Navigation – Plan du site

La responsabilité de l’écrivain

A propos de Gisèle Sapiro, La responsabilité de l’écrivain (Seuil, 2011)
Björn-Olav Dozo
Référence(s) :

Gisèle Sapiro, La responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France. XIXe-XXIe siècle, Paris, Seuil, 2011, 752 p.

Texte intégral

  • 1  Gisèle Sapiro (2011), La Responsabilité de l’écrivain. Droit et morale en France (XVIeXXIe siècle (...)

1Cet imposant ouvrage1 de plus de sept cents pages explore l'autonomie du littéraire dans ses rapports avec le juridi­que et la morale, à la suite des propositions de Michel Foucault sur le statut de l'écrivain et en complément des travaux de Pierre Bourdieu sur l'économie spécifique des biens symboliques et l'autonomie relative du champ littéraire par rapport à la sphère économique. La mise en série de coupes synchroniques de l'état du champ littéraire français à quatre époques dif­férentes (Restauration, Second Empire, Troisième République et Libération) confère à la thèse générale de Sapiro une origina­lité indéniable, renforcée par l'exploitation de certaines sources juridiques inédites concernant différents procès d'écrivains à la Libération.

2L'hypothèse principale du livre est qu'il existe « une imprégna­tion réciproque entre les représentations qui fondent la respon­sabilité pénale de l'auteur d'écrits, telles qu'elles ressortent des débats qui se sont tenus lors des grands procès littéraires, et les conceptions de l'éthique professionnelle du métier d'écrivain qui se sont élaborées en France aux xixe et xxe siècles » (p. 10). Il s'agit donc d'une étude qui interroge les « cadres d'interpré­tation de la réalité » (p. 34), en concevant ces représentations « comme l'enjeu et le produit de luttes qui doivent être inscrites dans une histoire structurale » (p. 34). C'est l'évolution compa­rative de quatre moments particuliers générant leurs représen­tations propres qu'il est donné à lire.

3L'ouvrage est divisé en quatre parties, reprenant les quatre périodes étudiées et regroupant trois chapitres chacune, le tout étant précédé d'une introduction méthodologique et suivi d'une conclusion.

Vue d’ensemble

4L'introduction méthodologique pose les fondements de cette recherche. « Du point de vue de la démarche, cette étude se veut avant tout une généalogie des conceptions de la responsa­bilité de l'écrivain, dans une perspective de sociologie historique. Il ne s'agit pas tant de proposer une nouvelle histoire des procès littéraires, déjà bien connue, que de saisir les représentations des pouvoirs de la littérature et de ses fonctions qui sous-ten- dent ces conceptions » (p. 34). La méthode est ainsi en place : l'histoire des procès est au service d'une histoire sociale des représentations, au titre où « le procès et ses suites constituent donc un moment privilégié [...] pour saisir ces conceptions » (p. 39-40). Mais ces procès ne peuvent être isolés d'ensembles plus vastes, qui leur confèrent sens et portée. Trois temporalités sont donc articulées au sein de l'ouvrage : « la longue durée des institutions et des catégories d'analyse du monde social [.] ; le moyen terme des configurations sociohistoriques [...] ; le court terme de l'événement, ici les procès littéraires » (p. 35).

5Cette triple temporalité inspire le découpage de chaque partie en trois chapitres, bien que Gisèle Sapiro ne sépare pas trop nettement les temporalités l'une de l'autre, évitant ainsi une approche trop artificielle. On rencontre tout d'abord une « mise en perspective sociohistorique de la situation de la littérature [...], de la position des écrivains [...] et des enjeux politiques liés à leur procès » (p. 36). Le deuxième chapitre de chaque partie analyse les débats autour des textes attaqués comme dangereux en examinant leur contenu, leur forme, leurs effets supposés tels qu'ils sont présentés à l'époque et les arguments de la défense. Enfin, le troisième chapitre s'intéresse aux discussions autour de la responsabilité subjective de l'écrivain, « son éthique professionnelle, sa fonction sociale » (p. 39).

  • 2 On pointera notamment l'intérêt des quelques paragraphes concluant chaque chapitre, qui synthétisen (...)

6La structure très rigoureuse de l'ouvrage est une de ses gran­des qualités. Elle sert la clarté du propos, permet une circula­tion aisée dans ce vaste ensemble et soutient la systématisation du propos2. Reposant sur de solides démonstrations détaillées, l'analyse s'intéresse à l'argumentation générale plus qu'aux cas individuels. Quand G. Sapiro évoque le particulier (comme avec Baudelaire ou Flaubert), c'est pour sa valeur paradigmati­que. De même, à part dans le cas de Madame Bovary (nous y reviendrons), l'analyse des œuvres est laissée de côté au profit de l'analyse des discours de l'époque sur ces œuvres. Cette histoire de la responsabilité de l'écrivain, fidèle à son approche de sociologie de la littérature, est donc avant tout magistrale­ment sociale et contextuelle (étudiant le « discours social » sur la responsabilité) et peu littéraire et textuelle. Si cette remarque est assez banale concernant la production de la sociologie de la littérature, elle induit des choix, toujours justifiés et pesés, qui pourraient surprendre certains. Ainsi en est-il de celui de ne pas postuler de distinction entre fiction et non-fiction (p. 37) après la première période. Si l'on sait que les textes de non-fic­tion ne sont pas toujours exclus de la catégorie « littérature », cette absence de distinction a priori pousse le lecteur à s'inter­roger sur le continuum des statuts d'écrivains, du romancier au polygraphe lettré. Ces ajustements et ces questionnements incitent le lecteur à historiciser les catégories que l'on mobilise parfois trop naturellement et à s'interroger sur ce qu'est la littérature.

Quatre périodes pour saisir une évolution non linéaire

7L'analyse du discours des différentes époques constitue la pierre de touche de cette recherche. « La littérature comme le droit se prête à une archéologie des discours dans la mesure où ces traditions lettrées élaborent leurs propres catégories d'analyse et se réfèrent en permanence à leur histoire » (p. 34). G. Sapiro insiste cependant sur le fait qu'il ne faut pas conclure trop vite à une stabilité de sens pour toutes les notions. Chaque époque s'empare de celles-ci, les travaille, les reformule, les adapte à l'évolution de la société, pour proposer une reconfiguration partiellement inédite du débat. Il est donc indispensable, pour chaque période, d'étudier ces appropriations argumentatives par les contemporains.

8La Restauration voit l'affirmation du processus d'autonomisa- tion de la littérature, tant par rapport au champ du pouvoir (la liberté devient la valeur suprême des écrivains) que par rap­port à d'autres activités intellectuelles (philosophie, politique, science, etc.). « L'« écrivain littéraire » se voit distingué du savant, de l'érudit et de l'artiste par la beauté de son style et son originalité » (p. 44). L'évolution des conditions matérielles du marché du livre (industrialisation progressive) et la libéralisation de celui-ci bouleversent l'équilibre de la production littéraire. La « conception de l'originalité du génie créateur renforce en retour la représentation de l'écrivain individualiste et libre, et donc la conception subjective de sa responsabilité » (p. 46).

  • 3  Alexandre Prstojevic, « La responsabilité de l'écrivain. Entretien avec Gisèle Sapiro à propos de (...)

9C'est un véritable apprentissage de la liberté d'expression qui secoue la société de l'époque. « Le principe de la liberté de publier et de faire imprimer ses opinions est mis en applica­tion par les lois de Serre de 1819, qui posent le cadre législatif du régime de liberté de presse ». Comme G. Sapiro l'explique dans une interview de la revue Vox Poetica, « on passe ainsi, de manière durable, d'un régime préventif à un régime répres­sif, qui intervient après publication »3. Cette loi est analysée en détail dans l'ouvrage, pour en mesurer la portée et les enjeux, mais aussi pour signaler les lois d'exception qui toucheront notamment la presse politique.

10Les lois de Serre fondent la responsabilité de l'écrivain sur des faits objectifs. « L'action qui constitue l'infraction n'est pas la pensée coupable, mais le fait matériel de sa publication » (p. 50). Les enjeux de cette conception « objective » de la res­ponsabilité sont réels : elle tente de dissuader les éditeurs de publier des écrits subversifs et donne à l'État les moyens de les poursuivre si nécessaire, tout en assurant une liberté de conscience et de commerce. L'Église, hostile en grande partie à cette libéralisation, multiplie les prises de position en défa­veur des « mauvais livres ». Quant aux auteurs de l'opposition, ils mobilisent des genres à grande diffusion, comme la chan­son (le cas de Béranger est finement analysé) et le pamphlet (Paul-Louis Courier), pour tenter de toucher un public populaire. Différentes techniques littéraires obligent le ministère public à se rabattre sur l'outrage aux mœurs et à la morale lors des diffé­rents procès de ces écrivains. Il faut souligner que l'analyse du genre pamphlétaire proposée par G. Sapiro (p. 114-117), mise en rapport avec les travaux de Marc Angenot sur le sujet, illustre remarquablement l'évolution interne de cette forme littéraire, qui semble ainsi connaître un tournant lors de la Restauration.

11Cette première partie met en évidence le pouvoir symbolique dont est investi l'écrivain à partir de cette époque et qui repose notamment sur la responsabilité qui lui est imputée lors des procès littéraires. Si la responsabilité objective se trouve éten­due par le régime de liberté de la presse et les progrès de l'al­phabétisation, cette autorité acquise par l'écrivain accroît de même sa responsabilité subjective. C'est celle-ci qui va encore se développer sous le Second Empire.

  • 4  Jean‑Paul Sartre (1971‑1972), L’idiot de la famille, Paris, Gallimard.
  • 5  Pierre Bourdieu (1992), Les Règles de l’art, Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Se (...)

12G. Sapiro revient dans cette deuxième partie sur des événe­ments et des œuvres souvent étudiées par l'histoire littéraire (parti pris de l'Art pour l'Art, procès de Baudelaire et Flaubert, etc.). Mais la grille d'analyse qu'elle propose renouvelle l'appro­che de ces objets. Elle rappelle évidemment les thèses de Sartre4 et de Bourdieu5 concernant la déontologie de cette génération, en particulier la professionnalisation du métier d'écrivain, ce dernier revendiquant le fait de se consacrer exclusivement à son travail, ne reconnaissant aucune soumission politique ou morale. Mais dans le chapitre « Anatomie d'un scandale » (p. 205-284), en suivant le mode opératoire qu'elle s'est donné (examen du scandale dans ses dimensions éthiques, esthé­tiques, sociales et psychosociologiques), elle offre au lecteur une remise en contexte sociohistorique systématique de ces deux procès qui empêche de les considérer comme un hapax fondateur de l'autonomie du littéraire. C'est en effet ce dialogue avec les conditions sociales et les procès similaires antérieurs et les effets que ces scandales vont avoir sur le débat de la res­ponsabilité de l'écrivain qui fait toute la pertinence du retour de Sapiro sur ces événements. Sa lecture du procès de Madame Bovary, qui rappelle tout d'abord les arguments s'appuyant sur la forme de l'œuvre lors des plaidoyers des avocats, mais aussi la réception du livre par le public, en vient finalement à une lec­ture de l'œuvre : l'un des arguments du procès concernait en effet la mise en récit de la lecture elle-même. Cette étude des représentations de la lecture au sein de Madame Bovary nous semble particulièrement utile et en phase avec les travaux récents d'une certaine sociocritique. Elle illustre tout l'intérêt d'une analyse des œuvres par la sociologie lorsque celle-ci fait dialoguer texte et contexte de production.

13La troisième partie développe la réaction à la conception res­trictive de la responsabilité de l'écrivain qui s'est mise en place sous le Second Empire. La Troisième République et son idéal démocratique ne pouvaient refuser « de prendre en considéra­tion les lecteurs non initiés » (p. 319), mis à l'écart par l'auto- nomisation du littéraire. Cette tour d'ivoire qu'elle se construit ne pouvait que « lui fai[re] perdre sa fonction sociale, donc sa prétention à l'universalité ».

  • 6  Émile Zola, « La République et la littérature », article paru dans le supplé­ment littéraire du Fi (...)

14C'est par rapport à l'intérêt national que la responsabilité de l'écrivain va se définir durant cette période. Zola l'écrit : « Les gouvernements suspectent la littérature parce qu'elle est une force qui leur échappe »6. La République naissante a un très grand souci de moralité et de respectabilité, lié à l'« inté­rêt national ». Lors des procès des naturalistes s'exprime une tension entre la liberté d'expression et la responsabilité de ces écrivains envers cet « intérêt national ».

15S'ajoute à cette tension la montée en puissance du paradigme scientifique, en particulier médical et biologique, que l'on retrouve tant du côté des écrivains que de leurs accusateurs. Les premiers défendent l'idée d'une littérature objectivant la réalité, brandissant la vérité contre la morale. Ils organisent leur description du réel sur le modèle de la pratique scientifique. De l'autre côté, les accusateurs pointent la responsabilité de l'écrivain en arguant du « pouvoir de propagation d'idées et d'émotions qui est prêté [aux écrits] » (p. 454). Ces « nouvelles théories psychosociologiques sur les effets de la lecture » ren­forcent encore la responsabilité objective de l'auteur. La légi­timité du discours scientifique est brandie de part et d'autre, mais les naturalistes vont échouer à l'imposer en littérature autrement que par le scandale.

16Les défenseurs de l'autonomie du littéraire fondent et soutien­nent une conception active de la réception, qui embrigade le lecteur dans l'interprétation du texte et lui octroie de la sorte une part de responsabilité. Dans le même mouvement, cette redéfinition de la réception a des conséquences sur le rôle social de l'écrivain.

17L'un des enjeux démocratiques majeurs sous le Second Empire et la Troisième République concerne donc la lecture, sa défi­nition plus ou moins active, ses potentialités de subversion et les possibilités du lecteur à résister à l'influence des « mauvais livres ». Lors de la Libération et de l'épuration du monde des let­tres, les procès prennent acte d'une profonde différence dans le débat intellectuel : sous l'Occupation, les règles du combat d'idées ne sont pas respectées car les adversaires dénoncés par les soutiens intellectuels du pouvoir en place s'exposent à des mesures de rétorsion de ce pouvoir temporel ; le débat ne peut exister à partir du moment où les opposants au régime de Vichy risquaient leur vie et ne pouvaient s'exprimer librement.

18L'enjeu de ces procès n'est donc plus la définition des bonnes ou des mauvaises lectures, mais la convenance morale de l'exer­cice même de l'écriture, quand les publications étaient passées à nouveau sous un régime non libéral, exerçant un contrôle antérieur à toute publication. Cela ne signifiait cependant pas une négation du statut particulier de l'écrivain acquis depuis plus d'un siècle. « L'épuration des intellectuels témoigne de la double reconnaissance sociale de l'autonomie de la littérature et du pouvoir symbolique des écrivains. La justice fut d'autant plus clémente envers ceux qui s'en étaient tenus à faire de la littérature qu'ils étaient consacrés » (même s'ils furent sanc­tionnés pour avoir dérogé au code de déontologie implicite de la profession) (p. 566). D'un autre côté, ceux qui furent reconnus coupables furent « désignés comme les principaux responsa­bles, avec les membres du gouvernement de Vichy, du crime de trahison » (p. 567). « Bien que la loi ne les considérât que comme les complices des éditeurs, et plus encore des gérants7, les écrivains furent le plus sévèrement châtiés, reconnaissance paradoxale du pouvoir symbolique que leur prêtait la société de leur temps » (p. 567).

19G. Sapiro rappelle que la défense, lors de ces procès d'épura­tion, s'appuya sur les arguments traditionnels mobilisés pour soutenir la liberté d'expression. C'est faire peu de cas, pour ces défenseurs, des conditions de la vie intellectuelle sous l'Occupation. Sans contradicteur, jouissant de leur statut d'in­tellectuel, les tenants du régime en place, tirant leur autorité notamment de leur ajustement à ce régime, officiaient dans une situation de quasi-monopole idéologique. Dans ces condi­tions, « ils rompaient le pacte éthique fondateur de l'autonomie intellectuelle [...]. Ils furent bien mal placés pour revendi­quer cette autonomie après l'avoir refusée à leurs confrères » (p. 626-627).

20Cette analyse très convaincante lui permet de revenir sur un moment de l'histoire que la sociologue connaît bien8, et de prolonger sa réflexion sur l'après-guerre, dans un chapitre consacré à Sartre. Elle y montre comment ce dernier propose une résolution du paradoxe du statut des intellectuels au sor­tir de la guerre : si les arguments de l'accusation permettaient de construire le portrait moral du traître intellectuel, coupable d'« intelligence avec l'ennemi », comment pouvait-on trahir, en tant qu'intellectuel, si l'on admettait, comme Sartre, le principe de l'autonomie et de l'indépendance de l'esprit ? Pour G. Sapiro, la conception de Sartre « de la "littérature engagée” ne peut se comprendre que sur fond des procès et des débats qu'ils ont suscités autour de la notion de responsabilité de l'écrivain » (p. 630).

Un ouvrage de référence

21On l'aura compris, l'ouvrage de Gisèle Sapiro constitue une somme impressionnante, très documentée et agréable à lire, sur ces quatre moments spécifiques du champ littéraire et sur les conceptions de la responsabilité de l'écrivain qui s'y sont affrontés. L'auteure propose également, tout au long de l’ouvrage, la description rapide et dense des phases de transition entre deux périodes et un prolongement au-delà de la Libération, partageant ainsi quelques réflexions sur une actuelle « éthique de la forme ». Il serait néanmoins intéres­sant de prolonger le travail de la sociologue en reprenant à nouveaux frais, comme elle a pu le faire pour les quatre pério­des qu'elle traite, l'étude de la période contemporaine, lieu de concurrence médiatique, qui présente des enjeux spécifiques pour l'écrivain.

22Une dernière remarque concernant la facture du livre : cette étude présente tous les traits formels de l'ouvrage de référence. Néanmoins, elle ne propose ni bibliographie finale ni index des auteurs cités en référence (ce que proposait La Guerre des écrivains), seulement un index des noms de personnes (corpus primaire). On ne peut que regretter cette décision éditoriale, qui empêche une autre forme de circulation dans l'ouvrage. II reste que ce livre constitue une avancée majeure dans la compréhension du champ littéraire et de ses tensions spécifiques.

Haut de page

Notes

1  Gisèle Sapiro (2011), La Responsabilité de l’écrivain. Droit et morale en France (XVIeXXIe siècle), Paris, Le Seuil, coll. « Philo », 748 p.

2 On pointera notamment l'intérêt des quelques paragraphes concluant chaque chapitre, qui synthétisent les enjeux de celui-ci.

3  Alexandre Prstojevic, « La responsabilité de l'écrivain. Entretien avec Gisèle Sapiro à propos de son livre La Responsabilité de l’écri­vain. Littérature, droit et morale en France (xixe-xxie siècle) (2011), Paris, Le Seuil, », Vox-poetica. Lettres et sciences humaines, 7 juin 2011, http://www.vox-poetica.org/entretiens/intSapiro.html, consulté le 22/9/2011.

4  Jean‑Paul Sartre (1971‑1972), L’idiot de la famille, Paris, Gallimard.

5  Pierre Bourdieu (1992), Les Règles de l’art, Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil.

6  Émile Zola, « La République et la littérature », article paru dans le supplé­ment littéraire du Figaro du 20 avril 1879 et en brochure chez Carpentier ; il est repris dans Émile Zola (2006), Le Roman expérimental, Paris, Flammarion, « gf », p. 339-370 (p. 357 pour la citation). Cité p. 379.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Björn-Olav Dozo, « La responsabilité de l’écrivain », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2012, mis en ligne le 29 janvier 2012, consulté le 18 août 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1104

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page