Navigation – Plan du site
Mobilité sociale et explications de la réussite en France, aux  États-Unis et en Inde

Annexe électronique : La mobilité sociale aux Etats-Unis, en France et en Inde dans une perspective quantitative

Jules Naudet

Texte intégral

1Si l’objectif de cet article n’est pas d’identifier laquelle des sociétés américaine, française ou indienne est caractérisée par le plus haut niveau de mobilité sociale intergénérationnelle ou de « fluidité sociale », la réponse à cette question peut néanmoins apporter des éléments précieux aux questions que nous posons. Il est possible pour cela de prendre appui sur les travaux de chercheurs qui, s’appuyant sur des méthodes statistiques, s’affrontent à la difficile tâche d’une comparaison internationale des niveaux de mobilité sociale.

2Les défis méthodologiques auxquels s’affrontent ces travaux sont immenses : il s’agit de parvenir à harmoniser les données disponibles dans chacun des pays étudiés afin de rendre possible la comparaison. En effet, chaque pays est caractérisé par une tradition de collecte statistique et des catégories de classification qui lui sont propres, et ces spécificités nationales rendent impossible la comparaison des tables de mobilité sociale. Pour comparer les niveaux de mobilité sociale intergénérationnelle dans différents pays il est donc nécessaire soit de collecter des données en utilisant les mêmes catégories, soit de « retraduire » les données issues de différentes enquêtes dans un même système de classification (qu’il s’agisse d’une classification en termes de « classes » [Erikson et Goldthorpe 1992, Wright 1997], d’ « échelles de prestige » ou d’ « indices socio-économiques » – SEI– [Ganzeboom et Treiman 1996, Hauser et Warren 1997]). C’est notamment ce que cherche à faire le projet CASMIN (Comparative Analysis of Social Mobility in Industrial Nations) qui a développé son propre système de classification (Breen 2004). D’autres travaux parviennent à réduire en partie certains problèmes que pose la mise en place de la comparaison internationale en s’appuyant sur une étude de la mobilité économique plutôt que de la mobilité sociale, mais c’est alors au prix d’autres problèmes (il est notamment très difficile d’obtenir des données dans lesquelles l’enfant déclare de manière fiable le revenu de ses parents).

3Plusieurs travaux ont ainsi cherché à évaluer, dans une perspective comparative, l’importance de la mobilité sociale en France et aux États-Unis. L’Inde est, quant à elle, relativement délaissée par les recherches comparatives, certainement en raison des problèmes méthodologiques posés par la caste et par le relatif manque de données statistiques. Les travaux les plus récents portant sur la France et les États-Unis laissent ainsi deviner une proximité des niveaux de mobilité sociale en France et aux États-Unis. Dans The Constant Flux, Erikson et Goldthorpe soulignent ainsi la similarité des niveaux de fluidité sociale de la société française et de la société britannique (Erikson et Goldthorpe 1992 : chapitre 5) et, par ailleurs, mettent en avant la proximité entre la mobilité sociale aux États-Unis et la mobilité sociale en Grande-Bretagne (Erikson et Goldthorpe 1992 : chapitre 9 ; Erikson et Goldthorpe 1985). Ce n’est donc que de manière hypothétique que ces deux auteurs en concluent à la proximité des modèles américain et français :

  • 1  Les thèses de l’ouvrage The Constant Flux ont été largement débattues depuis sa publication et ont (...)

We would believe that, if we could have worked with data of a more satisfactory standard of comparison, then the United States would have been found to stand rather close to England and France as in fact one of our “central” nations (Erikson et Goldthorpe 1992: 321).1

  • 2  Le constat d’Erikson et Goldthorpe au sujet du mythe d’une société américaine particulièrement flu (...)
  • 3A basic comparison of symmetrical odds ratios for India with those in Western countries shows the (...)

4Les travaux s’appuyant sur le critère de mobilité économique intergénérationnelle plutôt que de mobilité sociale intergénérationnelle montrent eux que la mobilité s’avère être légèrement plus forte en France qu’aux États-Unis (Corak 2006, Lefranc et Trannoy 2005) (voir tableau 5). Dans l’ensemble, les résultats vont dans le sens d’une remise en cause du mythe selon lequel la société états-unienne se caractériserait par son très haut niveau de mobilité intergénérationnelle (sociale ou économique)2. Rien, bien au contraire, ne nous autorise donc à dire que la société américaine serait plus « fluide » que la société française. Il semble par contre être évident que les sociétés américaine et française sont caractérisées par une fluidité sociale bien supérieure à celle de la société indienne. C’est en effet ce que suggèrent les travaux de Divya Vaid et Anthony Heath qui, sur la base d’une comparaison des odds ratios de la mobilité sociale intergénérationnelle en Inde avec ceux d’autres sociétés européennes affirment que la société indienne se caractérise par sa plus forte viscosité [stickiness] : pour eux la société indienne se démarque clairement par sa « fermeture » (Vaid et Heath 2010 : 150)3.

Tableau 5 : La mobilité économique intergénérationnelle dans une perspective comparée

Tableau 5 : La mobilité économique intergénérationnelle dans une perspective comparée

Source : The Economic Mobility Project : An initiative of the Pew Charitable Trust, http://www.economicmobility.org/​assets/​pdfs/​EMP_American_Dream_F3.pdf. Les données utilisées pour ce graphique sont tirées de Corak (2006). Se reporter à l’article de Corak pour davantage de détails sur les données mobilisées.

5Ces travaux comparatifs en ce qu’ils s’appuient sur des indices synthétiques du niveau global de mobilité dans une société donnée (indices d’élasticité pour les travaux sur la mobilité économique, odds ratios ou indices de « fluidité sociale » pour les travaux sur la mobilité sociale) ne permettent cependant pas de distinguer les mobilités « descendantes » des mobilités « ascendantes » qui relèvent, elles, d’un autre point de vue d’analyse qui est celui de la mobilité observée. De plus, ces indices ne permettent pas de saisir quelles sont, au sein d’une société, les catégories les plus susceptibles de bénéficier ou d’être affectées par ces trajectoires. Pour cette raison nous avons donc décidé de reproduire ci-dessous trois tables descriptives de la mobilité sociale aux États-Unis, en Inde et en France. Bien que les catégories utilisées varient d’un pays à l’autre, ces tables permettront néanmoins au lecteur de saisir de manière plus « parlante » les niveaux de mobilité sociale ascendante et descendante (ainsi que d’ « immobilité ») dans ces pays. Il est cependant important de préciser que ces tables ne reflètent pas correctement les inégalités sociales des chances d’accès aux positions valorisées : les taux présentés ci-dessous dépendent largement des variations de la structure sociale intervenues entre la structure sociale du temps du père et la structure sociale du temps du fils.

Tableau 6 : Mobilité sociale intergénérationnelle des hommes aux États-Unis (en pourcentage, hommes nés entre 1950 et 1979).

Destination : son’s occupation

Origin :

Father’s occupation

Upper professional

Lower professional and clerical

Self-employed

Technical and skilled

Farm Sector

Unskilled and service

TOTAL

Upper professional

42

24

7

12

0

15

100

Lower professional and clerical

29

27

7

17

0

20

100

Self-employed

29

18

16

19

0

18

100

Technical and skilled

17

19

6

30

1

26

100

Farm Sector

14

11

8

17

13

37

100

Unskilled and service

16

17

6

22

1

38

100

Source : General Social Surveys, 1988-2004 (reproduit à partir de Beller et Hout [2006])

Tableau 7 : Mobilité sociale intergénérationnelle des hommes par rapport à la position occupée par leurs pères en France (en pourcentage, hommes âgés de 40 à 59 ans en 2003)

Destination : Catégorie socioprofessionnelle du fils

Origine : Catégorie socioprofessionnelle du père

Agriculteur

Art., comm., chef d’entrep.

Cadre et Prof. Intell. Sup.

Prof. Interm.

Employé

Ouvrier

Ensemble

Agriculteur

22

6

9

17

9

37

100

Artisan, commerçant, chef d’entreprise

1

21

22

24

9

24

100

Cadre et Profession intellectuelle supérieure

0

6

52

26

6

9

100

Profession intermédiaire

0

8

33

33

9

17

100

Employé

0

7

22

28

17

26

100

Ouvrier

1

8

10

23

12

46

100

Source : INSEE, Enquête FQP, 2003 (reproduit à partir de Dupays [2006])

Tableau 8 : Mobilité sociale intergénérationnelle des hommes par rapport à la position occupée par leurs pères en Inde (pourcentage du total, tous âges)

Son’s occupation

Father’s occupation

Salariat

Business

Farmers

Manual

Lower Agriculture

N

Salariat

5.3

1.9

0.9

1.4

0.6

1175

Business

1.5

7.3

0.3

0.8

0.2

1162

Farmers

3.6

2.3

25.1

2.7

1.0

4054

Manual

2.6

1.8

0.5

11.2

1.4

2044

Lower Agriculture

2.1

2.0

0.8

3.0

19.6

3188

N

1761

1782

3201

2224

2655

11623

Source : NES 2004 (reproduit à partir de Vaid et Heath [2010])

  • 4  Nous avons choisi de construire cette table de mobilité d’après les données du tableau 8 afin de f (...)

Tableau 9 : Mobilité sociale intergénérationnelle des hommes par rapport à la position occupée par leurs pères en Inde (Calculé par nous-mêmes d’après le tableau 8 : en pourcentage, tous âges)4

Son’s occupation

Father’s occupation

Salariat

Business

Farmers

Manual

Lower Agriculture

Total

Salariat

52,5

18,8

8,9

13,9

5,9

100

Business

14,8

72,3

3

7,9

2

100

Farmers

10,4

6,6

72,3

7,8

2,9

100

Manual

14,8

10,3

2,9

64

8

100

Lower Agriculture

7,6

7,3

2,9

10,9

71,3

100

6Les tables ci-dessus ne se prêtent pas à la comparaison les unes avec les autres : elles offrent avant tout un instantané de la mobilité sociale intergénérationnelle dans un pays donné.

  • 5  Ces données ne reflètent pas la « fluidité sociale » de la société indienne ou de la société franç (...)

7La table de mobilité des hommes en Inde (tableau 8), dont la somme de l’ensemble des cellules équivaut à 100, permet de saisir la forte immobilité qui caractérise l’ensemble de la structure sociale indienne. La somme des cellules de la diagonale offre en effet le pourcentage d’ « immobiles » dans la société indienne, soit 69% de l’ensemble de la population. À l’inverse, seuls 31% des hommes indiens connaissent une mobilité sociale intergénérationnelle (tableau 8). Ces chiffres contrastent très fortement avec le niveau de mobilité observé dans la majorité des sociétés occidentales : Camille Peugny note ainsi qu’en 2003 la part d’immobiles des hommes et femmes âgés de 30 à 59 ans  dans la société française était de 39,4% (Peugny 2007 : 26)5.

8Les tables de mobilité des hommes aux États-Unis et en France donnent à voir les destinées professionnelles en fonction de la position sociale du père. Les diagonales en gras permettent de saisir quelles origines sociales sont caractérisées par la plus forte « viscosité » sociale. Aussi bien en France qu’aux États-Unis on s’aperçoit ainsi que les catégories les plus marquées par une tendance à la reproduction sociale sont situées aux deux extrêmes de la hiérarchie sociale. En effet, en France, 46% des fils d’ouvriers sont eux-mêmes ouvriers et 52% des fils de cadres sont eux-mêmes cadres (tableau 7). Aux États-Unis, 38% des fils d’employés non-qualifiés (unskilled and service) sont eux-mêmes des employés non-qualifiés tandis que 42% des enfants de cadres (upper-professional) sont eux-mêmes cadres (tableau 6).  À l’opposé, en France seuls 17% seulement des enfants d’employés en France sont eux-mêmes employés (tableau 7) et, aux États-Unis, 13% des enfants de personnes travaillant dans le secteur agricole travaillent eux-mêmes dans le secteur agricole (tableau 6).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Beller E. & Hout M. (2006), “Intergenerational Social Mobility: The United States in Comparative Perspective”, The Future of Children, vol. 16, n°2, p. 19-36.
DOI : 10.1353/foc.2006.0012

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Breen R. (2004), Social Mobility in Europe, Oxford, Oxford University Press.
DOI : 10.1093/0199258457.001.0001

Corak M. (2006), “Do Poor Children Become Poor Adults? Lessons from a Cross Country Comparison of Generational Earnings Mobility”, IZA Discussion Papers (Institute for the Study of Labor), n° 1993, http://ideas.repec.org/p/iza/izadps/dp1993.html, consulté en ligne le 15 septembre 2010

Dupays S. (2006), «En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué», Données Sociales, INSEE, Paris.

Erikson R. & Goldthorpe J.H. (1992), The Constant Flux, Oxford: Clarendon Press

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ganzeboom H. B. G. & Treiman D. J. (1996), “Internationally comparable measures of occupational status for the 1988 International Standard Classification of Occupations”, Social Science Research, vol. 25, p. 201-239
DOI : 10.1006/ssre.1996.0010

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hauser R. M. & Warren J. R. (1997), “Socioeconomic Indexes for Occupations: A Review, Update, and Critique”, Sociological methodology 27 (1):177-298
DOI : 10.1111/1467-9531.271028

Lefranc A. & Trannoy A. (2005), “Intergenerational earnings mobility in France : Is France more mobile than the US ?”, Annales d'économie et de statistique, n°78, p. 22.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Peugny C. (2007), « Éducation et mobilité sociale: la situation paradoxale des générations nées dans les années 1960 », Economie et Statistique, vol. 410, n°1, p. 23-45.
DOI : 10.3406/estat.2007.7055

Selz M. & Vallet L.-A. (2006), « La démocratisation de l’enseignement et son paradoxe apparent », Données sociales–La société française, p. 101–107.

Vaid D. & Heath A. (2010), “Unequal Opportunities: Class, Caste and Social Mobility”, In Diversity and Change in Modern India: Economic, Social and Political Approaches, ed. Heath A. & Jeffery R., Oxford, Oxford University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Vallet L.-A. (2001), “Forty Years of Social Mobility in France: Change in Social Fluidity in the Light of Recent Models”, Revue Française de Sociologie, vol. 42, n° supp., p. 5-64
DOI : 10.2307/3323052

Wright E. O. (1997), Class Counts: Comparative Studies in Class Analysis, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1  Les thèses de l’ouvrage The Constant Flux ont été largement débattues depuis sa publication et ont notamment été reprécisées dans l’ouvrage Social Mobility in Europe  (Breen 2004). Malheureusement aucune autre étude n’a cherché depuis à comparer la fluidité sociale de la société française à celle de la société américaine. Pour une synthèse des travaux comparatifs sur la mobilité sociale intergénérationnelle impliquant la France, voir Vallet (2006).

2  Le constat d’Erikson et Goldthorpe au sujet du mythe d’une société américaine particulièrement fluide et ouverte est sans appel : « The USA does not, or at least does no longer, stand apart from all other nations in the amount of its social mobility » (Erikson et Goldthorpe 1985 : 19). Ce constat les pousse ainsi à s’interroger sur les raisons expliquant la persistance des croyances selon lesquelles la société américaine serait caractérisée par son haut niveau de mobilité sociale.

3A basic comparison of symmetrical odds ratios for India with those in Western countries shows the much higher ‘stickiness’ between Indian classes, and is a sign of higher levels of inequality of opportunity and of the closed nature of Indian society. […] Overall we have to conclude that there has yet been little in the way of any demonstrable increase in equality of opportunity in Indian society, either within the agricultural sector or even within the supposedly ‘modern’ non-agricultural sector. That there has been no real change in the farming sector is not surprising; on theoretical grounds we had not expected to see much change in equality of opportunity here given the importance of inheritance of land and tenure. Nor had we expected to see much change within the informal economy, given the reliance here on self-employment and the use of informal ties for recruitment. It is however more surprising that access to the salariat has not become more open since this is paradigm case where formal meritocratic recruitment methods might have been expected.” (Vaid et Heath 2010: 150).

4  Nous avons choisi de construire cette table de mobilité d’après les données du tableau 8 afin de faciliter la « comparaison » avec les tables de mobilité des États-Unis et de la France (tableaux 6 et 7). Les données qui figurent dans ce tableau sont donc nécessairement approximatives.

5  Ces données ne reflètent pas la « fluidité sociale » de la société indienne ou de la société française mais bien la « mobilité absolue », c’est-à-dire qu’elles incluent la mobilité liée aux changements structurels de la société, comme par exemple la mobilité provoquée par « l’augmentation de la place aux échelons supérieurs de la société » [increasing ‘room at the top’]. Du point de vue de la « fluidité sociale » observée en France, il est possible de dire que celle-ci s’est légèrement accrue entre 1970 et 1993 : la force du lien intrinsèque entre classe d’origine et classe de destination s’est un peu amoindrie sur la période, parce que se sont distendus à la fois le lien intrinsèque entre origine sociale et éducation et le lien intrinsèque entre éducation et position sociale (Selz et Vallet 2006). Ainsi, en 1993, 500 000 individus (4% des individus de 35 à 59 ans qui ont un emploi) occupent des positions sociales différentes de celles qu’ils auraient occupées si le régime de mobilité sociale n’avait pas bougé en 40 années (Vallet 2001).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 5 : La mobilité économique intergénérationnelle dans une perspective comparée
Légende Source : The Economic Mobility Project : An initiative of the Pew Charitable Trust, http://www.economicmobility.org/​assets/​pdfs/​EMP_American_Dream_F3.pdf. Les données utilisées pour ce graphique sont tirées de Corak (2006). Se reporter à l’article de Corak pour davantage de détails sur les données mobilisées.
URL http://sociologie.revues.org/docannexe/image/1185/img-1.png
Fichier image/png, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jules Naudet, « Annexe électronique : La mobilité sociale aux Etats-Unis, en France et en Inde dans une perspective quantitative », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 3 |  2012, mis en ligne le 25 avril 2012, consulté le 02 décembre 2016. URL : http://sociologie.revues.org/1185

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page