Navigation – Plan du site

Le suicide en Inde au début du XXIe siècle

Suicide in India at the beginning of the 21st century
Roger Establet

Résumés

Depuis un demi‑siècle, le taux de suicide en Inde est orienté à la hausse. Grâce aux données recueillies chaque année depuis 1967 par le National Crime Records Bureau, on peut établir des relations étroites entre le taux de suicide et les différentes dimensions de la croissance économique. La situation de l’Inde rappelle celle des sociétés européennes étudiées par Durkheim : le suicide a partie liée à la modernité. Le Recensement de 2001 permet de construire directement les taux qui se rapportent au niveau d’instruction et à la profession. Aux deux extrêmes de l’échelle des formations, le suicide est au plus bas : ceux qui doivent faire valoir des qualifications incomplètes ou incertaines sur le marché du travail sont les plus exposés au risque suicidaire, qui épargne les illettrés et les titulaires de diplômes universitaires complets. Un examen des taux de suicide par profession permet de relativiser l’importance du suicide des agriculteurs, dont certains médias ont voulu faire le paradigme du suicide dans l’Inde moderne. Le suicide est, avant tout, un fait social urbain. Rien jusque-là qui eût surpris Durkheim. Un phénomène pourtant distingue l’Inde : la faible protection dont bénéficient les femmes, spécialement dans les âges qui correspondent aux débuts de la vie conjugale. Par là, l’Inde se rattache à l’Asie, où l’installation dans la famille du mari (virilocalité) rend les premières années de l’épouse très difficiles.

Suicide in India at the beginning of the 21st century

For half a century, the suicide rate in India has shown an upward trend. Thanks to data gathered every year since 1967 by the National Crime Records Bureau, it is possible to draw up close relationships between suicide rate and the various dimensions of economic growth. The present situation of India is reminiscent of that of European societies studied by Durkheim: suicide is linked to modernity. The Census of 2001 allows direct calculation of suicide rates as they relate to level of education and to professional status. At both extremities of the education ladder, suicide rate is lower: those who have to put forth uncertain or incomplete skills on the labour market are more exposed to suicide risk than the illiterate or university graduates. The study of suicide rate according to professional status succeeds in putting into perspective the importance of the suicide of farmers, in which the media want to see the paradigm of Indian suicide. Suicide is, above all, an urban social fact. None of these facts would have surprised Durkheim. However, one phenomenon distinguishes India: the weak protection from which women benefit, especially at the ages that correspond to the beginning of married life. From this point of view, India belongs to Asia, where the installation in the husband’s family (virilocality) makes the first years of marriage very difficult for the wife.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Philippe Besnard (1973) a insisté à bon droit sur l’occultation de ce problème par Durkheim.

1Le Suicide de Durkheim est certainement l’œuvre la plus citée de toute la sociologie française : la statistique indienne de notre temps permet de la revisiter avec profit et esprit critique. Très soignée, systématique, bien encadrée par d’admirables recensements, la statistique indienne court sur un demi‑siècle et concerne une population plus nombreuse que celle que pouvait étudier Durkheim, limité qu’il était aux données de quelques nations européennes. Voilà une occasion de se réjouir de la mondialisation qui permet de confronter hypothèses et théories sociologiques à un champ élargi de faits sociaux. La conjoncture actuelle de l’Inde n’est pas sans analogie avec le développement des sociétés européennes au siècle dernier. Belle occasion d’inspecter, chiffres en mains, les effets de l’évolution, sans avoir à succomber aux tentations de l’évolutionnisme. Nous consacrerons l’essentiel de cet article à éprouver les pronostics durkheimiens. Et nous examinerons pour terminer les effets très différents de l’évolution sur les taux de suicide masculins et féminins, réalité sociale que l’œuvre classique de Durkheim négligeait presque totalement dans les sociétés européennes de son temps1.

  • 2 La qualité des recensements indiens – 15 depuis 1872 jusqu’au dernier en date en 2011 – fait l’admi (...)

2La statistique des suicides est confiée en Inde au Minister of Home Affairs dont le National Crime Records Bureau (ncrb) publie un annuaire de comptes qui comporte des dénombrements et un certain nombre de calculs classiques de taux. Le dénombrement annuel des suicides remonte à 1968. Chaque année, une publication, consultable sur le site du National Crime Records Bureau, recense les suicides pour l’Inde entière, calcule les taux annuels pour chacun des États, fournit la distribution par groupe d’âge et par sexe pour l’ensemble des États, ainsi qu’une statistique des causes présumées et des modes de perpétration. À partir de 1990, les annuaires donnent la distribution croisée par sexe et par groupe d’âge pour chacun des États. Depuis 1995, la statistique s’enrichit d’un dénombrement par profession, par niveau d’éducation et par situation d’état civil. Lorsque les taux ne sont pas directement calculés par le National Crime Records Bureau, on peut les calculer à partir du recensement et des interpolations et extrapolations annuelles du Registrar General of India2.

La croissance impressionnante du suicide

  • 3 De 469 millions en 1964 à 11 858 millions en 2010. (Données du Registrar, reprises par ncbr). Au re (...)
  • 4 Source : ncrb.

3Cette statistique rigoureuse, sans cesse améliorée, permet de reconstituer l’évolution du suicide en Inde depuis quarante ans : le nombre des suicides s’est spectaculairement accru, passant de 33 625 en 1964 à 134 599 en 2010 (figure 1, ci-après). Les médias relaient régulièrement ces dénombrements, en insistant sur le volume et sur la montée en puissance du phénomène. L’accroissement numérique est, en effet, impressionnant, même s’il faut faire la part de l’accroissement démographique : la population s’est multipliée par 2,53 et le nombre des suicides par 44. Ce prodigieux accroissement du nombre a frappé tous les observateurs, et il correspond à un accroissement effectif des taux : le taux global a crû de 0,10 pour 100 000 chaque année, le taux masculin de 0,15 pour 100 000 et le taux féminin de 0,07. La tendance à la hausse est indubitable et forte.

4La statistique indienne est spectaculaire. Avec 127 151 suicides par an en 2009 et 134 599 en 2010, l’Inde fournit plus d’un dixième des morts volontaires dans le monde (un million selon les estimations de l’oms). Surtout, la courbe annuelle des suicides, et même celle des taux, évoque les augmentations dramatiques que Durkheim constatait dans tous les pays européens au xixe siècle. Un journaliste, frappé par le nombre croissant de suicides, présentait, non sans exagération, l’Inde comme la capitale du suicide. Et il est vrai que, sur un territoire somme toute assez modeste, trois suicides tous les quarts d’heure, selon le calcul proposé par le National Crime Records Bureau, peuvent inquiéter, même si le taux global de suicide demeure bien inférieur à celui de la plupart des pays européens, et voisin du taux modéré des États-Unis qui est de 10,8 pour 100 000 habitants.

Figure 1 : Évolution des taux de suicide masculin et féminin en Inde entre 1968 et 2010

Figure 1 : Évolution des taux de suicide masculin et féminin en Inde entre 1968 et 2010

5On est surtout tenté de rapprocher la montée du suicide et le « décollage » économique de l’Inde à la fin du xxe siècle et au début du xxie siècle : entre 1970 et 2009, le revenu net par personne a été multiplié par 3,5. L’Inde pauvre et rurale des années soixante avait un taux de suicide de 7,1 pour 100 000 ; il s’établit en 2010 dans un univers plus riche et plus urbain à 11,4 pour 100 000. La corrélation entre les évolutions du revenu national par tête et du taux de suicide est, en tout cas, très forte entre 1970 et 2009 : le coefficient est de 0,93, ce qui n’implique pas nécessairement une relation de cause à effet, mais suggère que la relation n’est en aucun cas aléatoire. Et au rythme actuel de croissance du revenu par tête, cela conduirait en 2020 à un taux de suicide de 16,4 pour 100 000. On retrouverait ainsi le thème durkheimien de la protection par la misère. Comme dans de nombreux pays émergents (Chine, Russie, Turquie), le développement économique s’est accompagné d’une hausse continue et significative du taux de suicide. Les phénomènes observés par Durkheim pour les pays européens du xixe siècle semblent se reproduire au xxe et au xxie pour les économies qui connaissent leur « décollage ». Loin d’être aussi forte qu’en Chine ou en Russie, la hausse des taux est indiscutable et elle est visible.

  • 5 Solutions locales pour un désordre global (2010).

6Cette relation entre croissance économique et suicide a frappé les esprits au‑delà de ce que permettent réellement les données. La modernisation indienne s’est traduite notamment par une « révolution verte » et l’introduction de l’économie monétaire dans les campagnes. D’où l’insistance de quelques universitaires et des médias sur le suicide des paysans endettés qui serait le paradigme du suicide indien moderne. Avec ou sans citation des données du ncrb, les journaux relatent fréquemment des suicides dramatiques à la campagne, en évoquant le problème des dettes liées à la modernisation de l’équipement agricole. Un film a été tourné en 2010 sur ce sujet à Bollywood, produit par le célèbre Aamir Khan : Peepli Live. Dans une œuvre récente5, Coline Séreau aborde ce problème, au travers de quelques interviews d’universitaires qui imputent à la modernisation agraire la montée du suicide. Le suicide des paysans indiens est parfaitement réel : en 2001, il concerne 13 708 personnes et 14 951 en 2009. Mais il faut rappeler que si le suicide des paysans représente à peu près 25 % des suicides masculins, les paysans constituent plus de la moitié de la population active. Les suicides commis en dehors de la campagne sont donc plus importants. Mais ils passent davantage inaperçus, en dehors d’une statistique attentive. Tant au niveau des constats de décès que des dénombrements censitaires, le statut de farmer ou de cultivator est aisément repérable. Dans un pays où 80 % de l’emploi est informel, il est moins facile d’identifier l’activité d’un slum dog de Bombay que celle d’un paysan de l’Uttar Pradesh. Il y a de fortes chances que, dans les villes, bien des suicides ne soient repérés que par la police et le ncrb.

7La forte corrélation entre la croissance économique et le taux de suicide ne doit pas faire oublier que, dans cette société de plus d’un milliard de personnes, la modernité représentée par un indice économique a pu emprunter des voies divergentes dans les différents États, plus peuplés pour certains que nos nations européennes : installation d’industries lourdes dans le Madhya Pradesh rural, irruption d’un tourisme de masse tapageur à Goa, émigration massive et fructueuse vers les pays du Golfe dans le Kerala, modernisation des cultures dans le Pendjab et dans le Tamil Nadu, installation d’une Silicon Valley dans le Karnataka autour de Bangalore, construction de métropoles politiques à Delhi ou à Chandigarh presque entièrement tournées vers le secteur tertiaire. Parfois, la modernité s’implante dans des territoires à l’écart de toute rupture avec la culture traditionnelle : la zone industrielle d’Hyderabad prospère dans un Andhra Pradesh massivement agricole et où la pauvreté et l’analphabétisme poursuivent leur chemin. Dans le Kerala, au contraire, la croissance fait depuis longtemps partie du paysage social quotidien. Et la hausse moyenne du taux de suicide national ne doit pas masquer les énormes disparités régionales (Tableau 1, ci-après) qui font de l’Inde une sorte de résumé de la situation internationale.

8Tous les cas de figure de la planète se retrouvent en Inde, et l’on voit bien dans ce tableau que l’intuition durkheimienne est grosso modo vérifiée. Les États les plus pauvres – tels l’Uttar Pradesh et le Bihar – ont les taux de suicide les plus bas, alors que les États qui connaissent des taux très élevés – le Kerala, le Tamil Nadu ou Pondichéry – sont aussi les plus riches et les plus modernes. Reste à affiner ce premier constat par une étude plus détaillée.

Chaque État a un taux de suicide bien caractéristique

9La possibilité de suivre pendant quatre décennies (1967‑2009) la statistique du suicide sur chacun des États de l’Inde permet de préciser l’hypothèse de la modernité puisque économistes et démographes publient régulièrement des données significatives pour les États. Cependant, la première chose à remarquer, et qui aurait passionné Durkheim, c’est que pour chacun des États le taux de suicide varie très peu d’une année sur l’autre. On le voit nettement sur les deux cartes par États établies en 2000 et en 2010 (l’auteur des deux cartes est le cartographe Rahul Sureka) :

Figure 2 : Carte des taux de suicide des États de l’Inde en 2000

Figure 2 : Carte des taux de suicide des États de l’Inde en 2000

Figure 3 : Carte des taux de suicide des États de l’Inde en 2010

Figure 3 : Carte des taux de suicide des États de l’Inde en 2010
  • 6 Émile Durkheim (1997 [1897]), Le Suicide, Paris, PUF, p. 345.

10À bon droit, Durkheim voyait dans la régularité des taux européens ou des départements français la certitude que la sociologie avait son propre territoire à explorer. « On se refuse à les regarder comme des choses, comme des forces sui generis qui dominent les consciences individuelles. Telle est pourtant leur nature, et c’est ce que la statistique du suicide démontre avec éclat. Les individus qui composent une société changent d’une année à l’autre ; et cependant, le nombre des suicidés est le même tant que la société ne change pas6 ».

  • 7 Le graphe de la corrélation – figure 11 – est donné dans l’annexe électronique disponible sur le si (...)
  • 8 Le graphe de la corrélation – figure 12 – est donné dans l’annexe électronique disponible sur le si (...)

11L’Inde des xxe et du xxie siècles vérifie ce point fondamental de la théorie. Qu’on en juge plutôt sur les données de 2008 et de 2009. La corrélation est absolument exceptionnelle (r = 0,99) et la moyenne des écarts d’une année sur l’autre, en valeur absolue, n’est que de 1,1 pour 100 0007. Chaque État a donc une personnalité sociologique bien affirmée, et qui s’est affirmée depuis longtemps, comme le montre le graphique des taux aux deux dates extrêmes de l’observation – 1967 et 2009. Les États se rangent à peu près de la même façon (r = 0,81), même si l’on remarque que ceux qui sont pris dans un mouvement plus rapide de modernisation (Kerala, Tamil Nadu, Andhra Pradesh, Maharasthra) ont connu une montée plus forte du suicide, et que les États réputés pour leur traditionalisme – l’Uttar Pradesh notamment – ont échappé à la hausse8.

Tableau 1 : Classement des États indiens par taux de suicide en 2009

Tableau 1 : Classement des États indiens par taux de suicide en 2009

Suicide et homicide : deux phénomènes sociaux très différents

  • 9 Le revenu par tête et homicide dans les États de l’Inde en 2009 est donné dans l’annexe électroniqu (...)
  • 10 Le coefficient de corrélation entre les deux taux (homicide et suicide) est seulement de 0,08.

12Avant de considérer les principaux indicateurs de modernité, on pourrait se dire que les sociétés industrielles, individualistes et compétitives, sont génératrices de violence, que l’énergie libérée se tourne contre les autres ou contre soi‑même. On trouverait là une explication simple de la montée parallèle du suicide et de la richesse. Durkheim, en étudiant systématiquement les relations entre l’homicide et le suicide, avait réfuté cette hypothèse trop simple pour les pays européens de son temps. Qu’en est‑il de l’Inde d’aujourd’hui ? En croisant le nombre de meurtres pour 100 000 habitants dans chaque État et leur revenu par tête, on s’aperçoit que la fréquence de l’homicide est indépendante de la richesse : les écarts entre les États sont bien plus faibles que pour le taux de suicide ; des États très pauvres comme le Jarkhand ont des taux d’homicide très forts alors que des États riches comme le Kerala ou Chandigarh ont des taux très faibles ; la corrélation est très faible (r = – 0,25) et indiquerait une tendance inverse à celle du suicide9. Le Tableau 2 ci-après, construit pour 2009, où les États sont situés par leurs taux respectifs de meurtre et de suicide, montre la totale indépendance entre les deux phénomènes10.

Tableau 2 : Classement des États indiens selon le taux d’homicide et le taux de suicide en 2009

Tableau 2 : Classement des États indiens selon le taux d’homicide et le taux de suicide en 2009

13Tous les cas de figure se retrouvent : fort taux de suicide et de meurtre (12 États), taux de suicide élevé et faible taux d’homicide (5 États), taux faibles dans les deux cas (9 États), taux de meurtre moyen et taux de suicide élevé (12 États). La démonstration de Durkheim vaut donc pour l’Inde contemporaine.

Suicide : le rôle protecteur de l’islam

  • 11 La Figure « Islam et suicide en Inde en 2001 » est donnée dans l’annexe électronique (Figure 14) : (...)

14La statistique de l’Inde par État permet de s’intéresser aux effets de la religion. L’Inde est un pays multiconfessionnel, où l’appartenance religieuse, variable d’un État à l’autre, est enregistrée aux recensements. Et l’une des thèses les plus célèbres de Durkheim consiste dans la démonstration de la protection supérieure assurée par la religion catholique, religion ritualiste, intégratrice, au contraire de la religion protestante fondée sur le libre examen individuel. Au xxe siècle, l’opposition dans les pays européens entre pays catholiques et protestants s’est nettement affaiblie. Mais la statistique mondialisée du suicide montre que, dans le cas de l’islam, la théorie de l’intégration se vérifie parfaitement. Avec des pib par habitant variant de 1 à 10, tous les pays à dominante islamique – Dubai, Koweït, Iran, Turquie, Tunisie, Jordanie, Égypte, Syrie – ont des taux de suicide très nettement inférieurs à la moyenne mondiale (entre 0,2 et 6,2). Deux des États de l’Inde sont à très forte majorité musulmans : Jammu et Kashmir, les îles Laquedives. Sous l’angle de la modernité, les deux États sont fort différents : l’indice de développement humain, calculé en 2006, positionne les îles Laquedives en tête de l’Inde, alors que le grand État frontalier, faiblement urbanisé, a encore un taux d’analphabétisme assez fort et un pib moyen. Mais, dans les deux cas, le taux de suicide y est voisin de zéro. Il est plus difficile de suivre cette relation dans l’ensemble des États de l’Inde, puisque les musulmans sont toujours minoritaires, leur poids variant de 30 % en Assam à 1 % dans le Nagaland. En croisant le poids de l’islam et le taux de suicide en 200111, on constate une légère tendance, non significative, dans le sens de la décroissance du suicide (r = – 0,27). Même si l’islam constitue partout un frein au suicide, les musulmans sont trop minoritaires pour imprimer l’allure générale de chaque État. Nous formons l’hypothèse qu’une statistique qui prendrait en compte des territoires plus restreints, les districts par exemple, définis par la communauté religieuse dominante, montrerait en Inde, comme partout, cet effet protecteur de la forte intégration développée par la religion musulmane.

Le suicide et les indices de la modernité

15Pour suivre les relations entre le suicide et le développement de la société moderne, nous disposons, pour chaque État de l’Inde, de six indicateurs : le revenu par habitant, le niveau de l’alphabétisation des adultes, le poids de la main-d’œuvre agricole dans l’ensemble des travailleurs masculins, le poids de l’urbanisation, le taux de fécondité. Tous ces indices sont pris en 2001, sur les données du recensement. Nous disposons en outre d’une toute récente évaluation, pour 2006, de l’indice du développement humain pour les différents États de l’Inde. On se doute que les différents indicateurs sont fortement corrélés entre eux, et il serait vain de croire qu’une bonne corrélation entre le revenu et le suicide puisse amener la conclusion d’un effet direct et propre de la richesse.

Tableau 3 : Corrélations entre les différents indicateurs du développement économique des États

Tableau 3 : Corrélations entre les différents indicateurs du développement économique des États

16Tous ces indicateurs du développement économique sont très significativement corrélés au suicide lorsque l’on prend la précaution d’isoler les cas exceptionnels, tels que les îles Laquedives, où l’islam protège une population urbaine, riche et instruite, ou celui des capitales administratives, Delhi et Chandigarh, où les signes de modernité sont maximaux, mais où les classes favorisées sont largement à l’écart des aléas du marché du travail.

Tableau 4 : Corrélations entre les indicateurs du développement économique et le taux de suicide

Tableau 4 : Corrélations entre les indicateurs du développement économique et le taux de suicide

17Les corrélations12 sont parfois affaiblies par les formes complexes que prennent l’enrichissement ou la scolarisation dans un immense pays où chaque région est dotée de vraies traditions nationales : à Delhi ou à Chandigarh, la modernité, c’est d’abord le développement d’un appareil d’État puissant, étayé par des universités internationales. La haute culture et le dernier cri de la modernité ne se conjuguent pas avec la concurrence internationale, le développement des multinationales et les start‑up de l’informatique, comme à Bombay, Bangalore, Goa ou Cochin. Dans la capitale tertiaire, où les cadres sont d’abord des fonctionnaires, les taux de suicide sont modérés : 7,6 pour 100 000 à Delhi et 7,8 à Chandigarh. Il en va de même pour le Punjab – au cinquième rang pour le produit national par tête – qui doit sa richesse à la prospérité de son agriculture. La révolution verte n’a pas altéré les structures sociales, et le suicide y est très bas : 3,3 pour 100 000. À l’inverse, un État pauvre comme l’Orissa a recherché des solutions dans l’émigration vers tout le sous-continent. Cela engendre comme partout des tensions sociales qui s’expriment dans un taux de suicide relativement élevé : 12,3 pour 100 000. Mais si l’on tient compte de la complexité des situations nationales et du processus de modernisation, les corrélations entre le développement du suicide et les diverses dimensions de la modernité sont bien réelles. Prenons‑en une dernière mesure, en croisant le taux de suicide par l’indice de développement humain (Figure 4), indice à l’élaboration duquel le prix Nobel indien Amartya Sen a beaucoup contribué. Le résultat prête à réflexion : le suicide est nettement corrélé à l’indice de développement humain, mesure censée cerner au plus juste la croissance réelle de la société, en tenant compte non seulement de la richesse matérielle, mais de l’instruction et de l’espérance de vie.

Figure 4 : Indice de développement humain et taux de suicide en Inde en 2006

Figure 4 : Indice de développement humain et taux de suicide en Inde en 2006

Les mesures directes : le taux de suicide selon l’instruction et selon la profession

18L’impression que donnent les corrélations territoriales et les comparaisons diachroniques est confirmée par deux corrélations fortes : le taux de suicide est d’autant plus fort que l’État est plus riche et que le pourcentage de personnes alphabétisées y est plus fort. Pour l’année 2001, année du recensement de la population, on peut se risquer à quelques calculs sur les données individuelles. Les statistiques du ncrb permettent de connaître avec précision le diplôme des suicidés, avec le même codage des diplômes que le recensement. Pour la profession, les définitions du ncrb et du recensement ne coïncident pas, sauf pour les professions agricoles. La construction de tableaux à partir de ces données est instructive : elle précise les suggestions des corrélations par États.

L’instruction : atout ou fardeau ?

19Le suicide concerne les populations instruites (Tableau 5 ci-dessous), qui sont aussi celles qui ont le plus fréquemment affaire avec les opportunités et les difficultés de l’économie de marché. En ce tournant des siècles, l’analphabétisme en revanche protège. On remarquera aussi que seuls les plus hauts diplômes sont épargnés, et, comme ce sont aussi ceux qui garantissent des emplois stables et bien rémunérés, on rapprochera ce fait des taux de suicide relativement faibles des deux régions administratives, Delhi et Chandigarh.

Tableau 5 : Taux de suicide selon le niveau d’instruction, Inde 2001

Tableau 5 : Taux de suicide selon le niveau d’instruction, Inde 2001

20La barrière entre l’illettrisme et l’instruction se vérifie, pour les deux sexes, dans presque tous les États de l’Inde (Tableau 6), à l’exception, pour les hommes, de Goa, du Sikkim et du Tamil Nadu et, pour les femmes, de Chandigarh. L’aggravation du risque suicidaire par la formation est plus forte chez les femmes, comme si, pour elles, l’instruction constituait à la fois un atout et un fardeau : la différence des taux de suicide entre les analphabètes et les autres est, en moyenne, de 6,5 pour 100 000 chez les hommes et de 9,1 pour 100 000 chez les femmes.

Tableau 6 : Alphabétisation et taux de suicide dans les États indiens en 2001

Tableau 6 : Alphabétisation et taux de suicide dans les États indiens en 2001

Le suicide des agriculteurs : mythe et réalité

  • 13 K. Nagaraj (2008), Farmers’ Suicides in India: Magnitudes, Trends and Spatial Patterns, Madras Inst (...)
  • 14 S. M. Wakude (2008), Suicide of Farmers in Maharashtra – Causes & Remedies, Nabard Organisation.
  • 15 Meeta and Rajivlochan (2006), Farmers’ Suicide: Facts and Possible Policy Interventions, Yashada, P (...)

21Pour la profession, le codage adopté par la ncrb permet le contrôle par le recensement pour le seul cas, mais fort important, des agriculteurs de sexe masculin. Ils représentent, en 2001, plus de la moitié de la main-d’œuvre masculine (51,9 %), et 13 708 parmi eux se sont suicidés. Ce nombre considérable a attiré, nous l’avons vu, l’attention des médias et de certains chercheurs, qui tendent à représenter le suicide indien typique comme celui d’un agriculteur que la Révolution verte a écrasé sous l’endettement. Il est certain que ces cas existent, mais l’examen des taux permet de relativiser et même d’inverser cette vision (Tableau 7 ci-dessous). Car, à l’exception des quelques États où les agriculteurs sont très minoritaires, le suicide est d’abord un fait urbain et qui concerne bien davantage les non‑agriculteurs, même si le taux de suicide des agriculteurs est important et, à juste titre, inquiétant. Le suicide augmente à mesure que la part de l’agriculture recule, et, dans tous les États, sauf la minorité très urbanisée du premier groupe, le taux de suicide des agriculteurs est toujours inférieur à celui des autres catégories. On peut illustrer ce tableau par le cas bien documenté du Maharashtra. C’est sur cet État que le professeur K. Nagaraj, économiste de l’université de Madras, a construit depuis 1997 ses investigations, tendant à montrer les effets pervers de la Révolution verte qui contraint beaucoup de petits agriculteurs à un surendettement et à la ruine13. Les nombreuses expertises sur ce sujet14 ont été suivies de très soigneuses et instructives études de cas15 : les auteurs se sont concentrés sur le district de Yavatmal, au sud‑ouest de Nagpur, en reprenant des analyses antérieures et en menant pour leur compte des études détaillées de cas, qui vont bien au‑delà des rapports de police. Ils sont amenés à rectifier l’image simpliste d’un suicide paysan lié directement à l’endettement économique. Nombre des victimes n’avaient qu’un niveau d’endettement tout à fait normal, mais se trouvaient confrontées à des problèmes de santé ou à des responsabilités familiales incompatibles avec les ressources (en particulier l’impossibilité de doter des filles en âge de se marier). En quoi le suicide des paysans ne diffère guère de celui des urbains qui sont acculés au suicide par l’insuffisance ou l’insécurité des ressources procurées par les diverses formes d’emploi « informel ». Il faut rappeler que si le taux de suicide des paysans atteint, dans le Maharashtra, en 2001, le taux très élevé de 25,4 pour 100 000, celui des travailleurs masculins non agricoles y est encore supérieur : 31,7 pour 100 000. Et en 2001, le taux de suicide de la ville de Nagpur, proche du district rural de Yavatmal, s’élève à 27,3 pour 100 000.

Tableau 7 : Taux de suicide des agriculteurs masculins et des autres actifs masculins selon le poids de la population agricole dans la population active masculine de l’État

Tableau 7 : Taux de suicide des agriculteurs masculins et des autres actifs masculins selon le poids de la population agricole dans la population active masculine de l’État

22La sociologie doit donc se garder de construire trop vite des modèles de motivation, alors qu’elle ne dispose que de données agrégées, nécessairement distantes de l’acte singulier et de l’acteur individuel. Mais la statistique peut au moins nous mettre en garde contre la construction de mythologies médiatiques faciles.

Les effets sur le suicide du développement inégal

23Nous pouvons avoir une vision dynamique des effets de la croissance inégale sur le taux de suicide en suivant l’évolution pour chacun des États (Tableau 8).

Tableau 8 : Classement des États et territoires de l’Union par taux de suicide croissant en 1975 et en 2008

Tableau 8 : Classement des États et territoires de l’Union par taux de suicide croissant en 1975 et en 2008

Les signes plus indiquent les tendances significatives à la hausse, de 1975 à 2008 ; les signes négatifs les tendances significatives à la baisse, L’absence de signe indique l’absence de toute tendance d’évolution.

  • 16 Census of India 2011, Provisional Results.
  • 17 Halbwachs M. (1930), Les Causes du suicide, Paris, Félix Alcan.

24Le tableau 8 et les graphiques de l’évolution par État montrent des disparités importantes. Dans la majorité (22 sur 32) des États et territoires de l’Union, on enregistre une tendance significative à la hausse. Mais le fait n’est pas général puisque l’État le plus peuplé de l’Inde, l’Uttar Pradesh (199 541 477 habitants en 201116), manifeste, pendant toute la période, une nette tendance à la baisse, malgré un taux de suicide très bas en 1970 de 7 pour 100 000 ; le taux devrait y tomber à 1,2 pour 100 000 en 2020. Et, si beaucoup d’États connaissent des hausses, elles sont loin d’être égales, comme on peut le constater dans les graphiques. Maurice Halbwachs, reprenant et actualisant les données européennes de Durkheim, a montré l’intérêt d’étudier la dispersion dans la croissance des taux17. Il prévoyait ainsi, du fait de la diminution des écarts régionaux, l’atteinte d’un maximum dans la croissance : l’évolution des taux était plus faible dans les pays et les régions qui connaissaient les taux de suicide initialement les plus forts, et plus forte dans les autres. Cette homogénéisation laissait prévoir un maximum dans la hausse dramatiquement décrite et constatée par Durkheim. L’Inde, en ce début du xxie siècle, nous donne à voir un tableau presque opposé à celui qu’Halbwachs traçait pour les pays européens du début du xxe siècle.

  • 18 Les figures 20 à 28 qui retracent l’évolution des taux de suicide entre 1970 et 2009, dans les diff (...)

25Dans les États à taux initialement faibles, la croissance est bien plus rare : les taux du Bihar, du Punjab laissent prévoir une situation stationnaire, avec des taux de 1,1 et de 2,6 pour 100 000. La faible croissance observée dans le Jammu et Kashmir promet un taux de 2,5 pour 100 000 vers 2020 (Figure 20 de l’annexe électronique18). De la même façon, les îles Laquedives (0 pour 100 000), le Nagaland (1 pour 100 000), le Meghalaya (2,9 pour 100 000) n’ont connu entre 1975 et 2008 que des fluctuations autour de ces moyennes, et l’Uttar Pradesh a connu une décroissance significative qui tend vers 1,2 en 2020 (Figure 21 de l’annexe électronique). La croissance modérée des taux au Mizoram devrait les amener aux environs de 8 pour 100 000 en 2020, alors que Manipur présente une situation stationnaire, autour de 1,7 pour 100 000 (Figure 22 de l’annexe électronique).

26Parmi les États à faible taux de suicide dans les années 1970, trois connaissent une croissance significative. Elle est particulièrement marquée pour le Sikkim, qui est passé de 1,8 pour 100 000 en 1975, date du rattachement du pays à l’Union indienne, au taux exceptionnellement élevé de 48,2 pour 100 000 en 2008. Il faut sans doute mettre en relation cette hausse avec les transformations rapides connues par ce pays agricole, avec l’introduction d’industries et surtout le développement rapide du tourisme. Le taux de croissance économique depuis les années 2000 range le Sikkim tout de suite après Delhi. L’Arunachal Pradesh et le Rajasthan ont connu des hausses significatives mais plus modestes qui devraient amener aux taux de suicide respectifs de 12 et 10 pour 100 000 en 2020 (Figure 23 de l’annexe électronique).

27À la limite inférieure de la moyenne indienne, l’Assam, Chandigarh, Delhi (ut) et l’Himachal Pradesh ont connu dans la période des croissances suffisantes pour les conduire à rejoindre la moyenne indienne vers 2020, avec des taux allant de 8 pour 100 000 (Himachal Pradesh) à 12 pour 100 000 (Delhi, Chandigarh, Assam) (Figure 24 de l’annexe électronique).

28Les huit États qui dépassaient légèrement la moyenne indienne en 1975 (Gujarat, Haryana, Madhya Pradesh, Maharasthra, Andhra Pradesh, Goa, Daman & Diu, Orissa) ont connu une croissance plus forte encore du suicide, et vers 2020 dépasseront tous la moyenne nationale, avec des taux allant de 12 pour 100 000 (Haryana, Orissa) à 27 pour 100 000 (Goa) (Figures 25 et 26 de l’annexe électronique).

  • 19 Source : Central Statistical Organisation (cso), website, 31/07/2010.
  • 20 La Figure 30 qui établit la corrélation entre le niveau de richesse initial et la croissance entre  (...)

29Les gros États côtiers qui connaissaient les taux les plus forts en 1975 ont vu le suicide se développer à un rythme supérieur à celui des autres parties de l’Inde. Et ils maintiendront leur triste privilège vers 2020 avec des taux très élevés : 19 pour 100 000 pour le West Bengal, 23 pour 100 000 pour le Tamil Nadu, 25 pour 100 000 pour le Tripura, 27 pour 100 000 pour le Karnataka, 36 pour 100 000 pour le Kerala (Figures 27 et 28 de l’annexe électronique), Pondichéry est le seul territoire où un taux de suicide important en 1975 n’a pas augmenté au cours de la période. Il est vrai qu’un taux de 60 pour 100 000 est tout à fait exceptionnel dans l’Union indienne et que le taux de 2008 (46,9 pour 100 000) n’est dépassé que par le Sikkim (Figure 29 de l’annexe électronique). Depuis la fin du xxe siècle, la hausse des taux ne s’est accompagnée d’aucune réduction des écarts entre les États, et l’évolution ne tend pas vers un maximum. La mesure des écarts à la moyenne pour 1975 et pour 2008 montre que le groupe des États à fort taux de suicide s’est étoffé ; mais l’écart avec les pays les plus traditionalistes et les plus pauvres s’est maintenu inchangé. Ces données d’évolution qui mettent en évidence un accroissement des disparités entre États pour le niveau du suicide peuvent être mises en relation avec les indices diachroniques qui caractérisent l’évolution du développement social et économique. Nous disposons pour chacun des États de l’Inde une statistique annuelle du produit national net par tête entre 1980 et 2008, en roupies constantes19. La première leçon qui se dégage de ces données (Tableau 9) est l’inégalité considérable de la croissance. Ce sont les États initialement les plus pauvres qui ont connu la croissance la plus modeste, le développement global accroissant les disparités entre États. Dans l’ensemble, selon une logique assez fréquente, ce sont les États les mieux lotis qui ont bénéficié des investissements et des retours sur investissement les plus favorables, comme le montre la corrélation positive – r = 0,40 – entre le niveau en 1980 et la croissance dans les trois décennies suivantes (Figure 3020).

Tableau 9 : La croissance par État de l’Inde entre 1980 et 2008. État initial et taux annuel

Tableau 9 : La croissance par État de l’Inde entre 1980 et 2008. État initial et taux annuel
  • 21 L’incidence est mesurée par la pente de la droite de régression entre le niveau annuel du produit i (...)

30Les commentaires sur la croissance se font souvent en termes d’avance ou de retard : par son produit national par tête de 2007, le Bihar est loin d’avoir rattrapé son retard de 1980 sur Delhi, Chandigarh ou Pondichéry, et il accuse un retard de dix-sept ans sur le Kerala et de vingt sur le Tamil Nadu et le Bengale Occidental. Et neuf États indiens – l’Assam, le Bihar, le Madhya Pradesh, Manipur, Meghalaya, le Nagaland, l’Orissa, le Rajasthan et l’Uttar Pradesh – n’ont pas rattrapé en 2007 le niveau de Delhi en 1980. Or, la force de la croissance est en relation avec son incidence sur le taux de suicide : parmi les 11 États aux taux de croissance les plus faibles (inférieurs à 1,035), seuls l’Orissa, Jammu Kashmir et le Madhya Pradesh ont connu une hausse parallèle de la croissance et du suicide ; à l’inverse, sur les 16 États à fort taux de croissance (supérieur à 1,035), 14 vérifient une relation significative sur vingt-sept ans entre croissance et suicide. On peut donc faire l’hypothèse que le rythme de la croissance, avec les bouleversements culturels qu’il entraîne, explique la grande diversité des situations des États indiens. C’est ce que montre avec netteté la corrélation forte (r = 0,50) entre le taux de croissance et l’incidence de la croissance sur les taux de suicide par État (Figure 3121). On notera deux très visibles exceptions sur le graphique : le Madhya Pradesh, où trois villes millionnaires, Jabalpur, Indore et Bhopal, à forte croissance et à fort taux de suicide, compensent le faible dynamisme économique global ; Pondichéry, à l’inverse, malgré un taux de croissance exceptionnel (1,048), ne connaît aucune modification de son taux de suicide qui fluctue pendant toute la période autour de la valeur record de 56 pour 100 000.

Les causes présumées du suicide

  • 22 Le tableau de contingence et la position des variables les plus contributives sont donnés dans la f (...)

31La relation entre le suicide et les différentes dimensions de la modernité peut être précisée par les enquêtes de la police indienne sur les causes présumées de chaque suicide. La police indienne s’efforce de définir les « causes » de chaque suicide, avec un codage très détaillé, en 22 postes. Mais le travail n’est pas aussi simple que pour la définition du niveau d’instruction ou de l’état civil. Aussi les deux postes « causes inconnues » et « autres causes » concernent-ils 31 % des cas. Malgré les réserves de Durkheim, qu’Halbwachs a bien atténuées, on peut se demander si l’analyse des « causes » présumées ne peut apporter quelque lumière sur les relations que nous venons d’établir, La Figure 5 ci-après donne, pour l’année 2008, l’analyse factorielle des correspondances des « causes présumées » selon le sexe et l’âge22. Le premier axe oppose nettement, à gauche, les jeunes hommes de moins de 30 ans et les jeunes femmes de moins de 40 ans aux personnes plus âgées des deux sexes. Chez les jeunes, et surtout chez les femmes, qui apportent à cet axe les plus fortes contributions, dominent les problèmes de l’alliance, notamment les disputes au sujet de la dot, mais aussi tous les facteurs qui peuvent contrarier le choix personnel du conjoint (viol, stérilité, relations sexuelles interdites). Du côté des plus vieux, les problèmes de santé et les problèmes économiques. Le second axe concerne les plus jeunes et les hommes de 30‑40 ans : il isole l’échec aux examens – 13 % des suicides des moins de 15 ans et 4 % des suicides des moins de 30 ans – et, à un moindre degré, le chômage par rapport à tous les autres motifs. La modernité s’associe chez les jeunes aux problèmes traditionnels de l’alliance.

Figure 5 : Causes présumées du suicide selon le sexe et l’âge, INDE 2008

Figure 5 : Causes présumées du suicide selon le sexe et l’âge, INDE 2008

Figure 6 : Analyse factorielle des correspondances des causes présumées du suicide par États

Figure 6 : Analyse factorielle des correspondances des causes présumées du suicide par États
  • 23 La cause nommée « problèmes familiaux » qui ne comprend aucun des problèmes liés à l’alliance et à (...)

32L’analyse factorielle des correspondances par États (Figure 6 ci-avant) amène quelques précisions sur l’opposition entre les régions les plus modernes et les autres. L’axe 1 oppose l’ordre économique (« faillite », « pauvreté », « problèmes professionnels », « problèmes familiaux »23) à l’ordre de l’organisation de la parenté (« grossesse illicite », « relations sexuelles illicites », « mariage annulé », « dot »). Du côté gauche, nous retrouvons des États modernes à fort taux de suicide (Karnataka, Maharasthra, Kerala), ainsi que l’Andhra Pradesh dont l’entrée dans la modernité n’a pas effacé les risques de grande pauvreté. À l’opposé, à droite, se situent les États les plus traditionalistes (Bihar, Uttar Pradesh) où le suicide, plus rare, est environné par les questions de l’alliance. Le Madhya Pradesh, où le suicide a progressé beaucoup, entre 1975 et 2008, figure de ce côté du plan. Le second axe isole – côté économique – l’Andhra Pradesh caractérisé par une relation forte entre suicide et « pauvreté ».

33De ces ensembles de données résulte une impression de classicisme : l’étude sociologique du suicide en Inde en cette fin du xxe siècle et en ce début du xxie confirme les analyses menées par Durkheim sur les pays européens du xixe siècle. En Inde aujourd’hui comme en Europe il y a un siècle, le décollage économique a produit les mêmes effets. Est‑ce à dire pourtant que le régime du suicide en Inde ne présente aucune originalité ? Ce serait bien surprenant, lorsque l’on songe aux différences sociales profondes entre les continents.

Des effets de l’âge très différents pour les hommes et les femmes

  • 24 Ces régularités, très lisibles dans les tableaux construits par Durkheim, n’ont guère attiré son at (...)

34L’étude des effets du sexe et de l’âge distingue nettement l’Inde des pays européens et la rattache clairement à l’univers asiatique. Dès le travail de Durkheim, confirmé depuis, on pouvait remarquer deux faits essentiels24 :

  • le taux de suicide croît avec l’âge, toutes choses égales par ailleurs ;

  • le taux de suicide est beaucoup plus fort chez les hommes, à situation sociale égale.

35Les relations du suicide avec l’âge et le sexe sont bien différentes en Inde.

36Tout d’abord, le niveau global de l’écart entre les taux masculins et féminins est très faible, fluctuant de 1968 à 2008 entre 1,4 et 1,6, ce qui est, dans le monde, tout à fait exceptionnel, mais caractéristique des pays asiatiques, la Chine présentant le cas unique d’un taux de suicide féminin supérieur à celui des hommes. Cette proximité des taux masculins et féminins tranche avec la statistique mondiale, que nous résumons dans le Tableau 10 (ci-après) donnant la situation de chaque pays selon le niveau du suicide et selon la différence des taux masculins et féminins.

Tableau 10 : Écart entre les taux de suicide masculin et féminin dans le monde – 2005

Tableau 10 : Écart entre les taux de suicide masculin et féminin dans le monde – 2005
  • 25 Riaz Hassan (1983), A Way of Dying, Suicide in Singapore, Kuala Lumpur, Oxford University Press.
  • 26 La Figure 33, « Évolution du taux de préservation des femmes entre 1967 et 2010 » est donnée dans l (...)

37À Singapour, Riaz Hassan avait insisté sur la force du suicide féminin, dans les populations d’origines indienne et chinoise25. La statistique turque montre aussi le faible écart des taux masculin et féminin au‑dessous de 40 ans. L’Inde présente donc une statistique « asiatique » du suicide que les données détaillées depuis 1995 nous permettent de considérer en détail. Avant de passer à cet examen, il faut noter que la différence entre les taux masculins et les taux féminins tend à s’accroître quelque peu26.

  • 27 Les épidémiologistes C. Fidaner et H. Fidaner (1992) mettaient en évidence la protection dont bénéf (...)

38À partir de 1991, le National Crime Records Bureau effectue un décompte des suicides par sexe et groupe d’âge. Les données des recensements (1991 et 2001) ainsi que les estimations annuelles par échantillon permettent de calculer les taux de suicide correspondants. Les quatre courbes obtenues pour 1991, 1995, 2001 et 2008 (Figures 7, 8, 9 et 10) montrent toutes la force du suicide féminin aux âges du début du mariage (entre 15 et 44 ans). Après 45 ans, les taux de suicide féminins baissent fortement. Pour les hommes, la courbe ressemble partiellement à celles de tous les pays du monde : croissance avec l’âge, sauf après 60 ans, comme si les protections sociales se renforçaient pour les personnes âgées. C’est une observation que des épidémiologues turcs ont faite aussi pour leur pays27 : à la fin de leur vie active, les personnes très âgées sont mieux protégées dans les pays à forte tradition familiale que dans les sociétés individualistes occidentales. Les écarts sont à tous les âges beaucoup plus faibles que ceux que l’on observe dans les pays occidentaux (globalement entre 3 et 4). Mais l’on voit que les écarts sont particulièrement faibles entre 15 et 44 ans. On peut déceler une timide évolution qui tend à accroître les écarts entre hommes et femmes. Mais les difficultés des débuts de la vie conjugale continuent de se marquer dans les taux de suicide. Les courbes indiennes, en 1991 comme en 2008, ressemblent à celles de la Turquie et de la Chine.

Figure 7 : Taux de suicide selon le sexe et l’âge, Inde 1991

Figure 7 : Taux de suicide selon le sexe et l’âge, Inde 1991

Figure 8 : Taux de suicide selon le sexe et l’âge, Inde 1995

Figure 8 : Taux de suicide selon le sexe et l’âge, Inde 1995

Figure 9 : Taux de suicide selon le sexe et l’âge, Inde 2001

Figure 9 : Taux de suicide selon le sexe et l’âge, Inde 2001

Figure 10 : Taux de suicide selon le sexe et l’âge, Inde 2008

Figure 10 : Taux de suicide selon le sexe et l’âge, Inde 2008

39Dans tous ces cas, le taux de suicide des femmes a son maximum entre 15 et 29 ans. Cette relation n’est pas seulement une moyenne : elle se vérifie dans la quasi-totalité des États indiens, que le niveau global des suicides y soit faible ou fort. Les seules exceptions sont l’Assam, Jammu et Kashmir, le Kerala, l’Orissa et le West Bengal. Mais, même dans ces États, le niveau des suicides des femmes de 15‑29 ans est relativement fort. L’évolution récente des taux de suicide selon l’âge est très différente chez les hommes et les femmes. Le bilan masculin est assez simple (Tableau 11 ci-dessous) : une hausse générale à tous les âges qui se traduit par une hausse marquée du taux global. C’est à l’âge de la pleine activité que la croissance est la plus forte : c’est le moment où la confrontation avec les mécanismes de la société moderne est la plus directe.

Tableau 11 : Évolution des taux de suicide masculins selon l’âge

1991

1995

2001

2008

< 18 ans

2,4

< 14

0,9

0,8

0,6

18‑30

21,0

15‑29

14,3

14,1

14,3

30‑50

16,2

30‑44

19,0

22,8

25,1

plus de 50

12,3

45‑59

18,2

26,4

26,4

60 ans et +

12,4

15,7

16,4

Tous âges

10,7

11,0

12,5

13,6

40L’évolution pour les femmes est bien différente (Tableau 12 ci-dessous) : on assiste à une baisse modérée mais réelle des taux aux âges critiques de 15‑29 ans, comme si la modernité atténuait quelque peu les difficultés de l’entrée dans la vie conjugale. Si cette baisse ne se répercute pas plus franchement sur le taux global, c’est que la proportion des plus jeunes, où le suicide est quasiment ignoré, n’a cessé de baisser depuis 1991 (les moins de 14 ans qui représentaient 37,5 % en 1991 n’en représentent plus que 31,5 % en 2008). Mais l’évolution laisse présager une baisse des taux féminins.

41Si l’évolution continuait dans le même sens, on verrait les écarts entre les taux masculins et féminins s’accroître ; et les taux de suicide féminins se mettre à croître avec l’âge. On en est loin en 2008. Mais l’exemple du Japon peut faire penser qu’une telle « normalisation » n’est pas impossible. Dans les années cinquante, le taux des Japonaises connaissait un maximum aux âges de 15‑24 ans, et l’écart entre le taux masculin et le taux féminin était de seulement de 1,6 ; à la fin du xxe siècle, les taux féminins, au Japon, croissent avec l’âge, et l’écart entre les taux masculins et féminins est passé à 2,1. Le développement économique de l’Inde a entraîné une hausse du suicide, sans que l’on puisse pour l’heure prévoir l’atteinte d’un maximum, lié à la mise en place d’une civilisation industrielle et urbaine moderne. Nous sommes pour l’heure en plein feu de la hausse, où les transformations économiques ont réduit les effets des protections traditionnelles, telles qu’elles subsistent dans les États indiens les plus arriérés. Pourtant, la timide évolution concernant le taux de suicide des femmes semble indiquer une légère amélioration de la condition des femmes mariées. La croissance économique n’a pas que des conséquences sociales défavorables.

Tableau 12 : Évolution des taux de suicide féminins selon l’âge

1991

1995

2001

2008

< 18 ans

2,9

< 14

1,1

0,9

0,7

18‑30

18,3

15‑29

15,0

14,4

12,6

30‑50

8,8

30‑44

12,6

13,3

12,4

plus de 50

6,3

45‑59

9,0

11,6

9,4

60 ans et +

5,0

6,8

6,2

Tous âges

8,0

8,3

8,5

7,9

Des contradictions sociales génératrices d’anomies

  • 28 En 2004‑2005, selon une estimation d’un groupe d’expertise sur le secteur informel, l’emploi total (...)
  • 29 Planning Commissions Report 2001 in India (2003), Observer Statistical Handbook, Observer Research (...)
  • 30 Tirthajyoti Sarkar (2007), Higher Educational Reforms for Enhancing Youth Employment in India, Illi (...)
  • 31 Ce fut le cas pour les xviiie et xixe siècles européens, comme l’a montré Laurence Fontaine (2008), (...)

42Cet examen minutieux de la statistique indienne ne nous permet pas de construire un ou plusieurs modèles sociologiques qui rendraient compte des 127 151 suicides de l’année 2009 et des 134 599 suicides de l’année 2010. Les observateurs les plus proches des événements, les autorités policières, qui sont chargées de rédiger un rapport sur la personne, son appartenance sociale et ses motivations, ont parfois bien du mal à définir une cause prochaine : dans 16,8 % des cas, elles indiquent que la cause n’est pas connue et, dans 16,1 % des cas, que la cause n’est pas définie dans les rubriques détaillées qui vont de la maladie à la banqueroute ; enfin, dans 23,7 %, elles se rabattent sur la formule fourre‑tout de « problèmes familiaux », qui ne concerne ni l’adultère ni les disputes sur la dot ni les grossesses illégitimes. Bref, dans plus de la moitié des cas, 56,6 %, les policiers indiens ne peuvent se prononcer précisément sur la cause prochaine du suicide. Les psychiatres partisans de l’autopsie psychiatrique ne pourraient qu’approuver cette prudence. Et le sociologue a évidemment les mêmes limites que sa source. Mais le dénombrement rigoureux des suicides nous renseigne en revanche sur l’importance des contradictions de la société indienne fortement ancrée dans ses traditions et lancée dans l’aventure du développement accéléré. Dans un pays où l’alliance est programmée par les familles, les annonces matrimoniales mettent en avant des exigences hétéroclites : à l’origine de caste, clairement ou indirectement formulée par l’exigence de « biodatas », s’ajoutent le plus souvent une demande de diplômes équivalents pour les conjoints, et très souvent, enfin, des souhaits d’ordres sentimentaux et esthétiques. Il n’est pas prouvé que, dans la réalité sociale, une harmonie préétablie vienne assurer la mise en œuvre de ces critères, provenant pour les premiers d’une organisation sociale multiséculaire, pour les deuxièmes, de la théorie du capital humain très populaire dans l’Inde contemporaine et pour les dernières, de la conception romantique de l’amour très largement diffusée par Bollywood et par la publicité. Les données sur le suicide et l’éducation suggèrent des analyses analogues : l’éducation est un facteur de risque, si l’on exclut les formations les plus prestigieuses qui débouchent directement sur une carrière. Le développement économique a conduit beaucoup d’Indiens, bien au‑delà des couches moyennes, à rechercher dans l’éducation un investissement rentable pour leurs enfants. Ils y sont incités par les médias qui donnent une très large place à l’actualité scolaire et académique, et même par les banques qui proposent des plans d’épargne pour payer les droits d’inscription. Mais dans une société où 90 % de l’emploi est informel28, les détenteurs de diplômes secondaires ou supérieurs peuvent éprouver des difficultés à décrocher une situation stable correspondant à leur formation. Parmi les 15‑29 ans ayant reçu une formation secondaire ou supérieure, 14,8 % se trouvent sans emploi en 2000, le pourcentage étant plus fort pour ceux qui ont recherché un travail en ville (18,3 %)29. Un économiste indien a consacré son travail de PhD à cette mise en échec de la théorie du capital humain, dans un pays qui proclame par ailleurs des besoins très réels en recherche et développement30. On comprend que bien des jeunes puissent se décourager devant ce déni de la valeur qui leur a pourtant été publiquement reconnue. Voilà bien une situation d’anomie. Quant au suicide du paysan endetté, dont les médias ont fait avec quelque exagération le modèle du suicide indien, il se situe dans un contexte qui déborde largement la campagne. Dans une société pauvre, où le développement s’illustre d’abord dans le foisonnement des produits modernes, l’endettement est une des solutions pour apaiser la famine de biens matériels, qu’il s’agisse d’accroître le rendement de la production ou simplement de faciliter quelque peu la vie quotidienne31. Les banques qui prétendent venir joindre le client à domicile font une large publicité aux facilités qu’elles permettent, prêtant main-forte aux prêteurs traditionnels. La régulation des dettes et des espérances de gain n’est pas chose facile, comme l’ont montré les prix Nobel qui ont mis au point les systèmes de microfinance. À la manière des paysans qui s’endettent au‑delà de leurs possibilités réelles, bien des Indiens sont tentés par la fuite en avant de l’emprunt. Aussi les enquêteurs du nbcr associent‑ils de nombreux suicides à la banqueroute, à la pauvreté, à l’incapacité de régler les » problèmes familiaux ».

  • 32 Pour Durkheim, l’anomie consiste en l’impossibilité pour un individu d’assumer les valeurs de la so (...)

43Nous rejoignons ainsi Durkheim et son analyse de l’anomie, en utilisant son concept dans un sens plus sociologique que le sien (qu’il nous pardonne)32. Dans une société pauvre, en plein décollage économique, la vie quotidienne s’édifie sur des conflits permanents entre les valeurs sociales. Le développement implique une adhésion à « l’esprit du capitalisme », mais la pauvreté persistante exige le recours aux solidarités traditionnelles et aux valeurs qui lui sont associées. La pluralité des modèles et des valeurs ne produit pas que de l’anomie et des suicides. En Inde, les réussites brillantes d’individus ou de groupes fondées sur l’utilisation optimale de ressources contradictoires ne manquent pas, et dans tous les domaines. Mais pour les plus faibles, la dualité peut développer des impasses, qui engendrent dépression, addictions diverses et suicides. L’importance de ces situations dramatiques dépend de la vitesse de la croissance économique. Dans les régions à faible développement, la misère traditionnelle protège. Mais l’expansion, dans les États les plus riches, développe les risques d’anomie, spécialement dans les générations qui commencent leur vie de travail : avec des taux de suicide atteignant ou dépassant les 20 pour 100 000, chez les hommes de 15‑29 ans, l’Andhra Pradesh, le Maharashtra, le Tamil Nadu, le Kerala, le Karnataka, les îles Andaman et Pondichéry atteignent des records mondiaux.

Quelques jalons pour une extrapolation

  • 33 Census of India Population projections for India 2001‑2026, Report of the Technical Group on Popula (...)
  • 34 Census of India, Population projections for India 2001‑2026, op. cit., p. XII‑XIII.
  • 35 Id., p. XIX.
  • 36 Id., p. 28.
  • 37 Id., p. 32‑43.

44L’Inde semble donc entraînée dans la prochaine décennie par une montée inexorable du suicide, comme les nations européennes étudiées par Durkheim à la fin du xixe siècle. Les extrapolations démographiques plaident dans ce sens33. Le taux de fécondité va continuer de baisser, entraînant des effets directs et indirects sur le suicide : moindre souci des enfants, vieillissement de la population. Les États où le suicide est le plus fort (Karnataka, Kerala, Maharasthra) sont ceux où le taux de fécondité va le plus fortement baisser. En 2026, la pyramide des âges du Kerala reposera sur une base plus étroite que celles des générations adultes. Et ce sera, à un moindre degré, le cas de l’Inde tout entière34. Le vieillissement de la population est, avec une force variable, engagé dans tous les États de l’Inde, y compris les plus traditionalistes. La part de la population urbaine va augmenter dans tous les États, et pour l’Inde entière passera de 27,8 % à 38,2 %35. L’espérance de vie à la naissance passera de 66,1 à 72,3 années36. Tous ces facteurs démographiques liés au développement rapide d’une économie moderne laissent prévoir une augmentation continue des taux de suicide. Une seule projection va dans le sens inverse : d’après les estimations du Census, les États et territoires de l’Union qui sont les plus modernes et connaissent les taux de suicide les plus forts auront une croissance démographique globale plus faible que les autres. Ainsi, le Karnataka, Pondichéry, le Kerala, Tripura, le West Bengal, le Tamil Nadu, l’Andhra Pradesh, le Sikkim, Goa et le Maharasthra, qui représentent en 2001 39,5 % de la population indienne n’en représenteront plus que 36,6 %. À l’inverse, le Punjab, le Bihar, Jammu & Kashmir, les îles Laquedives, le Meghalaya, le Nagaland, l’Uttar Pradesh et Manipur, États à faible taux de suicide, verront leur part dans l’Union indienne passer de 26,9 % à 29,7 %37.

45C’est le seul facteur prévisible qui puisse freiner quelque peu la hausse globale du taux de suicide. Aucun indice ne permet d’annoncer en Inde l’annonce d’un maximum comme Halbwachs le prévoyait pour les sociétés européennes du début du xxe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sources:

Census of India 1991, Office of the Registrar General & Census Commissioner, India 2a, Mansingh Road, New Delhi.

Census of India 2001, Office of The Registrar General & Census Commissioner, India 2a, Mansingh Road, New Delhi.

Census of India, Population Projections for India 2001‑2026, Office of the Registrar General & Census Commissioner, India 2a, Mansingh Road, New Delhi.

Central Statistical Organisation (cso), Website.

INDIA 2009 Publications, Division Ministry of Information and Broadcasting, Government of India.

National Crime Record Bureau, Accidental Deaths and Suicides in India, 1967‑2009.

Observer Statistical Handbook, India 1998‑2009, New Delhi, Observer Research Foundation.

Ouvrages et articles:

Agarwal M. (2008), Economic Reforms Unemployment and Poverty, New Delhi, New Century Publications.

Aydemir Ç. (2007), « Türkiye’de yaşli Ǐntihari », Kris Dergisi, 1 (1), p. 21‑25.

Baudelot C. & Establet R. (2006), Suicide, l’envers de notre monde, Paris, Le Seuil.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Besnard Ph. (1973), « Durkheim et les femmes ou le Suicide inachevé », Revue française de sociologie, no 14‑1, p. 27‑61.
DOI : 10.2307/3320322

Besnard Ph. (1987), L’anomie, ses usages et ses fonctions dans la discipline sociologique depuis Durkheim, Paris, puf.

Boillot J.‑J (2006), L’Économie de l’Inde, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Borlandi M. & Mucchielli L. (1995), La Sociologie et ses méthodes. Les règles de Durkheim un siècle après, Paris, L’Harmattan.

Chauvel L. (1997), « L’uniformisation de la mortalité par suicide dans différents pays industrialisés », Revue française de sociologie, no 38‑4.

Dandekar A., Narawade S., Rathod R., Rajesh I. & Vijay K. Sateppa Y. D. (2005), Causes of Farmer Suicides in Maharashtra: an Enquiry, Tuljalpur, Tata Institute of Social Sciences.

Dupont V. (2008), « L’urbanisation en Inde : révision de quelques mythes et vrais défis », Rayonnement du cnrs, no 47, p. 7‑14.

Durkheim É. (1997 [1897]), Le Suicide, Paris, puf.

Establet R. (2008), « La statistique du suicide en Turquie : une occasion de relire Durkheim », Turcica, vol. 40, p. 253‑291.

Fidaner C. & Fidaner H. (1992), « Dünyada yaşli Ǐntihari Epidemiyolojisi », Kris Dergisi, 1 (1), p. 22‑25.

Halbwachs M. (1930), Les Causes du suicide, Paris, Félix Alcan.

Hassan R. (1983), A Way of Dying, Suicide in Singapore, Kuala Lumpur, Oxford University Press.

Meeta & Rajivlochan (2006), Farmers’ Suicide: Facts and Possible Policy Interventions, Pune, Yashwantrao Chavan Academy of Development Administration.

Miranda A. (1982), « Le recensement indien de 1981 », Population, vol. 37, p. 406‑412.

Mishra S. (2005), Suicide of Farmers in Maharashtra, Mumbai, Indira‑Gandhi Institute of Development.

Nagaraj K. (2008), Farmers’ Suicides in India: Magnitudes, Trends and Spatial Patterns, Madras Institute of Development Studies.

Raveendran G., Murthy S. V. R. & Naik A. K. (2006), Estimation of Informal Employment in India, New Delhi.

Sen A. & Drèze J. (2002), India’s Economic Development and Participation, New Delhi, Oxford University Press.

Sarkar T. (2007), Higher Educational Reforms for Enhancing Youth Employment in India, Chicago, Illinois University.

Véron J. & Nanda A. K. (2011), « Recensement de l’Inde de 2011 : 181 millions d’habitants de plus en dix ans », Populations et Sociétés, no 478.

Wakude S. M. (2008), Suicide of Farmers in Maharashtra – Causes & Remedies, Mumbai, Mumbai Nabard Organisation.

Haut de page

Notes

1 Philippe Besnard (1973) a insisté à bon droit sur l’occultation de ce problème par Durkheim.

2 La qualité des recensements indiens – 15 depuis 1872 jusqu’au dernier en date en 2011 – fait l’admiration des chercheurs en démographie. Armindo Miranda (1982), « Le recensement indien de 1981 », Population, vol. 37, p. 406‑412. Sur les différentes sources actuellement disponibles, Jacques Véron & Aswini K. Nanda (2011), « Recensement de l’Inde de 2011 : 181 millions d’habitants de plus en dix ans », Populations et Sociétés, no 478, mai.

3 De 469 millions en 1964 à 11 858 millions en 2010. (Données du Registrar, reprises par ncbr). Au recensement de 2011, l’estimation provisoire de la population indienne est de 1 210 193 422 personnes. (Jacques Véron & Aswini K. Nanda (2011), « Recensement de l’Inde de 2011 : 181 millions d’habitants de plus en dix ans », Populations et Sociétés, no 478, mai).

4 Source : ncrb.

5 Solutions locales pour un désordre global (2010).

6 Émile Durkheim (1997 [1897]), Le Suicide, Paris, PUF, p. 345.

7 Le graphe de la corrélation – figure 11 – est donné dans l’annexe électronique disponible sur le site de la revue : http://sociologie.revues.org/1272#heading1.

8 Le graphe de la corrélation – figure 12 – est donné dans l’annexe électronique disponible sur le site de la revue : http://sociologie.revues.org/1272#heading2.

9 Le revenu par tête et homicide dans les États de l’Inde en 2009 est donné dans l’annexe électronique (Figure 13) : http://sociologie.revues.org/1272#heading3.

10 Le coefficient de corrélation entre les deux taux (homicide et suicide) est seulement de 0,08.

11 La Figure « Islam et suicide en Inde en 2001 » est donnée dans l’annexe électronique (Figure 14) : http://sociologie.revues.org/1272#heading4.

12 Les Figures correspondantes 15 (Suicide et revenu par habitant), 16 (Suicide et alphabétisation), 17 (Suicide et urbanisation), 18 (Suicide et poids de la main-d’œuvre agricole) et 19 (Suicide et fécondité) sont données dans l’annexe électronique.

13 K. Nagaraj (2008), Farmers’ Suicides in India: Magnitudes, Trends and Spatial Patterns, Madras Institute of Development (le professeur K. Nagaraj avait signalé le taux préoccupant de suicide des agriculteurs, dès 2001, dans un rapport au Congrès).

14 S. M. Wakude (2008), Suicide of Farmers in Maharashtra – Causes & Remedies, Nabard Organisation.

15 Meeta and Rajivlochan (2006), Farmers’ Suicide: Facts and Possible Policy Interventions, Yashada, Pune.

16 Census of India 2011, Provisional Results.

17 Halbwachs M. (1930), Les Causes du suicide, Paris, Félix Alcan.

18 Les figures 20 à 28 qui retracent l’évolution des taux de suicide entre 1970 et 2009, dans les différents États de l’Inde, sont données dans l’annexe électronique sur le site de la revue : http://sociologie.revues.org/1272.

19 Source : Central Statistical Organisation (cso), website, 31/07/2010.

20 La Figure 30 qui établit la corrélation entre le niveau de richesse initial et la croissance entre 1980 et 2007 est donnée dans l’annexe électronique : http://sociologie.revues.org/1272#heading20.

21 L’incidence est mesurée par la pente de la droite de régression entre le niveau annuel du produit intérieur net par habitant et le taux de suicide de chaque État, entre 1980 et 2008. La Figure 31 qui établit la corrélation entre la force de la croissance et son incidence sur le taux de suicide est donnée dans l’annexe électronique : http://sociologie.revues.org/1272#heading21.

22 Le tableau de contingence et la position des variables les plus contributives sont donnés dans la figure 32 en annexe électronique pour chacune des afc des figures 5 et 6 : http://sociologie.revues.org/1272#heading22.

23 La cause nommée « problèmes familiaux » qui ne comprend aucun des problèmes liés à l’alliance et à la filiation semble porter sur la capacité à assurer un budget suffisant pour la famille.

24 Ces régularités, très lisibles dans les tableaux construits par Durkheim, n’ont guère attiré son attention. Sans doute pensait‑il que l’âge et le sexe n’étaient pas des variables sociologiques. Belle occasion de noter les progrès de notre discipline.

25 Riaz Hassan (1983), A Way of Dying, Suicide in Singapore, Kuala Lumpur, Oxford University Press.

26 La Figure 33, « Évolution du taux de préservation des femmes entre 1967 et 2010 » est donnée dans l’annexe électronique : http://sociologie.revues.org/1272#heading26.

27 Les épidémiologistes C. Fidaner et H. Fidaner (1992) mettaient en évidence la protection dont bénéficiaient, en Turquie, les personnes âgées (65 ans et plus) quand on les compare à leurs congénères des autres pays du monde : les taux observés étaient en 1980 entre quatre fois et dix fois inférieurs à ceux des principales nations industrialisées. Pour s’en tenir à une comparaison France‑Turquie : le taux de suicide des hommes de 65 à 74 ans était de 6,5 en Turquie contre 57,1 en France ; pour les femmes, les taux étaient respectivement de 3,0 et de 22,6. Pour le taux de suicide des personnes âgées, la Turquie était proche du Chili et de la Grèce. En dépit de la croissance

régulière des taux, la faiblesse des taux des personnes âgées se vérifie en 1996 et en 2005 : les taux pour les hommes (65 et plus) sont de 6,9 et de 8,4 ; pour les femmes, de 2,2 et de 2,3 ; aux mêmes dates, en France, en 2002, pour les 65‑74 ans, les taux masculins s’élèvent à 42,6 et à 86,6 pour les plus de 75 ans ; les taux féminins sont respectivement de 15,1 et de 17,7. L’étude de Uzm. Dr. Çiğdem Aydemir (2007) actualise les données concernant la Turquie. C. Fidaner, H. Fidaner « Dünyada yaşli Ǐntihari Epidemiyolojisi » Kris Dergisi, 1992, 1 (1) p. 22‑25. Uzm. Dr. Çiğdem Aydemir « Türkiye’de yaşli Ǐntihari », Kris Dergisi, 2007, 1 (1) p. 21‑25.

28 En 2004‑2005, selon une estimation d’un groupe d’expertise sur le secteur informel, l’emploi total s’élève à 396 760 000, et l’emploi informel à 362 680 000. G. Raveendran, SVR Murthy and Ajaya Kumar Naik Estimation of Informal Employment in India (2006), New Delhi.

29 Planning Commissions Report 2001 in India (2003), Observer Statistical Handbook, Observer Research Foundation, New Delhi. Une enquête de 2004‑2005 du National Sample Survey Organisation montre que, dans les villes comme dans les campagnes, l’éducation secondaire accroît les risques de sous‑emploi.

30 Tirthajyoti Sarkar (2007), Higher Educational Reforms for Enhancing Youth Employment in India, Illinois University, Chicago. Voir aussi le travail de Meenu Agarwal (2008), Economic Reforms Unemployment and Poverty, New Century Publications.

31 Ce fut le cas pour les xviiie et xixe siècles européens, comme l’a montré Laurence Fontaine (2008), L’Économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, nrf, coll. « Essais », Paris, Gallimard.

32 Pour Durkheim, l’anomie consiste en l’impossibilité pour un individu d’assumer les valeurs de la société. Nous nous bornons à constater des situations où les individus sont dans l’incapacité de gérer des valeurs sociales contradictoires. L’histoire du concept d’anomie dans la sociologie depuis Durkheim a été magistralement retracée dans la thèse de Philippe Besnard (1987).

33 Census of India Population projections for India 2001‑2026, Report of the Technical Group on Population Projections for India and States 2001‑2026 constituted by the national commission on population, May 2006, Office of the Registrar General and Census Commissioner 2A, Mansingh Road, New Delhi.

34 Census of India, Population projections for India 2001‑2026, op. cit., p. XII‑XIII.

35 Id., p. XIX.

36 Id., p. 28.

37 Id., p. 32‑43.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Évolution des taux de suicide masculin et féminin en Inde entre 1968 et 2010
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-1.png
Fichier image/png, 148k
Titre Figure 2 : Carte des taux de suicide des États de l’Inde en 2000
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-2.png
Fichier image/png, 551k
Titre Figure 3 : Carte des taux de suicide des États de l’Inde en 2010
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-3.png
Fichier image/png, 611k
Titre Tableau 1 : Classement des États indiens par taux de suicide en 2009
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-4.png
Fichier image/png, 278k
Titre Tableau 2 : Classement des États indiens selon le taux d’homicide et le taux de suicide en 2009
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-5.png
Fichier image/png, 116k
Titre Tableau 3 : Corrélations entre les différents indicateurs du développement économique des États
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-6.png
Fichier image/png, 84k
Titre Tableau 4 : Corrélations entre les indicateurs du développement économique et le taux de suicide
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-7.png
Fichier image/png, 70k
Titre Figure 4 : Indice de développement humain et taux de suicide en Inde en 2006
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-8.png
Fichier image/png, 188k
Titre Tableau 5 : Taux de suicide selon le niveau d’instruction, Inde 2001
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-9.png
Fichier image/png, 51k
Titre Tableau 6 : Alphabétisation et taux de suicide dans les États indiens en 2001
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-10.png
Fichier image/png, 384k
Titre Tableau 7 : Taux de suicide des agriculteurs masculins et des autres actifs masculins selon le poids de la population agricole dans la population active masculine de l’État
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-11.png
Fichier image/png, 400k
Titre Tableau 8 : Classement des États et territoires de l’Union par taux de suicide croissant en 1975 et en 2008
Légende Les signes plus indiquent les tendances significatives à la hausse, de 1975 à 2008 ; les signes négatifs les tendances significatives à la baisse, L’absence de signe indique l’absence de toute tendance d’évolution.
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-12.png
Fichier image/png, 156k
Titre Tableau 9 : La croissance par État de l’Inde entre 1980 et 2008. État initial et taux annuel
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-13.png
Fichier image/png, 199k
Titre Figure 5 : Causes présumées du suicide selon le sexe et l’âge, INDE 2008
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-14.png
Fichier image/png, 134k
Titre Figure 6 : Analyse factorielle des correspondances des causes présumées du suicide par États
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-15.png
Fichier image/png, 187k
Titre Tableau 10 : Écart entre les taux de suicide masculin et féminin dans le monde – 2005
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-16.png
Fichier image/png, 256k
Titre Figure 7 : Taux de suicide selon le sexe et l’âge, Inde 1991
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-17.png
Fichier image/png, 78k
Titre Figure 8 : Taux de suicide selon le sexe et l’âge, Inde 1995
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-18.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figure 9 : Taux de suicide selon le sexe et l’âge, Inde 2001
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-19.png
Fichier image/png, 80k
Titre Figure 10 : Taux de suicide selon le sexe et l’âge, Inde 2008
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1265/img-20.png
Fichier image/png, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roger Establet, « Le suicide en Inde au début du XXIe siècle », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 3 |  2012, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 27 juin 2016. URL : http://sociologie.revues.org/1265

Haut de page

Auteur

Roger Establet

roger.establet@gmail.comProfesseur honoraire, sociologie - lames‑mmsh – Université de Provence - 5, rue du château-de-l’Horloge – 13094 Aix‑en‑Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page