Navigation – Plan du site

Individualisation

Céline Béraud

Entrées d’index

Mots-clés :

Individualisation

Keywords :

Individualization
Haut de page

Texte intégral

1Individualisme est un terme polysémique. Le sens sociologique ne doit pas se confondre avec le sens moral, ni d’ailleurs avec le sens méthodologique (autre sens sociologique). L’individualisation désigne un processus de long terme de construction de l’individu comme sujet, processus qui se trouve lié à la démocratie et au marché et sur lequel les auteurs classiques ont insisté (Tocqueville, Durkheim, Simmel). Si on l’associe volontiers à certaines périodes, telles que la Renaissance (en accordant souvent une place privilégiée à la Réforme) ou encore le xixe siècle marqué par une double révolution politique et industrielle, elle ne fait pas l’objet d’une datation précise, ni d’une chronologie linéaire. Les théories de l’individualisation s’articulent à un récit de la modernité, en distinguant en son sein deux périodes. Le processus d’individualisation connaîtrait depuis quelques décennies (seconde phase de la modernité désignée par des expressions variées) une accélération, voire une forme d’accomplissement. Libérés des carcans collectifs et des assignations statutaires, nous serions désormais soumis à l’injonction sociale d’« être soi », un « soi » authentique et singulier.

2Le paradigme de l’individualisation, s’il est développé au sein de la sociologie française sans pour autant constituer une « école » (François Dubet, Alain Ehrenberg, Jean-Claude Kaufmann, François de Singly, etc.) est marqué par l’influence d’auteurs étrangers : Ulrich Beck, Anthony Giddens, Charles Taylor notamment. Là où certains insistent surtout sur la dimension émancipatrice du phénomène, d’autres s’inquiètent des formes de fragilité et d’insécurité qui l’accompagnent. Il est ainsi beaucoup question d’autonomie, de subjectivité et de réflexivité, mais également de risque et d’isolement.

3Les théories de l’individualisation se trouvent largement développées en sociologie de la famille, de la religion, de l’engagement (même si elles n’y font pas nécessairement l’unanimité). Elles sont par contre très largement ignorées, voire fortement critiquées, ailleurs. La figure de l’individu est-elle uniquement moderne et occidentale ? L’opposition entre tradition et modernité, entre individualisme et holisme, entre un avant et un après, entre l’ancien et l’inédit, lorsqu’elle est trop tranchée, peut paraître caricaturale. Les processus étudiés sont d’une grande complexité (divorce, croyants « baladeurs », transformation des formes de militantisme, etc.) et il y a quelque chose de réducteur à les soumettre à une grille d’analyse unique. Les individus susceptibles de construire une identité familiale, religieuse ou partisane fluide, sont ceux qui sont bien dotés en ressources en tout genre. Le croisement entre la problématique de l’individualisation et celle des inégalités apparaît donc comme nécessaire. Il semble également particulièrement important de prêter attention aux formes nouvelles de surveillance et de contrôle social, qui accompagnent la promotion de l’individu.

4Et pour découvrir les 99 autres « mots de la sociologie », c'est très simple, il suffit d'acheter le livre, tous les liens nécessaires se trouvent au bas de la page de présentation sur le site des Presses universitaires de France :

5http://www.puf.com/​Que_sais-je:Les_100_mots_de_la_sociologie

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béraud Céline, « Individualisation », in Paugam Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que Sais-Je ? », p. 73-74.

Référence électronique

Céline Béraud, « Individualisation », Sociologie [En ligne], Les 100 mots de la sociologie, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 21 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1207

Haut de page

Auteur

Céline Béraud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page