Navigation – Plan du site

Mesurer l'indifférence

Intégration européenne et attitudes des citoyens
Measuring Indifference. European integration and citizens attitudes
Virginie Van Ingelgom

Résumés

Ce texte teste l’hypothèse d’un changement dans les attitudes des citoyens européens envers l'intégration européenne au cours du temps, en termes à la fois de rupture du « consensus permissif » et de passage au « dissensus contraignant ». La thèse du « dissensus contraignant » théorisée par Hooghe et Marks renvoie au constat d’une politisation progressive des enjeux européens et par là d’une polarisation des attitudes des citoyens européens au fil de la consolidation du processus d'intégration européenne. À partir des données longitudinales de l'Eurobaromètre (1970-2002), ce texte démontre que le changement principal au sein des attitudes dans l’ère post-Maastricht est un déplacement vers une attitude indifférente et indécise, et non pas vers une attitude de rejet ou d’opposition. Au-delà de l’Euroscepticisme, l’indifférence et l’indécision des citoyens ordinaires sont des phénomènes massifs restés pourtant jusqu’à présent peu étudiés. Cet article conclut qu'il est nécessaire d'incorporer la notion et le rôle de l'indifférence et de l'indécision à toute réflexion portant sur la légitimité du processus d'intégration européenne.

Measuring Indifference. European integration and citizens attitudes

This paper addresses the issue of whether there has been a change in public attitudes towards European integration over time, both in terms of a breakdown in the “permissive consensus” of citizens and a passage to the “constraining dissensus.” The thesis of “constraining dissensus” has been theorized by Hooghe and Marks in terms of citizens' progressive politicization and the polarization of their attitudes, which derive from the consolidation and prominence of the integration process. By proposing another time cutting and by using variances and kurtosis measures to tap polarization of attitudes, this text mobilizes a complementary longitudinal analysis of Eurobarometer data (1970-2002), building on previous work of Down and Wilson (2008). Empirically, this paper finds that in the post-Maastricht Treaty era, the basic shift is one towards an indifferent and undecided attitude and not towards rejection. Besides the well-know Euroscepticism, the indifference and the indecision of lay citizens are indeed an overwhelming and understudied phenomenon. It concludes that it is necessary to incorporate the notion and the role of indifference and indecision into any reflection on the legitimacy of the European integration process.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Europe, Politique, Valeurs

Keywords :

Europe, Politics, Values
Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Introduction
La fin du « consensus permissif » ?
Données
La rupture du « consensus permissif » : une analyse en terme de soutien moyen
Une pièce en trois actes ?
Vers une polarisation des opinions publiques européennes ?
La polarisation des attitudes : une nécessaire clarification conceptuelle et empirique
Les mesures de dispersion comme indicateur de la polarisation des attitudes
Conclusion : vers un nouvel agenda de recherche

Aperçu du début du texte

Introduction

La question de la légitimité de l’intégration européenne s’est posée en des termes renouvelés à partir de 1992, à la suite du débat ouvert, à la fois, par le résultat négatif du premier référendum danois relatif à la ratification du traité de Maastricht, et par le score serré de la réponse positive apportée par les électeurs français qui a suivi. Avec le traité de Maastricht, la Communauté européenne se muait en Union européenne (UE), passant de la forme classique d’une agence purement intergouvernementale à celle d’un « objet politique non identifié » selon l’expression consacrée de Jacques Delors (Quermonne, 2001, p. 25). Du côté des citoyens européens, la majorité de la littérature s’accorde sur une lecture commune de l’évolution de leurs attitudes. Le large consensus en faveur du processus d’intégration, qui aurait prévalu des années 1950 jusqu’au début des années 1990, aurait été remplacé au début des années 1990 par une période de remise en question du projet d’int...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Van Ingelgom, « Mesurer l'indifférence », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 3 |  2012, mis en ligne le 10 juin 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1166

Haut de page

Auteur

Virginie Van Ingelgom

Virginie.Vaningelgom@uclouvain.be
Chargée de recherche F.R.S. – FNRS, Science Politique, Institut de Sciences Politiques Louvain-Europe, Université catholique de Louvain - Collège Jacques Leclercq - Place Montesquieu 1, bte L2.08.07 -1348 - Louvain-la-Neuve - Belgique

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page