Navigation – Plan du site

Ces réseaux numériques dits sociaux

A propos de Thomas Stenger et Alexandre Coutant (dir.), « Ces réseaux numériques dits sociaux » (Hermès, n° 59, 2011)
Paola Tubaro
Référence(s) :

Thomas Stenger et Alexandre Coutant (dir.), « Ces réseaux numériques dits sociaux », Hermès, n° 59, 2011

Texte intégral

  • 1  Thomas Stenger, Alexandre Coutant, éds. (2011), « Ces réseaux numériques dits sociaux », numéro th (...)

1Le numéro 59 de la revue Hermès, coordonné par Thomas Stenger et Alexandre Coutant, est consacré à « Ces réseaux numériques dits sociaux »1 : l’univers de Facebook, MySpace, Twitter, YouTube, Copains d’avant, Linkedln, Viadeo, auxquels on pourrait rajouter le tout nouveau Google+, dont le lancement est postérieur à la sortie de l’ouvrage. Ce sont les dispositifs du Web participatif par excellence, qui recueillent une adhésion croissante auprès du grand public, et occupent désormais une place centrale dans les débats de société.

2Les éditeurs entreprennent un travail important et précieux de problématisation de cet objet de grande actualité, à commencer par le vocabulaire. L’appellation souvent utilisée de « réseaux sociaux » est trompeuse, puisque Facebook et ses semblables ne sont pas exhaustifs de toutes les formes de réseaux pou­vant connecter des êtres humains. Sur un plan très général, un réseau peut se définir comme une structure de liens et d’interac­tions entre individus ; en ce sens, il peut se situer dans une très grande variété de contextes sociaux, qui n’ont pas nécessaire­ment trait à l’Internet. Des exemples possibles sont les réseaux d’amitié entre élèves d’une école ; les réseaux de conseil entre employés d’une entreprise ; les réseaux de coopération ou coécriture entre scientifiques ; les réseaux de parenté ; et ainsi de suite. Ces réseaux formés « dans la vie réelle » (pour emprunter une expression couramment employée par les uti­lisateurs d’Internet pour indiquer l’absence d’assistance par ordinateur), font l’objet de l’attention des sociologues depuis les travaux de Moreno dans les années 1930, avec une tradition de recherche qui s’est progressivement affinée, accumulant un corpus important de méthodes, résultats et connaissances (Freeman, 2004).

3Par rapport à ce domaine de référence, la dimension technique inscrite dans les réseaux sociaux en ligne (le « numérique ») constitue une spécificité importante, qu’il convient de mettre en avant. Certes, l’ancrage dans les technologies n’est pas non plus d’un phénomène entièrement nouveau : des réseaux tech­niques ont déjà vu le jour dans le passé, des chemins de fer à l’électricité et au téléphone, véhiculant parfois des espoirs de rénovation sociale, politique ou économique (Musso, 2004). Pour appréhender Facebook, Twitter et les autres services en ligne dont il est question, il faut alors s’inscrire dans une double perspective sociotechnique, comme les éditeurs du numéro 59 d’Hermès invitent ouvertement à le faire, en proposant la déno­mination de « réseaux socionumériques ». Aussi, il faut repo­sitionner ces dispositifs dans la longue durée, et les interpréter en s’appuyant sur les connaissances déjà acquises en matière de liens et réseaux sociaux, ainsi que des formes de sociabilités liées aux usages des techniques. C’est bien cette démarche que s’efforcent de mettre en œuvre les coordinateurs de ce numéro thématique. Le titre lui-même, « Ces réseaux numéri­ques dits sociaux », en est emblématique : il souligne la dualité de la notion de réseau socionumérique, tout en soulevant la question cruciale de savoir en quoi ces réseaux sont pleinement « sociaux ». Dans quelle mesure contribuent-ils à construire, renforcer, ou maintenir le capital social des individus, et plus généralement, le lien social ?

4Ce sont des enjeux bien essentiels, sur lesquels ce numéro d’Hermès apporte un éclairage riche et fortement trans­disciplinaire, avec une multiplicité d’auteurs issus de parcours de recherche et de réflexion variés. Si l’optique de la revue et des coordinateurs relève principalement des sciences de l’information et de la communication, les questions abordées ne manquent d’interroger en profondeur les autres sciences socia­les, en premier lieu la sociologie qui est depuis longtemps l’une des principales contributrices au développement de l’analyse des réseaux sociaux. Le numéro est structuré en quatre parties thématiques, consistant en articles courts et encadrés, chacun rédigé par un ou plusieurs auteurs différents. La richesse et la variété des contenus ne permettent pas de discuter chaque article ou encadré en détail, dans ce qui n’est qu’une courte note de lecture ; ce qui suit se limite à proposer une vision d’en­semble des quatre sections, mettant l’accent plus sur l’unité des parties que sur les diversités internes à chacune d’entre elles, et en ne mentionnant brièvement que quelques-uns des articles qui les constituent.

5La première partie du numéro aborde la question de la filia­tion entre les réseaux socionumériques et l’analyse des réseaux sociaux pour ainsi dire « traditionnelle », montrant comment les connaissances acquises au sein de la dernière peuvent jeter de la lumière sur les premiers, tout en s’efforçant de faire apparaître les problèmes nouveaux que posent les réseaux socionumériques, qu’ils soient substantifs ou méthodologiques. Les analogies possibles concernent aussi bien les techniques d’analyse, les mesures et les notions applicables (Degenne), que la conceptualisation en termes de structures sociales, interdépendances, capital relationnel et statut social des indivi­dus (Lazega et Penalva).

6À elle seule, cette première partie soulève de bien passionnantes questions, qui mobilisent la recherche de pointe sur ces thèmes aujourd’hui, et sur lesquelles les publications vont très certai­nement se multiplier dans les prochaines années. Qu’est-ce que représente le réseau en ligne d’un individu ? S’agit-il d’une copie fidèle de son réseau hors ligne - une possibilité qu’évo­quent, un peu entre les lignes, les éditeurs dans leur introduc­tion (p. 13) - ou bien, pourrait-on rajouter, un sous-ensemble de celui-ci, ou encore, une composante entièrement séparée du réseau personnel hors ligne ? Aussi, un réseau d’amis sur (par exemple) Facebook, contient-il davantage de liens « fai­bles » (moins intenses, moins durables ou moins fréquents), par rapport à ceux que l’on entretient dans la vie réelle ? Et finalement, le réseau en ligne d’un individu peut-il rétroagir sur son réseau hors ligne, en en modifiant la taille, la composi­tion, ou même la structure ?

7Les enjeux méthodologiques sont également de taille, à commencer par la question même de la comparabilité entre réseaux en ligne et hors ligne. Les applications Web actuelles permettent (du moins en principe, sans considérer des obsta­cles économiques, légaux ou éthiques) de récupérer des bases de données très larges, tandis que la pratique coutumière de l’analyse des réseaux sociaux, enracinée dans la grande tradi­tion des enquêtes sociales, utilisait des questionnaires ou des entretiens classiques, qui ne donnaient lieu qu’à des réseaux de petite taille. À quelles conditions peut-on donc apparier des données collectées en ligne et hors ligne, et sur quels outils d’enquête faut-il s’appuyer pour obtenir des bases compara­bles ? Dans quelle mesure les logiciels, mesures et indicateurs développés pour les réseaux pour ainsi dire « à l’ancienne », restent-ils adaptés à l’analyse de bases de données beaucoup plus grandes, et bien plus demandeuses en terme de puissance de calcul ? Les chercheurs formés à l’analyse des réseaux tradi­tionnelle vont-ils s’y retrouver facilement ?

8Ces questions ne sont pas seulement techniques, mais ont une importance fondamentale à la lumière d’un débat qui a fait couler beaucoup d’encre il y a dix ans environ. Dans un célèbre article sur le Internet paradox (Le paradoxe d’Internet), Robert Kraut et ses co-auteurs (1998) avaient identifié une relation négative entre la construction et le maintien de liens sur l’Internet, généralement avec des personnes éloignées phy­siquement et affectivement (liens faibles), et l’entretien de rela­tions de proximité avec son entourage familial et amical (liens forts) : une technologie supposée socialisante se révélerait alors affaiblir le lien social. Cette vision, d’emblée très controversée, a par la suite été nuancée par les auteurs eux-mêmes après réexamen des données sur une plus longue période (2002) ; la perspective aujourd’hui dominante est plutôt celle, mise en avant par Barry Wellman et co-auteurs, qui voit l’Internet comme un outil additionnel pour aider la sociabilité, et consi­dère les liens en ligne et hors ligne comme complémentaires plutôt que substituables (Wellman et al., 2001). Si à l’époque de ces débats, l’horizon de référence était ce que l’on appelle aujourd’hui le « Web 1.0 », les formes nouvelles du « Web social » et surtout les réseaux socionumériques, loin de clore ce débat, en rouvrent et complexifient les termes.

9Ces questionnements nous mènent à lire les deuxième et troisième parties du numéro, centrales pour s’attaquer à ces questions. La deuxième partie porte sur l’identité en ligne et la « visibilité du quotidien », à savoir, le type d’investissement personnel que les individus doivent faire, en terme de dévoi­lement de soi et construction d’identité, pour établir et main­tenir une présence dans les réseaux socionumériques. Cette question ouvre sur les enjeux, très épineux, de la production, gestion et rediffusion des données personnelles et relationnel­les en ligne. Des problèmes techniques se posent, en terme de qualité et fiabilité des données qui peuvent être récupérées par des méthodes d’extraction automatique d’informations en ligne (Tchuente, Baptiste-Jessel & Canut) mais aussi, et sur­tout, en terme d’accessibilité très large et mal contrôlée des contenus, avec des conséquences non négligeables en ter­mes de protection de la vie privée (Dulong de Rosnay). Les débats en la matière sont bien connus - les réglages de la vie privée sur Facebook ayant fait l’objet de maintes polémiques, par exemple - mais sont loin d’être tranchés. Si les utilisateurs des réseaux socionumériques semblent prêts à dévoiler plus d’eux-mêmes sur le Web dans l’effort de maintenir ou renforcer leurs liens sociaux, les risques réels et les conséquences à court et à long terme - qu’elles soient personnelles, sociales, légales ou même économiques - restent opaques. De manière plus générale, comme le soulignent bien les éditeurs du numéro dans leur introduction (p. 14), les interactions sur les réseaux socionumériques redéfinissent les frontières entre espaces publics et privés, ainsi rendant floues les anciennes distinc­tions. La législation sur la protection de la vie privée, conçue au moment où l’informatique faisait ses premiers pas, révèle aujourd’hui ses limites. Malgré ce constat très généralement partagé, on pourrait être amené à croire que l’expérience déjà faite avec les données hors ligne pourrait à l’avenir fournir des éléments de réflexion aidant à revoir les cadres légaux actuels. Pensons par exemple aux données issues de l’administration publique, ou aux grandes enquêtes statistiques et au recen­sement qui, tout en étant réalisés et gérés par des institutions publiques, ont souvent sollicité la collaboration des chercheurs en sciences sociales, notamment dans l’effort de mettre un maximum d’information à la disposition des débats scienti­fiques et publiques, tout en protégeant la confidentialité des enquêtés. En ce sens, une problématisation de ces questions par la recherche non seulement en droit, mais plus générale­ment en sciences humaines et sociales, s’impose pour démar­rer une réflexion de plus grande envergure.

10La troisième partie du numéro 59 d’Hermès porte sur le lien social : en quoi, et comment, Internet peut-il augmenter notre sociabilité ? Une question de fond, essentielle, est celle de l’amitié abordée par Fabien Granjon : si l’on a coutume d’appeler les contacts sur Facebook « amis », s’agit-il vraiment d’amitié, dans le sens communément attribué à ce terme en philosophie ou en sciences sociales ? Quel type de relations ces « amitiés » sous-tendent-elles en réalité ? Comment sont-elles vécues et interprétées par les individus eux-mêmes ? Granjon montre dif­férentes facettes de ces questions et fait apparaître la variété et complexité des relations humaines qui se cachent sous le terme générique d’« ami », pour inviter le lecteur à une problé­matisation plus profonde des enjeux sous-jacents : une opéra­tion qui se rend bien nécessaire pour établir si, et dans quelle mesure, Internet peut renforcer le lien social. Cette troisième partie explore également d’autres dimensions du lien social, potentiellement touchées par l’usage d’Internet : en particu­lier, l’utilisation des services de réseaux sociaux en ligne par les jeunes, enfants et adolescents (Livingstone, Mascheroni & Murru), les jeux de statut et de réputation (Munier), le contrôle social (Proulx & Kwok Choon), ou l’utilisation de communautés en ligne par les migrants afin de rester en contact avec leur communauté d’origine et lui apporter leur soutien, financier ou même simplement affectif (Kiyindou).

11La quatrième partie étend le regard à toute une série d’utilisations des réseaux socionumériques : entre autres dans la politique, en particulier pour la campagne présidentielle de Barack Obama (Heinderyckx) et les mobilisations récentes dans les pays ara­bes (Ben Henda ; Raymond), ainsi que dans l’économie et l’industrie (Bassoni & Weygand ; Fecherolle ; Perriault).

12Le numéro est très riche et varié, et il est dommage que le format de ce compte rendu ne permette pas de commenter en détail, voire seulement de mentionner, toutes les contribu­tions. Cependant, un bilan d’ensemble s’impose. La pertinence et la publication en temps opportun de l’ouvrage constituent une excellente occasion d’engager une réflexion vaste sur les réseaux socionumériques, portant à la fois sur le plan géné­ral et sur toute une variété de questions plus ponctuelles ou spécifiques. Le numéro accueille principalement des contri­butions françaises et francophones, tout en tenant compte de la recherche qui s’est développée ailleurs, et en se met­tant en dialogue constructif avec elle. L’entretien réalisé par les deux éditeurs avec la très réputée chercheuse américaine Nicole Ellison, certains articles écrits par des auteurs étrangers et traduits en français, et une abondance de références à des publications internationales, permettent au lecteur de se faire une vision, sinon exhaustive, du moins la plus complète possi­ble de la littérature sur ces thèmes, guidée par l’apport français mais non limitée à celui-ci. L’ouvrage a aussi le grand mérite d’être lisible, écrit en langage non technique et de ce fait acces­sible à un public cultivé, mais non spécialiste. En ce sens, il peut être vu comme un outil facilitant l’engagement citoyen des intellectuels et des chercheurs, favorisant la participation de la recherche à l’animation de débats publics, un rôle qui s’avère particulièrement important sur des questions de grande actua­lité comme celles qui sont abordées ici.

13On regrette, toutefois, un peu de superficialité, ou un insuffisant degré de problématisation, dans quelques-uns des articles. Le lecteur a parfois l’impression que certains des auteurs parlent par parti pris, comme s’ils se sentaient dans l’obligation de dire quelque chose de négatif sur les réseaux socio-numériques, ou comme s’ils ressentaient une certaine méfiance, même impli­cite. Bien sûr, ce ne sont pas les jugements négatifs en eux- mêmes qui peuvent déplaire dans un ouvrage de ce type ; mais plutôt le fait qu’ils ne sont pas toujours pleinement justifiés. Il s’agit peut-être, du moins en partie, d’un effet secondaire de la longueur limitée des articles, qui pourrait avoir obligé cer­tains auteurs à trancher un peu vite. Il s’agit peut-être aussi d’un résultat de la perspective délibérément critique adoptée par la revue : en effet, ce numéro se situe explicitement dans le prolongement d’une « critique du numérique » déjà entreprise avec deux numéros thématiques précédents (Hermès no 39, 2004 ; Hermès no 50, 2008).

14Néanmoins, il serait injuste de conclure ce compte rendu par une note négative, étant donné la jeunesse du champ qui, encore imparfaitement développé à ce jour, est toutefois en pleine effervescence, avec une accumulation exponentielle de connaissances nouvelles. Plus que révéler des lacunes, ces remarques indiquent alors des pistes à explorer par la suite, invitant les chercheurs à pousser bien plus loin leurs analyses dans les années à venir, et appelant des contributions nouvel­les, en particulier en sociologie.

15Prenons par exemple la thématique de la protection de la vie privée : il est souvent présumé, d’une manière sans doute un peu réductrice, que les utilisateurs des réseaux socionumériques acceptent les règles imposées par le service sans les comprendre, et en sont au fond victimes. À cet égard, il serait désirable de s’engager dans une interrogation plus profonde sur la conscience que les usagers peuvent réellement avoir des risques, sur d’éventuelles différences de réponse entre groupes ou classes sociales, ou sur les pratiques que les indi­vidus (ou du moins les plus avertis d’entre eux) mettent en œuvre pour gérer les menaces perçues. De même, la ques­tion du contrôle social, abordée directement ou indirectement dans certains articles de ce numéro, pourrait être décortiquée davantage par la suite : la participation à un réseau ou à une communauté en ligne, implique-t-elle nécessairement la sou­mission à une forme de surveillance de la part des pairs ? Ou bien les individus trouvent-ils des manières de s’y soustraire, du moins en partie, tout en restant membres à plein titre de la communauté ? Comment, et dans quels cas réussissent-ils ? Un autre développement possible prend son point de départ dans le parallèle, dressé dans quelques-uns des articles de ce numéro, entre pratiques de sociabilité en ligne et structures sociales anciennes, du don à la solidarité : il serait intéressant de creuser plus ces questions, au-delà de la simple analogie entre nouvelles et anciennes formes, afin de mieux faire appa­raître les raisons pour lesquelles ces formes sociales resurgis­sent dans des contextes aussi différents, et d’en dégager plus nettement les conséquences, qu’elles soient négatives ou positives. Pour conclure avec un dernier exemple, la présen­tation des actions et du rôle des entreprises pourrait être com­plexifiée davantage. Sans nier la finalité lucrative de l’action des entreprises, il serait réducteur de se limiter à présumer une forme d’exploitation de consommateurs ou utilisateurs démunis. Il serait plutôt utile d’identifier les conditions sous lesquelles le consommateur arrive malgré tout à jouer un rôle actif, les cas où les anciens équilibres de pouvoir entre entre­prises et consommateurs sont brisés, et les changements en terme de bien-être, ou de conditions de vie, pour tous les acteurs, consommateurs et entreprises à la fois.

16Dans l’ensemble, et malgré les quelques nuances mentionnées, le numéro est non seulement une lecture à fortement conseiller mais surtout une riche source de questionnements et de pistes pour la recherche future, notamment en sociologie.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Freeman L. (2004), The Development of Social Network Analysis: a Study in the Sociology of Science, Vancouver, Empirical Press.

Kraut R. E., Patterson M., Lundmark V., Kiesler S., Mukhopadhyay T. & Scherlis W. (1998), « Internet Paradox : a Social Technology that Reduces Social Involvement and Psychological Well-Being ? », American Psychologist, vol. 53, no 9, p. 1017-1032.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kraut R. E., Kiesler S., Boneva B., Cummings J., Helgeson V. & Crawford A. (2002), « Internet Paradox Revisited », Journal of Social Issues, vol. 58, no 1, p. 49-74.
DOI : 10.1111/1540-4560.00248

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Musso P. (2004), « La rétiologie », Quaderni, no 55, « L’État et les collectivités locales face aux technoréseaux », p. 21-28.
DOI : 10.3406/quad.2004.1629

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Wellman B., Quan-Haase A., Witte J. & Hampton K. (2001), « Does the Internet Increase, Decrease or Supplement Social Capital ? Social Networks, Participation and Community Commitment », The American Behavioral Scientist, no 45, p. 436-465.
DOI : 10.1177/00027640121957286

Haut de page

Notes

1  Thomas Stenger, Alexandre Coutant, éds. (2011), « Ces réseaux numériques dits sociaux », numéro thématique, Hermès. Cognition – Communication –Politique, publication dirigée par Dominique Wolton, Paris, CNRS éditions, 253 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paola Tubaro, « Ces réseaux numériques dits sociaux », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2012, mis en ligne le 29 février 2012, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://sociologie.revues.org/1118

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page