi c’est le jeu, je, je…je n’ai jamais été dans toute cette affaire là que fidele, fidele à mes jeux d’enfants, à ce que je m’imaginais être quand j’étais gamin voilà, les jeux d’enfants c’était toujours, je me suis jamais imaginé euh…pilote de chasse…non, je veux dire ça a toujours été avec un ballon de rugby, de foot, de hand, de ce que tu veux et bon dans mon inconscient je pense que pour être en phase avec moi-même y’avait que ce chemin là…voilà et c’était, c’était une évidence…(il boit) mais c’est pour ça que je dis que ça a été un peu malgré moi le, le, l’aspect politique parce que j’ai mis le nez là-dedans par euh en me laissant plus ou moins embringué par des copains qui m’ont dit ben quand même allez viens et tout ça et puis euh, et puis comment la notion de jeu est, est importante chez moi et puis que là ça m’a un epu énervé de voir comment, comment c’est, ces 2 pauvres garçons qui représentaient le courant rocardien se faisaient…alors que c’était 2 garçons brillants euh ils se faisaient…roulés dans la farine par les apparatchiks, attendez les gars on va jouer, vous voulez jouer on va jouer alors j’ai fait l’apparatchik voilà et puis ben…la boule de neige fait que l’apparatchik à un moment donné se retrouve dans un truc…et oh c’est pas ce que je voulais faire (léger rire) moi, c’est pas ça…ok t’es en costard cravate et t’es à Matignon, tu vois un peu les ordres de la république, c’est super sympa, je suis ravi de l’avoir fait, je suis ravi de m’en être échappé…parce que bon je veux dire j’aurai fait quoi, je veux dire j’aurai été un potin local et…et je serais conseiller général…de, de je sais pas où à côté de Pau voilà ou…ou maire ou même parce que bon je ceux dire j’en connais un certain nombre qui le sont devenu ou députés bref super mais euh j’aurai pas fait les Jeux olympiques alors je vais te dire

47Oui pus passionnant

48Ah pour moi y’a pas photo, pour moi y’a pas photo même je veux dire y’a pas photo je veux dire ce que je ne pouvais pas imaginer c’est à quel point euh…bon je suis un garçon qui a la baraqua ça c’est évident ça, la chance euh mais pas la chance de trouver, de trouver un billet de 20€ dans la rue c’est pas celle là la chance, la chance c’est de croiser, de croiser des, des gens importants euh dans ta vie qui changent le cours de ta vie, je veux dire que ce soit dans l’aspect politique quand tu croises des mecs comme, comme Valse, Bauer et Fouks bon je veux dire c’est des personnages qui te marquent, je veux dire la chance de, de voir des personnages euh tant dans le domaine sportif que dans le domaine de la, de la vie publique qui sont des personnages hors norme, ça te donne des images quand t’es gamin et ça je crois énormément à ça quoi, je crois énormément au fait d’avoir des, des images de référence, tu comprends pas bien ce que tu vois mais t’as, t’as une image de référence sur.. ;sur ce qu’est le haut niveau, sur ce qu’est la distance euh, que ce soit du haut niveau politique, du haut niveau intellectuel, sur ce qu’est la distance et, et ça te permet de te situer quoi, moi je, quand je suis arrivé dans, dans le contexte là politique et je veux dire dans un sphère à laquelle je n’étais pas du tout préparé, qui n’était pas la mienne et, et que je n’avais pas pour mission de vivre euh…j’ai, j’ai aussi vu euh bon y’a certaines bassesses que tu peux analyser mais euh j’ai aussi vu le niveau intellectuel des gens qui, auxquels j’avais à faire, je veux dire ça te permet de bien te situer quoi donc après d’avoir une forme de…à la fois d’ambition et d’humilité quoi, d’ambition et d’humilité, je veux dire ouais bon ok…y’en a qui ont des cerveaux qui marchent pas mal voilà et qui ont, qui ont une capacité d’analyse que tu es loin d’avoir donc euh… … quand on parle de chance dans les choix je veux dire c’était totalement improbable que, qu’Olivier vienne me chercher pour être son adjoint, bon je veux dire ça change, ça change le, le cours de ta vie quoi…voilà je veux dire y’a, y’a plusieurs rencontres ah évidemment on peut toujours dire ouais quand il y en a plusieurs c’est plus le fruit du hasard euh… mais…je pense que ce qui est pas un hasard de…ce qui est pas hasardeux c’est euh…c’est le lien avec le haut niveau, ça c’est pas hasardeux, c’est quelque chose que je recherche profondément, ça c’est sûr, y’a une forme d’ambition euh…en y mettant ce qu’on veux veut derrière ambition hein, y’a une forme d’ambition réelle de vivre des choses de haut niveau, ça c’est évident et dans tous les domaines…je veux dire, dire quitte à dire quelque chose voilà mais mon objet de centration de plaisir, de culture, celui pour lequel  je me sens équipé, celui je veux dire, l’image que je me renvoie est une image de compétence…je sais que c’est le domaine sportif voilà donc j’ai aucun regret par rapport à l’aspect politique parce que, parce que j’aurai ok j’aurai, j’aurai acquis des compétences mais je veux dire mais j’avais quoi comme compétences déjà d’endormir une section de militant de, du parti socialiste pour qu’il me disent y’a élection, d’endormir des électeurs et, et voilà, j’avais ça comme compétence…mais euh après j’en aurai construit d’autres certainement mais…y’a pas de vision quoi, y’a pas de vision, j’ai, je…j’incarne pas une suffisamment fort en terme de culture politique, en terme de, y’avait pas de vraie vision là-dedans, y’avait que de l’opportunisme, j’étais là par opportunisme voilà alors que dans le handball même si euh X personnes euh pouvaient prétendre à…à occuper la fonction que j’occupe aujourd’hui, dans le handball je suis légitime…je me sens légitime, c'est-à-dire que je suis légitime ça veut rien dire mais en tout cas moi je me perçoit comme légitime, voilà donc euh donc en phase alors que dans le parcours politique euh j’aurai eu l’impression de, de…d’être une imposture voilà…donc c’est aussi simple que ça et en plus de ça comme je te l’ai dit tout à l’heure je crois que les choses se transforment dans les microcosmes, ceci dit tu peux aussi le faire en politique à l’échelle, à l’échelle d’une ville euh voilà tu peux le faire aussi…et c’est rigolo parce que depuis évidemment y’a un certains nombre de personnes du milieu politique que j’ai fréquenté à cette époque là avec qui je suis en contact aujourd’hui y compris au niveau local, qui disent ah ben…parce que là ben du coup ben la fonction fait que y’a un côté un petit peu d’envergure nationale même si c’est bon euh ah ben tu…tu vas te présenter avec nous teut teut, ah vous aurez ma voix peut-être, peut-être mais euh, mais c’est sans moi…ça ne me…je connais trop ce…trop ce milieu là…et à la limite je vais dire encore une fois je pense qu’il faut avoir beaucoup plus de respect pour les hommes politiques d’envergure nationale que pour les petits potins locaux (?) euh…ça m’aurait pas intéressé de faire de la politique pour autre chose que…que pour quelque chose d’envergure nationale, ça m’aurait pas intéressé, et là je me sens pas équipé, là je me sens pas équipé alors que bon dans le handball aujourd’hui (inaudible) quelque soit l’entraîneur du contexte international que je croise avec qui j’échange…

49Echange d’égal à égal

50Voilà qui que ce soit, qui que ce soit…je veux dire de Claude Onesta à Olivier Counbols (?) ou aux entraineurs étrangers, alors effectivement en terme de représentation médiatique tout ça là on est pas d’égal à égal je veux dire mais quand on parle de handball dans leurs yeux je lis le respect qu’ils ont pour ma compétence, ce qui est essentiel, voilà…donc euh c’est quand même vachement plus valorisant…

51Je reste encore un petit peu sur cette trajectoire avant de, de revenir à, aux missions actuelles euh…sur le plan euh de ta formation et de ton parcours sportif tu as dit, t’es pratiquant de plusieurs sports et du rugby et du foot et du handball, y’a un papa président de club de rugby euh…pourquoi…c’est le handball qui remporte finalement

52L’adhésion

53Oui l’adhésion, ta préférence et le BE qui…qui suit spécifique handball je suppose

54Euh oui

55Oui

56Oui euh…initialement quand même ce qui est par, par culture familiale, comme je vous ai expliqué par rapport à mon père c’était, mon 1er sport c’est le rugby

57Oui

58Et euh mes rêves d’enfance ça s’est joué en 1ère à la section paloise voilà ça c’est pour moi le, c’est le graal, les grands sportifs, jouer en 1ère à la section paloise, de rentrer sur le stade mythique de e Pau au parc des princes avec le maillot de l’équipe 1ère euh et je vais jouer dans toutes les équipes de la section fin de bon niveau mais bon arrivé à…à 17/18ans je comprends bien que je suis pas équipé physiquement pour jouer en 1ère division en rugby donc je vais être bon joueur de 2ème division…parce que je suis un bon joueur de ballon mais physiquement il me manque, il me manque des kilos pour pouvoir être…et condition du haut niveau, ma passion pour le rugby qui est, qui est grande encore aujourd’hui hein, mo, intérêt pour ce sport là est parce qu’en plus de ça je pense qu’il y a énormément de, de lien très intéressants à faire entre le rugby et le handball euh…elle va pas s’étioler mais l’ambition unique euh…n’existe plus à partir du moment où , où je me rends compte que euh que ce graal d’être joueur majeur, si j’avais été bon en rugby j’aurai été prêt à faire n’importe quoi pour jouer en 1ère à la section paloise, bon le handball est un sport qui m’a toujours attiré j’allais voir jouer les équipes du coin euh… j’ai, j’avais énormément d’amis dans le milieu du handball béarnais depuis tout petit j’allais dire l’ASU c'est-à-dire l’UNSS maintenant, à l’époque c’était l’ASU, en ASU euh je jouais au handball plutôt que de jouer au rugby donc je fréquente tout le milieu handballistique donc ben euh assez rapidement, vraiment le rugby en numéro un mais quand je peux sur un weekend, quand les horaires le permettent je prends une licence handball aussi et puis et le handball est mon activité seconde et puis euh…je commence, je commence à entraîner d’ailleurs je suis passionné par le fait d’entrainement très tôt euh…

59Oui

60Très très tôt euh je m’intéresse à l’entrainement très très tôt, à 16 ans, 16/17 ans je participe à des, à des stages euh organisés par l’amicale des enseignants d’EPS rugby qui à l’époque c’est…c’est un peu contestataire dans le milieu du rugby l’amicale des enseignants d’EPS hein je veux dire c’est euh et (inaudible) Quilly euh bon c’es tune pu contestataire donc ils font des stages où…où on débat bon c’est, j’entends un discours euh qui est…certes rugby mais qui est pas que rugby, on est, on est dans une dimension que je connais pas localement quoi et là ça ça me passionne quoi, ça m’allume, ça m’allume des lectures euh…et à des dimension euh…on fait de la sophro, on fait des trucs, je rentre le weekend dans mon club je dis les gars on va faire de la sophro pour se préparer, je pense qu’ils me pendent haut et court quoi euh et donc bon très tôt, très tôt le fait d’entrainement m’intéresse, me questionne, me passionne et donc euh…et donc ben je vais au devant de, je vais au devant de ces gens là quoi parce que ça c’est aussi une caractéristique c’est que j’ai jamais eu dans mon parcours euh…de difficultés ou d’appréhension à aller vers les gens qui exercent des responsabilités, peut-être parce que je suis issu d’un milieu familial où on a exercé des responsabilités donc je démystifie euh mais donc bon euh ça ne pose pas problème à l’époque de correspondre avec euh, avec des gens comme euh, comme Herréro ou Pierre Villepreux ou Raoul Barriere, un gamin de 17ans qui, qui leur écrit parce qu’à l’époque y’avait pas de mails, qui leur écrit et qui leur téléphone pour leur poser des questions à la con, ça doit les amuser quoi et euh…et puis bon localement euh y’en a, y’en a quelques autres qui sont dans ce mouvance là avec qui j’échange beaucoup et je commence à m’occuper de, de gamins euh à l’école de rugby, je dis gamins ils doivent avoir 16/17ans et donc je, je co-entraine hein, c’est pas moi qui ai la responsabilité du groupe bien entendu, je suis pas majeur, j’ai pas la responsabilité du groupe mais je vais animer dans l’école de rugby dans laquelle j’ai débuté moi-même 10 ans auparavant, faire des ateliers tout ça, je vois bien que bon un mec, font n’importe quoi, ils font de la reconduction de rugby d’adultes sur des enfants et j’ai, j’ai bien en mémoire ce que j’ai aimé et pas aimé moi en plus et euh…et donc bon même si pédagogiquement euh je suis vraiment un produit en friche euh…j’ai quand même des idées que voilà j’essaie de faire passer les idées euh sur euh sur, sur la notion d’atelier, des situations évolutives, de, euh….d’intégrité physique, de, de trucs ben attendez c’est débile d’opposer des gamins de 6ans avec un qui fait euh qui fait euh 1.50m et 55 kg et l’autre qui fait 1.25 et 30kg quoi, c’est débile quoi et donc on va essayer de faire des, des ateliers morpho euh… tout un tas de petits trucs comme ça donc bon ça ça me passionne bien et donc le handball c’est vraiment loisir à côté et puis euh…hasard des choses à l’époque j’ai une…ma, ma petite amie est handballeuse et euh…et elle est bon elle a joué, elle a joué à un bon petit niveau mais, mais sans plus et, et là elle est repartie dans un club de départemental jouer avec ses copines et euh…bon ils ont du mal à trouver des encadrants et l’entraîneur de leur équipe bon moi je passe la récupérer régulièrement à la sortie de l’entraînement, maintenant je connais tout le monde et euh et l’entraîneur de leur équipe a un gros problème de santé dans la saison et, et on me demande si je veux pas finir la saison, il devait rester ¾ mois pas plus et donc ben là je me retrouve pour la 1ère fois à entraîner un groupe de sénior donc euh…je dois être à peine majeur et j’entraine euh donc des filles qui sont quasiment toutes, toutes plus âgées que moi quoi mais bon à un niveau de pratique vraiment…et ça me plait bien l’entrainement des seniors euh j’accroche bien donc du coup quand ils voient bien que j’accroche ben ils me proposent d’entrainer l’année d’après euh donc tout en jouant au rugby, tout en jouant au handball, j’arrive à faire ça, j’en rajoute une couche évidemment ça se passe bien…parce que, parce que dès que tu es à ce niveau là dès que tu veux faire un peu mieux que les autres ben là aussi je veux dire c’est, ça porte ces fruits donc résultats des courses ben on un an après d’un club de niveau supérieur euh essaie de recruter le groupe parce que je suis encore avec la même copine, elle c’est plutôt une bonne joueuse et à ce niveau là et…bon ça les a un peu interpellé, tout le monde était un peu en recherche d’entraineur bon moi je suis pas spécialement attaché à ce club là donc bon ben…j’y vais peut-être que j’aurai arrêté d’entraîneur si on m’avait pas cette proposition là au handball je sais pas, j’y vais, ça se passe bien et, encore une fois c’est…y’a pas, y’a pas de, de vraie stratégie parce que jusqu’à 22/23 ans je vis totalement handball rugby en même temps euh bon là j’ai bien compris euh j’ai bien compris que le rugby euh de haut niveau c’était pas pour moi, je préfère jouer en équipe 2, dans un grand club que d’être équipier numéro 1 en 2ème division mais, mais voilà et c’est dans la même période que je fais euh l’imposteur en politique là, voilà c’est la même tranche tout ça

61Oui

62Donc c’est pour ça (rire) que je te dis je prépare mes séances d’entrainement, je suis à Matignon je prépare mes séances d’entrainement donc bon on est au niveau départemental c’est, c’est ça qui est, qui avec le recul me choque le plus, fin me choque le plus, m’interpelle le plus c’est et pour ça que je dis que vraiment c’est quelque chose qui était fort chez moi, c’est que j’ai préféré entraineur départemental quelque part très caricatural ce que je vais dire euh que faire une carrière euh…politique euh…ou tenter de la faire voilà parce qu’à l’époque j’entraine en départemental quoi c’est ça donc bon après, deux ans après…voilà c’est régional, ça se passe bien euh…bon…bon on monte, on monte assez vite avec ce club là. Je pense que Bordes voyant, voyant le péril d’un club, stratégiquement les dirigeants pas bête se sont dit…on va essayer de leur enlever le fou furieux là et euh…et eux m’ont proposé de, de venir, je serais probablement pas parti mais j’ai été aidé par les dirigeants qui me, fin qui ne voulaient pas se donner les moyens d’aller concurrencer Bordes et bon je voyais pas pourquoi Bordes aurait un monopole donc évidement et eux ils voulaient pas se donner les moyens j’ai dit oh là c’est contraintes et tout ça alors que bon j’aurai très bien pu le faire…en fait c’est certainement une très bonne chose pour, pour le handball local parce qu’on aurait divisé au lieu de, de fédérer et donc du coup Bordes  ils m’ont récupéré et puis voilà et donc bon c’est un peu, c’est un peu de fil en aiguille et forcement grimpant de niveau ben ça a été euh…ça a été chronologue, chronophage, ça a pris de plus en plus de temps et…et voilà quoi et donc du coup ben je me suis progressivement éloigné du rugby euh tout en m’intéressant à cette pratique sportive, voilà le pourquoi du handball…c’est, et puis bon franchement intellectuellement ça m’a passionné de plus en plus quoi parce que assez rapidement, alors peut-être que ça ça peut expliquer mais les images de, de foot passionné que pouvaient Olivier coumbols par exemple par rapport à (?) assez rapidement, comme j’ai toujours cette idée de, de haut niveau alors que j’entraine, je sais pas si à l’époque j’entraîne en départemental ou en régional, je suis entraineur régional, je me dit je veux, je veux voir ce qui se fait de mieux donc je prends ma bagnole et puis je m’en vais voir entraîner euh, je monte dans ma bagnole et je vais voir entrainer Rudy Bertsch euh à la Sporette à Chambéry donc je le vois avec son clinquant d’élèves euh puis après bon, après avec Degille c’est plus tard euh (?) déjà du handball peut-être déjà, je sais plus ou je vais voir un mec comme Michel Sicut à Marseille, en même temps que Efenvitch qui entraine euh l’OM Vitrolles évidemment je vais voir Olivier à Metz, à l’époque où il est entraineur de France espoir et de Metz donc j’arrive, donc je m’annonce pas, je viens dans la salle mais j’arrive un soir où c’est pas Olivier qu’entraine parce qu’il était à Paris ce soir là et donc euh je dis merde t’as pas fait Pau Metz en voiture pour rien donc tu vas attendre donc je leur demande le palais des sports de Metz, je demande quand est ce qu’il y a une séance le lendemain, normalement le palais des sports de Metz tu peux (rire) et puis le lendemain t’assistes à la séance pour voir qu’est ce qu’il fait ce mec là quoi, ouais donc je veux dire à l’époque je consacrais mon énergie et tout mon pognon à ça, je veux dire le nombre de, de relations euh…amicales, ou amoureuses qui, qui se sont éloignées de moi parce que, parce que, parce que bon  c’est un malade quoi, c’est un malade…

63Avant d’en venir évidemment

64Payer le prix quoi

65Oui oui. Sur cette question ce qui t’avait…par conséquence logique mais à toi de me le confirmer ou pas euh assez fade dans cette, dans ce parcours c’est euh…

66La vie de garçon

67Non euh…ce que peut proposer euh de manière euh obligatoire le système éducatif, l’école parait très fade là-dedans c'est-à-dire euh…

68En terme d’études

69Oui

70Ah alors en terme d’études…donc euh le parcours euh… …c'est-à-dire élève sans trop de difficultés mais qui aime, qui aime bien déconner quand même hein euh…jusqu’en terminale et puis en terminale, c’est un élément important ça aussi un côté excessif, en terminale y’a une, y’a une rupture, y’a une rupture sur…j’expliquerai les détails si ça a un intérêt pour toit euh y’a une rupture un jour je me fais virer du, du bahut à Pau pour avoir foutu mon poing dans la gueule à mon prof d’EPS…le 7 Avril… donc euh je passe devant un conseil de discipline assez légitimement (léger rire) euh mais j’avais pas bien identifié ce qu’était un conseil de discipline, je croyais que, je croyais que c’était un peu comme un jugement, que je trouvais, que je pourrais m’exprimer hors on m’a pas laissé la, la capacité à m’exprimer donc j’ai un peu péter les plombs et euh…et je leur ai dit euh textuellement allez tous vous faire enculer

71Oui

72Et je suis parti et j’ai été vidé…j’ai…j’avais un tout petit peu d’argent sur mon livret A, je l’ai récupéré, je devais avoir 2.000francs…je suis parti donc là j’avais 17ans et de mi, en rupture totale avec la société

73(Sourire)

74Me prenant pour une sortie de, d’aventurier à la Bernard Lavilliers tu vois, j’allais voyager comme ça et euh…oh je sais pas si ça a sa place parce que bon on est dans, dans le truc je…ma passion pour le sport a, a toujours été…avec un parallèle pour les milieux marginaux, toujours, toujours donc euh donc j’ai, y’a, y’a deux mondes dans mon adolescence, mes copains avec qui je fais du sport qui sont eux dans un…dans une forme de traditionalisme, classiques, ce sont des sportifs et puis euh et puis ben…j’ai les copains qui sont un peu plus marginaux…avec qui ont fume des pétards, avec qui…avec qui on fait des, on fait des concerts, on fait des ça donc bon et moi je me, à l’époque je me…je me projette euh…à l’époque ces 2 mondes là ne sont pas du tout réuni, sont totalement séparés c'est-à-dire que dans le milieu du rugby bon comme j’ai le côté tradition familial j’ai pas besoin de, de donner, de donner les gages d’appartenance à, à la famille tu vois du rugby mais bon je suis euh…je suis le marginal…parce que bon dans une petite ville comme Pau quand même tu peux pas, tu peux pas séparé tes mondes, les mondes ils se croisent, je suis le mec qui a des copains qui fument du hachich voilà et dans les milieux des fumeurs de hachich euh je suis le mec qui joue au rugby avec, avec la bande d’abrutis là-bas quoi, voilà grosso modo c’est ça donc et y’a pas d’unité, y’a pas d’unité et donc à l’époque ben euh…1er, 1er bac donc fugue derrière, je me casse le 7 Avril, je vais rentrer le 2 Septembre et là je ne devrai qu’aux relations de mon père d’être réintégrer dans un 2ème lycée parce que je n’ai pas du tout passé le bac cette année là et euh la 2ème année donc je vais, je vais passer mon bac en faisant l’autiste, alors évidemment avec un milieu, un milieu scolaire qui collait à l’histoire du mec qui s’était fait viré d’un bahut avant donc des profs qui sont un peu, et là je dis rien à personne pendant un an (siffle), je ferme ma bouche en classe et euh bon…je chope le bac voilà tranquillement avec la mention voilà en rentrant j’ai quand même expliqué parce que bon peu importe ça passe ça passe là histoire de qu’est ce que j’ai fait entre le 7 Avril et, j’ai voyagé un petit peu, je me suis retrouvé avec(? ) parce que j’étais pas majeur, je me suis retrouvé avec un…je sais pas comment on dit un mandat de recherche…international voilà euh c’est une fugue quoi

75Oui

76Voilà j’ai quand même par amour filial, j’ai quand même téléphoné à ma maman 2 fois pour lui dire t’inquiètes pas maman je suis vivant tout va bien mais où es tu rentre tout ça mais non…donc bon et puis euh…avec 2.000francs tu vas pas très très loin surtout quand on a au bout de 2 jours, que t’en as déjà dépensé 1.500 à Paris et…et puis bon ben euh…voilà tu vois comment c’est un peu la vie donc un peu Amsterdam, Berlin tout ça, tu te promènes un petit peu mais bon t’as vite fait de devoir compter quoi donc ben tu te fais, tu te fais vite euh escamper parce que on te dit toi ben tu vas faire la plongeur là-bas, bon on te nourrit, on te blanchit et on te loge dans un truc qui fait à peine la taille d’une cellule euh et on te donne pas d’argent pour, j’étais pas trop débile même à 17ans, tu comprends vite quoi bon et tout le confort bourgeois que je remettais en cause euh je l’ai réintégrer au mois de Septembre en me disant que c’était pas mal la vie, que c’était pas mal la table avec maman qui te servait un repas, j’ai, j’ai, tout ce que je remettais un peu en cause dans ma révolte adolescente, fin j’ai un peu remis en place donc euh…en, ce qui est assez rigolo c’est que…le mec qui est en fugue, 2ans et demi ou trois ans auparavant, ouais y’a peut-être 4 ans je sais plus faudrait que je me remette les dates exactement en tête, peut-être 4 ans quoi qui est le même en costard cravate, en costard cravate à Matignon (rire) celui qui est en train de fumer des, des pecos à…à Amsterdam…entre autre voilà bon ça c’est peut-être pas une partie très intéressante (sourire) la vie d’un CTS je sais pas si il faut le…

77Si

78C’est pas la partie on va dire socialement la plus brillante mais moi par contre elle est extrêmement….

79Oui

80Constructive et instructive pour moi voilà et là j’ai eu, j’ai remis, j’ai remis un petit peu voilà donc pour répondre à ta question sur le scolaire donc je chope le bac, l’année d’après ben je sais pas trop quoi faire parce que bon quand je suis rentré je me suis quand même encore, ok j’avais, je voulais voyager quoi et euh…donc euh j’ai dit à mon père…je veux voyager qu’est ce que je peux faire pour voyager, il m’a dit fils ben tu t’es barré pendant 3 mois et demi ou 4 mois et demi, je sais plus, bref jusqu’en septembre, il arrive il dit tu vas passer ton bac hein, on en rediscuteras dans un an, je te demande ça, on en rediscute dans un an, pendant un an en plus de ça mes parents m’ont eu relativement tard, ils m’ont eu à 40ans un peu un accident du truc, 40 ans à l’époque où je suis né euh moins fréquent qu’aujourd’hui et euh donc bon, ils s’inquiétaient un petit peu quand même les deux…sur qu’est ce qu’ils allaient faire de, de ce garçon là donc je me suis inscrit en fac…euh une 1ère année…je sais vraiment pas pourquoi je me suis inscrit en AES ça a duré, ça a duré 2 mois…oui ça doit être ça, ça a duré 2 mois et après j’ai fait un DEUG de Lettres modernes que j’ai eu…voilà mais bon qui aller me mener à rien et j’ai arrêté la licence en cours de route voilà en terme de parcours un DEUG de Lettres modernes et la licence…je l’ai arrêté en cours de route…donc en terme de, en terme de formation universitaire y’a pas de…je, je me suis, je n’ai trouvé mon compte…que bien plus tard euh…dans le, dans la formation et, et en fait le, la seule chose qui m’intéressait réellement c’était d’aller piocher ce qui m’intéresse, je suis pas, je suis pas à la recherche de bon même si l a fallu que je fasse parce que…parce que c’était nécessaire mais je suis pas à la recherche de, de formation, diplomantes jamais dans ma vie en fait, qualifiante mais pas forcement diplômantes après il a fallu que je fasse, il a fallu que je me plie et aujourd’hui aussi…si demain il fallait un concours quelconque bon et que…que ce soit nécessaire, je, je, je m’y plie mais je m’y plie parce que je connais, je connais les règles du jeu et que maintenant je rentre dans l’esprit de ce qui m’est demandé alors qu’à l’époque je rentrais  (?) un peu je veux dire je rentre surtout dans les gens quoi, j’ai un côté assez con passionné de sport comme je l’étais pour aller à Bordes même si il l’avait fortement cherché c’est lui qui m’avait frappé en 1er mais euh…pour aller emplâtrer ton prof d’EPS bon c’est pas, c’est pas le volet dont je suis forcement le )plus fier mais enfin bon en tout cas il montre la base de quelqu’un d’impulsif et de voilà et de…

81D’engagé

82Ouais voilà sans trop de concessions, allez je manquais un peu de rondeurs à l’époque un peu quand même depuis j’espère que j’en ai pris un peu mais à l’époque pas de rondeurs quoi, j’ai tendance à être très manichéen, y’a une vérité quoi et c’est surtout la mienne…donc bon ça je….un peu de mal avec ça, un peu de mal donc avec ça…heureusement que j’ai…heureusement parce que là je le dois essentiellement à des, à des nanas d’ailleurs ça euh heureusement que y’a des nanas qui m’ont ouvert les yeux sur ça quoi parce que sinon je pense que…c’aurait été, c’aurait été douloureux et peut-être même assez destructeur autour des structures…Nanas avec qui je, d’ailleurs quand je dis c’est au sens

83Oui

84Genre féminin

85Oui oui

86Pas forcement euh des, des, des personnes avec qui j’étais dans une relation

87D’accord oui. Maintenant que ton, ton parcours euh et sa genèse d’ailleurs d’entraîneur est un peu pus tracé donc euh de l’entraineur départemental au, au cadre fédéral dans les PA euh le fait de passer le concours de professeur de sport euh est donc apparu comme une évidence ?

88Il est apparu comme une évidence à partir du moment ou j’ai arrêté d’entrainer Bordes parce que là j’étais arrivé au bout du rouleau, je voyais plus ce que je, ce que je pouvais amener donc j’ai fait le choix de bon après …ça bouffait tellement d’énergie, j’étais tellement engagé dans ce truc là que y’avait plus de, y’avait plus de nouvelles possibilités de, d’évolutions, le club était bloqué en terme d’évolutions d’ailleurs bon je veux dire les faits l’ont démontré par la suite hein euh y’avait, y’avait 2 possibilités euh soit ce club là qui, qui, pour moi était euh vecteur de, de, de valeurs et de plus-values sociales pour les, pour les gens qui en étaient, qui en étaient adhérents, qui étaient licenciés euh soit ce club là euh je faisais entre guillemets un putsch et je cherchais à utiliser mes, mes réseaux avec une stratégie d’en-avant et je le transportais à Pau pour espérer faire du haut niveau avec ce club là à Pau et là je me suis assez vite confronté à un problème de conscience qui était ce club là ne t’appartient pas voilà, soit si je voulais faire du haut niveau, il fallait que moi je sorte de, je sorte du contexte voilà donc ma motivation au professorat euh elle s’est imposée à partir du moment où euh…ben localement je peux pas faire, localement je peux pas faire, la 1ère réflexion ça a été bon on va monter une structure à Pau euh on va faire , on va faire que les jeunes et puis quand on pèsera 150 ou 200 familles sur euh, sur le quartier où ils cherchent tous des voies là euh que…tu, tu chaines les expériences précédentes (sourire), je veux dire ben, va leur expliquer… que tu peux prendre une structure qui est déjà avec un certain niveau, l’amener à Pau euh ou en tout cas l’associer à Pau et puis euh et donnez un peu les sous qu’on n’a pas et on va vous montrer que on est capable de faire la D1 et…et dans les rêves les plus fous pourquoi pas d’être champion de France, jouer la coupe d’Europe voilà bon à part que ça, ça peut être mon ambition à moi mas ce n’est absolument pas l’ambition de tous les gens qui sont là, qui sont des gens que j’adore, ce sont des gens qui vivent autour de Bordes qui sont très contents de, de suivre mon ambition de vouloir amener ce club à ce niveau là d’autant plus que bon euh je veux dire ils se rendent bien compte que, ils se rendent bien compte que, de la démarche relativement peu intéressée du…du moteur de projet voilà, ce sont mes amis euh…je veux dire mes amis les, les plus chers sont certainement dans les joueuses de l’époque, des filles que tu connais come Nathalie Arribe voilà tu vois ce sont des, je veux dire y’a cause commune entre elle, entre elle et moi parce que elles, elles elles ont grandit avec moi mais dieu sait qu’elles m’ont fait grandir quoi, y’a cause commune et donc euh…je me rends compte si tu veux que, moi seul peut, peut, peut penser à ce truc là quoi, que eux ça va pas être leur projet donc je peux toujours essayer de leur vendre…euh mais que bon c’est quand même très malhonnête quoi, c’est très malhonnête de ma part et que euh…voilà moi je me sens tout à fait prêt à m’engager sur un projet tu vois de 5 ans pour construire, construire ce qu’il y a à construire comme préalable à…à ça euh…mais euh… mais que par contre bon ça ne peut être que mon projet, si ça l’était un projet partagé par d’autres, je pense que c’est ça que j’aurai fait et le parcours évidemment aurait pas du tout été le même par la suite…l’option B elle est quand même pas, elle est quand même pas inintéressante, elle est de se dire bon ben euh…passe le professorat de sport…et euh, et essaie d’entrainer un pôle, je pense pas du tout à Talence à l’époque hein

89Oui

90Y’a pas de vacance à Talence, de vacance de poste hein je veux dire je me dis ce sera peut-être à, à Tourcoing ou à Chartres ou à Strasbourg hein…mais à l’époque surtout ce que je trouve de très très intéressant à…c’est pas une obligation en plus de ça, je veux dire parce que tu peux être responsable de pôle sans, sans être CTS hein mais euh mais je l’envisage en étant CTS quand même euh ce qui est surtout très très intéressant à l’époque c’est qu’un pôle c’est la structure dans laquelle tu t’entraines le plus et que je veux absolument mettre, je suis arrivé à monter euh jusqu’à 3,4 séances avec fin 3 séances sûres mais parfois 4 avec, avec Bordes hebdomadaires mais euh bon moi j’en fais beaucoup plus puisque j’entraîne une section sportive à côté je veux dire j’entraîne 2  fois par jour, je, je sais que j’ai la capacité à titre perso à entraîner 2 fois par jour mais j’entraine pas les mêmes athlètes 8 fois ou 10 fois dans la semaine et, et je veux vraiment mettre en pratique si tu veux euh, j’ai envie, j’ai envie de savoir ce que c’est d’avoir euh…d’avoir les athlètes au quotidien et en biquotidien, j’ai envie de savoir ça et, et le pôle c’est un magnifique laboratoire par rapport à ça euh c’est grave de le dire parce que je pense que des fois on, on peut faire quelques conneries…avec des jeunes athlètes en formation d’ailleurs, en mettant des cadres pas forcément formés à gérer cette charge de travail là, on peut faire quelques…quelques trucs qui manquent un peu de sens…mais euh mais en tout cas pour moi à l’époque c’est euh, c’est une, alors sur le conseil aussi de, de quelques personnes hein je veux dire euh Olivier là n’y est pas mais euh…mais Daniel Constantini me dit tu devrait faire du pôle voilà, tu devrait faire du pôle t’es fait pour ça, tu vas éclater à faire du pôle, vas-y passe le professorat, vas faire du pôle bon, y’avait quand même bon les handballeurs un peu, un peu référent bon moi je sais qui, ça fait longtemps que j’échange avec lui euh…il bon je sais qu’il ma à la bonne quoi donc le conseil qu’il me donner est, à la fois désintéressé et intéressé au meilleur sens des 2 termes voilà donc euh, donc bon et puis comme je suis un garçon chanceux ben euh le pôle que j’aurai pu le plus espérer euh entre, se libère au moment où alors c’est absolument pas prévu se libère au moment où moi je, je passe mes oraux voilà, Lionel Dias qui est en poste à l’époque est…fait le souhait de retourner vers l’EPS…donc euh voilà et comme j’ai vraiment de la chance, quand j’arrive…et comme Lionel il était certainement sur une phase de départ alors y’a certains liens…que je n’ai jamais discuté avec lui donc je connais pas le fin fond de l’affaire et lui plutôt certainement sur une forme de départ, on est en opposition sur la manière de gérer le pôle très très forte, très très forte euh sur le, notamment sur le rapport pas sur la compétence handballistique hein parce que c’est quelqu’un à mes yeux une grande compétence handballistique mais sur euh la manière de s’investir dans tout ce qui est extra-handballistique au pôle et euh donc c’est…y’a vraiment un potentiel énorme parce que le pôle de Talence bon Christine s’est battu pendant quand même pendant tant et tant d’années pour, pour en faire quelque chose qui tiennent la route que…que c’est quand même pas n’importe quoi et…y’a un potentiel extraordinaire mais là qui est, qui est du coup en jachère, il y a une image de marque à remonter dans tous les domaines quoi, que ça soit avec les athlètes aquitains, les familles euh avec les élus du handball aquitains, avec euh avec la direction du CREPS, avec les établissements scolaires voilà bon c’est parti un petit peu en sucette donc euh l’occas’ est belle et là y’a…donc y’a vraiment un, vraiment un truc super quoi, quand tu récupères ça donc le choix, le choix du professorat c’est, c’est vraiment avant tout le choix de vivre l’expérience de l’entrainement au quotidien et je rentre là-dedans alors euh…avec un enthousiasme c’est no limite quoi, je veux dire no limit quoi, je suis, je suis là le matin à 7h, j’en repars le soir vers 22h et tous les jours j’ai l’impression de, d’inventer, d’inventer un petit truc et tous les jours je me confronte à des problématiques que j’avais pas envisagé c’est, c’est une expérience fabuleuse et au bout d’un an comme ce truc là il faut la partager et puis que on m’a proposé entre temps d’être euh l’adjoint sur France A donc j’ai des périodes d’absence au pôle donc il a fallu ça le négocier avec les élus euh…y’a…y’a cette association…plus qu’intéressante parce que y’a un vrai partage de valeurs et…une très belle rencontre parce que c’est une belle personne avec Françoise voilà et donc qui, avec qui je vais travailler pendant quelques années en parallèle et…et elle a un rôle central parce que, parce que si à l’époque euh je, j’avais pas trouvé cette personne de qualité pour, pour bosser avec moi euh certainement que ma disponibilité pour travailler sur France A aurait pas été la même…y’a 2 rôles essentiels hein je veux dire c’est euh…celui de la…celui de la compagne qui…comprend très bien ce qui se passe et celui de la, de la collaboratrice qui comprend aussi très bien ce qui se passe et qui sont 2 personnes qui s’adaptent merveilleusement bien…et qui enrichissent la situation, qui la rend plus efficace, plus efficiente… …

91Est-ce que… alors je sais pas par quoi je vais commencer mais je vais essayer de faire…est ce que la manière avec laquelle euh…tu t’étais engagé…dans ta carrière d’entraîneur mais pas du tout CTS encore hein mais tu as à de multiples reprises parlé de passion dévorante euh le fait que tu t’es engagé corps et âmes etcetera, est ce que euh cette forme d’engagement là euh t’a incontestablement préparé à l’exercice des fonctions de CTS, les quelles fonctions sont véritablement chronophage et dévoreuses de temps. Est-ce que finalement

92Oui

93Ca n’est qu’une suite logique dans la gestion du temps

94Ouais

95DU travail

96Ca c’est, ce que tu dis là est très juste, ouais parce que bon tu, tu, tu touches à ce qui est le mal vivre de beaucoup de CTS qui euh…qui ont l’impression d’être, d’être compressés et…et que leur métier bouffent leurs vies, moi je n’ai jamais eu cette sensation là, jamais eu un instant cette sensation là et… parce que parce qu’en fait j’ai pas cherché un métier quoi, j’ai ait de ma passion mon métier et euh j’ai pas cherché bon d’abord parce que y’en a beaucoup qui ils rentrent, ils passent le professorat et puis après ils se font une expérience professionnelle moi j’ai, je me suis fait une expérience et je suis devenu par la suite prof de sport donc c’est pour ça que c’est important de dire que je suis devenu prof de sport tardivement, si j’étais devenu prof de sport à 22 ou 23 ans (il baille), j’aurai peut-être, j’aurai, j’aurai peut-être rentrer dans…dans un fonctionnement différent euh…moi tout à coup je gagnais mieux ma vie, j’entrainais dans de meilleurs conditions euh je vais pas dire de meilleurs athlètes parce que c’est des athlètes à des moments différents de leurs, de leurs vies sportives et, et d’individus euh mais enfin bon j’ai été dans des conditions euh…royales euh…j’avais plus… ce qui m’avait marqué pendant des années et des années la contrainte quand même du déplacement hebdomadaire, on monte dans le bus on s’en va jouer au Havre là pôle le weekend bon le weekend ben…j’allais voir deux matchs dans le weekend moi, je veux dire…j’avais tout, j’avais le planning, j’avais (inaudible) je veux dire en plus de ça rapidement je suis devenu adjoint de François, je veux dire pour moi devenir CTS même si j’y étais me matin à 7h et parce que bon en tant que CTS j’ai pas, j’avais pas que la mission pôle j’avais la mission classique du CTS, j’étais pas très engagé dans la formation de cadre, j’étais un acteur, un intervenant mais pas un concepteur de la formation de cadre, par contre pour tout ce qui était politique générale de la ligue euh j’ai, j’étais investi quoi, j’étais pas un CTS uniquement centré sur le haut niveau, j’étais investi sur, sur la politique générale de la ligue mais euh moi ce qui m’a, ce qui me pesait dans le métier de CTS c’était les réunions administratives avec la DR, je veux dire bon voilà je veux dire la, la paperasse le fait que le directeur du CREPS et la DR me demande de faire l a même enquête et qu’ils soient pas foutu de, je veux dire de faire le même papier, de se coordonner, tout ça bon justifiait le…justifiait leur étude bon ça m’a toujours pesé quoi voilà c’est l’arque type de la roue qui fait du terrain quoi voilà c’est très clair mais euh mais je ne vis que par ça et ma légitimité ne vient que de ça, maintenant…bon y’a…bon, bon fond anar, tu traverse toujours  à peu près sur le passage clouté pour pas avoir à parler aux gendarmes quoi tu vois mais bon…ça les…pas le côté conceptuel de la charge de CTS là, celui là m’intéresse mais le côté purement administratif et quand je dis administratif c’est vis-à vis de mon administration de tutelle, c’est pas euh si on me demande de faire un rapport annuel sur euh mon bilan d’activité annuel, ça ça me pose pas de problèmes mais euh je veux dire faire 3 fois dans l’année la même enquête, une pour la DR euh une pour le CREPS et le 3ème pour je sais pas qui euh le CDOS qui me demande tous les mêmes indicateurs, je veux dire qui à l’époque parce que là maintenant on a changé avec le parcours d’excellence sportive mais qui à l’époque était je veux dire que tu fasses du tennis de table ou que tu fasses du handball avec euh…un gamin de 6ème ou avec une fille de terminale euh je veux dire (il siffle) tout le onde dans le même moule quoi, bon j’ai toujours trouvé ça idiot, idiot au possible bon mais par contre…à la question est ce que euh mes engagements antérieurs euh m’ont permis de…de vivre l’investissement nécessaire à un CTS, surtout un CTS qui prend rapidement des missions nationales comme ça, les missions nationales elles étaient tellement valorisantes, je veux dire c’était tellement pour moi extraordinaire de partir aux championnats d’Europe, aux championnats du monde euh…puis euh par la suite de se qualifier aux Jeux…bon si tu veux, je veux dire c’est naturel quoi je veux dire t’es prêt à dormir 2h par nuit là, je veux dire ça va pas, ça va pas poser de problèmes…puis je veux dire ma passion pour le jeu je veux dire se nourrissait tellement ça c’est, c’était assez naturel mais par contre je n’ai jamais euh mais, mes fonctions de CTS n’en ont pas pâti c'est-à-dire que mon mon job de base euh j’ai toujours mis un si tu veux… j’ai toujours bien expliqué à tout le monde parce que c’était le cas, j’ai pas mis un point d’honneur à le faire euh c’est parce que c’était le cas et j’ai toujours euh très peu modestement d’idées…ok c’est pas Barada il fait pas 100% de son temps 80 en Aquitaine et 20 avec l’équipe de France Parada il fait 120% il fait 100% en Aquitaine et il fait 20 dans l’équipe de France et c’était légitime parce que en plus de mon CTS de mo, salaire de, de fonctionnaire euh…j’avais une plus-value à être en équipe de France, c’était légitime que ça fonctionne comme ça, y’avait pas tu vois, je gagnais plus c’était normal que je donne plus mais, mais de toute façon bon je veux dire c’était pas une question d’argent, c’était, c’était une question de passion quoi je veux dire quand j’ai été au pôle euh, j’étais passionné euh en permanence par, y’a pas une gamine que j’ai…que j’ai recruté au pôle qui ne m’est pas passionné handballistiquement parlant…pour x et x raisons, parce qu’elle était en échec, parce que…mais je veux dire toutes et c’est en ça que la rencontre avec Françoise a été, a été euh extrêmement positive..c’est que euh on a pas jouer au ping-pong, on a pu jouer au ping-pong parce que c’est, c’est quelqu’un qui avait les mêmes interrogations que moi et qui avait besoin de ce type de, de, de terrain, d’expression et que comme en plus de ça j’ai bien senti euh…que c’était quelqu’un à qui je pouvais faire confiance sur ce qui est pour moi le plus essentiel c'est-à-dire euh les valeurs, ce qu’elle véhiculait et qu’elle allait véhiculer en mon absence, c'est-à-dire…bé c’était gagnant-gagnant je veux dire je pouvais lui lâcher euh, je pouvais lui lâcher euh beaucoup, beaucoup de responsabilités alors que moi c’est pas trop ma tendance…j’ai tendance plutôt à (il tape du poing sur la table) tu vois donc on va faire comme je veux quoi, avec Françoise je veux dire c’est facile de lâcher parce que je veux dire

97Elle fait come vous

98Elle fait comme je veux…mais elle fait pas comme je veux parce que, par aliénation, parce qu’elle est comme ça, parce que c’est elle, parce que c’est elle et

99Oui

100Et que c’est riche, voilà, ah professionnellement c’est une, c’est une rencontre importante Françoise…il me tarde qu’on rebosse ensemble

101Oui

102(Rire)

103(Rire)

104Je le souhaite (sourire), je le souhaite hein

105(Interruption)

106Je reste sur euh, sur le loup donc

107Ouais

108Entre autre euh lorsque on te propose ces fonctions nationales euh bien évidement elles sont prestigieuses, valorisantes, c’est presque le, ce nouveau grade de haut niveau qui, qui euh…qui arrive euh mais on sent également …que tu n’as pas hésité un centième de seconde à les accepter par ce qu’elles sont valorisantes mais parce qu’aussi tu pouvais t’asseoir sur euh…une base de confiance sur ton pôle et une confiance également ou en tout cas euh une assise personnelle qu’était aussi ou qui paraissait euh solide.

109Alors chronologiquement c’est pas tout à fait comme ça parce que justement j’ai hésité fin j’ai pas hésité, c’est pas comme ça, j’ai réservé ma réponse

110D’accord

111Euh hésiter…j’ai fait semblant d’hésiter mais j’ai pas hésité une seconde

112(Rire)

113Euh…je veux dire dans les…dans les 5 secondes passées de…de, de stupeur si on peut appeler ça comme ça, de surprise en tout cas à l’annonce de, de la proposition d’Olivier euh…j’ai fait euh…j’ai fait mon effarouché, j’ai, je lui ai dit euh ben écoute ouais j’ai fait le mec pas, pas spécialement intéressé, je lui dit écoute ouais c’est, c’est intéressant d’être, tu m’écris…je te faire la narration euh Olivier viens me voir, m’appelle il me dit euh je viens à Bordeaux je viens te voir, bon je me dis bon ben…il vient me voir, voir le nouveau responsable de pôle euh bon pour discuter un petit peu handball et puis projet handball aquitain, y’a (?), Mérignac qu’était en gestation bon et des choses importantes quoi pour, pour la politique fédérale puis y’a pas mal d’internationales A qui sont là à l’époque et on est encore avec l’appellation pôle France euh donc euh et pôle France est une coquille vide c'est-à-dire qu’on paie mais parce que  y’a Steph Cano qui est inscrite sur la liste, Myriam Corfonti qui est inscrite sur la liste mais elles viennent jamais s’entrainer au CREPS quoi euh elle s y font même pas de suivi médical rien donc je pense qu’il vient me parler de ça…de…de la relance de, de, de manière efficiente de ce projet là…et on discute de, de pleins de choses, on discute notamment puisque…euh il sort du mondial, du mondial en Italie auquel j’ai été assisté, jeune CTS de suite…je sais pas si je l’avais mis dans mon PPF ou je sais pas mais enfin en tout cas, décembre je vais voir le mondial d’Italie donc euh y’a pas tant de français que ça qui se déplace sur les compétitions internationales donc Olivier qui me connaît depuis 10 ans…ben…il discute avec moi un petit peu voilà et il me dit je viendrais te voir à bordeaux, je lui dis ok pas de souci…et il débarque et euh bon on est très amateur de vin l’un et l’autre donc euh…on choisit un restaurant où on, c’est peut-être ça le lien, c’est peut-être pour ça qu’il m’a pris comme adjoint, c’est parce que, que j’aimais le vin et euh non mais c’est vrai en plus

114(Rire)

115(Rire) Et…à la Olivier Coubols mais ça à l’époque je me connaissais quand même pas suffisamment pour savoir ça mais Olivier Coubols alors ça fait 2h qu’on est ensemble on doit être au plat de résistance, tu vois on a fait un petit apéro sympa et puis on est passé à table pour dire ah tiens au fait euh…je vais te proposer d’être mon adjoint mais comme ça…je veux dire pas de contextualisation rien, donc tiens et…donc là je, je… ben…propose d’être ton adjoint…très surpris, tu peux m’en dire un peu plus euh…mais euh…ben écoute on en reparle euh tu me l’écris, tu m’écris ce que tu attends d’un adjoint, tu me fais une fiche de poste et tout ça et on en reparle, ça a duré ce temps là

116Oui

117Ce temps là, que je viens de te raconter ça a duré ce temps là, il m’a dit oui oui, ok pas de problèmes et on a continué à parler de tout autre chose…voilà…on a plus abordé le problème de la soirée, je l’ai ramené à son hôtel…inutile de te dire que j’ai…en rentrant

118(Rire)

119Chez moi

120Oui

121Dans ma tête…j’ai vite fait le tour et que je me suis dit là…sauf si c’est vraiment un truc euh merdique de chez merdique quand il va t’écrire la fiche de poste, là mon coco tu vas y aller, y’avait pas l’ombre d’un doute mais j’ai fait le mec qui euh voilà, j’ai fait…j’ai fait ma timoru, voilà donc…(rire)ouh ouh ouh donc euh, donc voilà alors…j’en ai évidemment rapidement parlé à ma compagne, je ne travaille pas encore avec Françoise à l’époque

122Oui

123Voilà euh je suis seul sur le pôle…et par contre ça implique que forcement je trouve donc je, je l’ai attaqué avec France A au mois de Mars qui suit là, ça c’est janvier février quand il a, bon je vais faire mon 1er stage avec France A au mois de mars donc je vais finir l’année tout seul et il faut que je trouve pour l’année suivante euh quelqu’un pour travailler avec moi parce que je sais que je vais avoir un certain nombre de jours d’absence euh aç pose pas de problèmes à la ligue parce que je négocie avec Bana et la fédé une rémunération euh…à la ligue de mes absences, suffisamment large pour pouvoir prendre quelqu’un et…et donc bon…étant aquitain je connais assez bien les ressources humaines du coin mais avec Françoise on se connaît pas vraiment, vraiment quoi euh on se connaît, on se salue mais on n’a pas réellement échangé et sur la fin de la saison donc après que j’ai attaqué avec euh avec l’équipe de France euh…on est amené à se voir deux, trois fois sur des opérations de détection, des choses comme ça et euh…bon son discours euh m’interpelle quoi voilà donc euh je me dis ça se…ça serait, ça serait bien et en plus de ça euh je…je trouve un, je trouve un grand intérêt même si j’en avais pas fait un critère objectif et prioritaire de recrutement mais je trouve un grand intérêt à collaborer avec une femme ayant une population de jeunes filles

124Oui

125Voilà euh… c’est même pas idéologique

126C’est vrai ?

127L’accession à, à des responsabilités par les femmes, c’est totalement intéressé et je me dis c’est quand même pas mal euh…ayant une population de jeunes filles euh avec tout ce que ça peut générer dans, dans leur construction euh…et, et, et…ton relationnel entraineur-entrainé, toi ce que tu, ce que tu imposes un peu parce que bon je sais que je suis dur à l’époque euh…c’est peut-être pas mal d’avoir, d’avoir cette fille qui est exigeante…parce que bon il faut, faut de la compétence, elle a de la compétence, elle est exigeante même si elle a forcement développé par la suite la compétence mais elle a déjà quand même un bon socle de compétence euh et puis, et puis surtout je, je sens, je la connais pas encore suffisamment bien, je sais pas je veux dire comment ça va être une jolie histoire mais…mais par contre je sens de suite…un très gros socle de relations, de compétences dans la relation humaine, c’est quelqu’un qui est…c’est quelqu’un qui sait, qui sait écouter et qui capte bien le problème et bon ça ça me plait parce que je pense que c’est essentiel dans la relation entraîneur-entrainé quoi et je me dis bon ça va pas être, ça va pas être mal…voilà donc euh…Françoise elle vient après, elle vient, ej suis déjà avec euh, je suis déjà depuis six mois avec France A quand Françoise est arrivée, ça a été une nécessité de recrutement, elle est donc en fait si tu veux j’ai pas…c’est pas parce que j’avais une bonne assise au pôle que j’ai pu répondre favorablement, j’ai répondu favorablement parce que je veux dire l’opportunité était telle, il m’a fallu convaincre les élus de ligue qui auraient pu, qui auraient pu se mettre en travers de ma route à ce moment là, personne, personne, ils avaient les boules peut-être un petit peu, ils disent ouais attends le CTS il arrive déjà euh il prend des missions nationales bon…euh à l’extérieur j’avais bine conscience que j’allais, j’allais en prendre, j’allais en prendre pour mon grade tellement c’était, le mec nommé CTS je veux dire, y’a des mecs ils sont là depuis 20ans, des mecs qui sont là depuis 20ans dans le, dans le sérail mais bon aux yeux d’Olivier et de Philippe Bana, ils (?) davantage d’être là depuis 20ans…eux ils voient une forme de légitimité et…les décideurs ils voient une forme de handicap et ils voient arriver un mec bon pour toutes les raisons dont on a parlé avant qui a ce, ce profil de mec engagé et il connaisse absolument pas mes engagement précédents, politiques et tout ça, ça ils ignorent totalement…euh mais euh…mais le profil du mec engagé et qui risque pas de faire de l’ombre à Coubols  euh…ça va bien quoi

128Oui

129Ca correspond bien et moi du coup je, je cherche euh, je cherche un socle de…un socle de…de collaboration pour pouvoir euh…pour pouvoir me permettre de partir sans mettre la structure qui est, qui a déjà bien avancée en un an, en…en danger quoi, il faut que, que ça continue à tourner quoi et donc bon c’est, c’est parait puisque Françoise elle cherche ce type d’investissement à l’époque et voilà, encore un fois tu vois, la bonne rencontre au bon moment

130Oui (sourire)

131Un peu chanceux

132Oui

133Quand t’as un socle familial là celui-là bon c’est différent, donc j’ai une compagne qui est… qui est bien plus jeune que moi, qui a 14 ans de moins que moi donc qui m’a toujours connue très investie dans le milieu du handball, nous nous sommes choisi, j’étais déjà dans, dans cette, ces caractéristiques, mon investissement dans le milieu du handball et c’est quelqu’un qui…qui a fait le choix de, de délaisser une bonne situation professionnelle elle enfin bonne…en tout cas stable tu vois euh…au moment où moi je passe le professorat où je suis reçu euh…elle a fait plusieurs stages au Conseil général des Pyrénées-Atlantiques hein et on lui propose donc une titularisation…qu’elle va refuser pour me suivre…à Bordeaux sans boulot…donc si tu veux quand 6 mois après le mec euh…il lui dit ben écoute euh voilà j’ai cette opportunité là…elle sait où elle va quoi…elle…elle est parti avec moi parce qu’elle sait que euh, elle sait que je veux vivre du handball, que, et que je veux avancer là-dedans et que, que je suis passionné et ambitieux et bon, elle est toute aussi surprise que, que moi je le suis de…de cette proposition là parce que franchement elle est incongrue, elles est incongrue, autant je pouvais m’imaginer après avoir fait dix ans de pôle, aller entraîner un club de D1, ça paraissait assez légitime tu vois ou au bout de cinq ans de pôle, j’en sais rien, ça ça me paraissait assez, assez légitime ben bon de France…pas du tout, pas du tout envisageable ou envisagé quoi…éventuellement tu pouvais te dire que euh le pôle…peut-être un jour on va te confier une  mission sur France jeune ou France espoir peut-être j’en sais rien ça c’était euh mais quand, mais là France A et...et ce qui va se passer derrière, bon derrière tu fais une médaille de suite, à la compétition tu fais une médaille de bronze euh 2ème compétition t’es champion du monde (rire) comme dit Olivier euh toi quand t’arrives euh tu fais pas semblant, tu prends ce qu’il y a de meilleur de suite

134(Rire)

135Mais n’ouvrez pas votre cave à Eric, il va vous plier les meilleurs bouteilles donc bon voilà c’est rigolo mais en tout cas Françoise c’est postérieur

136Oui

137Mais dieu sait qu’elle a compté dans ma, dans ma capacité d’évolution professionnelle parce que je veux dire elle a…elle a stabilisé ce qui devait l’être…et…et d’autres professionnels de l’activité qui quand Françoise ne pouvait pas être là sont intervenus…ils passaient pas quoi, ils faisaient pas la maille…alors que bon Françoise le faisait et après en plus de ça quand on était tous les deux là…on collaborait vraiment quoi, je veux dire c’est euh intellectuellement et, et humainement une période très très riche, je le, pour moi c’est certain mais je pense aussi pour elle quoi parce qu’on a, on a…on a beaucoup échangé euh je veux dire avancé euh avancé ensemble…j’ai essayé de, évidemment de tirer le meilleur parti de, de mes expériences avec, avec Françoise au service des, au service des gamines, d’avoir un regard plus prospectif pour les gamines et euh…et ce qui était très bien en fait c’est que euh ce que j’aime beaucoup dans cette période là c’est que euh l’ambition que j’avais…j’ai pu a transmettre, j’ai pu la partager avec des gens dont Françoise et les athlètes, j’ai pu la partager…d’ailleurs j’ai pris vraiment mon pied pendant…avec euh…avec un certain nombre de, de générations de jeunes joueuses là euh où euh…on s’est créé une identité un peu par, par opposition alors c’est un peu paradoxal ce que je dis en milieu fédéral, c’est créer une identité euh on a construit une équipe paradoxalement avec beaucoup de femmes, avec euh…avec une psychologue du sport Roxanne Maresse

138Oui

139Euh avec qui y’a eu aussi une…y’a eu une, une, une belle osmose quoi…Françoise, Françoise a cette capacité en plus de ça à, à gérer les équipes…donc euh…à, y’avait des moments où on savait plus vraiment qui gérait qui et moi ça m’amusait beaucoup di tu veux ce, ce désordre là de…de lâcher la responsabilité à Françoise ne me posait pas de problèmes, on allait en compétition…j’étais décideur, j’étais Françoise tu manages…j’ai été que dans la stratégie alors que bon dieu sait que j’adore ça manager et je, moi j’étais vraiment pour la stratégie générale avec du recul j’étais au bout, isolé et elle m’a vraiment permis moi qui était un contestataire remuant sur le banc et tout ça euh…je pense qu’elle a vraiment beaucoup contribuée euh, l’échange avec Françoise, y’avait des choses où en tout cas c’est, que je percevais, que je…qu’était sous-jacentes et qu’avait besoin de trouver un écho euh trouver quelqu’un qui me renverrait la balle comme, comme il fallait la renvoyer pour que, pour que ça se mette en place et je suis persuadée qu’en tant que professionnel de l’activité handball euh…non pas par valeur d’exemple mais parce que euh…parce qu’on n’a pu superposé des valeurs humaines, des projets, des, un certain nombre de choses, elle a beaucoup contribué à m’améliorer, ça c’est sûr, j’espère que j’ai contribué à l’améliorer un petit peu aussi mais c’est vraiment pour moi une personne de, de, de grande confiance au niveau professionnel, je sais que travailler avec elle pas forcement sur des projets de terrain demain mais…je veux dire y’a, y’a cette, cette vision de l’individu, cette, Françoise est quelqu’un qui est faite pour être CTS (inaudible) parce qu’elle gère, elle a une vision de l’intérêt général, elle est pas faite pour travailler dans un club mais parce que ben elle a une vraie vision de l’intérêt général…et euh et donc elle a le meilleur côté qu’on pourrait attendre du service public en théorie voilà, elle l’a, elle l’a en elle fondamentalement dans ses valeurs, dans sa manière d’être euh dans son côté euh…désintéressées, compétence euh déontologie désintéressée et surtout euh capacité d’empathie vis-à-vis des individus, elles est capable de réellement de passer d’un côté, de comprendre les individus, ça c’est…c’est une ressource rare, c’est une ressource rare…elle a cette capacité de compréhension des gens, on se complétait bien parce que moi j’avais, j’avais la capacité à aller…chercher euh les individus dans ces, dans ses ressorts, à…et à entre guillemets à le mettre un peu à poil quoi et …et elle avait la capacité à entendre des choses que j’avais pas forcement entendu…pas spécifiquement parce qu’elle est, parce qu’elle est une nana mais parce que, par sa finesse de, sa finesse d’écoute, par sa finesse d’écoute

140Oui

141Euh donc elle a peut-être pas elle a la capacité que j’ai de…d’amener l’individu à, à se livrer de ça, elle par contre elle a la capacité à tirer des informations pertinentes que moi je n’ai pas…donc on se complète beaucoup…

142Outre cet, cette jolie rencontre qui on le sent est…est déterminante, rassurante euh…pour terminer le, le…l’entretien…quelques questions sur le volet articulation vie professionnelle, vie familiale, tu l’as dit tu n’as jamais, toi, ressenti le mal de vivre du CTS euh ai-je raison de penser que c’est parce que finalement à la maison…tu n’es pas écartelé entre des reproches conjugaux, tu n’es jamais là ! Je passe en second etcetera etcetera mais que finalement euh parce qu’elle t’a connu peut-être un peu tout le temps comme ça euh bé le choix de partager la, la vie D’Eric Baradat était fait en toute connaissance de cause et que ces choses là n’ont pas nécessairement évoluées depuis bon y’a quoi 13ans ?

143Euh…c’est évident que…j’aurai pas été écartelé…

144Oui

145C’est triste à dire ce que je vais dire

146Non mais

147Ce que je vais dire mais c’est la, c’est la vérité après on en pense ce qu’on en veut, j’aurai pas été écartelé…euh parce que si demain euh je croise le chemin d’un individu qui me retourne tellement au niveau affectif que…que je veux dire je sois dans le

148Une passion dévorante

149Ouais

150Oui

151Ouais, voilà exactement ça me posera aucun problème de, d’arrêter le handball, d’aller faire autre chose…et voilà parce que, par ce que nature excessive mais et je pense que…j’ai…fin je veux dire là, la rencontre avec, avec Laure est passionnelle hein donc c’est pas euh…mais effectivement je, y’a pas de reproches…sur euh bon ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de souffrances pour autant

152Oui

153Euh j’en suis pleinement conscient euh et, et je, j’articule véritablement ma vie quand je suis avec les miens pour être, pour être là avec eux voilà alors bon je peux bosser, je bosse à la maison évidemment mais, mais euh, mais on a de, on de vrais temps, par contre ce que j’ai coupé euh…et alors à fortiori maintenant que j’ai des gamins, ce que j’ai beaucoup coupé, beaucoup sélectionné c’est ma vie euh…extrafamiliale, extraprofessionnelle

154Voilà

155Voilà donc euh les concessions, fallait les faire quelque part

156Oui

157Donc euh ben euh…là où je prenais plaisir à aller euh, aller faire euh 2 pelote dans la semaine quand je trouvais le temps ben euh j’en fais plus qu’1 ou j’en fais 0 euh…je vais pas bon je suis peut-être moins attiré par ça mais je veux dire, je fais jamais une bringue avec les copains…quasiment jamais euh…je suis chez moi,, je suis chez moi quoi et euh bon voilà parce que bon les choses ont quand même beaucoup changé euh j’ai, quand, quand Laure et moi nous nous sommes rencontrés euh c’est une, c’est une toute jeune femme, elle a 19 ans, j’en ai 33 bon c’est peu de temps avant que je passe le professorat euh donc euh au moment où elle me suit à bordeaux on, on peut dire qu’on est encore dans la phase euh très passionnelle de, d’une rencontre euh bon là y’a dix ans qui s’écoule de vie commune à Bordeaux et euh et euh en bout de cycle de ses dix ans là, peu de temps avant que donc en 2000 non pas tout à fait 2006 et 2008, la naissance de mes gamins euh donc voilà ça, ça change quand même un peu la donne euh parce que, parce que bon ben euh je veux dire t’es quand même, quand avant je partais ben elle avait toute sa disponibilité, maintenant quand je pars elle a surtout euh toute sa responsabilité

158Oui

159Euh donc euh et moi je suis quand même aujourd’hui absent de mon domicile 150 nuits par an…quasiment, quasiment du un jour sur deux, hors année olympique hein, parce qu’en année olympique c’est 200 sur 220… 220 sur 365 où je dors pas à la maison, en année et par contre aujourd’hui depuis que je suis à la DTN euh…chose que je ne pouvais pas aire avant quand j’étais au pôle, j’étais pas en âge d’aller à l’école ouh là aujourd’hui j’amène des gamins à l’école, je vais les récupérer quand je suis à Pau et je passe vraiment du temps avec eux quoi, j’organise ma vie professionnelle dans la journée euh…bon voilà alors Laure effectivement la, elle a toujours vécu euh, elle a toujours vécu avec un mec qui était très engagé euh…handballistiquement parlant fin professionnellement parlant euh…je ne dis pas qu’elle ne l’a pas souffert…euh mais on a toujours su conserver la capacité d’échange par rapport à ça euh…et en tout cas c’est, ça n’a jamais été verbalisé sur le mode du reproche, ça a toujours été verbalisé sur le mode du constat, dire…en ce moment voilà bon ça c’est pas un reproche par contre ça n’a jamais été verbalisé euh…quand j’étais à distance, jamais de manière culpabilisante…c’est toujours euh quand on se retrouve tous les deux, qu’on va se faire u petit resto ou que euh ou que on est à la maison, que les gamins sont couchés, qu’on est en train de se boire un verre de vin tranquillou sur la terrasse tu vois donc dans un moment où, où on se parle, en réelle situation d’écoute dans le couple quoi tu vois, on va dire où …bon ce qu’elle a à dire elle le verbalise là à ce moment là quoi par rapport à ça mais c’est jamais le pétage de plombs quand je suis en compétition à 2000 kilomètres de là et euh marre de garder tes gosses et que toi tu sois jamais là, ça jamais…

160Ce qui est très probablement excessivement précieux de pouvoir poursuivre une carrière en toute

161C’est essentiel

162Tranquillité

163C’est, mais c’est essentiel

164Tranquillité intellectuelle

165C’est, c’est, c’est essentiel de la même, je veux dire  je crois pas qu’il y ait de…alors les schémas peuvent être différents, tu peux avoir deux personnes qui sont très investies dans la vie professionnelle

166Oui

167Donc ils gagnent beaucoup d’argent, qui organisent leurs, leurs vie avec ça euh moi j’essaie de faire en sorte que Laure se réalise par ailleurs euh…contribuer à ce qu’elle se réalise par ailleurs parce que moi je tire pas les ficelles là-dedans euh mais je crois pas qu’il y ait de réussite quelle qu’elle soit…tu peux, tu peux pas le faire si, si t’as pas cette sérénité là et c’est pour ça que c’est beaucoup plus difficile pour une nana que pour un mec de, de faire cette activité là parce que les mecs ils, je veux dire même en tant que, en tant qu’athlète quoi, des nanas qui sont avec la poussette au bord du terrain la dimanche t’en trouves, des mecs qui, qui gardent les gosses pendant que maman joue t’en trouves quand même vachement moins quoi, j’en ai connu quelques uns, t’en trouves vachement moins

168Bien sûr

169Vachement moins euh…donc euh et au-delà de l’attirance naturelle je pense aussi que c’est ce qui, qui peut amener un certain nombre de, de jeunes femmes athlètes de haut niveau à choisir l’homosexualité plutôt qu’une hétérosexualité euh parce que, parce que ce schéma là est…est assez ancré quoi  c’est pas problématique, madame est avec la poussette au bord du terrain c’est pas problématique, monsieur est avec la poussette autour du terrain ça c’est l’est beaucoup plus donc effectivement euh…je, j’ai des collègues CTS femme qui sont très investies mais je connais le profil de leur de leur compagnon euh….qui soit eux-mêmes sont CTS, soit euh voilà et avec très souvent les grands-parents très présents dans l’éducation des gamins voilà y’a, y’a toujours un schéma qui, qui permet ça, y’a pas de, y’a pas de hasard par rapport à ça je veux dire il est évident…que ma…ma disponibilité par rapport à mon activité professionnelle, le fait que je puisse exercer pleinement

170Ta fonction

171Ce, mes fonctions avec euh avec la passion mais aussi un réseau tient beaucoup à, à la qualité de l’entourage mais en même temps euh ça c’est pour valoriser euh l’actualité mais en même temps j’ai quand même fait des choix auparavant, j’ai quand même eu 3 compagnes euh avec des gens avec qui j’ai vécu et j’ai fait, j’ai fait le choix de partir parce que je voyais que ça serait pas vivable là-dessus, que voilà des gens quand tu vis 3 ans ou 4 ans avec quelqu’un c’est pas innocent, c’est pas, pas une relation de 15 jours où tu te fais 2 galoches quoi, c’est des gens avec qui j’ai vécu quoi avec qui y’a eu de vraies histoires euh…et c’est toujours moi qui ai fait le choix de partir euh…parce que, parce que je, je sentais euh…je sentais que je générerais de plus en pus de souffrance et que à un moment donné y’aurait, y’aurait un pétage de plombs quoi parce que parce que c’était pas euh…c’était pas les repères qu’avait, qu’avait euh…qu’avait la personne en face de moi quoi, elle avait pas la même représentation de, de, de ce que, de ce que nous devions vivre ensemble euh voilà quoi donc euh…

172Mais cela étant tu as dit que si tu rencontrais quelqu’un euh qui te chamboulait complètement, tu pouvais renoncer

173Oui

174Si

175Laure m’a chamboulé complètement pourtant, Laure m’a chamboulé complètement plus que, plus que toute autre rencontre amoureuse précédente

176Mais cela étant c’est elle qui a choisi de renoncer plutôt à une…une carrière

177Ouais, ouais ouais enfin elle a fait un choix ponctuel là

178Oui

179Euh elle a pas fait, elle l’a pas fait de manière définitive, elle a fait un choix ponctuel à ce moment là mais euh…bon elle l’a fait certainement par passion amoureuse oui mais euh…

180Elle a repris une activité professionnelle après ?

181Oui oui oui

182Qui

183Moins valorisante

184Oui

185Moins valorisante, elle a bossé sur Bordeaux euh elle a repris et là euh et là quand on a eu 2 gamins elle a fait le choix que moi j’étais à la DTN, j’étais rentré à la DTN donc j’avais plus la responsabilité du pôle de Talence donc on avait plus de vraies raisons de rester sur Bordeaux euh on a fait le choix de, de rentrer, de rentrer dans les Pyrénées-Atlantiques euh…bon d’abord parce que, parce qu’en y allant on y avait une maison donc là ça c’est un choix purement pragmatique et fonctionnel euh et puis parce que les gamins étant, étant petits euh bon euh la proximité même si ils sont à 40 bornes de là où on habite de, de ses parents bon on pouvait faciliter un certain nombre de choses euh…voilà donc euh puis elle, elle s’y sent bien quoi, je veux dire c’est là que tu mesures aussi que tu gères un choix qu’elle a fait de, de partir parce que euh moi j’adore euh, j’adore partir, je sais pas si aujourd’hui je pourrai vivre à Pau 365 jours par an, elle elle s’y sent bien quoi, elle c’est un environnement vraiment béarnais, ses copines, ses…parents, sa famille bon moi je rentre j’ai…très peu de relations, je veux dire des relations quand je rentre, quand je rentre dans ma région natale c’est….ma femme, mes fils euh essentiellement, je connais pleins de gens, je connais pleins de gens mais, mais y’a pas de relations suivies quoi, là j’ai croisé quelqu’un en ville voilà éventuellement je vais boire un café avec mais…y’a pas quand je rentre quelqu’un que j’appelle tu viens bouffer ou je vais bouffer chez toi

186C’est plus possible

187Ca l’est j’ai , j’ai encore des mais avec qui ça se passait, je veux dire ça se passera, ça se passera probablement plus dans l’avenir mais euh…mais bon je veux dire tu peux pas euh…je veux dire je mesure quand même le, la charge parentale pas en présence mais qualitativement quoi, quand je suis là je veux dire un gamin de, un gamin de 5ans en plus de ça lui il est un peu dans une relation euh lui l’ainé un peu fusionnelle avec son père euh alors que le petit ne l’est, l’est beaucoup moins euh donc bon je veux dire besoin de jouer, de lire des histoires, de jouer au ballon, de, de se raconter des choses quoi tu vois de…donc euh…ou tu rentrer et puis, et puis t’allumes la télé et tu mets les dessins animés et… et puis effectivement euh t’organises ta vie, ta vie, t’invites les copains à bouffer et puis ou tu vas bouffer chez eux et tu jettes les enfants dans les dessins animés ou tu veux passer du temps avec eux et tu les passes pas avec tes copains quoi donc euh…moi je pense que y’a un prix à payer à chaque chose, il faut se fixer ses objectifs, moi je, je souhaite, j’ai de l’ambition ça c’est clair, je souhaite avoir une vie professionnelle de qualité, j’ai eu un peu de chance pour pas dire beaucoup euh qui, qui me, qui m’a permis d’en avoir qu’aujourd’hui j’estime être de qualité euh…je, je, ce qui est quand même pas la moindre des choses, je choisis mon emploi du temps à peu près comme je veux, je vais hormis les regroupements d’équipe de France bon qui nous sont imposés par un calendrier international quoi, sinon je choisis, je suis maitre de mon temps à 90%, je veux dire si la semaine prochaine j’ai envie d’aller passer 3 jours à Paris pour bosser et puis que au milieu euh des 3 jours à Paris j’ai pisté qu’il y avait une expo qui m’intéressait…je veux dire je le fais

188Bien sûr

189Donc je veux dire mon quota personnel de réalisation personnel je l’ai quo

190Oui

191Voilà donc, quand je rentre à Pau

192Oui

193J’estime que j’ai eu mon quotas quoi

194Oui

195Donc euh…voilà donc je renvoie l’ascenseur donc à ce moment Laure peut se, se reposer beaucoup plus sur moi et si elle, elle a envie de bouffer avec des copines ou d’aller se faire un ciné avec ses copines, à ce moment là elle y va bon après il faut trouver, il faut aussi conserver un équilibre pour qu’on fasse des choses nous 2

196Tous les 2

197Voilà donc ben de temps en temps ben une nounou et puis tu vas te faire un ciné, un resto, un concert…voilà mais euh…c’est clair que si tu ne t’organises pas matériellement…euh pour que l’investissement professionnel puisse, puisse être à la hauteur des ambitions qui sont les tiennes ben euh oui…c’est quand même un métier où on divorce beaucoup, le métier de CTS me semble-t’il, donc voilà mais je, je, je pense que c’est parce que à un moment donné y’a eu une mauvaise analyse de la situation quoi, je veux dire moi j’ai toujours eu vraiment conscience ça c’est un truc…j’a une forme de pragmatisme, j’ai toujours vraiment eu conscience un peu de cette difficulté là, depuis, depuis toujours dans mon investissement dans le handball parce que, parce que assez rapidement…j’ai bien compris…vu comment je m’investissais euh …ça générerait des problèmes dans la vie, dans la vie de coupe et comme en même temps je me suis jamais facilité la tâche d’aller euh d’aller piocher employé dans les gens avec qui tu passais énormément de temps, de temps face au handball ben il a bien fallu gérer cette, cette ambigüité donc effectivement le CTS comme il avait résolu ces problèmes là avant et que il était déjà beaucoup investi, je n’ai pas la souffrance de beaucoup de mes collègues CTS parce que je veux dire moi quand j’ai pris le poste c’est, ces choses là c’était des choses intégrées quoi

198Et réglées

199Réglées et intégrées, c’était, c’était totalement intégré, je veux dire cette difficulté là c’est pas quelque chose qui m’a sauté euh, qui m’a sauté à la face, j’ai pas été bouffé progressivement par les missions, non, et, et j’ai pas mis ma, si, si demain ma relation de couple elle est en danger ça ne sera pas à cause de mon activité professionnelles, ca sera à cause

200Une autre rencontre

201Voilà d’autre chose, de la, de la vie et euh, et, et en me disant ça je dis je suis extrêmement heureux de…dans ma vie familial quoi je veux dire quand je rentre chez moi je, je me régale avec, avec ma femme et avec mes gosses euh…et en même temps…je suis vraiment totalement ouvert à la rencontre quand je dis à la rencontre c’est pas euh dans la tromperie, dans la coucherie mais je veux dire y’a rien qui m’empêchera jamais si tu veux de tomber sous le charme euh d’une autre personne euh…intellectuelle fin plusieurs critères qui sont els miens, physiques tout ce que tu veux et euh et ça m’arrive d’ailleurs fréquemment de faire de, ce que j’appelle de jolies rencontres…qui ne donne pas lieu à, à quoi que ce soit de plus mais, mais où je suis tombé, où je sus tombé sous le charme et…et où j’ai pas du tout peur de le verbaliser d’ailleurs parce que ça m’amuse assez et, et c’est, et c’est riche hein, et c’est riche donc franchement je vais te dire le, le, ce qui n’est pas un mythe mais l’image du CTS qui est compressé de toute part par les missions professionnelles, qu’arrête pas à organiser euh…à organiser sa vie autour et voilà euh ma femme s’est barré à cause de ça ou euh ben euh comme j’étais jamais à la maison ben j’ai fini par aller voir une autre ou avec un autre selon qu’on est une femme…ou un homme euh pff c’est quelque chose que je connais pas, je veux dire…ce, ce truc là c’est, c’est un truc qui est, qui est réglé quoi pour moi, c’est un truc qui est réglé alors réglé, réglé c’est un équilibre instable hein je veux dire demain tout ça peut être remis en cause mais…actuellement c’est quelque chose qui est réglé, ça roule, ça roule, je suis très investi dans mes fonctions professionnelles, ça me passionne, j’ai de la chance je fais quasiment que des choses qui me passionne ce qui est énorme, y’a pas de côté euh ah oui ben moi je, j’adore faire du terrain, j’aime la formation de cadre mais le développement alors ça je peux pas supporter, tout me passionne là-dedans (inaudible) faire aujourd’hui, tu vois c’est un samedi où j’aurai pu rester chez moi

202(Rire)

203J’aurai pu rester chez moi

204Oui

205Je veux dire on m’a pas dit mais pourquoi tu t’en vas encore un samedi et je viens pas pour amitié pour Françoise

206Oui

207Je viens parce que ça m’intéresse vraiment ce qui va se raconter, parce que ce, cette activité là est…tu peux pas la considérer euh…autrement que dans sa globalité…

208Oui

209En définitive je suis peut-être un profil de CTS qui représente pas vraiment la majorité quoi, c’est, c’est pas la majorité des, des profils de CTS hein parce que bon déjà le cursus antérieur ben pff y’en ,y’en a quand même un certain nombre qui, qui était de terrain mais, mais qui sont CTS souvent plus jeunes déjà euh…et puis euh…et puis bon c’est peut-être la, la personnalité après qui fait que je veux dire eux sont venus chercher une fonction, moi je cherchais pas un métier quoi, je voulais entraîner, je voualis entrainer, je voulais entrainer, je voulais savoir ce que c’était entrainer, je me suis démerder pour que, pour pouvoir entrainer euh des athlètes, mes mêmes athlètes deux fois par jour voilà, je me suis démerdé pour ça…et je me rends compte si tu veux que ça, que, que, que ça vient de moi hein parce que aujourd’hui depuis 2008 je suis moins en prise avec le terrain

210Oui

211Avec les missions que j’ai à la DTN, j’entraine beaucoup, beaucoup moins

212Bien sûr

213Et j’en souffre, c’est la seule chose, c’est la seule chose aujourd’hui si tu veux que je changerais d’un coup de baguette magique mais d’ailleurs je sui spas en train de changer pas d’un coup de baguette magique mais je suis en train de changer en, en bataillant, en expliquant euh…pourquoi il faut que ça change euh bien évidement par sur France A mais sur France A je suis très content de la répartition des rôles telle qu’elle est mais comment euh, comment on pourrait rendre le système peut-être plus efficace et, et ça va m’amener à entrainer euh, à entrainer un peu plus…les jeunes athlètes en amont de France A voilà

214C’était justement des perspectives de carrière

215Oh perspectives de carrière euh…

216Parce que tu es déjà haut

217Ouais

218Et il reste du temps

219Alors là y’a deux choses, haut…euh…il faut bien considérer que France A je veux dire ce n’est qu’un passage, ce n’est qu’un passage dans ta vie professionnelle, tu vas pas à la retraite euh, quand tu, quand tu…t’occupes de France A à 34 ans, tu peux pas imaginer que tu vas aller à la retraite bon moi ça fait 10 ans que je suis là-dessus, j’ai bon espoir que, d’aller euh…d’aller pour la 3ème fois aux Jeux Olympiques, les perspectives je ne sais pas ce qu’elles sont par contre je sais ce qu’est mon grade professionnel et mon grade professionnel c’est de voir avec ou sans moi…mais quand je dis avec ou sans moi je parle sur le banc par contre ce sera pas avec ou sans moi…structurellement

220Oui

221Structurellement j’aurai un rôle dans le film ça j’en suis convaincu

222Oui

223Mais c’est de voir le handball féminin français..aller aux jeux olympiques avec euh…la quasi certitude de faire une médaille…parce que, parce que j’estime qu’on en a le potentiel humain, qu’on en a le potentiel structurel, je sais comment, le, comment le sport est organisé euh dans le, dans les pays concurrents et comment il est organisé en France, on pourrait rentabiliser un petit mieux que ça notre potentiel humain que ce soit athlète, que ce soit cadre, y’en a tellement des cadres qu’on arrive à se créer des problèmes, les norvégiens y’a 2 cadres qui travaillent à la fédération norvégienne dont un qui est un, vraiment un ami à moi, quelqu’un chez qui je vais, quelqu’un qui vient chez moi, comme quoi de temps en temps je reçois des gens

224(Rire)

225Euh l’entraineur de l’équipe de Norvège qu’était avant l’adjoint du, de Marieke bevick(?) qui était leur entraineur qui est un petit, un petit islandais devenu norvégien par mariage, un petit islandais (inaudible) qui est mon ami et donc j’échange bien avec lui sur et y’a un truc qui me passionne actuellement et ils en font la…ils en sont vraiment l’illustration, l’incarnation permanente les norvégien, c’est l’intelligence collective dans alors bon pas beaucoup d’intelligence collective dans le monde de l’entreprise euh dans le monde de la robotique et tout ça mais euh…la traduction dans, dans le sport co euh…est pas si évidente que ça donc euh si jamais…je ne pouvais plus faire du terrain parce que y’aurait une vraie difficulté, je referais du terrain de manière, si demain matin voilà j’ai plus ses fonctions là que la fédé me dit on te veux plus à la DTN bon j’ai un métier de base, j’ai pas à m’inquiéter par rapport à, à un devenir, je gagnerai un peu moins de pognon mais bon voilà quoi c’est pas essentiel tout ça euh par contre comment je vais me nourrir intellectuellement, ça  c’est essentiel

226Oui

227Et euh…si, je ferai certainement du terrain…je passerai fort peut-être on va dire associative et désintéressé avec des, des gamines de 13ans histoire de quand même de, de m’éclater un petit peu et, et de, et d’essayer de transférer, de transférer quelques, quelque chose sur le terrain de ce que j’aurai acquis mais je suis, je pense que j’essaierai de me trouver euh…un espace de, de recherche, je pense que j’essaierai de me trouver un espace de recherche mais

228De recherche comme je l’entends moi fin de

229Oui

230De recherche académique

231Comme tu l’entends toi

232Ouais

233Mais avec avec juste euh avec juste le bémol que je sui extrêmement…critique sur les gens qui ne font que de la recherche, il faut que, il faut que la, la recherche appliqué quoi

234(Inaudible)

235Voilà

236Tout à fait

237Euh…et là actuellement je…euh je passe mon temps à…à lire là-dessus, à compulser, déjà à compiler (sourire) à compiler un certain nombre de choses, j’ai, j’ai une vraie attrait intellectuel si tu veux pour essayer de faire une traduction euh sur l’intelligence collective et handball euh les seuls lectures vraiment appliquées au domaine du sport que j’ai trouvé euh

238Sur ces questions

239Qui émane de, de Bourbousson, un mec qui est à l’UFR STAPS de Nantes sur Bourbousson avec euh, avec Carole Sève

240Oui

241Et euh bon c’est essentiellement sur le basket ce qu’ils ont fait mais ils ont fait des trucs qui sont pas inintéressants, lui il a fait sa thèse là-dessus

242Tennis de table

243Ouais tennis de table ouais, tennis de table et basket sur le volet sport co euh c’est le, ce que j’ai trouvé de plus proche de mon objet de, de préoccupation actuelle donc euh y’a vraiment matière à, à essayer d’en faire euh, à essayer d’en faire une traduction donc si jamais…j’ai, j’ai pas de plan de carrière, je sais simplement que le, le côté équipe de France, je veux dire demain matin si on se qualifie pas aux Jeux

244Ouais

245Ben voilà je veux dire ça va changer Coubols, ça va changer le (?) et c’est légitime hein, ça pose, ça pose pas de problèmes bon…j’ai la sensation peut-être que je me trompe, j’ai la sensation que aujourd’hui dans la maison euh les autres aspects du métier que j’ai évoqué initialement euh…me confère une forme de légitimité pour rester à la direction technique nationale, continuer à m’en occuper en entrainant peut-être plus la A mais euh en m’occupant euh sur le terrain des espoirs ou des jeunes bon voilà donc je, je m’inquiète pas vraiment parce que tu veux les possibilités de, de choix, de proposition qui pourraient m’être faites tant par la direction technique nationale ou par les clubs de D1 où les postes sont plus rares aujourd’hui mais nettement plus valorisés je veux dire euh aujourd’hui, aujourd’hui ce sont des postes financièrement réellement valorisés les postes d’entraineurs de D1…donc bon pas partout encore mais euh, mais bon les, les entraineurs les mieux rémunérés qui sont sur des fonctions d’entraineurs managers général euh ils gagent aussi bien leur vie qu’Olivier et moi quoi

246Oui

247Donc euh voire mieux donc ça peut être, ça ça peut être une porte de sortie donc ça m’amènera à me mettre moi en dispo quitte à quitter la fonction publique, et puis euh et puis éventuellement je te dis euh et je le pense plus en parallèle quoi y’a à et après j’ai d’autres projets euh aussi individuel et extraprofessionnel qui me tiennent, qui me tiennent un peu, un peu à cœur et très égoïste, surement pas des projets familiaux euh…donc bon voilà quoi quand je me projette je me dis que si demain matin on ma laissait beaucoup de temps

248(Rire)

249Dans ma vie professionnelle, on me dit, je, je vais être un brin provocateur qu’on me dise tu vas à la DR à Bordeaux…bon euh…et donc t’as un peu plus de temps pour toi, je vais dire comme ça euh…je suis pas inquiet y’a tellement de choses, d’objets de passion que…voilà…je suis pas inquiet, ça me

250En même temps tu ne tiens pas, tu ne tiens pas 6 mois

251Hum

252Voilà

253Non à priori non

254Ah non c’est pas possible

255A priori non mais euh mais bon peut-être que je pourrais faire

256On peut pas faire ça et finir à la DR

257Je pourrais faire, je pourrais faire une fois un peu preuve de maturité et euh…j’y crois pas un instant à ce que je te dis

258Non pas un instant, non

259Mais bon je me dis que pour une fois je ne, je pourrai ne pas…ne pas prendre trop à cœur les choses et euh et me contenter de voilà quoi mais bon j’y crois pas une seule seconde

260Pas une seule seconde, c’est pas possible

261Mais si, si jamais tu vois…pff la, la, la, la raison familiale, la protection, t’as eu, t’as eu ta part quoi

262Oui

263T’as eu ta part et que je veux dire que là il faut que tu fasses, que tu fasses un choix qui soit un choix plus…plus familial, plus tu vois…un petit peu de, d’accompagnement de  mes gamins, histoire d’être, fin l’adolescence euh donc euh ayant besoin peut-être d’une présence plus, plus

264Plus forte

265Plus forte de leur père tout ça, si jamais j’étais tu vois fin

266Confronté

267Amené à faire ce constat là quoi parce que bon sur le reste, sur la vie sentimentale et sur la vie professionnel j’ai une bonne visibilité mais bon je veux dire lisibilité ça veut pas dire euh certitude mais par contre si y’a bien un champ qui

268Oui

269Qui pour moi est un champ alors

270Encore incertain

271Alors ouais parce que je veux dire je m’étais jamais posé, pour moi c’était pas une priorité d’avoir des gosses quoi, je veux dire ça, ça me semblait même être une forme de vanité absolue de penser que c’était absolument nécessaire de te reproduire quoi tu vois e veux dire

272(Sourire)

273Je veux dire quand même, quelle vanité quoi

274(Rire)

275Quelle vanité quoi et euh donc bon et alors je suis arrivé à 41 ans tu vois pour avoir mon 1er gamin…parce que, parce que on l’a senti comme ça avec Laure, on avait envie de faire un gamin mais euh c’était pas une nécessité absolue et…et y compris quand euh une, pendant que Laure a été enceinte je ne me suis jamais posé la question j’ai jamais ouvert un livre sur les bébés, les, jamais, jamais, jamais

276Oui

277Je veux dire c’est tout au feeling quoi

278Oui

279C’est tout au feeling et euh…donc euh…c’est au feeling mais bon c’est, c’est tellement, c’est tellement passionnant et puis euh, et puis quand t’es un petit peu introspectif tu te dis j’étais vachement marqué par ce que j’étais gamin, je veux dire la, la, la suite des, la suite de l’histoire elle est vachement marquée par ça et…donc euh…donc j’aimerai bien leur laisser les portes ouvertes quoi, j’aimerais bien leur laisser les portes ouvertes voilà, donc si il faut à un moment donné, ça sera vraiment au feeling, ça sera ce que je ressentirais et aujourd’hui je pense sincèrement que je, j’ai plutôt le profil du mec qui va aller jusqu’à la retraite et, et qui va chercher à faire  du rabe…euh en faisant du haut niveau, là ce qui

280Oui oui

281A moins que le, le, les cartouches physiques me manquent tu vois pour le faire mais, mais sinon

282Ben oui

283J’ai vraiment l’impression que je, je vais m’accrocher à ça jusqu’à ce qu’on me foute dehors à coups de crampons au derrière quoi, bon allez ça va Baradat on t’as vu, voilà

284Ou alors t’as de gros problèmes avec tes enfants si tu restes dans une DR (sourire)

285Oui oui, non non mais j’y crois pas une seconde hein, je t’ai, je te le dis j’y crois pas une seconde, j’ai été tellement critique vis-à-vis de, de ce système là que j’y crois, j’y crois pas une seconde hein mais euh bon on sait jamais je veux dire ça pourrait être euh je dis une DR mais ça pourrait être d’autre postes je sais pas peut-être dans un CREPS un peut-être

286Oui et puis DR référent sport de haut niveau…c’est…d’accord ok

287Ah non

288Oui pardon ouais (rire)

289Non honnêtement, honnêtement je, je me vois pas pas

290Ouais

291Y’avait un côté, y’avait un côté provoc si tu veux

292Oui oui

293Parce que bon c’est, c’est à minima de quoi tu disposes bon

294Oui

295Très sincèrement je pense que je préférerais même essayer tu vois de…de virer vers euh vers la fonction publique territoriale et, et essayer d’avoir euh…plutôt travailler sur un projet sportif de, d’une agglo ou un truc comme ça, voilà sur un territoire mais, mais là encore je, j’ai bon, j’y crois pas vraiment

296Oui

297Je veux dire au fond, au fond de moi j’ai, j’ai l’impression si tu veux que y’a… en tout cas il existe toujours on verra après avec le temps si à 50/55/60 j’en sais rien euh mais y’a gamin qui veut jouer quoi, y’a un gamin qui veut jouer et qui a pas fini de jouer quoi et…et qui faut que une fois que la cause équipe de France parce que ben celle là elle est…elle est limitée dans le temps euh comme tout d’ailleurs comme toutes les causes, que une fois que celle là sera entendue, j’aurai besoin de trouver un nouveau combat…qui sera alors ou au sein de la DTN sur euh retour des équipes plus jeunes mais ça m’aurait pas de sens à mes yeux sans être un observateur extrêmement attentif du, du très haut niveau international, ça n’aurait aucun sens donc je serais quand même tous les hivers en observateur des compétitions internationales…ou sur un club euh de haut niveau voilà parce qu’en définitive le seul niveau où j’aurai pas entraîné c’est la D1 fille

298Oui

299Fin la D1 dans le secteur féminin, sinon euh…toutes les catégories, donc ça c’est, ça c’est une étape, c’est une étape possible, c’est une étape possible…après il faut trouver, il faut trouver bon le bon projet…

300Tu n’as jamais parlé…d’un projet handball masculin ?

301Non…parce que je ne l’ai bon j’ai entraîné hein en mec hein, j’ai entrainé l’équipe dans laquelle je joue mais parce que je, je ne l’ai jamais envisagé…je ne l’envisage pas, ça ne me…ma culture rugbystique m’a permis de vivre au milieu des

302Des gars

303Une équipe de mecs pendant de nombreuses années euh c’est pas une question de compétences parce que y’a pas de différences handballistique, je veux dire demain matin, si y’a une compétence la connaissance du, du réseau spécifiquement handball féminin ou réseau spécifiquement handball masculin mais celui-là je le reconstruirais assez vite et sur l’activité je me sens tout à fait capable d’aller entrainer n’importe quel groupe de mecs

304Oui

305Si il faut que j’aille entraîner un groupe de D1 masculine, y’a pas de soucis par contre euh par contre je ne connais pas aussi bien euh n’importe quelle joueuse de D1 je peux te dire son année de naissance euh où c’est, dans quel pôle elle a été formé, par qui, comment euh…et euh, et je l’ai connais toutes quoi

306Oui

307Bon demain matin je me présente dans le milieu de la D1 masculine euh bon je connais les gens de nom, ils me connaissent de nom mais euh mais je, j’ai pas le réseau relationnel aujourd’hui, aujourd’hui j’ai un réseau de qualité internationale dans le handball féminin

308Oui

309Voilà je peux aller dans n’importe quel pays du handball féminin, je connais les gens, le handball masculin non donc j’ai vraiment quelque chose à vendre dans le handball féminin, ça c’est, ça c’est une, c’est pas une raison si tu veux c’est un constat

310Oui

311Par contre ce que je veux dire, (inaudible)  vraiment tellement plus des groupes féminins, je veux dire ça m’amuse plus, je, excuse moi je vais être trivial mais ça m’amuse plus quoi les mecs qui, qui rentrent dans les vestiaires (inaudible) donc euh…

312Oui. Je te pose cette question parce que…lors de certains entretiens euh dans certaines fédérations…pas nécessairement profiler les fédés ou l’activité bastion masculin

313Je sais ce que tu vas me dire

314C’est la punition

315Ouais aller s’occuper du féminin

316C’est la punition

317Ouais, ouais mais on a quand même une, on a quand même la chance c’est que le handball féminin n’est pas chez nous considéré comme un, un sous handball…euh…bon des fois

318Ca ça se construit ça dans une fédé hein

319Ouais ouais, ah oui ça se construit par des actes très précis, je veux dire quand tu, quand Nicolas Carabatchi il gagne les championnats du monde

320Ouais

321Il touche la même prime que celle que touchera Camille (?) si elle gagne un championnat du monde…la même

322Ca c’est un oui

323Voilà par contre pendant longtemps les indemnités quotidiennes étaient les mêmes, aujourd’hui elles ont évoluées avec l’accord du secteur féminin, elles ont évoluées parce que c’est vrai que quand Nicolas Carabatchi quitte son club c’est pas la même chose

324Non

325Que, en terme de salaire, d’indemnités salariale c’est pas la même chose mais c’est économique, c’est pas euh c’est pas sexué, c’est économique

326Exactement

327Euh par contre y’a, nous on a tout fait pour que les filles fassent une, puissent faire une carrière sur la durée c'est-à-dire que le nombre de, les, le système est indexé sur euh le nombre de sélections, l’indemnité quotidienne monte de 25 en 25 donc euh ça veut dire que quand euh en milieu de ta carrière tu as envie de faire un gamin

328Oui

329Et que tu t’en vas et que ben le système il est incitatif pour que tu reviennes

330Oui

331Il est incitatif pour que tu reviennes euh…c’est aussi pour ça que des filles comme Isabelle Wendling, Stéphanie Cano euh Valérie Nicolas euh…Véro Pecqueux elles ont aussi duré dans le système parce que une fois qu’elles avaient dépassé 150 sélections ben ça, la soupe était vraiment bonne

332D’accord

333Euh…voilà fin elle était bonne avant mais je veux dire donc ça fait durer, ça fait, y’a une, y’a une durée de vie, en terme de com’ les mêmes efforts sont faits sur les garçons que sur les filles hein alors aujourd’hui on a des garçons qui obtiennent des résultats tellement fabuleux que bon voilà donc effectivement dans ma fédération euh je n’ai jamais ressenti comme dévalorisant

334Oui

335D’être un encadrant féminin, il est bien évident que si je m’occupais de l’équipe de France de rugby féminin ou de football féminin…je ressentirais pas les choses de la même manière

336Oui

337Parce que ben de temps en temps les collègues de, de ces activités là ou même de volley féminin ou de basket féminin

338Oui c’est ça, c’est pas nécessairement

339Dieu sait pourtant qu’elles font des résultats les basketteuses

340Oui

341Euh mais…bon, je veux dire elles sont pas considérées alors ça c’est le bon côté de la, de la culture de la culture handballistique qui bon issue d’enseignants EPS et tout ça euh chez nous euh…chez nous le handball féminin euh c’est…oh y’avait 2 bancs du handball masculin qui disent que c’est pas du handball c’est du handboll, ok on la connaît celle-là mais euh mais on est vraiment dans une, dans une culture où, où y’a reconnaissance et en plus de ça on est peut-être marqué tu vois à l’international par…en, surtout dans la dernière décennie mais euh même maintenant ça fait un peu plus, ça fait 2 décennies, je veux dire l’émergence des pays euh, des pays nordiques euh au début des années 90 quand tu sais la place que tiens la femme dans la société nordique, je veux dire contribue aussi à ça

342Tout à fait

343La référence handballistique euh moi je veux dire j’avais été frappé lors de ma 1ère compétition internationale et puis j’ai eu de la chance ça se déroulait au Danemark euh alors déjà t’avais une, une, une, ils avaient dédiés une chaine télé à, à la compétition, une chaine publique télé sur du Hertzien tu vois comme si aujourd’hui on disait

344Oui c’est ça France 2

345La 4 quoi tu vois

346Ouais

347Euh où tu avais tous les matchs, où tu avais en permanence, en boucle ça et au quotidien quand tu ouvres, tu vas au Danemark hors période de, de compétition internationale, je veux dire la nana qui fait euh en tee-shirt et en culotte la pub pour un yaourt c’est une handballeuse quoi…je veux dire la place de la handballeuse plus la place de la femme dans la société, dans les sociétés nordiques euh donc euh comme c’est devenu un peu l’image de référence quoi pour, pour le milieu du handball parce que ça a été euh le handball danois notamment a été la référence à la fois économique euh médiatique euh sportif parce qu’à un moment donné ils ont pris une longueur d’avance quand même et puis bon maintenant c’est les norvégiens qui ont la longueur d’avance donc euh…ça ça contribue ça aussi

348Oui

349La référence au niveau international c’est, c’est un spectacle tellement…tellement agréable je veux dire même pour les tenants du handball masculin, les mecs qui sont le plus anti handball féminin en France euh sont en admiration devant euh devant le handball féminin nordique qui est un handball qui, qui va vite, qui est un handball d’évitement où euh où les filles euh, où les filles sont tout le temps souriantes, qu’elles mettent un but à la 1ère minute où à la dernière, qu’elles soient menées 10 à 1, que, je veux dire c’est, c’est avec euh toujours de la combativité mais, mais de, mais une joie c’est très expressif euh…et euh…et là c’est pas, c’est pas sur le fait tiens elles ont un joli cul tu vois c’est vraiment sur l’expression sportive euh…et bon y’a une référence qui est plaisante donc ça ça contribue à ça, certainement euh l’histoire euh, l’histoire maison avec des gens qui se sont beaucoup battu pour ça depuis, depuis longtemps après y’a quand même une période euh pendant quelques années où au niveau de, des encadrements des équipes de France, j’ai bien dit des équipes de France, j’ai pas dit de l’équipe de France euh on a quand même pas mis les cadres les plus compétents quoi, là je peux penser même si j’étais pas en situation de si tu veux de lecture au niveau national, de tous les événements euh je peux penser qu’à ce moment là les décideurs politiques ont pas considéré que bon voilà, bon ce qui est certain c’est que stratégiquement et c’était bien joué quand Daniel Constantini a pris l’équipe de France on a mis tous les moyens sur le handball masculin et c’était bien joué, stratégiquement il fallait le faire euh…aujourd’hui…le rapport de force c’est pas le même, on discute, discute, nous comprenons très bien qu’il y a des choses voilà donc pour répondre sur le fond à ta question à aucun moment je ne parle de handball masculin parce qu’à aucun moment je ne me projette dans l’entrainement dans le handball masculin, j’ai l’impression qu’il est encore…avoir tellement de choses à faire dans le handball féminin qu’il m’a, qui m’intéresse, qui me passionne que voilà et puis je pense que je suis estampillé aujourd’hui (il tape sur la table), y’a le cachet quoi…y’a le cachet mais c’est vrai que ça pourrait être rigolo hein de…ça pourrait être rigolo mais…rentrerait en ligne de compte uniquement la compétence professionnelle et…et très sincèrement je pense tu vois que les, la fréquentation euh…assidue des…des groupes de femmes…m’a…

350Arrondi

351Ouais fortement enrichi, fortement enrichi ouais ouais fortement enrichi, j’ai…ça m’a, ça m’a forcément beaucoup fait grandir, ouais ça m’a en tout cas permis de me… … même dans leur plus grande connerie elles me réconcilient quand même plus facilement avec le genre humain quoi…j’ai…même si des fois ça peut m’exaspérer, la connerie au féminin m’est moins insupportable que la connerie au masculin, même si parfois elle m’exaspérait

352Et pourtant beaucoup de tes collègues, non pourtant tes collègues…dans d’autres lieux sur d’autres fédérations peuvent trouver insupportable…la gestion d’un groupe féminin… parce que les femmes ensemble peuvent être insupportables, et ce n’est pas nécessairement euh cette lecture là qui

353Mais euh ouais ouais non mais je le fais vraiment, c’est un constat qui est régulièrement fait oui mais euh…mais quand t’es justement euh

354Des CTS femme m’ont dit cela aussi hein

355Ouais

356Ce n’est pas le, sexuée ce que je suis en train de dire hein

357Ouais j’entends bien

358Oui

359J’entends bien mais euh mais je bon, y’a 2 choses euh…les CTS femme on y reviendra après dans la gestion des femmes par les femmes ça c’est un autre, c’est un autre débat euh mais…il est bien évident que tu ne peux pas à mon avis gérer un groupe de nanas comme un groupe de mecs, tu peux avoir les mêmes exigences handballistiques euh avec les différences physiques tout ça mais tu peux, tu peux avoir la même exigence euh…la, la…ça t’oblige à donner beaucoup plus de sens à faire émerger beaucoup plus de sens à mon avis

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Julhe et Marina Honta, « Annexe 4 : Entretien avec Mathieu », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 3 |  2012, mis en ligne le 26 novembre 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1426

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page