Navigation – Plan du site

Mesures de la démesure

A propos de Gabriel Langouët, Les inégalités entre Etats et populations de la planète. Trop, c'est trop ! (L'Harmattan, 2011) et Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France (Zones, 2011)
Christian Baudelot
Référence(s) :

Gabriel Langouët, Les inégalités entre Etats et populations de la planète. Trop, c'est trop !, L'Harmattan, coll. « Education Comparée », 2011

Philippe Steiner, Les rémunérations obscènes. Le scandale des hauts revenus en France, Paris, Zones, 2011

Notes de la rédaction

Ce compte rendu a été également publié dans la revue Lectures en février 2012, à l’adresse suivante : http://lectures.revues.org/7575

Texte intégral

1Deux sociologues raisonnables qui ne se sont jamais signalés par des thèses extrémistes recourent, dès la page de couverture de leurs nouveaux ouvrages,  à des registres de vocabulaire qui tranchent avec la mesure dont ils ont jusque là fait preuve. Gabriel Langouët a publié de nombreux livres sur les inégalités sociales à l’école et sur les meilleures façons de les mesurer. Il n’y a pas plus cédé à l’outrance verbale que Philippe Steiner dans ses études de sociologie économique, ses travaux sur Durkheim et plus récemment dans son ouvrage consacré à la transplantation. Et aujourd’hui, brutalement, le vocabulaire s’empourpre et l’indignation l’emporte, au point d’éclater au grand jour dans le titre. « Rémunérations obscènes » chez l’un,  « Trop c’est trop » chez l’autre ! Accès d’humeur ? Sans doute, mais il suffit de les lire jusqu’au bout pour comprendre les raisons et partager leur indignation. Ni l’un ni l’autre de ces livres ne sont des pamphlets : fortement documentés, ils regorgent de données et sont animés, du début à la fin, de raisonnements structurés par de solides arguments. Les faits sont là. La rigueur est toujours au rendez-vous. Ce sont bien les salaires de ces grands patrons qui se présentent comme les « surhommes » de l’économie qui sont obscènes ; c’est bien l’ampleur des inégalités qui opposent les riches des Etats très riches des pauvres des Etats extrêmement pauvres qui dépasse les bornes. Loin de relever d’une idéologie politique extrémiste ou groupusculaire, les moteurs de l’indignation qui animent nos sociologues sont des valeurs communes à la morale ordinaire de l’humanité.

2Empruntant son titre à une phrase du Discours sur l’état de l’Union  prononcé en 2010 par Barak Obama qui n’a rien non plus d’un gauchiste, Philippe Steiner part d’un constat. Les montants des rémunérations perçues par des grands patrons, des traders et des banquiers sont à proprement parler inconcevables pour les citoyens ordinaires qui non seulement ne connaissent pas ces montants mais ne parviennent pas non plus à les imaginer. Même lorsque la presse les dévoile régulièrement au grand public comme c’est le cas pour les sportifs de haut niveaux, les grands patrons et les traders. La sous-estimation oscille entre 300 et 500 % selon que l’on tient compte ou non des stock-options pour les stars de l’économie et de 190 %  pour les footballeurs français, hors contrats publicitaires. Les hautes sphères du capitalisme financier se sont échappées de l’ « ordre économique ordinaire » celui où se déroule la vie économique de la masse de la population. La rémunération d’un ménage percevant 1500 euros de salaires et prestations sociales représente moins d’un millième de ce que perçoit un trader gratifié d’un bonus à sept chiffres. Un salarié proche du salaire médian  - ce qui n’est déjà pas si mal ! - devrait travailler à temps complet quatre vingt dix années sans interruption pour approcher un tel bonus annuel. L’unité de mesure n’est pas la même : centimètre contre année-lumière ! C’est le règne de la disproportion, concept affecté d’un rôle important dans le raisonnement de Philippe Steiner dans la logique du Micromégas de Voltaire. De minuscules différences entre les êtres se transforment en différences gigantesques de rémunération. La concurrence est ici marquée du coin de la disproportion.

3La partie la plus intéressante de l’ouvrage est consacrée aux justifications qu’apportent les intéressés eux-mêmes, ces hommes qui valent 3 milliards, au caractère exorbitant de leurs revenus. Bon connaisseur de l’histoire des théories économiques, Philippe Steiner soumet à l’épreuve des faits à la fois leurs discours et les rationalisations des économistes qui ont élaboré des théories à la fois explicatives et justificatives de ces revenus pharamineux, Gary Becker, Kevin Murphy, Sherwin Rosen, Edward Lazear. Compétence, concurrence, taille de l’entreprise, rareté, contribution à la valeur de l’entreprise : aucune de ces justifications ne résiste aux faits puisque des patrons ayant entraîné leurs entreprises à la faillite ont néanmoins continué de percevoir des sommes astronomiques selon la logique du qui perd gagne.

4Les raisons économiques n’expliquent rien. Il s’agit purement et simplement d’un processus d’appropriation et d’alignement des intérêts du manager avec ceux des actionnaires, d’une organisation adaptée des procédures de recrutement dans l’entre-soi d’un petit monde, de comparaisons envieuses au sein d’un micro milieu, où règne disproportion et avidité sans borne et de relations incestueuses entre la bourgeoisie d’affaires et le pouvoir politique. L’explication par le social et les rapports de force s’impose ici comme une évidence.

5Le livre rassemble un florilège de propos tenus par Jean-Marie Messier, Antoine Zacharias, Henri Proglio, Philippe Jaffré pour justifier les montants exorbitants de leurs rémunérations. On se demande en les lisant s’il faut en rire ou en pleurer. En rire, tant ces personnages imbus d’eux-mêmes se sont progressivement persuadés qu’ils valaient bien les sommes qui leur étaient versées ou qu’ils se versaient eux-mêmes. En pleurer, mais de rage,  parce que ce divorce aussi violent entre la vie ordinaire et la bulle qu’ils se sont construite et où ils évoluent est lourd de menaces pour la démocratie. La capacité longtemps maîtrisée par les sociétés bourgeoises de jeter un lien symbolique d’égalité entre des individus inégaux est menacée de ruine. Et la tendance se poursuit. Les travaux de Thomas Piketty et le rapport récent de Jean-Philippe Cotis, directeur général de l’Insee, sur le partage de la valeur ajoutée  font état d’une croissance rapide des « salaires » parmi le 1 % ou le 1 pour mille les plus élevés. Il s’agit, pour nos pays, d’une structure entièrement nouvelle des inégalités : elles se creusent par le haut ! Et la solution pour en sortir ne peut être que politique.

6Au total, un livre riche d’informations précises qui permet de prendre la mesure de la démesure.

7C’est un tableau planétaire des inégalités en matière d’espérance de vie et d’accès à l’instruction que Gabriel Langouët nous invite à contempler. La richesse des données produites est le premier point fort de l’ouvrage ; la clarté et la simplicité de leur traitement, le second. L’objet de l’ouvrage est clair : les relations entre richesse et inégalités. Deux questions animent le livre de bout en bout : parmi des Etats dont le niveau de richesse est comparable, des politiques visant à instaurer davantage d’égalités parviennent-elles à améliorer l’accès à la santé et à l’éducation ; symétriquement, des Etats inégaux par la richesse mais ayant atteint des niveaux d’éducation et de santé comparables doivent-ils ce rattrapage à des politiques égalitaires ? Débat classique, où ici encore, le sociologue ne se résout pas à la fatalité des faits mais attend de la politique qu’elle transforme le monde, si improbable et dure que soit la tâche ! Mais décidément, trop, c’est trop !

8Les sources, de meilleures en meilleures, proviennent des grands organismes internationaux : Onu, Unesco, Pnud, Banque mondiale…. Les indicateurs retenus sont classiques : Pib, Revenu National Brut par habitant, Espérance de vie, Mortalité infantile, Nombre d’enfants par femme, Niveau d’alphabétisation, Achèvement du primaire, Accès au secondaire et au supérieur, Indice de développement humain et pour mesurer les inégalités, le coefficient de Gini. La méthode retenue pour analyser ces données est on ne peut plus classique. Un classement des 182 Etats où les données sont disponibles en dix groupes de populations égales selon le revenu national brut par habitant. Cette échelle permet de construire une typologie distinguant cinq sortes d’Etats : 27 Etats « extrêmement pauvres » regroupent dix pour cent de la population mondiale avec un revenu national brut par habitant compris entre $ 140 et $ 600; "20 Etats « très pauvres ou pauvres » en comptent près de 25 % avec un Rnbh oscillant entre $ 630 et $ 1 040". A l’autre extrémité, les Etats « riches et très riches » des huitième (37 Etats) et neuvième déciles (34 Etats), ou « extrêmement riches » du dixième (20 Etats) dont les revenus nationaux bruts par habitant oscillent respectivement entre $ 3 690 et $ 9 370,  $ 9 660 et $ 38 130 et $ 40 240(Australie) et $ 87 340 (Norvège)". Entre ces deux blocs extrêmes, les  Etats « médians », du quatrième au septième décile, qui représentent environ 35 % de la population mondiale regroupent 44 Etats dont la Chine redevenue grâce à ces statistiques planétaires, le véritable Empire du Milieu.

9Une fois l’outil construit où chaque pays conserve néanmoins son individualité, il suffit de le mettre en œuvre pour prendre une première mesure de l’ampleur des inégalités : un Burundais dispose de revenus annuels plus de 600 fois inférieurs à ceux d’un Norvégien ; l’espérance de vie d’un afghan ne dépasse pas 45 ans contre 83 ans pour un japonais ; 15 % des enfants nés en Afghanistan meurent avant leur premier anniversaire, ce n’est le cas que de trois pour mille enfants suédois, etc…. Bien sûr, l’espérance de vie, l’accès à l’instruction, bref les principaux indicateurs du développement humain (IDH), croissent à mesure que progresse le niveau de richesse. On le savait, mais l’appareil de mesure mis en place permet de dégager une autre conclusion, offrant, elle, des marges de manœuvre pour l’action : à niveau de richesse égal, certains pays s’en tirent mieux que d’autres en matière d’instruction et de santé. La conversion d’un capital économique en ressource de développement humain varie sensiblement selon les Etats, et cela à tous les étages de la typologie. Des tableaux croisés très simples mettent clairement en lumière cette tendance. De même, niveau d’instruction et espérance de vie sont-ils fortement corrélés mais jamais de façon absolue : l’espérance de vie en Sierra Leone et en Tanzanie demeure faible, mais l’achèvement de l’enseignement primaire s’est généralisé et l’accès au secondaire s’est ouvert. C’est l’inverse en Erythrée, au Togo et à Madagascar.

10Des politiques de santé et d’éducation qui puissent répondre aux besoins des populations dans les pays les plus pauvres qui regroupent en définitive près du quart des habitants de la planète sont impossibles à élaborer à partir de leurs seuls revenus ; seule une aide internationale peut contribuer à y parvenir.

11Les conclusions les plus intéressantes arrivent à la fin lorsque l’auteur croise l’indice de développement humain (IDH) et le coefficient de Gini. Le premier, établi par le Pnud est un indicateur synthétique qui mesure l’état de santé et le niveau d’instruction d’une société donnée ; le second mesure l’intensité des inégalités internes à une société. Gabriel Langouët procède à ces croisements pour les trois grandes catégories de pays qu’il a distinguées : pays pauvres et très pauvres, pays médians, pays riches et très riches. Le résultat est clair, quel que soit le niveau de richesse du pays, l’indice de développement humain croît à mesure que les inégalités baissent. A revenus moyens équivalents, les Etats « égalitaires » font mieux que les Etats « inégalitaires ».et malgré de moindres revenus moyens, à l’intérieur d’un même groupe, de même décile ou de déciles proches, les Etats « égalitaires » font souvent jeu égal avec des Etats mieux dotés mais plus « inégalitaires ». L’égalité est un facteur de mieux être qui profite à tous. Le fait que les pays anciennement communistes se distinguent de tous les autres, à tous les échelons de richesse, par des meilleures performances en matière de santé et d’éducation l’atteste clairement. Les politiques qui ont réduit les inégalités ont aussi accéléré une exploitation positive de la richesse disponible.

12Une grande conclusion s’impose à la lecture de cet ouvrage le partage est une nécessité morale mais sans doute aussi une condition de survie de la planète.

13Qu’il s’agisse des différentiels exorbitants de salaire dans les sociétés les plus riches ou des inégalités immenses de développement humain entre les pays les plus pauvres et les plus riches, on comprend qu’ils ne peuvent laisser de marbre les chercheurs les plus férus d’objectivité qui les étudient et les font découvrir au grand public. Trop c’est trop !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Baudelot, « Mesures de la démesure », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2012, mis en ligne le 22 avril 2012, consulté le 27 juin 2016. URL : http://sociologie.revues.org/1187

Haut de page

Auteur

Christian Baudelot

christian.baudelot@ens.fr
Sociologue - Centre Maurice Halbwachs (CMH-ENS) - 48, bd Jourdan – 75014 Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page