Navigation – Plan du site
La pénétration de la « culture psychologique de masse » dans un groupe populaire

Annexe électronique : « Sociogenèse, appropriation et incidences de la “culture psychologique de masse” », par Gérard Mauger

Gérard Mauger

Texte intégral

  • 1 . Robert Castel, La Gestion des risques. De l’antipsychiatrie à l’après-pychanalyse, Paris, Édition (...)

1Les quelques réflexions qui suivent sur la sociogenèse, l’appropriation et les incidences de la « culture psychologique de masse » dont Robert Castel avait annoncé l’avènement1, m’ont été suggérées par la lecture du très bel article qu’Olivier Schwartz a consacré à son extension jusqu’aux conducteurs de bus, un groupe professionnel a priori assez peu réceptif par rapport à cette « nouvelle » offre de biens symboliques.

Sociogenèse de la « culture psychologique de masse »

2La sociogenèse de cette « culture psychologique de masse » soulève au moins deux questions. Tenter d’y répondre, c’est se donner les moyens de mieux comprendre les modalités de sa diffusion et les obstacles qu’elle rencontre.

  • 2 . À ce sujet, cf. la thèse en cours  de Brice Le Gall et son DEA de sociologie, Des usages sociaux (...)
  • 3 . Cf. l’analyse de l’invention de la « petite bourgeoisie nouvelle » proposée par Pierre Bourdieu, (...)

31°) D’abord la question de son origine : dans quels « milieux intellectuels » émerge-t-elle et à quel moment ? Il faudrait préciser la place (ou plutôt les places successives) de la discipline « psychologie » (et celle de la psychanalyse) dans le champ universitaire et se demander comment une discipline « dominée » (comme l’était « la gestion » par rapport à l’économie2) et, par ailleurs, très « féminisée » a pu, sinon accéder à une position dominante, du moins essaimer dans le système scolaire, le monde des médias, celui du travail social, etc. À cet égard, on peut faire l’hypothèse que l’émergence puis la diffusion de la « culture psychologique de masse » sont un effet de l’accès « massif » des femmes à l’enseignement supérieur et de l’investisssement de leur capital scolaire sur le marché du travail : ce « placement » impliquait l’invention de nouvelles positions (comme les métiers du « psy ») ou la rédéfinition de positions anciennes (comme celle d’institutrice)3.

  • 4 . Cf. Jean-François Gaspar, Ethnographie du travail social. Une économie des biens symboliques, thè (...)

42°) Ensuite la question de son aire de diffusion initiale : il faudrait cerner les « larges secteurs des classes moyennes » où s’est initialement diffusée cette « culture psychologique de masse » et montrer par quels biais. En ce qui concerne « les professionnels du secteur public », on pense par exemple à la place prise par la psychologie dans les sciences de l’éducation et, de ce fait, au sein des IUFM, donc de la « culture professionnelle » des institutrices. On pourrait étudier, de même, la place prises par la psychologie clinique dans la formation des travailleurs sociaux, etc.4

« La psychologisation de l’expérience »

5Si l’on peut considérer que la diffusion de cette « culture psychologique de masse » induit une  « psychologisation de l’expérience » et véhicule la notion de « je individualisé », il faut néanmoins relever le paradoxe qu’elle contient et s’interroger sur la nouveauté supposée du « je individualisé ».

61°) Le paradoxe est celui de la focalisation de la « culture psy » sur ces « je individualisés » et de l’uniformisation paradoxale de ces « je » qu’induisent leur perception et leur interprétation omnibus dans des cadres « psy » standardisés.

72°) Par ailleurs, « la culture psy » n’a évidemment pas « inventé » ces « je individualisés » qui lui préexistent biologiquement (dans les corps), institutionnellement (dans l’état civil) et socialement (dans les consciences). À l’individualité organique immédiatement donnée à la perception immédiate, correspond un agent socialement désigné et reconnu (par un nom propre, une personnalité juridique, etc.) et défini par une trajectoire sociale en toute rigueur irréductible à une autre. Quant à la singularité des trajectoires sociales (auxquelles correspondent des séries de déterminations chronologiquement ordonnées et irréductibles les unes aux autres), elle est au principe de la singularité des habitus individuels.

  • 5 . Cf. Stanislas Morel, L’échec scolaire en France (1960-2010). Sociologie d’un champ d’intervention (...)

8C’est pourquoi, il faudrait s’interroger non seulement sur ce qu’introduit de nouveau « la culture psy » (des schèmes de perception et d’interprétation, un lexique, des normes, des pratiques, des métiers, qui lui sont associés, etc.), mais aussi sur les schèmes de perception et d’interprétation qu’elle vient concurrencer (par exemple, en matière d’interprétation et de « gestion » de l’échec scolaire5).

La demande de « culture psychologique »

9L’ouverture du nouveau marché de biens symboliques associé à la diffusion de  la « culture psychologique de masse » conduit à s’interroger non seulement sur « l’offre », mais aussi sur « la demande » ou, plus précisément, sur l’exposition à cette offre, sur les conditions sociales de possibilité d’un intérêt pour cette offre et sur l’appropriation de ces biens symboliques par ceux qui y sont exposés et qui ont quelques raisons de s’y intéresser.

  • 6 . Cf. Claude Poliak, « Manières profanes de parler de soi », Genèses, n° 47, juin 2002.
  • 7 . Ibid., p. 8-9.
  • 8 . Dans cette perspective, cf. aussi Gérard Mauger, « Sens pratique et conditions sociales de possib (...)

101°) Cette interrogation invite, d’une part,  à étudier la réception de ces biens, non seulement par « les classes moyennes » et par « les classes populaires », mais aussi par « les classes dominantes ». Étudiant les dispositions socialement différenciées à l’autobiographie6, Claude Poliak, relève une forme d’indifférence, sinon d’aversion, des classes populaires comme des classes dominantes, à l’égard de l’autobiographie, liée au sentiment de ne se distinguer en rien de ses semblables, à la conscience de « l’appartenance à un nous », c’est-à-dire aussi d’être plus ou moins interchangeable. Réserve à l’égard de l’introspection, sinon refus, chez les uns comme chez les autres, qui renvoie à une « primauté du faire sur le dire », à l’intérêt plus grand accordé au sens pratique qu’aux interrogations sur leur « je individualisé ». Ainsi apparaît-il que « le rejet de l’autobiographie émane des deux pôles les plus opposés de l’espace des répondants » de sorte qu’ « il semble qu’il y ait, dans certaines formes d’expression de soi ou de refus d’expression de soi, plus de proximité entre l’aristocratie et les classes populaires qu’entre aristocratie et classes moyennes »7. En revanche, c’est sans doute dans les régions intermédiaires de l’espace social que la propension à parler de soi est la plus élevée8. Ainsi pourrait-on rendre compte d’une inégale réceptivité à « la culture psy » en fonction de la position occupée dans l’espace social.

  • 9 . Cf. Gérard Mauger et Claude Poliak, « Lectures : masculin/féminin », Regards sociologiques, n° 19 (...)

112°) L’interrogation sur « la demande » invite, d’autre part,  à s’interroger sur la réception sexuée de la « culture psy ». De même qu’on peut supposer que l’opposition à la fois quantitative et qualitative entre pratiques de lecture féminines et masculines (quel que soit l’âge ou le niveau de diplôme, les femmes se distinguent par un niveau de lecture légèrement supérieur à celui des hommes et par une préférence pour la fiction)ou quel’opposition entre filières scolaires féminines (littéraires) et filières masculines (scientifiques), trouvent leur principe dans la division sexuelle du travail entre « monde des choses humaines » (féminin) et « monde des choses matérielles » (masculin), on peut étendre la validité de cette hypothèse à un intérêt sexuellement différencié pour « la culture psy » (i. e. le « monde des choses humaines »)9.

123°) Enfin, dans la mesure où la « culture psy » propose des « solutions individuelles » à des problèmes collectifs, on peut se demander ce que sa fortune doit au renoncement à la recherche de solutions collectives, à leur impossibilité ou à leur disqualification.

Sur l’appropriation de « la culture psy » par les conducteurs de bus

13Quant à l’appropriation de la « culture psychologique de masse » par les hommes des classes populaires et, plus spécifiquement, par les conducteurs de bus, telle que l’analyse Olivier Schwartz, je voudrais faire quatre remarques.

141°) En ce qui concerne l’analyse de la situation de travail des conducteurs de bus, peut-être faudrait-il souligner qu’avec la disparition des « receveurs » (quand ? dans quelles conditions ?), les « conducteurs » sont désormais seuls à assurer la triple tâche de conduite, de service à la clientèle et de surveillance. À cet égard on peut se demander ce que leur « stress » et, de ce fait, leur intérêt pour la « culture psy » doit à cette transformation de leurs conditions de travail.

  • 10 . Cf. Florence Weber, Le Travail à-côté. Étude d'ethnographie ouvrière, Paris, INRA et EHESS, 1989.

152°) On trouve, dans l’enquête d’Olivier Schwartz, de multiples indices de l’existence sociale d’un « je individualisé » des conducteurs de bus (et, plus généralement sans doute, des hommes des classes populaires), antérieure à l’appropriation de la « culture psy ». En témoigne, par exemple, « l’abnégation », valeur structurante du « je masculin », qui l’affirme précisément en refusant de s’y attarder (refus de « s’écouter » et, par là, de « se féminiser »). Ou encore l’indignation que suscite « l’indifférence » (« Pas un bonjour, ils vous regardent même pas »), c’est-à-dire la transgression délibérée du code des échanges de saluts finement analysé par Florence Weber (il est obligatoire de saluer, en toutes circonstances, quelqu’un que l’on connaît ; la réciprocité est obligatoire ; il y a obligation de simultanéité ; etc.)10. Entre autres fonctions, l’échange de saluts implique la reconnaissance inconditionnelle de l’autre et la mise en scène de bonnes relations a priori. À l’inverse, l’indifférence affichée refuse à « l’Autre » la reconnaissance due à chacun.

  • 11 . Sur ce sujet, cf. Muriel Darmon, « Sociologie de la conversion : socialisation et transformations (...)

163°) Le « stress » du conducteur de bus peut être analysé, sans avoir recours au « lexique psy », comme une conséquence de la mise en suspens forcée (« exigence d’autocontrôle ») des dispositions de l’habitus populaire (structuré par des « valeurs de virilité ») - « Faut tout voir et puis rien dire », « On est obligés de mettre notre fierté de côté » - refoulement, censure qu’imposent leurs conditions de travail (« contrainte de tolérance »). En somme, les conditions de travail des conducteurs de bus leur imposent, au moins « pendant le service » (sur « la scène » du bus), sinon une conversion11, du moins l’épochè des dispositions de l’habitus masculin.

  • 12 . Ibid.
  • 13 . Cf. Gérard Mauger, « Sens pratique et conditions sociales de possibilité de la pensée "pensante"  (...)

174°) Enfin, l’article d’Olivier Schwartz ébauche une analyse des modalités du processus de conversion des dispositions chez les hommes des classes populaires12. La mise en suspens des réactions spontanées - quasi corporelles (« l’ouvrir » au lieu de « la fermer ») - de l’habitus, impose la verbalisation (ici celle que met à disposition l’appropriation du « lexique psy »), c’est-à-dire une forme de réflexivité13. À cet égard, l’article relève les interférences entre les « manières de dire », entre lexique corporel et lexique spirituel - nerveux / psychologique, tremblements / stress - et le transfert de propriétés corporelles au domaine spirituel (« psychologiquement costaud »). De façon générale, il invite à la réflexion sur les jeux complexes qu’autorisent les homologies approximatives entre les oppositions « esprit / corps », « savant / populaire », « masculin / féminin », « dominant / dominé », etc.

  • 14 . Cf. Olivier Schwartz, La Notion de “ classes populaires ”, Habilitation à diriger des recherches (...)

18C’est dire qu’au delà de son intérêt sociologique et politique manifeste - l’analyse des transformations contemporaines des classes populaires14 - l’enquête d’Olivier Schwartz a également des enjeux théoriques plus abstraits comme les conditions sociales et les modalités de l’accès à la réflexivité ou celles de la conversion des habitus.

Haut de page

Notes

1 . Robert Castel, La Gestion des risques. De l’antipsychiatrie à l’après-pychanalyse, Paris, Éditions de Minuit, 1981.

2 . À ce sujet, cf. la thèse en cours  de Brice Le Gall et son DEA de sociologie, Des usages sociaux du DEUG d’économie et de gestion à Paris I et Paris VIII. Étude comparée de trois départements d’économie et de gestion et de leur public de 1er cycle, EHESS, 2005.

3 . Cf. l’analyse de l’invention de la « petite bourgeoisie nouvelle » proposée par Pierre Bourdieu, in La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

4 . Cf. Jean-François Gaspar, Ethnographie du travail social. Une économie des biens symboliques, thèse de sociologie EHESS, 2008.

5 . Cf. Stanislas Morel, L’échec scolaire en France (1960-2010). Sociologie d’un champ d’intervention professionnelle, thèse de sociologie EHESS, 2010.

6 . Cf. Claude Poliak, « Manières profanes de parler de soi », Genèses, n° 47, juin 2002.

7 . Ibid., p. 8-9.

8 . Dans cette perspective, cf. aussi Gérard Mauger, « Sens pratique et conditions sociales de possibilité de la pensée "pensante" », Cités, n° 38, 2009, « Wittgenstein politique », p. 61-77.

9 . Cf. Gérard Mauger et Claude Poliak, « Lectures : masculin/féminin », Regards sociologiques, n° 19, 2000, p. 115-140.

10 . Cf. Florence Weber, Le Travail à-côté. Étude d'ethnographie ouvrière, Paris, INRA et EHESS, 1989.

11 . Sur ce sujet, cf. Muriel Darmon, « Sociologie de la conversion : socialisation et transformations individuelles », in Claudine Burton-Jeangros, Christoph Maeder (dir.), Identité et transformation des modes de vie, Genève, Éditions Seismo, 2011, p. 64-84.

12 . Ibid.

13 . Cf. Gérard Mauger, « Sens pratique et conditions sociales de possibilité de la pensée "pensante" », art. cit.

14 . Cf. Olivier Schwartz, La Notion de “ classes populaires ”, Habilitation à diriger des recherches en sociologie, Université de Versailles/Saint-Quentin-en-Yvelines, 1998 et « Peut-on parler des classes populaires ? », http://www.laviedesidees.fr/Peut-on-parler-des-classes.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Mauger, « Annexe électronique : « Sociogenèse, appropriation et incidences de la “culture psychologique de masse” », par Gérard Mauger », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 2 |  2011, mis en ligne le 29 février 2012, consulté le 22 juin 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1124

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page