Navigation – Plan du site

Travail et cohésion sociale au Luxembourg

Work and social cohesion in Luxembourg
Charles Fleury

Résumés

Adoptant une définition multidimensionnelle de la cohésion sociale et s’appuyant sur les données luxembourgeoises de l’European Values Study de 2008, cet article vise à savoir dans quelle mesure le travail, entendu comme activité, représentation sociale et condition d’existence, contribue au maintien, voire au renforcement, des attitudes et des comportements cohésifs des individus. Il montre que, contrairement à ce que laissent entendre certaines idées véhiculées par diverses instances politiques nationales et internationales, il ne suffit pas de créer des emplois et de favoriser le développement d’un ethos du travail particulier pour accroître le potentiel de cohésion des individus, mais qu’il faut encore offrir des emplois intéressants, offrant de bonnes conditions matérielles et permettant de concilier de façon harmonieuse les diverses facettes de la vie des individus.

Work and social cohesion in Luxembourg

Adopting a multidimensional definition of social cohesion and using the Luxembourgian data of the European Values Study of 2008, this paper aims to understand to what extent work ‑ understood as an activity, a social representation and a condition of existence ‑ contributes to maintaining, even strengthening, cohesive attitudes and behaviour. It shows that, contrary to what national and international authorities tend to say, it is not enough to create jobs and to encourage the development of a specific work ethic to increase individual cohesiveness, but that it is necessary to create interesting jobs, with good material conditions and that give the possibility to conciliate the different spheres of individual life in a harmonious way.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Introduction
Mesurer les attitudes et les comportements cohésifs
Travail et cohésion sociale : un lien complexe
L’occupation d’un emploi : le fondement des attitudes et des comportements cohésifs ?
Les représentations sociales du travail : une menace à la cohésion sociale ?
Les caractéristiques professionnelles : tous les emplois se valent‑ils ?
Une analyse multivariée du lien entre le travail et les attitudes et les comportements cohésifs
Les effets de l’activité et de l’ethos du travail
Les effets du type de participation sur le marché du travail
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Alors que les fractures sociales et le niveau d’intolérance à l’égard de l’autre semblent s’intensifier un peu partout dans le monde, le Luxembourg, qui accueille l’une des proportions d’immigrants les plus élevées d’Europe (43 %), étonne par le climat social paisible qui semble le caractériser (Trausch, 2009 ; Bauler, 2002 ; Perrotti, 2002). Pour expliquer cette relative cohésion, certains observateurs mettent en relief la petite taille du pays et le caractère essentiellement européen de l’immigration, 86 % des immigrants provenant d’un pays membre de l’Union européenne (Thill‑Ditsch, 2010 ; Ghemmaz, 2008 ; Gehring, 1981). D’autres allèguent plutôt que la paix sociale du pays est attribuable à sa bonne situation financière, à la vigueur de son marché du travail et à la qualité de ses emplois. Ceux‑ci s’inquiètent d’ailleurs du jour où la situation économique et la situation de l’emploi se détérioreront. Soulignant qu’il existe un lien étroit entre le concept de l’immigr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Fleury, « Travail et cohésion sociale au Luxembourg », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 3 |  2012, mis en ligne le 24 octobre 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://sociologie.revues.org/1345

Haut de page

Auteur

Charles Fleury

Charles.Fleury@live.fr
Ph. D. en sociologie et chercheur associé au CEPS/INSTEAD (Luxembourg) - 3, avenue de la Fonte L-4364 Esch-sur-Alzette Luxembourg

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page