Navigation – Plan du site

L’effet de légitimité résidentielle : un obstacle à l’interprétation des formes de cohabitation dans les cités HLM

The residential legitimacy effect: an obstacle to interpreting modes of cohabitation in social housing estates
Pierre Gilbert

Résumés

Le stigmate résidentiel est au cœur de nombreuses analyses des quartiers populaires. Pour certains, il serait le principal moteur des rapports sociaux, provoquant méfiance, conflits et repli sur la sphère privée. L’interprétation des effets du discrédit résidentiel achoppe pourtant sur une difficulté empirique : la situation d'enquête, qui impose le stigmate à l’enquêté et risque de le discréditer, le conduit à afficher face à l’enquêteur une distance à l’égard du voisinage. Les recherches sur les cités produisent ainsi un « effet de légitimité », à l’origine de nombreux décalages entre le discours des enquêtés et leurs pratiques effectives. Pour affronter ce problème, la sociologie interactionniste et la sociologie de l’espace social et de la domination offrent des outils précieux. Mobilisées lors d’une enquête dans un quartier populaire, elles permettent non seulement de mettre au jour cet effet, mais également d’employer plusieurs ficelles pour éviter les écueils qu’il engendre : d’une part, considérer les réactions observées en entretien comme représentatives des attitudes des habitants face aux allochtones ; d’autre part, pour décrire les relations entre autochtones, accorder une attention prioritaire aux pratiques, dans la conduite des entretiens comme dans l’interprétation. Loin de l’idée selon laquelle le stigmate produit de l’isolement social, une analyse attentive aux conditions de la recherche fait ainsi apparaître des représentations du quartier nuancées et des pratiques résidentielles plutôt foisonnantes.

The residential legitimacy effect: an obstacle to interpreting modes of cohabitation in social housing estates

Residential stigma is the subject of many analyses of working-class neighborhoods. Some of these analyses consider it to be the principal driving force of social relations, provoking mistrust, conflict and a tendency to retreat into the private sphere. Interpreting the effects of residential disgrace is, however, hampered by an empirical difficulty, namely the research situation itself, which imposes the idea of stigma on respondents and thus risks discrediting them, leading them to somewhat distance themselves from their neighbors in the presence of the interviewer. In this way, studies on social housing estates generate a “legitimacy effect” that is a source of numerous discrepancies between what respondents say and what they actually believe. In order to overcome this problem, interactionism and the sociology of social space and domination provide valuable tools. When used as part of a research in a working-class neighborhood, these tools make it possible not only to reveal this effect, but also to employ “tricks” to avoid the traps that this effect creates. These techniques include, on the one hand, considering the reactions observed during interviews as representative of residents’ attitudes towards outsiders ; and on the other hand, paying a great deal of attention to the practices implemented, both during interviews and when interpreting the results, when seeking to describe relationships between residents. An analysis that is attentive to the research conditions in place - and thus distanced from the notion that stigma produces social isolation - will reveal nuanced representations of the neighborhood in question as well as the many and varied residential practices that are to be found there.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

L’effet de légitimité résidentielle
Les procédures de contrôle dans le dispositif d’enquête
Considérer la situation d’entretien comme un type particulier d’interaction
Décrire les rapports au quartier en commençant par les pratiques
Des rapports au quartier hétérogènes et ambivalents

Aperçu du début du texte

Depuis une trentaine d’années, les recherches sur les cités HLM ont donné lieu à d’intenses controverses sur la manière de les désigner (ghettos, quartiers d’exil, quartiers populaires ?) et de décrire les formes de vie sociale qui s’y déploient. Dans la lignée de la longue tradition réflexive en sociologie, une contribution originale à ces débats consiste à s’interroger sur la relation entre les outils d’enquête et le type d’analyse auxquelles ils donnent lieu. Sylvie Tissot (2007) a par exemple souligné les effets misérabilistes des outils quantitatifs, qui conduisent à décrire la population de ces quartiers en termes de cumul de handicaps. Un travail similaire de réflexivité méthodologique s’avère utile lorsqu’on a recours à des outils qualitatifs, qu’il s’agisse des enquêtes ethnographique ou par entretien. C’est cette démarche que je propose de suivre ici, en interrogeant les effets de la technique de l’entretien sur la manière de décrire la vie dans les cités, et plus particul...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gilbert, « L’effet de légitimité résidentielle : un obstacle à l’interprétation des formes de cohabitation dans les cités HLM », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 3 |  2012, mis en ligne le 11 juin 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1173

Haut de page

Auteur

Pierre Gilbert

pierre.gilb@gmail.com
Doctorant en sociologie au Centre Max Weber (Université Lyon 2 / CNRS / ENS de Lyon), équipe Modes, Espaces et Processus de Socialisation - 15 Parvis René Descartes – BP 700 – 69342 Lyon Cedex 07

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page