Navigation – Plan du site

Au-delà de Freud

A propos de Norbert Elias, Au-delà de Freud. Sociologie, psychologie, psychanalyse (La Découverte, 2011)
Hervé Mazurel
Référence(s) :

Norbert Elias, Au-delà de Freud. Sociologie, psychologie, psychanalyse, Paris, La Découverte, 2011

Texte intégral

1Dans la biographie de Norbert Elias, il est sans doute peu de détails aussi révélateurs que de retrouver Sigmund Freud parmi les tout premiers destinataires du Processus de civili­sation, son maître ouvrage de 1939. En effet, si les réceptions secondes de l'œuvre d'Elias ont peu mis en avant la dette intel­lectuelle qui lia le jeune sociologue au maître de Vienne - l'accent étant plus volontiers mis sur la proximité wébérienne -, celle-ci avait été cependant bien mieux perçue lors de la première réception - celle de Raymond Aron en particulier. Sans doute Elias, dont on connaît par ailleurs le peu d'aptitude à dévoiler ses sources, n'a-t-il pas peu contribué à cet effacement, tant il ne cita Freud que fort rarement. Pourtant, à y regarder de plus près, la présence de ce dernier dans l'œuvre éliassienne y est aussi constante que voilée. En fait, le sociologue allemand était un lecteur très intime des écrits freudiens, comme en témoi­gne cette confession faite à Roger Chartier en 1985 : « Sans Freud, je n'aurais pas pu écrire ce que j'ai écrit. Sa théorie a été essentielle pour mon travail, et tous ses concepts (moi, surmoi, libido, etc.) me sont très familiers ». Peu à peu, à dire vrai, une évidence s'est fait jour à nouveau : la thématique élasienne du processus de civilisation s'était inscrite dès l'origine dans la pro­blématique freudienne de Malaise dans la culture.

2Bien que pleinement conscient de sa dette intellectuelle et de combien l'œuvre freudienne fut essentielle à l'allumage de son projet scientifique, il n'en reste pas moins qu'Elias aimait à signifier aussitôt une prise de distance critique et un pro­fond désir de dépassement : « Freud, sa vie durant, affirmait-il, a étudié les hommes et les femmes qui vivaient à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, à la manière des sciences de la nature. Il a forgé ses concepts comme si la structure de la personnalité qu'il observait était celle de tous les êtres humains. Aller au-delà de Freud, scientifiquement parlant, c'est recon­naître les transformations qui affectèrent le développement de la personnalité humaine (...). Le problème est de comprendre comment et pourquoi émergea progressivement la structure de la personnalité qui est décrite par Freud ». On devine ici à ces propos la teneur profondément ambivalente de sa relation au psychanalyste viennois, tissée tout à la fois d'intimité et de dis­tance, d'admiration et de rejet. Sa vie durant, en tout cas, il ne cessa, semble-t-il, de penser avec et contre lui.

3Rien d'étonnant dès lors à ce que, au soir de sa vie, Elias ait ressenti le besoin de clarifier son rapport à la psychanalyse freudienne. C'est de cela dont témoigne cette sorte de texte-tes­tament intitulé « Le concept freudien de société et au-delà », demeuré inachevé à sa mort en 1990, mais qui vient d'être publié en français grâce aux soins de Marc Joly. Ce dernier l'a par ailleurs judicieusement fait accompagner de quatre textes oraux, inédits et précieux, datés de différentes époques et où s'expose, dans toute sa richesse et son ambition, le projet de psychologie sociale développé sa vie durant par Elias. S'y reflète d'ailleurs son long compagnonnage biographique avec l'histoire de la psychanalyse, que ce soit à Francfort, où il fréquenta les milieux du freudo-marxisme, ou à Londres, devenue, à la faveur de la guerre, la capitale nouvelle de la psychanalyse, et où il collabora aux travaux d'un groupe de psychiatres emmené par Sigmund H. Foulkes.

4Le dernier texte, toutefois, étant donné sa portée théorique majeure, est à mettre à part. Car c'est là qu'Elias examine le plus en profondeur ce qui, en définitive, le lie à la pensée de Freud et l'en différencie. Et s'il applaudit globalement à sa théorie des névroses, valorise la pratique de la cure et crédite le psychana­lyste de la peinture la plus cohérente du processus qui mène du nouveau né à l'adulte, le penseur allemand se distancie par contre clairement de la vision atomistique de la société dans laquelle, selon lui, Freud resta empêtré sa vie durant. Ce qu'il dénonce avant tout dans sa théorie, c'est le fait qu'elle repose sur le principe de l'homo clausus - c'est-à-dire centrée sur la fic­tion d'un individu pris isolément - et qu'elle s'appuie de la sorte sur l'opposition trompeuse « individu/société », d'où a surgi à ses yeux la tragique dissociation intellectuelle du psychologique et du sociologique. Or, du fait de cette représentation faussée de la société, Freud n'aurait pu prendre pleine conscience de ce que les processus collectifs, qui possèdent une structure et une dynamique propres, influent historiquement tant sur la forme des relations intrafamiliales que sur la structure même de la personnalité. Or, là gît le reproche fondamental fait à l'œu­vre freudienne : un grave déficit dans la prise en compte de l'historicité des phénomènes psychiques. De ce point de vue, la supposée invariabilité du complexe d'Œdipe à travers le temps - cette pierre angulaire de la pensée freudienne - en consti­tue à coup sûr le premier emblème. C'est pourquoi le projet alternatif éliassien ne vise-t-il rien de moins qu'à historiciser la psychanalyse et ses catégories, tout en la débarrassant de certaines mythologies pseudo-scientifiques (en particulier celle du meurtre du père originaire, présentée dans Totem et Tabou comme le point-origine de la vie en société).

5Une prise de distance non moins essentielle tient, par ailleurs, dans le refus de l'association tacite et binaire que le père de la psychanalyse établit entre l'individu et la pulsion de vie, d'un côté, et la société et la pulsion de mort, de l'autre. Dans ce combat imaginé entre Eros et Thanatos, Elias pense d'ailleurs retrouver chez Freud les traces d'un pessimisme romantique foncier, lové dans les arcanes de sa rationalité critique. À le lire, la société chez Freud - c'est-à-dire les autres -, par les impératifs qu'elle impose en termes de régulation pulsionnelle, est toujours présentée du côté de ce qui réprime, oppresse et limite l'accomplissement des désirs de l'individu. En somme, elle ne cesse de lui faire obstacle. Or, là se trouve sans doute le point de divergence majeur entre les deux penseurs. Car pour Elias, l'autorégulation pulsionnelle ne s'impose pas seulement, comme le croyait Freud, dans l'intérêt de la vie avec les autres, mais comme une condition nécessaire au développement de l'individu : « Sans apprentissage de l'autocontrainte, les indi­vidus auraient bien du mal à vivre les uns avec les autres. Ils seraient inéluctablement exposés aux sollicitations de leurs propres désirs, lesquels en l'absence d'un contrôle régulateur, exigent une satisfaction immédiate ».

6Mais il y a plus encore. Car Elias considère en effet que les hommes sont équipés par nature à apprendre la retenue. À le suivre, les êtres humains auraient en puissance les moyens naturels d'autoréguler leurs pulsions - via des structures orga­niques très probablement situées dans le cortex cérébral. De sorte que les êtres humains disposeraient dès leur naissance des moyens naturels d'autoréguler leurs pulsions, moyens que l'apprentissage doit ensuite activer pour rendre les humains pleinement humains. À défaut, comme semblent nous le signi­fier les quelques cas d'enfants sauvages connus, nous demeu­rerions, dit-il, des sortes de « paquets de pulsions et d'affects non coordonnés ».

7S'il n'est guère envisageable ici, dans l'espace imparti, de faire le tour des heuristiques propositions éliasiennes de redistribu­tion et de réorganisation processuelle des concepts majeurs freudiens (moi, surmoi, libido, inconscient.), tant ces der­nières sont foisonnantes et poussées, du moins doit-on faire remarquer ici que la critique éliassienne de l'œuvre freudienne invite à un réel dépassement de l'opposition classique nature/ culture et à l'ouverture d'un nouveau paradigme, à nos yeux hautement stimulant, pour les sciences humaines. Refusant le modèle issu de Malaise dans la culture, associant les pulsions à la nature et leur contrôle à la seule culture, Elias propose de se défaire de l'habitude de « parler de la nature et de la culture, ou de la nature et de la société, comme si elles existaient dans des mondes différents ». Car le problème vient pour lui de l'impréci­sion même du concept de nature, d'ordinaire entendu comme « la totalité des événements qui ne sont pas dus à l'action de l'homme ». Or, Elias, faisant mine de s'étonner, rappelle très justement que les êtres humains, de même que leurs actions, appartiennent pleinement à la catégorie « nature » : « quelles que puissent être la culture et la civilisation, elles ne sont jamais que la nature transformée sous l'action des hommes ». On le comprend, cette affirmation, aux allures de truisme, est lourde de conséquences intellectuelles.

8Du point de vue scientifique, aller au-delà de Freud impose donc selon Elias d'accepter de se doter d'un nouveau paradigme scientifique qui soit « respectueux du fait que c'est en vertu d'un processus naturel que les êtres humains sont prédisposés à acquérir un langage social ou à développer un schéma régulateur pulsionnel ». Or si, loin de s'opposer, nature et culture se mêlent dans l'imbrication des processus biologiques de maturation et sociaux de civilisation, il s'en­suit selon lui que la recherche à venir doit impérativement situer ses efforts aux confins de la biologie, de la sociologie historique et de la psychologie. Et, par là, de faire advenir une science de l'homme unitaire, par-delà des frontières disciplinaires aveuglantes et largement obsolètes. Et Elias, à quelques jours de sa mort, d'appeler de ses vœux la venue d'une nouvelle génération de chercheurs apte à approfondir cette théorie dite de « la Grande Évolution » qu'il esquissa quelques années plus tôt dans Engagement et distanciation et qui jetait des ponts entre sciences humaines et sciences biologiques. Mais Elias connaissait bien sûr la toute puis­sance des carcans disciplinaires traditionnels et leur singu­lier pouvoir de reproduction. Aussi savait-il sans doute qu'il faudrait bien du temps encore avant que la recherche ne se risque vraiment sur ce front pionnier, aux limites encore floues et aux contrées largement inexplorées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Mazurel, « Au-delà de Freud », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2012, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1107

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page