Navigation – Plan du site

Analyser le sport comme un monde du travail

A propos de William Gasparini et Lilian Pichot (dir.), Les compétences au travail : sport et corps à l’épreuve des organisations (L’Harmattan, 2011)
Igor Martinache
Référence(s) :

Gasparini William, Pichot Lilian (dir.), Les compétences au travail : sport et corps à l’épreuve des organisations, Paris,L’Harmattan, 2011, 274 p.

Texte intégral

1Les activités physiques et sportives (APS) font l’objet d’un paradoxe persistant : tout en occupant une place sociale – et médiatique – majeure, elles demeurent négligées, tant par les responsables politiques que par les sociologues. Tandis que perdure le mythe de leur « apolitisme » (Defrance, 2000), un autre déni non moins répandu les affecte en parallèle : celui de leur caractère laborieux. La difficulté à penser les APS comme un travail tient en premier lieu au flou définitionnel qui entoure l’une et l’autre notion, et qui contribue ainsi à les attacher à cette sphère improprement désignée comme « hors‑travail », mais aussi au caractère « vocationnel » qui leur est associé, à l’instar des activités artistiques (Menger, 2002). Or, comme pour ces dernières, cette difficulté à les penser comme un travail ordinaire contribue à y entretenir une forte précarité pour leurs pratiquants, pris entre le marteau du paternalisme des dirigeants du « mouvement sportif » et l’enclume des firmes marchandes (Fleuriel & Schotté, 2008). Une situation que les rémunérations souvent jugées « obscènes » (Steiner, 2011) d’une poignée d’athlètes en vue n’est du reste pas sans contribuer à occulter, en même temps qu’elle en constitue l’envers logique.

2Fort d’un tel constat, on comprend aisément que rapprocher la sociologie du travail et celle du sport revêt non seulement un intérêt heuristique certain, mais également une portée politique non moins importante. Une telle entreprise a déjà été amorcée par divers travaux dont on renoncera, à l’instar des auteurs, à dresser ici un inventaire exhaustif (p. 7), tout en relevant, s’agissant des plus récents, un certain tropisme plus ou moins explicite vers la sociologie d’Howard Becker : qu’il s’agisse de replacer le recours au dopage dans le déroulement de la « carrière » des coureurs cyclistes (Brissonneau et al., 2008) ou de mettre en évidence le caractère éminemment collectif de la production des performances (Faure & Fleuriel, 2010) et dévoilant de ce fait les « mondes » du sport à l’instar de ceux de l’art (Becker, 1988). Mais elle est pour autant loin d’être achevée. Les différents contributeurs de cet ouvrage dirigé par William Gasparini et Lilian Pichot poursuivent donc ce chantier, non sans ouvrir également un certain nombre de perspectives nouvelles, mais aussi, et peut‑être surtout, en apportant un certain nombre de clarifications nécessaires sur les concepts et notions en jeu.

3L’ouvrage débute classiquement sur une introduction des deux co‑directeurs, qui pose un certain nombre d’enjeux théoriques et méthodologiques – si tant est que l’on puisse dissocier les deux plans. Ils pointent ainsi en premier lieu l’institutionnalisation récente d’une recherche sur l’emploi sportif qui a accompagné sa croissance soutenue depuis une trentaine d’années (une augmentation de moitié entre 1980 et 2000 d’après les travaux concernés), même s’il faut bien avoir conscience du caractère nécessairement arbitraire de toute entreprise de classification sur laquelle reposent de tels décomptes. Quoi qu’il en soit, on peut noter un élargissement progressif de la focale des chercheurs, passant de la pratique stricto sensu – où la frontière entre amateurisme et professionnalisme est du reste bien plus poreuse qu’il n’y paraît, comme l’illustre l’amateurisme dit « marron » persistant dans les divisions intermédiaires de plusieurs disciplines, football en tête (Faure & Suaud, 1999) – au « secteur sport », qui ajoute au premier les différents métiers d’encadrement (entraîneurs, animateurs, arbitres, etc.) , et enfin à la « filière sport », incluant également toutes les professions en relation avec le sport mais dont celui‑ci ne constitue qu’un caractère secondaire de l’activité, assimilable à une spécialisation, et regroupe ainsi médecins du sport, kinésithérapeutes, journalistes sportifs ou encore vendeurs d’articles spécialisés. Reste qu’on ne peut faire pour autant l’économie d’une interrogation sur la pertinence de tels rapprochements, qui ne peuvent être dissociés d’une stratégie plus ou moins consciente visant à faire valoir l’importance de ce domaine d’activités en le « gonflant » le plus possible, alors même que  son homogénéité est à l’examen loin d’aller de soi.

4Les analyses socio‑économiques ont toutefois opéré un autre déplacement de focale peut‑être plus heuristique en passant d’une analyse quantitative de l’emploi à l’étude des formes de travail au sein des organisations sportives. Celle‑ci a en effet longtemps représenté un angle mort tant de la sociologie du travail que de celle du sport, qui rejoint une difficulté plus générale à penser le travail associatif dont les formes d’organisation et de rémunération sont pourtant – ou justement – elles aussi révélatrices des contradictions actuelles traversant le monde du travail dans son ensemble (Hély, 2009). Troisième déplacement enfin : de l’analyse du travail, envisagé à travers ses cadres, à celle de l’activité, c’est‑à‑dire le contenu concret de ce que font les agents considérés, à commencer par la manière dont ils reçoivent et adaptent les différentes prescriptions qui leur sont adressées. La question de la reconnaissance – dans tous les sens du terme – des compétences en jeu se pose en particulier avec une acuité toute particulière dans le secteur des APS, et s’inscrit elle‑même dans le débat majeur qui entoure l’individualisation croissante de la relation salariale, et qui s’incarne notamment dans la substitution progressive d’un référentiel des « compétences » à celui des « qualifications » (Buscatto, 2006). Le corps, qui occupe une place centrale dans les APS, est en effet spécialement investi comme indice des savoir‑faire « relationnels » et autres « savoir‑être » mis en avant par la rhétorique dominante du « nouvel esprit du capitalisme » (Boltanski & Chiapello, 1999).

5Ce sont donc ces thématiques qui sont traitées par la dizaine de contributions réunies dans cet ouvrage, elles‑mêmes regroupées en trois parties principales. La première invite à s’interroger sur les catégories d’analyse en jeu : Michel Lallement propose ainsi une généalogie du triptyque « emploi‑travail‑activité » en insistant notamment sur la manière dont les sociologues français se sont emparés de ces concepts puis en invitant à dépasser les oppositions constituées entre elles. Sylvie Monchatre accomplit une démarche analogue concernant cette fois la notion de compétence, entendue « comme mobilisation adéquate de ressources en situation », qui ne cesse de s’imposer dans le monde du travail et de la formation. Comme elle l’analyse avec d’autres, celle‑ci constitue le vecteur d’une véritable politique qui vise à « déléguer aux « travaillants » (p. 77) la gestion des incertitudes liées à l’emploi comme au travail » et participe de ce fait d’une « extension du domaine de l’activité »  qui met au passage en évidence un autre aspect de cet enjeu renouvelé que constitue l’articulation des différents temps sociaux (Lesnard, 2009). Dans sa contribution, Pascal Ughetto invite enfin à penser les associations, et notamment les organisations sportives, comme des lieux où s’exerce ce qu’il qualifie d’« activités de travail structurées » et il s’avère finalement être le seul dans cette première partie à parler directement de sport, et encore sur les seules six dernières pages de son article.

6Une fois ces cadrages conceptuels posés, la deuxième partie rassemble des analyses plus ancrées empiriquement sur la question de la compétence. À partir de 74 entretiens semi‑directifs menés auprès de « recruteurs » et de « recrutés » dans différentes arènes de l’emploi sportif – fonction publique territoriale et secteur privé lucratif dans la « filière sport » – Pascal Bauger propose ainsi de rompre avec une approche substantialiste répandue en montrant comment, loin d’être figées et unanimes, les compétences attachées aux emplois sportifs se (re)définissent continuellement en fonction des situations, mais aussi et surtout fonctionnent largement comme des croyances qui prennent appui sur différents indices, considérant la pratique régulière d’une activité sportive comme un signe de compétence pour l’encadrer ou vendre des articles de sport. En s’appuyant pour sa part sur l’observation de négociations entre enseignants d’éducation physique et sportive d’un même établissement concernant le choix des disciplines à enseigner, Christelle Marsault montre que l’éthique, qu’elle envisage donc comme une compétence, se serait détachée des institutions pour devoir désormais être définie par les individus eux‑mêmes sous une triple contrainte constituée par le contexte réglementaire, mais aussi local, matériel et humain, dans l’établissement. Mais si cet article soulève certes une série de questions intéressantes quant à la manière dont peuvent s’aligner éthiques personnelle, institutionnelle et locale, pour reprendre les termes mêmes de son auteure, les processus de socialisation par incorporation en jeu sont ici en fait davantage  postulés que réellement démontrés, ce qui rejoint le constat critique dressé par Bernard Lahire (2012) à l’égard de certains travaux sur cette question, notamment ceux recourant aux concepts de la théorie des champs forgée par Pierre Bourdieu. La démonstration par Nicolas Lefèvre du caractère éminemment relationnel et collectif de la construction et de l’identification des compétences professionnelles chez les cyclistes professionnels, menée à partir d’entretiens semi‑directifs et d’une observation participante au sein d’une équipe, s’avère de ce point de vue davantage convaincante. Elle participe également, comme le note l’auteur lui‑même en conclusion (p. 172), à la suite d’autres travaux menés dans un milieu productif industriel plus classique, à montrer tout l’intérêt qu’il y a à replacer la focale au niveau des collectifs de travail, en articulant pour ce faire dans l’analyse les dimensions objectives et subjectives des rapports de production.

7Après une deuxième partie effectivement ancrée dans les « mondes » du sport, la troisième opère un nouveau décentrement en s’intéressant à la question du corps au travail. Serge Katz propose ainsi une analyse comparée des modes de recrutement des jeunes comédiens entre les secteurs audiovisuel et théâtral, où il montre que les employeurs du premier privilégient des ressources corporelles physiques remarquables, indépendamment de tout apprentissage spécifique, à l’opposé du second. Cette tension entre idéologie du don et mise en avant du travail d’apprentissage traverse ainsi les écoles de la profession elles‑mêmes, publiques comme privées, et renvoie aussi à une incertitude plus grande dans le premier cas, puisque les comédiens peuvent être potentiellement mis en concurrence avec pratiquement n’importe qui « péché dans la rue », là où les comédiens de théâtre peuvent attendre une reconnaissance stabilisée de leurs savoir‑faire professionnels. Oumaya Hidri Neys et Anaïs Bohuon reviennent pour leur part en partie dans la « filière sport » en comparant les discours de recruteurs de vendeurs d’articles sportifs ou non. Elles mettent ce faisant en évidence que dans les deux cas, une attention importante est accordée non seulement à la pratique sportive des candidats lors des entretiens, mais aussi à leur capacité de parler de sport et à leur apparence physique plus ou moins sportive. Là encore, ces constats suggèrent qu’un entretien d’embauche est bien avant tout un rapport social spécifique plus qu’un simple examen de la correspondance entre le profil d’un candidat et celui d’un poste, tandis que le sport est pris comme indice d’un certain dynamisme, mais aussi d’autres qualités de la part de recruteurs semblant faire preuve d’une certaine méfiance à l’égard du signal traditionnel que constitue le diplôme. En dépit de l’intérêt de la démonstration, on peut toutefois formuler quelques réserves quant à l’emploi relâché du concept de « capital sportif » dont la pertinence n’est pas ici démontrée (Lahire, 2012). La contribution de Thierry Pillon apparaît ensuite décalée à tous égards puisque celui‑ci propose une analyse textuelle de récits de travail faits par et sur des ouvriers aux 19e et 20e siècles pour y montrer les évolutions dans la manière dont est rendue compte de la violence et des gestes, conférant une importance certaine au corps dans ses différentes figures : outil, signe d’identité et ultime ressource. Julien Pierre et Michel Koebel concluent enfin cette partie en même temps que l’ouvrage en synthétisant les enjeux soulevés par les précédentes contributions.

8Cet ouvrage collectif présente donc le mérite de regrouper des textes qui se font écho, pour une large part d’entre eux, sans se contenter d’être une simple juxtaposition d’articles qui n’ont en commun qu’une vague thématique. L’invitation, dont il est porteur, à croiser davantage sociologie du travail et sociologie du sport s’avère ainsi convaincante, tant elle semble bel et bien ouvrir un certain nombre de perspectives fécondes, en particulier pour analyser la notion de « compétence » et celle attachée de « savoir‑être » qui ne cesse de s’imposer dans les mondes du travail au détriment de la logique des qualifications et des statuts auxquelles elles s’adossent. Être et paraître « sportif » semble en effet constituer une ressource qui ne cesse de s’apprécier en même temps que les figures sociales auxquelles elle se rattache – l’entrepreneur, l’animateur et l’entraîneur  – comme le suggéraient George Vigarello et Olivier Mongin (2008) dans un essai consacré à la manière dont Nicolas Sarkozy mettait en scène son propre corps au début de son mandat présidentiel. Il n’en demeure pas moins qu’une telle affirmation nécessite d’être étayée, à l’instar d’un concept comme celui de « capital sportif » auquel il renverrait. Ensuite, si l’analyse des APS comme une activité laborieuse s’avère à bien des égards féconde, à l’instar de bien d’autres pratiques entourées d’une idéologie du don et du désintéressement, les limites d’un tel rapprochement méritent également d’être envisagées, ce qui manque ici. Enfin, s’agissant justement de la question de la qualification, certains lecteurs pourront s’étonner du fait que ne sont absolument pas traitées les vives tensions qui entourent actuellement la certification des formations dans la branche sport entre Université, via la filière STAPS (Lima & Mossé, 2010), instances fédérales et secteur privé lucratif, autour notamment de la mise en place des certificats de qualification professionnelle. Un enjeu pourtant de taille pour les agents de la branche sport. Et une preuve supplémentaire que le chantier mérite décidément d’être poursuivi.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Becker H. (1988[1982]), Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion.

Boltanski L. & Chiappello É. (1999), Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Brissonneau C., Aubel O. & Ohl F. (2008), L’épreuve du dopage. Sociologie du cyclisme professionnel, Paris, PUF.

Buscatto M. (dir.) (2006), « Quand la qualification fait débat(s) » (dossier), Formation‑emploi n°96, Cereq, disponible en ligne à l’adresse : http://formationemploi.revues.org/2491

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Defrance J. (2000), « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix, n° 50, vol. 13, p. 13‑27.
DOI : 10.3406/polix.2000.1084

Faure J.M. & Suaud C. (1999), Le Football professionnel à la française, Paris, PUF.

Faure J.M. & Fleuriel S. (dir.) (2010), Excellences sportives. Économie d’un capital spécifique, Bellecombe‑en‑Bauges, éditions du Croquant.

Fleuriel S. & Schotté M. (2008), Sportifs en danger. La condition des travailleurs sportifs, Bellecombe‑en‑Bauges, éditions du Croquant.

Hély M. (2009), Les Métamorphoses du monde associatif, Paris, PUF.

Lahire B. (2012), Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, Seuil.

Lesnard L. (2009), La Famille désarticulée. Les nouvelles contraintes de l’emploi du temps, Paris, PUF.

Lima L. & Mossé P. (dir.) (2010), Le Sport comme métier ? Les STAPS des études à l’emploi, Paris, Octarès Éditions.

Menger P. M. (2002), Portrait de l’artiste en travailleur, Paris, Seuil « La République des Idées ».

Mongin O. & Vigarello G. (2008), Sarkozy. Corps et âme d’un président, Paris, Perrin.

Steiner P. (2011), Les Rémunérations obscènes, Paris, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Analyser le sport comme un monde du travail », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2012, mis en ligne le 24 octobre 2012, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://sociologie.revues.org/1401

Haut de page

Auteur

Igor Martinache

igor.martinache@u‑pec.fr
PRAG en sciences économiques et sociales - Université de Paris‑Est‑Créteil  – Immeuble Pyramide – 80, avenue du Général de Gaulle – 94 009 Créteil cedex

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page