Navigation – Plan du site

De bons voisins

A propos de Sylvie Tissot, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste (Raisons d'agir, 2011)
Pauline Clech
Référence(s) :

Sylvie Tissot, De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Raisons d'agir, coll. « Cours et travaux », 2011, 313 p.

Texte intégral

  • 1 . Sylvie Tissot (2011), De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, P (...)
  • 2 . Voir le chapitre 1 pour un retour sur les conditions d’enquête.
  • 3 . D’ailleurs, l’enquête prend la suite d’une enquête commencée par un groupe de chercheurs franco‑a (...)
  • 4 . D’où l’emploi parfois du terme d’« embourgeoisement ». On peut regretter l’absence de prise de po (...)

1Avec De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Sylvie Tissot nous livre les résultats d’une enquête sur le South End de Boston commencée en 20041. Sur ce terrain, investi progressivement de manière à la fois ethnographique et sociohistorique2, l’auteure s’attèle à comprendre les conditions de possibilité de l’émergence et de la légitimation d’une élite locale de propriétaires blancs et fortunés. La recherche s’inscrit dans les nombreux travaux portant sur la gentrification3. Ce phénomène spatial et social est habituellement défini comme l’arrivée dans un quartier historiquement populaire de populations plus dotées économiquement (et plus proches aussi de la culture légitime). Dans le contexte français, c’est autour d’une réflexion sur les classes moyennes et leur recomposition que s’est fixé ce débat. Néanmoins, les caractéristiques sociales de ses enquêtés expliquent que ce soit au sein des classes supérieures que l’auteure situe son objet4.

  • 5 . Mais pas exclusivement, l’auteure cite ainsi (p. 302) les travaux menés par Marie Cartier, Isabel (...)
  • 6 . Ce quartier se compose en effet en partie d’immeubles en brique de quelques étages construits à l (...)

2Dans la lignée des travaux sur la gentrification5, l’articulation dialectique entre social et spatial constitue un point important de l’analyse, plus particulièrement l’articulation entre stratification sociale et migration résidentielle, que l’on pourrait résumer ainsi : qu’est‑ce que ces habitants font à l’espace où ils s’installent et, réciproquement, qu’est‑ce que l’espace fait à leur trajectoire ? L’espace n’est pas un simple substrat : il est une variable indispensable pour comprendre la constitution et les frontières de groupes sociaux. En étudiant localement la genèse d’une élite, c’est bien à une réflexion plus globale sur la recomposition des classes dominantes que Sylvie Tissot veut contribuer. Elle situe ses travaux dans une approche bourdieusienne des classes sociales. Néanmoins, qu’il s’agisse de la domination, de la reproduction sociale ou encore de la logique de distinction, ces mécanismes n’agissent pas de manière inchangée au cours du temps, ce qui donne lieu à un « brouillage » des frontières entre classes sociales ou fractions de classe. « Depuis les années 1990, les succès remportés par la thèse hautement idéologique de la disparition des classes sociales (et notamment de la classe ouvrière) ont conduit les sociologues à réaffirmer l’existence non seulement des inégalités, mais aussi des rapports de domination. Cette réaction, bienvenue, serait toutefois dommageable si elle empêchait tout examen des recompositions qui travaillent les groupes sociaux et nous limitait au rappel d’une reconduction immuable de la domination bourgeoise » (p. 8‑9). L’étude de ces recompositions constitue un intérêt majeur du livre, notamment en prenant en compte « le séisme provoqué par les mouvements de protestation des années 1960 » (p. 9). Dans le contexte américain qui est étudié, il s’agit, en l’occurrence, ni des Brahmins (l’élite wasp traditionnelle établie dans les quartiers chics et historiques de Beacon Hill et Back Bay) ni des catégories aisées blanches des suburbs. Il s’agit d’un autre type de bourgeoisie : celle aujourd’hui réputée progressiste et vivant dans un quartier central de brownstones rénové, le South End6.

3Conjointement à l’étude de la genèse d’une fraction de classe, Sylvie Tissot étudie l’évolution des registres de légitimation auxquels elle a recours et qui prennent pour principal support la ville. Là encore, groupe social et mots d’ordre sont dialectiquement liés : des acteurs fabriquent la ville et se fabriquent en même temps. Cela est d’autant plus crucial à étudier que depuis les années 1960, le savoir sur la ville est source de pouvoir. L’auteure étudie ainsi les conditions de possibilité sociales et historiques du recours actuel au mot d’ordre de la « diversité ». « Ce livre propose un voyage dans une ville des États‑Unis pour comprendre comment cette valorisation de la diversité se traduit aujourd’hui. Quels types de relations fait‑elle émerger entre une élite naguère exclusivement blanche et protestante, fermement accrochée à l’institution conjugale et familiale, et des groupes sociaux occupant des places subordonnées dans la société étasunienne ? Je propose de répondre à cette question en étudiant les rapports au quartier résidentiel d’un groupe d’habitants fortunés » (p. 12).

  • 7 . Sylvie Tissot (2007), L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris (...)

4Enfin, dans une perspective sociogénétique de l’étude d’une configuration, l’auteure étudie les différents acteurs intervenant dans cette construction performative de la ville : les habitants, les associations, la municipalité, les agents immobiliers, les promoteurs, les structures de concertation mixtes. Les uns et les autres pouvant être d’ailleurs parfois les mêmes. Nous retrouvons dans cette nouvelle enquête, avec grand intérêt, les questionnements épistémologiques et scientifiques à l’œuvre dans la recherche précédente de l’auteure sur la catégorie de « quartier sensible » 7.

5Pour mener à bien sa recherche, l’auteure s’est intéressée aux habitants mobilisés ayant œuvré, depuis les années 1960, autour des projets successifs de rénovation du South End. Pour parvenir à comprendre l’organisation sociale actuelle du quartier, elle s’intéresse non seulement aux acteurs d’aujourd’hui, mais aussi à ceux d’hier ; non seulement à ceux dont les normes ont « gagné », mais aussi à ceux dont les revendications ont progressivement été délégitimées. Cela suppose, comme elle le fait, outre des entretiens avec ces acteurs, un recours aux archives et notamment à celles d’anciens militants. Cela permet d’avoir accès aux possibles non advenus. L’intérêt d’une telle approche sociogénétique est à souligner : il n’y a rien d’« évident » dans le déroulement d’un processus social aboutissant à une modification de la morphologie urbaine, rien de « normal » dans la prise de pouvoir local, rien de « naturel » dans les constructions symboliques (qu’il s’agisse des mots d’ordre qui se développent ou des identités sociales et personnelles rendues possibles dans un tel contexte).

  • 8 . Concept que l’auteure emprunte à Jean‑Noël Retière.

6Sylvie Tissot nous montre ainsi (chapitre 2) qu’il y a progressivement une prise de pouvoir local d’un groupe qui a su imposer ses normes d’habiter. Cela se fait au détriment d’autres visions du South End et notamment celle des militants noirs du Black Power qui luttaient pour la construction de logements sociaux et s’opposaient à la gentrification. Cette prise de pouvoir s’amorce à la fin des années 1960 dans un triple contexte : urbain de critique de l’urbanisme fonctionnaliste d’après-guerre ; politique marqué par la volonté de la municipalité démocrate de développer la démocratie locale ; social marqué par un militantisme radical. Les militants du South End se saisissent de l’opportunité de la création d’organismes de concertation pour faire entendre leurs revendications. À chaque étape du projet urbain (rénovation urbaine des années 1960‑1970, développement de logements mixtes des années 1980, développement commercial des années 1990‑2000), les rapports de force se recomposent. « Mon livre examine comment, à partir de nouveaux mots d’ordre, se reconfigurent les formes de domination sociale et les modes de gestion de la pauvreté à l’échelle de la société » (p. 54). À l’issue de chacune des phases, via leur engagement dans la gestion des affaires publiques, c’est le pouvoir des propriétaires blancs qui se consolide. Se créant un véritable « capital d’autochtonie »8, ils finissent, par le biais de leurs associations de quartier dont l’ensemble crée la community, par devenir un véritable contre‑pouvoir. Le savoir sur la ville va fonctionner comme un capital permettant l’ascension de nombreux habitants (opportunités au sein de l’administration, des structures de concertation, carrière d’agents immobiliers). C’est ainsi que se forme, favorisé par la fonction de creuset du local, un groupe de notables.

La community, « entrepreneur » de « barrières » et de « niveaux »

7Lié à l’étude de la genèse d’un groupe social, un autre intérêt majeur du livre est de rendre compte de la manière dont l’appartenance au groupe est quotidiennement réactivée, dont le groupe se donne à voir à la fois aux autres et à ses membres. Par le biais des associations mais aussi des interactions quotidiennes, des surveillances et rappels à l’ordre multiples auxquels elles donnent lieu, s’est constitué un groupe très intégré et très régulé (au sens durkheimien). Tous les habitants ne sont pas également intégrés en son sein et régulés par ses normes – il s’agit même d’une minorité –, mais c’est lui qui donne le ton légitime au quartier. C’est ce que résume le terme community. Avant de poursuivre, il faut préciser que la contextualisation au sein de l’histoire sociale de la société américaine est faite de manière heuristique. Elle permet de rompre avec des discours scientifiques globaux et anhistoriques qui passent parfois d’un contexte national à un autre des concepts et des descriptions de manière quelque peu frauduleuse. Ici, la place des élites, du clientélisme politique (political machines), de la community, entre autres, est précisément située et affine la compréhension des phénomènes étudiés. L’idée de community renvoie au fait que le pouvoir acquis par ce groupe social agit non seulement sur la gestion locale des affaires publiques, sur la légitimité laissée (ou non) aux autres groupes sociaux, mais aussi sur ses membres et leurs modes de vie. Elle instaure « barrières » et « niveau » tant dans le domaine de la morale et des valeurs (chapitre 3), de la culture (chapitre 4), que de la consommation et de l’occupation de l’espace public (chapitre 5). Ceux qui ne se soumettent pas à ces prescriptions assez strictes sont perçus comme déviants. La community assume envers les nouveaux habitants une fonction éducative. Sont ainsi appris les normes et les différents marqueurs sociaux ayant cours dans le quartier. Ils sont socialisés à l’ethos du « bon voisin ».

8Néanmoins, selon les différentes époques et le type de rapport de force établi avec l’altérité sociale, « barrières » et « niveau » diffèrent. Avant que la « diversité » soit « brandie comme un étendard » (p. 8) et que l’élite se reconnaisse dans la figure politique du « progressiste », la community était plutôt conservatrice. C’est dans ce contexte-là que le « patrimoine réinventé » des brownstones victoriens va se dérouler. Le mot d’ordre de la diversité arrive ensuite, sur fond de recomposition de la gauche étasunienne après le white backlash des années 1970. Le contexte de la genèse de ce mot d’ordre de « diversité » ainsi que l’explicitation de ses frontières sont là aussi très intéressants et bienvenus (notamment parce qu’il s’agit d’une catégorie d’action très reprise en Europe). L’auteure montre que « la défense de la mixité est indissociablement une bataille pour la promouvoir et pour maintenir le pouvoir de l’organiser » (p. 150). C’est ce que montre ce résumé des actions entreprises au cours du temps par la community : « avoir un droit de regard sur les projets immobiliers tout en favorisant les programmes de construction “mixtes” ; faire aux associations caritatives des dons généreux mais intervenir sur la manière dont est géré leur public ; favoriser l’ouverture de restaurants chics et “exotiques” après avoir fait fermer les bars considérés comme trop “mal famés” ; participer à la rénovation des parcs pour ensuite contrôler leur accès ; inscrire sa présence dans une histoire valorisant la culture légitime, l’architecture victorienne, mais encourager l’ouverture d’ateliers d’artistes : tout cela se fait au nom d’une mixité sociale ne dépassant pas certaines limites » (p. 14). Néanmoins, l’auteure insiste sur le fait qu’il existe une reconnaissance du droit des plus pauvres à demeurer dans le quartier, quitte à lutter contre certains projets immobiliers ou certains habitants réactionnaires. Il s’agit là d’une recomposition du rapport à l’altérité des catégories supérieures américaines : « au nom de la mixité sociale, on voit se mettre en place des pratiques qu’il faut appréhender en gardant en tête l’attitude des élites pendant des siècles et jusque dans les années 1960 : un antisémitisme virulent, une discrimination systématique dans le monde du travail ou dans les lieux de consommation, la hantise de la proximité résidentielle avec les Noirs, l’extrême violence des discours raciaux et des lynchages qui ont longtemps sévi dans le Sud, et enfin un contrôle strict de la reproduction sociale par les lignées familiales. Parce qu’il marque une rupture avec un tel système social et racial, ce nouveau rapport à la diversité a un impact direct pour les “autres” » (p. 15).

9L’approche ethnographique qui a transformé certains étés la chercheuse en promeneuse de chiens permet d’avoir finement accès aux marqueurs sociaux et aux logiques de distinction, donc de domination, qui règlent un grand nombre de pratiques. L’auteure consacre par exemple un développement détaillé – qui n’est pas sans rappeler le passage des 101 dalmatiens où la ressemblance physique entre maître et chien est soigneusement mise en scène – sur la possession d’un chien comme marqueur social permettant de tracer une frontière nette entre « eux » et « nous ». « La race du chien, éventuellement leur nombre, les accessoires dont ils sont parés, les activités et pratiques associées à la possession de l’animal, ou encore les rapports affectifs, moraux et gestuels à ce dernier : tout cela peut s’analyser comme un indicateur de l’appartenance sociale du maître, un aspect d’un habitus particulier. Le chien fait partie des éléments qui, portés près du corps, à l’instar des vêtements et d’autres accessoires, marquent très fortement le statut » (p. 278).

  • 9 . Conceptualisé par Richard Peterson.

10Cette étude permet à Sylvie Tissot de réaffirmer l’apport heuristique du modèle bourdieusien de la distinction tout en montrant qu’il a du sens dans une configuration donnée, au sein d’un rapport de force précis. Les marqueurs sociaux distinctifs ne peuvent être définis ex ante, c’est bien l’enquête de terrain qui permet de les mettre au jour. C’est elle qui permet de rendre compte des reconfigurations à l’œuvre. Le concept de l’« omnivorité »9 est ainsi réintroduit au sein de ce paradigme explicatif : il entre dans le registre de légitimation de la diversité mais est un puissant marqueur social permettant de mettre à distance l’altérité sociale proche, donc menaçante, et d’en convoquer une autre, plus ou moins réinventée (la nourriture française plutôt que la soul food par exemple).

11Enfin, un apport majeur de cette recherche est l’articulation de ces logiques sociales et des rapports sociaux de sexe. Sylvie Tissot analyse la place au sein de cette élite locale des rapports entre hommes et femmes, mais aussi la place des gays. Les quartiers gentrifiés sont des lieux où se recompose le modèle traditionnel de la famille, particulièrement prégnant aux États‑Unis. Le mode de vie est moins centré sur la famille. Dès les années 1960, des couples gays mais aussi des personnes divorcées s’installent et trouvent une place dans ce quartier, d’abord en gardant les dehors de l’hétéronormativité (l’exemple du bal de la Société historique est probant), puis, suivant le mot d’ordre de la diversité, affichant une attitude gayfriendly. Mais là aussi, cette mixité sociale « ne dépasse pas certaines limites ». Les gays doivent faire partie de la community (ils n’ont pas de lieux spécifiques) et doivent incorporer l’ethos du « bon voisin ». En outre, ils appartiennent à cette même fraction de classe de riches propriétaires blancs.

Questions en suspens

12J’aimerais, pour finir, évoquer deux points qui, me semble‑t‑il, restent un peu en suspens à la lecture du livre. La première concerne le passé de ces habitants : avant de s’installer dans ce quartier, qui sont‑ils ? Quelles sont les différentes instances de socialisation par lesquelles ils sont passés ? À quelles cultures au sens anthropologique sont‑ils acculturés ? Quelle est l’histoire de leur famille ? De quelles transmissions sont‑ils porteurs ? Autrement dit, avant leur arrivée dans le quartier, comment peut‑on définir leur habitus ? On voit bien le creuset, les possibles qu’un tel contexte social et urbain crée, mais sur quel « terreau » sociologique viennent‑ils se greffer ? Outre des « carrières » familiales relativement marginales par rapport aux normes dominantes de la société américaine, n’y a‑t‑il pas d’autres régularités sociales entre ces différents enquêtés ? Par exemple, le lien avec le mouvement contre‑culturel, le fait qu’ils sont issus des (anciennes) minorités blanches, etc. Cela permettrait notamment d’expliquer les affinités d’habitus entre nouveaux habitants et anciens en ascension sociale au début de la période (autrement que par des intérêts économiques bien compris). En effet, malgré la présentation de certains enquêtés (grandes variables sociologiques les concernant et notamment les familles dont ils sont issus), elle semble plutôt donner de la chair qu’être à la source de l’analyse sociologique. Or, ces grandes variables n’ont pas un sens univoque et immédiatement intelligible. Il me semble qu’une analyse les mettant en perspective manque.

13Le second point concerne l’articulation de cette élite locale à la société globale, notamment entre cette fraction des dominants et les autres dominants. Ce genre de question est souvent posé aux enquêtes ethnographiques, niant par là leur réelle contribution à la connaissance sociologique. Tel n’est pas mon propos, bien au contraire. Mais comme l’étude de Sylvie Tissot porte sur les recompositions des frontières de classe, la mention d’éléments permettant de situer la place de cette élite au sein de la société américaine aurait été bienvenue.

Haut de page

Notes

1 . Sylvie Tissot (2011), De bons voisins. Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Raisons d’agir, coll. « Cours & travaux », 313 p.

2 . Voir le chapitre 1 pour un retour sur les conditions d’enquête.

3 . D’ailleurs, l’enquête prend la suite d’une enquête commencée par un groupe de chercheurs franco‑américains (Marie‑Hélène Bacqué et Yankel Fijalkow pour les Français) portant sur une comparaison des quartiers du South End et de la Goutte d’Or.

4 . D’où l’emploi parfois du terme d’« embourgeoisement ». On peut regretter l’absence de prise de position par rapport à l’usage de ces termes dans la mesure où, dans le contexte de la recherche française, ils font débat.

5 . Mais pas exclusivement, l’auteure cite ainsi (p. 302) les travaux menés par Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet et Yasmine Siblot sur les « petits moyens ».

6 . Ce quartier se compose en effet en partie d’immeubles en brique de quelques étages construits à la fin du xixe siècle sur le modèle des quartiers chics de Beacon Hill et Back Bay mais accueillant une population moins prestigieuse. L’arrivée d’immigrés – notamment de populations noires – et le white flight en ont ensuite fait un quartier populaire jusqu’aux années 1960, date à laquelle commence la gentrification.

7 . Sylvie Tissot (2007), L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Le Seuil.

8 . Concept que l’auteure emprunte à Jean‑Noël Retière.

9 . Conceptualisé par Richard Peterson.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Clech, « De bons voisins », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2012, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 27 avril 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1323

Haut de page

Auteur

Pauline Clech

pauline.clech@yahoo.frDoctorante en sociologie osc – 27, rue Saint‑Guillaume – 75007 Paris

Articles du même auteur

  • À propos de Emmanuel Bellanger & Julian Mischi (dir.), Les Territoires du communisme. Élus locaux, politiques publiques et sociabilités militantes (Armand Colin, 2013)
    Paru dans Sociologie, Comptes rendus, 2013
Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page