Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Loin d’être un cadre contraignant, cette grille d’observation donne des orientations générales pour comparer différentes instances participatives. Elle est inspirée d’une grille élaborée avec Arnaud Simetière dans le cadre d’un partenariat institutions-citoyens pour la recherche et l’innovation (Picri), afin de guider nos observations sur les conseils de quartier à Paris, et de la grille sur laquelle s’est appuyé Julien Talpin (2007) pour observer des réunions de budget participatif. L’objectif de la phase d’observation est de décrire le fonctionnement et la dynamique d’une instance participative (une plénière ou une commission d’un conseil de quartier, un groupe de travail de la concertation, une assemblée d’un budget participatif, etc.) à la fois sur l’instant et dans la durée. L’observation porte autant sur la forme que sur le contenu de la rencontre, sachant que l’attention se focalise sur les relations et les échanges de savoirs entre les différents acteurs. Cette grille se compose de plusieurs rubriques visant à organiser nos notes ethnographiques en fonction des modalités pratiques de la réunion et des interactions entre acteurs.

1. Modalités pratiques

1.1. Organisation de la réunion

  • Structure de la réunion avec des repères de temps : introduction et principales étapes de discussion, temps pour chaque sujet, temps de débat et temps d’information.

  • Quel est l’ordre du jour ? Qui l’a fixé ?

  • Qui préside la séance ? Qui l’anime ? Comment le président de séance est-il choisi ?

  • Y a-t-il un médiateur du débat ? Quel est son rôle : pacifier les échanges, pousser au débat, laisser les conflits s’exprimer ?

  • Le temps des interventions est-il limité d’une manière formelle (nombre de minutes) ou informelle (commentaires de l’animateur quand l’intervention lui semble être trop longue) ?

  • Le travail est-il organisé en une seule grande assemblée ou en plusieurs petits groupes ? Qui choisit cette méthode de travail ?

  • Qui rédige les comptes rendus de séances ? À qui sont-ils envoyés ? (observations post-réunion)

  • Quels sont les moyens d’information et de communication de l’instance participative ? (observations post-réunion)

1.2. Configuration de la salle

  • Dans quel lieu est organisée la réunion (mairie, préau d’école, salle associative, lieu public, etc.) ?

  • Comment la salle est-elle organisée spatialement (en cercle, en demi-cercle, avec une tribune et une assemblée, etc.) ? Faire un schéma, avec la place occupée par les différents acteurs.

  • Où se situent les élus, les techniciens et les habitants ?

  • La configuration de la salle met-elle en avant certains participants, comme les élus ?

  • Dans le cas des conseils de quartier français, la configuration de la salle instaure-t-elle une hiérarchie/séparation ou une confusion entre les conseillers de quartier et le public ?

1.3. Participants

  • La réunion est-elle ouverte à tous ou seulement à certains habitants ? Lesquels ?

  • Comment les habitants sont-ils informés de la tenue de cette réunion ? Par qui ? Combien de temps à l’avance ?

  • Qui est présent dans la salle ? Estimation du nombre de présents et des caractéristiques générales de l’assemblée (genre, âge, origine « ethnique » et sociale).

  • Observe-t-on une diversité ou une homogénéité des participants ?

  • Les participants sont-ils des usagers de la ville (qui y travaillent) et/ou des riverains du projet  (résidents), des groupes avec une raison sociale (commerçants, enseignants, etc.) ?

  • Qui prend la parole ? Estimation du nombre d’intervenants et estimation plus précise du genre, de l’âge, de l’origine « ethnique » et sociale, de la profession (si la personne le précise).

  • Comment les personnes qui prennent la parole se présentent-elles ? En tant qu’« habitant de », citoyen, riverain du projet, au nom d’une association ou d’un parti… Participent-ils en tant qu’individu ou citoyen organisé (militant associatif ou politique) ?

  • Certains habitants se présentent-ils comme des professionnels (urbaniste, architecte, etc.) ? Sont-ils de fait plus écoutés lorsqu’ils s’expriment ?

  • Certains participants sont-ils présentés en début de séance ?

2. Formes d’interaction

2.1. Sujets débattus

  • Quels sont les sujets/projets urbains débattus au cours de la réunion ?

  • Y a-t-il un sujet principal (dans cette séance et d’une manière générale dans l’instance participative) et des sujets annexes, ou une diversité des thématiques selon l’actualité du quartier/territoire ?

  • Quelles thématiques suscitent l’intérêt ou le désintérêt de la salle ?

  • Qui propose les sujets abordés ? L’émergence de sujets vient-elle d’une initiative des habitants ou d’une sollicitation de la mairie ? (voir aussi en entretien)

  • Sur quels éléments du projet urbain porte la discussion ? Certains points sont-ils écartés de la discussion ? Par qui ? Pourquoi (dans le cas où c’est justifié en public) ?

  • Quel est le contenu des interventions ? Quels arguments s’affrontent ? (extraits d’interventions et de dialogues)

  • Quels sont les résultats de la réunion sur le contenu des projets débattus ? Le projet urbain est-il modifié, à la marge ou en profondeur ? Fait-il l’objet d’adaptations au cours de la réunion, ou après ? Une autre réunion est-elle prévue pour poursuivre le débat/présenter un autre projet ?

2.2. Prises de parole

  • Quantifier les temps de parole (élus, habitants, techniciens, associatifs) : un groupe monopolise-t-il la parole ou les interventions se font-elles à parité ?

  • Qu’est-ce qui domine dans les prises de parole : l’information ou les échanges ?

  • Quel registre de parole domine : interpellation/plainte, proposition/action/suggestion, information (demande d’information ou message informatif) ?

  • Quelle est la part d’échanges entre habitants et élus/services sur le mode classique de questions/réponses ? Les habitants se placent-ils en acteurs ou en « représentés » ?

  • Comment les participants justifient-ils leurs propositions ? Prennent-ils le temps de les justifier (avec une volonté de bien se faire comprendre, en répétant ou en reformulant certains arguments) ?

  • Observe-t-on des comportements de type Nimby (not in my backyard)? Les participants mettent-ils en avant leurs intérêts particuliers, l’intérêt d’un groupe ou l’intérêt général ?

  • Certains acteurs incitent-ils à se déplacer vers l’intérêt général ? Qui sont-ils ?

  • Tout le monde peut-il s’exprimer et éventuellement voter au cours de la réunion ?

2.3. Type de savoir mobilisé

  • En partant de la typologie d’Yves Sintomer (2008), quels types de savoirs citoyens sont mobilisés et lequel domine : savoir d’usage, « bon sens » citoyen, savoir professionnel diffus, contre-expertise militante, recours à des contre-expertises extérieures, savoir politique ?

  • Les habitants expriment-ils des arguments d’ordre politique ou technique ?

  • Les habitants utilisent-ils toujours les mêmes arguments pour justifier leurs propositions ou changent-ils stratégiquement de registre d’argumentation d’une réunion à l’autre ?

  • Observe-t-on des échanges d’arguments techniques entre les services et les habitants ? Si c’est le cas, quels sont les habitants qui s’engagent dans ces débats techniques ? Quelle est la réaction des autres habitants ?

  • Les habitants font-ils des propositions alternatives aux services techniques ? Comment justifient-ils leurs propositions ? Comment leurs propositions sont-elles reçues par les élus et techniciens ?

  • Sur quels éléments du projet les habitants font-ils des propositions ? Ces propositions semblent-elles raisonnables ou insensées ?

  • En fonction des registres de parole et des savoirs mobilisés, certaines interventions sont-elles rejetées et d’autres valorisées ? Certaines interventions sont-elles, pour la salle, plus légitimes que d’autres ?

  • Sur quels supports visuels les techniciens présentent-ils les projets (carte, PowerPoint, etc.) ? Quels documents sont mis à la disposition du public ? Permettent-ils le débat ?

  • Quelle est l’attitude des participants face à ces présentations : adhésion (sur le fond ou sur la forme, sur l’esthétique ou les fonctionnalités du projet), incompréhension, critique, etc. ?

  • Les élus et les techniciens sont-ils amenés à développer un savoir d’usage (en tant qu’habitant du quartier ou riverain d’un projet) ?

2.4. Relations entre les acteurs et ambiance générale

  • Quelles sont les interactions entre élus et habitants, techniciens et habitants, conseillers de quartier (ou associatifs) et public ? Quelle est la fréquence et la nature de ces échanges ?

  • Observe-t-on un respect mutuel entre les acteurs ? Les comportements sont-ils plutôt coopératifs ou conflictuels ? Les relations sont-elles formelles ou amicales ?

  • Comment les acteurs communiquent-ils entre eux ? Repère-t-on des signes de familiarité (tutoiement, appellation par un prénom, etc.) ?

  • Les participants essaient-ils de se convaincre mutuellement ? Quels types d’arguments avancent-ils ?

  • Quelles sont les réactions des élus et des techniciens quand les habitants prennent la parole ? Cherchent-ils à adapter leurs projets pour répondre aux revendications/propositions des habitants ?

  • Les propositions des habitants vont-elles à l’encontre des orientations de la politique municipale ? Si c’est le cas, comment réagissent les élus présents ?

  • Certaines règles de participation permettent-elles d’arriver à un consensus ? Comment sont prises les décisions ? S’il y a un vote, l’expression de la majorité est-elle acceptée à la fin de la réunion ?

  • Les participants s’écoutent-ils mutuellement ? Réactions de la salle lors des prises de parole : applaudissements, sifflements, calme plat…? Des conversations parallèles se développent-elles ? Les participants sont-ils interrompus lorsqu’ils prennent la parole ?

  • L’atmosphère est-elle calme, bon enfant, animée, agitée, tendue ? La logique est-elle plus de confrontation ou de travail en commun ? D’où viennent les éventuelles tensions (de la part de qui, sur quels sujets) ?

  • Finalement, les différents acteurs parviennent-ils à se comprendre : parlent-ils le même langage ou sont-ils sur des registres de parole différents voire inconciliables ? Recherchent-ils à défendre leur intérêt (individuel ou d’une association) ou à mutualiser leurs expériences et leurs connaissances ? Des difficultés de compréhension subsistent-elles ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Héloïse Nez, « Annexe 2 : Grille d’observation », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 2 |  2011, mis en ligne le 26 janvier 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1133

Haut de page

Auteur

Héloïse Nez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page