Navigation – Plan du site

Séparée. Vivre l’expérience de la rupture

A propos de François de Singly, Séparée. Vivre l’expérience de la rupture (2011)
Arnaud Régnier-Loilier
Référence(s) :

François de Singly, Séparée. Vivre l’expérience de la rupture, Paris, Armand Colin, coll. « Individu et Société », 2011, 240 p.

Texte intégral

  • 1 . À ce sujet, on pourra se référer à l’article très intéressant de Anne Lambert (2009), «Des causes (...)
  • 2 . François de Singly (2011), Séparée. Vivre l’expérience de la rupture, Armand Colin, 238 p.

1Dans un contexte de banalisation des ruptures d’union en France (environ 130000 divorces pour 251000 mariages en 2009), le divorce a donné lieu à de nombreuses recherches en démographie et en sociologie, principalement dans la mesure de l’évolution de son occurrence et dans ses conséquences, sur les enfants notamment. Toutefois, la sociologie française a peu investi la question de la séparation du point de vue de ses raisons et de son processus, contrairement à la sociologie américaine et anglo‑saxonne. Sans revenir sur les logiques qui sous‑tendent les différentes orientations de recherche selon les pays1, Séparée de François de Singly2 apporte ici un éclairage nouveau, donc précieux, sur la séparation. Plus spécifiquement, l’auteur défend la thèse selon laquelle «on se sépare comme on a vécu» (p. 37), tout en resituant la rupture conjugale par rapport au mouvement historique d’émancipation des femmes. La loi de 1975 modifiant les conditions du divorce (en substituant notamment au divorce pour faute une pluralité de cas, et notamment le divorce par consentement mutuel), associée au travail salarié des femmes, a rendu possible la séparation, laquelle est devenue un support possible à leur émancipation. Dans cet ouvrage, l’auteur tente de mettre en perspective différentes formes de la vie conjugale avec la manière de vivre l’expérience de la rupture, du point de vue des femmes. De manière opérationnelle, il propose d’abord, en s’appuyant sur des données quantitatives, une typologie des formes de vie conjugale selon le degré d’autonomie (indicateur du «je») et de fusion (indicateur du «nous») en distinguant trois groupes: les couples où la femme a misé sur le «nous conjugal» en laissant de côté son identité personnelle (l’intimité conjugale et la fusion priment ici sur l’autonomie); les couples où la femme n’a pas renoncé à son autonomie, à son «je», et se distancie par rapport à la fusion; enfin, les couples où autonomie et fusion se combinent (chapitre 1). Cette typologie va lui servir de grille de lecture de son matériau tout au long de l’ouvrage. L’analyse s’appuie sur une centaine de récits de vie de femmes hétérosexuelles ayant cohabité au moins une année et dont la rupture remonte à entre six et douze mois (interviews réalisées sur une dizaine d’années, avec une grille d’entretien pouvant varier, par des étudiants dans le cadre d’enseignements dispensés par l’auteur). À l’analyse de ces récits de vie se mêlent d’autres supports (romans remontant jusqu’au début du xxesiècle, films, témoignages de peoples issus de la presse) qui viennent étayer le propos tout au long de l’ouvrage, notamment le deuxième chapitre traitant de l’imaginaire de la disparition de soi.

2L’une des entrées privilégiées par François de Singly, celle de la déception et du désenchantement amoureux, éclaire en miroir les attentes contemporaines vis‑à‑vis de la vie de couple. Le chapitre 1 propose ainsi un certain nombre d’éléments permettant de comprendre la plus forte fréquence des séparations, de l’inflation des attentes – des femmes notamment – à l’injonction à être et à rester soi‑même, en passant par le refus de la routine et le charme de la nouveauté. L’individualisation vient redéfinir la place de chacun des conjoints au sein du couple, les rôles et les attentes. Sans rejeter son implication dans le conjugal, la femme refuse désormais que son identité se définisse uniquement par son rôle d’épouse et de mère au détriment de son identité personnelle, rompant ainsi avec le «mariage institution» au profit d’une union «association». Dès lors, le couple ne tient que si les conjoints parviennent à créer une certaine communauté, où l’implication des deux dans le conjugal s’équilibre et où il y a reconnaissance mutuelle des partenaires. En écho à la théorie du choix rationnel, l’union mérite alors d’être rompue quand le bilan n’est plus positif, c’est‑à‑dire dès lors que les satisfactions tirées de cette association sont plus faibles que les gains escomptés par la séparation. Si la mise en couple s’accompagne de la disparition de soi, comme mise en évidence dans la littérature féministe à partir des années 1960, et conduit à l’enfermement dans des rôles, domestiques notamment pour les femmes, il y a alors un risque de désintégration conjugale: «pour que l’amour survive, l’identité personnelle ne doit pas être éclipsée par les rôles sociaux aux yeux du partenaire. Si ce dernier ne voit plus l’être aimé que sous les traits de ses rôles sociaux, l’amour s’achève» (p. 48).

3François de Singly propose ensuite une lecture de l’expérience de la rupture selon les trois formes de vie conjugale précédemment définies afin d’en faire émerger les spécificités. Les femmes fortement investies dans le «nous conjugal» se sentent flouées et se séparent pour survivre (chapitre 3). Leur enfermement dans le conjugal, avec moins d’ouvertures sur l’extérieur, rend la séparation plus difficile: leur identité reposant sur leur rôle de «femme de» et éventuellement de «mère de», la rupture risque de les conduire à une «identité vide» (p. 74). Toutefois, la prise de conscience de ce décalage entre leur enfermement et l’autonomie que s’octroie le conjoint (éventuellement son infidélité) a amené les femmes de ce groupe à rompre pour rester fidèles à elles‑mêmes, préserver leur «soi». Les femmes associées au second modèle conjugal ont davantage gardé leur autonomie, leur «je», et se séparent pour se développer (chapitre 4). La rupture devient une issue nécessaire dès lors que la relation apparaît comme un obstacle à leur développement personnel, qu’elle n’est plus un support à leur propre construction identitaire. Elle s’inscrit donc moins en opposition à une organisation conjugale déséquilibrée entre conjoints comme dans le premier groupe, mais davantage dans un processus de poursuite de construction identitaire. Enfin, les femmes du troisième groupe, où autonomie et fusion se combinent, se séparent pour se retrouver
(chapitre 5). La séparation n’apparaît pas ici comme une quête de recomposition identitaire. Les conjoints ont parfois évolué progressivement dans des directions divergentes conduisant à une distance entre eux. Mais au final, quelle que soit la forme de vie conjugale antérieure, l’«hymne à la libération» (p. 41‑42) paraît traverser l’ensemble des récits.

4L’auteur s’interroge ensuite sur les mécanismes permettant de se déconjugaliser (chapitre 6). La déconjugalisation nécessite de disposer de personnes ressources, d’appuis, d’autruis significatifs; parfois de transition. Là encore, le lien est fait entre les différentes formes de vie conjugale et la nature des soutiens de transition. Les femmes du premier groupe («nous») se tournent davantage vers la famille ou des «anonymes», car leur enfermement les a conduites à peu développer de relations amicales en dehors de celles communes au couple. Les femmes du deuxième groupe («je») peuvent davantage s’appuyer sur des relations amicales qui leur sont propres et qu’elles ont continué d’entretenir durant leur vie conjugale. La rupture est ici moins nette, parfois précédée de pauses, le temps de bilans intermédiaires. Enfin, pour les femmes du troisième groupe («je‑nous»), les choses sont moins claires. D’ailleurs, par rapport aux précédentes analyses qui semblent principalement reposer sur des récits de femmes à l’initiative de la séparation, l’analyse s’appuie ici visiblement plus sur des situations où la femme a été quittée; la dévalorisation du partenaire peut alors servir de support à la revalorisation de la femme souffrante. Se pose alors la question de se rassurer sur son pouvoir de séduction, en optant éventuellement pour des relations de transition.

5L’après-séparation interroge les relations qu’entretiennent les «ex» (chapitre 7), la fin de la relation ne s’accompagnant pas toujours de l’effacement de l’autre, notamment lorsque l’union a donné lieu à la naissance d’enfants. L’obligation parentale oblige à maintenir des liens mais dont la qualité et l’intensité varient selon la présence ou non de conflits. De manière générale, l’après-séparation peut aller de la rupture complète de contacts au maintien d’une relation amicale, laquelle peut n’être que provisoire le temps du «refroidissement» de la relation conjugale. La relation dépendra aussi de la nouvelle situation conjugale des ex. Mais de nouveau, la manière de se transformer en ex apparaît dépendante des formes de la vie conjugale antérieure. Une relation est possible s’il n’y a pas de reproches lourds et qu’il reste quelque chose d’attractif chez l’autre, une fois déshabillé de son rôle de conjoint. Cela semble plus l’apanage des femmes du deuxième groupe, plus jeunes, qui vivent dans un monde qui consacre l’amitié. Les femmes du premier groupe supportent en revanche moins bien le lien faible et optent plus pour une rupture totale ou un «service minimum» si des enfants sont nés de cette union: «quand le lien “fort” – au sens d’un fort investissement au moins de la part de la femme – casse, il rompt pour de bon. Un lien plus “faible” – au sens d’un moindre investissement – se déchire plus vite, mais il peut être ensuite rafistolé pour un autre usage» (p. 212). Les relations entre «ex» sont, là encore, moins nettes pour les femmes du troisième groupe.

6La thèse défendue par François de Singly, «on se sépare comme on a vécu», a le mérite de ne pas traiter de la séparation de manière isolée mais, d’une part, de la lire au regard du mouvement d’émancipation de la femme et de sa quête identitaire et, d’autre part, de la rattacher à l’histoire individuelle, entendue ici comme la forme de vie conjugale dans laquelle l’individu évoluait.

7Quelques éléments de discussion ou regrets peuvent cependant être posés. En premier lieu, si deux des trois catégories («nous» et «je») paraissent offrir une grille de lecture efficace, la troisième («je‑nous») apparaît beaucoup plus flottante, tant dans le processus de séparation (chapitre 5), dans les ressources mobilisables pour se déconjugaliser (chapitre 6) que dans la transformation de la relation en ex (chapitre 7). À cet égard, on peut regretter l’absence d’une description plus fouillée du «profil‑type» des femmes composant chacun des trois groupes ou, à tout le moins, d’une contextualisation plus précise des différents témoignages (à la fois en termes d’âge à la mise en couple ou, plus exactement d’avancement dans la construction identitaire au moment de la mise en couple, de durée d’union, de position professionnelle, de situation familiale, etc.). Le chapitre 7 laisse par exemple sous‑entendre que les femmes du deuxième groupe appartiennent à des générations plus jeunes, donc inscrites dans un contexte social et normatif différent mais aussi dans des relations plus récentes au moment de la séparation. Le chapitre 6 donne quant à lui l’impression (sans certitude cependant) que le troisième groupe se compose davantage de femmes ayant été quittées. Ainsi, si la grille de lecture des témoignages à partir de la typologie retenue présente un intérêt évident, elle semble dans le même temps assez contraignante. Le troisième groupe notamment, visiblement beaucoup plus hétérogène, recèle probablement des situations à côté desquelles l’analyse passe ici.

8En second lieu, en se limitant à la parole des femmes, choix que François de Singly tente de justifier en partie par le fait qu’elles sont dans les trois quarts des cas à l’origine de la demande du divorce (on notera à cet égard que cette statistique concerne uniquement les divorces contentieux, donc sans tenir compte des divorces par consentement mutuel qui sont les plus fréquents et que, par ailleurs, l’initiative de la démarche administrative ne signifie pas nécessairement que l’autre ne souhaitait pas se séparer), on amplifie probablement une certaine vision de la vie conjugale antérieure sous l’angle de l’insatisfaction au féminin («on pose l’hypothèse que les femmes sont souvent déçues de leur vie conjugale», p. 19). Pour autant, les cas où l’homme est pointé du doigt comme fautif, notamment quand il est infidèle, interrogent aussi en creux sa satisfaction dans la relation. De même, les témoignages ici présentés laissent entrevoir l’infidélité au masculin mais à aucun moment le cas de figure inverse. Si l’auteur regrette finalement lui‑même son choix initial (p. 228), l’entrée par le seul discours des femmes ne permet donc pas ici d’éprouver l’hypothèse d’un rapport sexué à la séparation. Ceci est d’autant plus regrettable que lors de cette étude des entretiens ont été réalisés auprès d’hommes.

9Enfin, on pourra regretter que les dimensions culturelle et économique ne soient pas suffisamment prises en compte dans l’analyse alors qu’elles jouent très probablement un rôle non négligeable dans le processus de séparation. Mais il est vrai que l’auteur ne pouvait, dans un seul ouvrage, traiter dans son entier d’un champ de recherche aussi vaste qu’il contribue ici à ouvrir.

Haut de page

Notes

1 . À ce sujet, on pourra se référer à l’article très intéressant de Anne Lambert (2009), «Des causes aux conséquences du divorce: histoire critique d’un champ d’analyse et principales orientations de recherche en France», Population, 64 (1), p. 155‑182.

2 . François de Singly (2011), Séparée. Vivre l’expérience de la rupture, Armand Colin, 238 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Régnier-Loilier, « Séparée. Vivre l’expérience de la rupture », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2012, mis en ligne le 15 juin 2012, consulté le 28 avril 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1248

Haut de page

Auteur

Arnaud Régnier-Loilier

arnaud.regnier-loilier@ined.fr
Institut national d’études démographiques – 133 boulevard Davout – 75980 Paris Cedex 20

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page