Navigation – Plan du site

L’entraide familiale

A propos de Françoise Le Borgne‑Uguen et Muriel Rebourg (dir.), L’entraide familiale : régulations juridiques et sociales (Presses universitaires de Rennes, 2012)
Valentine Trépied
Référence(s) :

Le Borgne‑Uguen Françoise, Rebourg Muriel (dir.) (2012), L’entraide familiale : régulations juridiques et sociales, Rennes, PU Rennes « Des sociétés », 328 p.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Françoise Le Borgne‑Uguen et Muriel Rebourg porte sur l’entraide familiale tout au long du parcours de vie. De la prise en charge de la petite enfance jusqu’aux âges les plus élevés, les membres de la famille sont en effet soumis à des besoins de soutien réciproque. Plus généralement, la question des solidarités familiales entre les ascendants et les descendants est au cœur des enjeux des sociétés contemporaines, en raison de l’allongement de la durée de la vie et de la multiplicité des formes de vie privée. Les travaux en sociologie ont déjà montré la mobilisation à la fois des solidarités collectives et privées dans le soutien apporté aux proches. L’ouvrage revient sur cette imbrication entre la solidarité collective et les arrangements privés sollicités par les membres de la famille lors des moments charnières du parcours de vie. Les solidarités familiales en sociologie se comprennent généralement selon deux perspectives. La première insiste sur les contextes nationaux et les formes de protection sociale des pays pour comprendre les fondements des solidarités collectives. La seconde s’attache à saisir les formes d’arrangements privés des membres de la famille dans les pratiques quotidiennes d’entraide. Un des intérêts majeurs de l’ouvrage est de prendre en considération de manière précise ces deux grandes dimensions, tout en ouvrant la perspective à des recherches faisant appel au droit, et en particulier au droit civil, pour saisir le plus précisément possible les enjeux des solidarités familiales. Les auteurs ont ainsi réuni dans le cadre de ce livre des contributions qui articulent des approches juridiques et sociologiques afin de déconstruire les fondements des solidarités familiales. L’apport du droit est primordial pour comprendre les dispositifs juridiques et normatifs qui encadrent l’entraide familiale tout au long du parcours de vie et qui donnent des statuts sociaux aux individus. Toutefois, l’intérêt de l’approche juridique dans cet ouvrage est aussi de saisir la production juridique dans des situations précises et de montrer qu’elle n’est pas une simple mise en place de règles impératives. La sociologie, quant à elle, révèle des logiques d’appropriation de ces dispositifs selon les logiques des acteurs aux différents moments du parcours de vie et elle met à jour les différentes formes d’inégalités produites par les solidarités familiales.

2L’ouvrage revient sur les dispositifs législatifs nationaux qui régissent par le haut les solidarités familiales. Il illustre, par des situations précises, les différents comportements des membres de la famille lorsque les solidarités sont largement investies, comme les gardes d’enfants ou les soins à l’égard d’un parent âgé dépendant. Il sollicite les contributions de chercheurs français et canadiens issus des deux disciplines, droit et sociologie, et il est structuré en trois parties. La première présente les points de convergence des régimes de citoyenneté des différents pays européens et d’Amérique du Nord concernant la prise en charge de la petite enfance et du grand âge et encadrant les solidarités collectives. La seconde partie vise à analyser précisément les dispositifs juridiques issus du Code Civil qui appliquent des règles dans les relations d’entraide selon les différents contextes nationaux ainsi que leur concrétisation dans les pratiques. Enfin, la troisième partie porte sur les enjeux soulevés par l’imbrication des solidarités privées et des professionnels et leur ajustement par les membres de la famille.

3L’ouvrage commence par un chapitre liminaire de Michel Messu sur les fondements de la solidarité familiale comme catégorie politique et scientifique. Il revient sur les usages de cette notion dans une perspective socio‑historique, en mettant en tension deux approches différenciées des solidarités qui font l’objet de nombreuses recherches en sociologie. La première perspective s’appuie sur la valorisation de la notion d’autonomie dans nos sociétés pour soutenir la thèse de l’affaiblissement des soutiens entre les générations conduisant à une crise de la solidarité familiale. Les tenants de la seconde approche sont plus nuancés. La crise des années 1980 a conduit au contraire à un investissement accru, pour les populations les plus fragiles (chômeurs, personnes âgées dépendantes), dans le soutien apporté par les solidarités familiales. L’entraide familiale est ainsi étudiée comme un appui, complémentaire et indispensable, aux solidarités publiques pour faire face aux « nouveaux risques ». L’auteur insiste sur les interdépendances de ces deux formes de solidarité plutôt que sur leurs complémentarités. Les solidarités familiales bénéficient en effet d’un encadrement normatif des politiques publiques et elles sont une obligation morale structurant les échanges entre les membres de la famille. Le sens de la responsabilité est aussi un devoir filial régi par des dispositifs juridiques. Les solidarités publiques permettent également de faire disparaître les inégalités dans le soutien apporté par les membres de la famille. Par exemple, l’Aide Personnalisée à l’Autonomie (APA) est une illustration tout à fait pertinente pour comprendre l’imbrication de la solidarité publique et familiale. L’État verse en effet une prestation pour prendre en charge les difficultés de la perte d’autonomie liée à l’avancée en âge pour tous les individus mais c’est à la personne âgée elle‑même de mobiliser d’autres ressources, comme les solidarités familiales ou les services d’aide collectifs (aides à domicile, Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) …) pour subvenir à ses besoins quotidiens. Il y a donc une relation forte entre la solidarité publique qui assure un cadre normatif, pourvoyeur de ressources financières, et les solidarités privées issues de la sphère familiale.

4La suite de l’ouvrage revient sur les principes théoriques énoncés précédemment en prenant en compte les contextes nationaux dans lesquels s’établissent les différentes formes d’entraide. Les contextes culturels et les politiques nationales des pays européens en direction des familles sont en effet importants à étudier pour comprendre la combinaison des politiques publiques et des solidarités familiales. La contribution de Frédérique Granet‑Lambrechts sur les familles et les solidarités en Europe montre que les droits européens imposent aux familles une entraide sous la forme d’obligation alimentaire mais les applications de cette règle de droit selon les pays européens prennent des formes diversifiées. Les solidarités sociales, comme les prestations familiales, assurent une sécurité économique importante dans tous les pays européens mais leurs applications dépendent des politiques nationales. L’auteur dégage toutefois des systèmes étatiques relativement homogènes qui combinent à la fois les solidarités sociales, familiales et les conceptions politiques de ces formes de solidarités : le système libéral, social‑démocrate et un système plus familialiste.

5C’est cette même logique de convergence des contextes nationaux que l’on retrouve dans le chapitre écrit par Selon Jim Ogg et Sylvie Renault, qui porte sur une enquête quantitative auprès de treize pays sur le soutien familial en Europe. Au‑delà des caractéristiques politiques et économiques des États qui structurent les solidarités familiales, les auteurs insistent sur les relations d’âge dans le cycle de vie influençant le soutien accordé aux membres de la famille. Leurs contributions montrent le rôle majeur de la position générationnelle des individus pourvoyeurs d’aide. La demande de soutien ne sera en effet pas la même en fonction de l’appartenance à une génération dans le cycle de vie, c’est‑à‑dire si les ascendants sont encore en vie ou s’ils appartiennent à la génération pivot. Ils dégagent trois types de soutien familial en Europe en prenant en compte à la fois les contextes nationaux et la présence ou non d’une génération aînée ou pivot. Le soutien « objectif » s’évalue par la cohabitation et la fréquence des contacts des membres de la famille, le soutien « prospectif » mesure les préférences à l’égard des individus de la famille pour demander de l’aide et le soutien « normatif » objective les normes de responsabilité et d’obligations familiales prises par les individus dans l’entraide. Ils montrent que les pays nordiques se détachent nettement des pays du sud en ce qui concerne ces différentes formes de soutien.

6La suite des contributions de ce premier axe de l’ouvrage porte sur des situations précises de dispositifs étatiques à l’égard de groupes sociaux spécifiques, comme les parents de jeunes enfants ou les femmes immigrées. Blanche Le Bihan‑Youinou et Claude Martin décrivent  à la fois la grande diversité des politiques sociales européennes concernant la citoyenneté sociale des femmes et l’organisation des temps parentaux. Certains pays européens comme la Finlande proposent des dispositifs de garde flexibles aux parents mais la question de la nature de la relation avec l’enfant est remise en question. À l’inverse, les pays du sud comme le Portugal sont peu pourvoyeurs d’infra­structures de garde d’enfants, ce qui accentue les inégalités entre les familles pouvant financer ou faire appel à des gardes informelles. Leur travail recense la diversité des agencements possibles entre les solidarités publiques et familiales, les inégalités des ressources qui rendent difficile la conciliation de la vie professionnelle et privée et il ouvre un champ d’investigation sur les dispositifs de garde innovants. Michèle Kérisit montre les bouleversements engendrés au sein des solidarités familiales par les politiques de regroupement familial au Canada. Les dispositions juridiques qui encadrent la politique de « parrainage » sont plus restrictives à l’heure actuelle et elles engendrent des bouleversements pour les conjointes parrainées qui se retrouvent dans des situations de vulnérabilité exacerbée durant leur installation en Amérique du Nord. Les femmes doivent vivre des relations de « dépendance institutionnalisée » avec leur conjoint, alors même qu’elles vivaient en autonomie dans leur pays d’origine. Les solidarités au sein du couple sont ainsi transformées et les relations d’aide avec les descendants ou les ascendants sont aussi structurées différemment et exacerbent les inégalités de genre. Son article démontre donc les effets pervers de l’imbrication entre la solidarité collective illustrée par les politiques de regroupement familial et les solidarités privées.

7L’analyse des dispositifs juridiques qui encadrent et définissent les solidarités familiales fait l’objet de la deuxième partie de l’ouvrage. Les contributions des différents auteurs reviennent chacune avec des exemples précis sur le poids des dispositifs juridiques qui rendent obligatoires les solidarités familiales. Elles  donnent à voir une autre dimension des solidarités familiales, qui écarte la dimension spontanée et naturelle des échanges des membres de la famille. Isabelle Sayn et Raymond Le Guidec montrent respectivement l’influence des obligations alimentaires et des règles de succession sur la présence ou l’affaiblissement des solidarités familiales. Gilles Séraphin et Evelyne Serverin établissent la force du principe de subsidiarité à la fois pour les dispositifs de protection juridique des majeurs ou pour les transmissions des aides sociales. Ce principe a de fortes influences sur les conceptions des solidarités collectives et sur les formes prises par l’État‑Providence.

8L’analyse par le haut des dispositifs étatiques et juridiques structurant les solidarités familiales ne doit pas se prémunir d’une analyse par le bas, c’est‑à‑dire de l’appropriation et des ajustements des acteurs dans leurs pratiques quotidiennes de ces règles de droits. C’est l’objet de la troisième partie de l’ouvrage. Catherine Canuel, Yves Couturier et Marie Beaulieu développent dans leur contribution les processus cliniques et juridiques qui encadrent les pratiques des professionnels dans la détermination de l’inaptitude d’un aîné au Canada. Ces professionnels, intervenants psychosociaux, médecins ou juristes, doivent à la fois évaluer la personne âgée mais aussi les aidants familiaux qui sont considérés comme des ressources primordiales pour l’individu inapte. Les auteurs dégagent quatre types de rôles assurés par les professionnels auprès des proches, oscillant à la fois entre un rôle de coordination des actions pour assurer le bon déroulement de la procédure et un rôle de soutien auprès d’eux. L’entraide familiale est envisagée comme une ressource indispensable au bon fonctionnement de la mesure de protection juridique mais elle est aussi perçue comme une condition nécessaire pour que le processus de déclaration fonctionne. Les solidarités familiales peuvent donc être envisagées selon une dimension utilitariste par les professionnels.

9La protection juridique des personnes est également analysée dans la suite de l’ouvrage par Françoise Le Borgne‑Uguen. Son article porte sur l’expérience des majeurs mariés de plus de soixante ans, et plus précisément des femmes auxquelles la mesure juridique a donné un rôle de tutrice ou de curatrice de leur conjoint. Elle montre, en faisant intervenir les règles de l’économie conjugale et de l’économie de la parenté, que le travail de protection juridique assuré par une épouse ne change pas les activités de soutien assurées jusqu’alors auprès de leur conjoint. Les différents rôles des femmes majeures dégagés par l’auteur permettent de saisir la complexité de l’expérience vécue de ces femmes qui souhaitent à la fois se préserver et faire reconnaitre le travail difficile de soutien qu’elles assurent auprès de leur mari tout en préservant les intérêts des économies de la filiation.

10Les interrogations sur les expériences des aidants familiaux évoqués dans ces deux contributions permettent à Vivien Zalewski de proposer une réflexion sur le statut professionnel accordé à l’aidant familial entre une indemnisation ou une rémunération du travail effectué auprès de la personne nécessitant des soins. Le  rôle de l’aidant familial n’est pas encore véritablement encadré par des dispositifs législatifs. Le travail qu’il fait n’est pas rémunéré, ou il l’est partiellement, et les tâches de soin assurées par les conjoints ne bénéficient d’aucune prestation financière. La valorisation d’un statut professionnel évoqué par l’auteur peut toutefois accentuer des inégalités de genre et réduire le réseau de solidarité de la personne aidée. Il préconise un nouveau statut pour l’aidant qui s’apparenterait à des droits de tirage sociaux, c’est‑à‑dire pour reprendre l’auteur, des droits qui dépendent « à la fois de la constitution d’une provision suffisante et la décision de leur titulaire d’user de cette provision ».En d’autres termes, il s’agirait d’un congé donnant le droit au versement d’une indemnité qui serait un substitut de salaire.

11L’accent mis sur les inégalités engendrées par les solidarités collectives et familiales est traité dans les contributions deSimone Pennec et de Geneviève Cresson. Elles reviennent respectivement sur les inégalités causées par les dispositifs publics à destination des aidants familiaux. Ces inégalités se révèlent à la fois dans les catégories socio‑professionnelles et de genre, car ce sont les femmes des milieux sociaux les plus défavorisés qui doivent assurer les tâches de care à l’égard de leurs ascendants. La survalorisation des tâches féminines est toutefois remise en cause par les femmes issues des catégories sociales les plus aisées qui prônent de plus en plus des valeurs d’égalité au sein de la sphère familiale.

12Enfin, Guillaume Fernandez analyse les différentes formes de coopération des médecins généralistes avec les familles dont l’un des parents âgés nécessite des soins. La focale est mise sur les relations entre l’entraide apportée par le médecin généraliste et les formes de solidarités familiales avec lesquelles il doit négocier. L’intérêt de l’auteur se porte sur les diverses configurations familiales dans lesquelles les médecins sont impliqués par leur activité professionnelle. Il dégage ainsi plusieurs types de relations familiales selon la catégorie socio‑professionnelle des membres de la famille. La coopération entre eux est bonne et valorisée pour les individus issus des milieux sociaux plus modestes et les relations sont plus conflictuelles, en perte de légitimité, dans les milieux sociaux les plus aisés. Le médecin est ainsi pris dans des relations complexes oscillant entre des situations de coopération et de tension avec les membres de la famille. Son rôle est particulièrement intéressant à analyser lorsqu’il est confronté à un placement en établissement d’un patient âgé. Lors de ce moment particulier du parcours de vie, les médecins ont un rôle clef pour inciter les familles à envisager cette solution ou au contraire à y renoncer. L’auteur révèle que les choix des médecins s’opèrent en fonction de la présence ou non des solidarités familiales et de leur lien avec le patient. Certaines familles assurent un rôle de délégation de la décision ou de coopération pour décider du placement.

13Pour revenir sur les différents points évoqués précédemment, retenons trois idées principales. Tout d’abord, les différentes configurations des États‑Providence en direction des familles ainsi que les dispositifs juridiques encadrent fortement les formes prises par l’entraide familiale. Ensuite, dans la plupart des situations, les solidarités publiques sont subsidiaires des soutiens familiaux. Enfin, ces règles d’encadrement de l’entraide familiale influencent directement le comportement des membres de la famille et structurent les configurations familiales.

14Pour conclure, on soulignera les points positifs et quelques limites de ce livre collectif. D’un point de vue général, l’ouvrage offre un tour d’horizon très complet des régulations juridiques et sociales de l’entraide familiale tout au long du parcours de vie selon les différents contextes nationaux. L’approche combinant à la fois le droit et la sociologie est particulièrement stimulante car elle éclaire les différentes dynamiques des solidarités familiales sous un angle encore peu investi par les chercheurs qui ont plutôt tendance à autonomiser les deux perspectives. Le dialogue entre les deux disciplines est donc original et les exemples fournis dans cet ouvrage sont riches. Les comparaisons internationales offrent au lecteur une multiplicité des pratiques de solidarités collectives ou familiales. Grâce à ces différentes illustrations, on comprend mieux les spécificités des dispositifs français, et plus largement européens, des pratiques d’entraide. D’un point de vue méthodologique, les contributions permettent de saisir par des enquêtes quantitatives et qualitatives toute la complexité des fondements des solidarités familiales. Elles peuvent en effet se mesurer par la fréquence, comme l’ont montré Jim Ogg et Sylvie Renaut, mais elles sont aussi plus subjectives et elles dépendent étroitement de la manière dont les personnes, professionnels ou membres de la famille, investissent les solidarités. L’accent mis sur les inégalités, qu’elles soient d’ordre socio‑professionnel ou de genre, est particulièrement bien valorisé dans l’ouvrage afin de déconstruire les enjeux des solidarités familiales.

15La perspective des auteurs pour saisir les différentes formes d’entraide tout au long du parcours de vie est ambitieuse et stimulante mais elle peut, toutefois, mettre mal à l’aise le lecteur qui peut avoir quelques difficultés à faire le lien entre les différents chapitres traitant à la fois des solidarités entre les descendants et les ascendants. On regrette aussi que les chapitres de la troisième partie se focalisent sur l’entraide familiale uniquement dans des situations de prise en charge à domicile des personnes âgées. Les articulations et les arrangements des différentes formes de solidarités au sein des Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées (EHPA) auraient été importants à saisir en pratique. Ce sont en effet des établissements promus par les politiques publiques et qui sont structurés par des dispositifs particulièrement intéressants pour saisir les solidarités familiales dans un cadre bien précis. L’article de Guillaume Fernandez traite de ces établissements, mais dans un cadre très singulier, à savoir le rôle des médecins et des familles dans la décision d’une prise en charge. Muriel Rebourg, elle aussi, s’interroge sur les recours possibles des établissements contre les débiteurs alimentaires pour récupérer des sommes déjà avancées pour financer l’hébergement. On aurait aimé, toutefois, connaître les configurations familiales au sein de ces établissements pouvant conditionner les relations d’entraide familiale. Cette absence revient à penser qu’il n’existerait pas ou plus de liens de solidarité entre les membres de la famille et la personne âgée en institution.

16Enfin, on se pose la question de la réception de l’entraide familiale par les personnes directement concernées, en particulier pour les aînés de la famille. Les chapitres proposent en effet une perspective unilatérale des soutiens des membres de la famille ou des professionnels. Ils omettent toutefois une contribution sur l’expérience vécue des personnes âgées directement engagées dans les solidarités structurées par les dispositifs politiques et juridiques. On pourrait penser que les liens entre les membres de la famille sont parfois déstabilisateurs pour les personnes âgées elles‑mêmes. Les aînés ont en effet été aussi impliqués durant leur parcours de vie dans un réseau d’entraide à l’égard de leurs propres parents ou leurs enfants. Autrement dit, on pourrait s’interroger sur la multiplicité des expériences vécues des individus vieillissant, en perte d’autonomie, receveurs d’une aide, et ainsi compléter les contributions déjà riches de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valentine Trépied, « L’entraide familiale », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2012, mis en ligne le 24 octobre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1403

Haut de page

Auteur

Valentine Trépied

valentine.trepied@ehess.fr
Doctorante EHESS au Centre Maurice Halbwachs (CMH – ERIS) - Centre Maurice Halbwachs – 48 Bd Jourdan – 75014 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page