Navigation – Plan du site

Le collège divise

Appartenance de classe, trajectoires scolaires et enseignement professionnel
Junior high school separates. Class origin, school trajectories and vocational training
Ugo Palheta

Résumés

En nous fondant sur les données longitudinales de la depp, on voudrait en premier lieu dans cet article reconstituer les cheminements scolaires d’élèves entrés en  6e en 1995. Il s’agira par ailleurs de montrer, non seulement que le collège ne peut être qualifié d’« unique » qu’en minimisant le tri social effectué en son sein, mais aussi que l’enseignement professionnel constitue une composante essentielle du système d’enseignement, ayant pour fonction spécifique d’accueillir et d’offrir une « voie de salut » aux jeunes d’origine populaire les plus rétifs à la socialisation scolaire et/ou les plus en difficulté, exclus à ce double titre des études longues. Le collège apparaît ainsi comme une instance opérant un tri indissociablement scolaire et social, par le biais de trois procédures dont les effets se révèlent cumulatifs : le placement dans des classes atypiques, le redoublement et l’orientation en fin de 3e. Par ailleurs, en nous appuyant sur des entretiens issus de plusieurs enquêtes de terrain menées entre 2005 et 2008 dans des établissements d’enseignement professionnel, on cherchera à montrer comment les élèves donnent sens, rétrospectivement, à leur parcours scolaire antérieur, afin d’étoffer l’explication des carrières scolaires des jeunes d’origine populaire.

Junior high school separates. Class origin, school trajectories and vocational training

By leaning on longitudinal data produced by the depp, we would first like to reconstruct the school trajectories of pupils who entered junior high school in 1995. The main aim of this article, however, is not only to show that junior high school can only be called « unique » if the social sorting that takes place at this level of the school system is minimized, but also that vocational training is an essential element of this system. Indeed, it has the specific function of offering a « path to salvation » to working‑class kids who are the most difficult in school socialization and/or have the most problems in learning, and who because of these two reasons are excluded from general and long‑term studies. Junior high school thus appears to be an institution that operates school and social sorting, and this through three procedures that produce cumulative effects: placement in atypical classes, repeating, and counseling at the end of junior high school. In addition, we lean on field studies led in vocational secondary schools to show how pupils retrospectively give meaning to their school paths, so as to improve the explanation of working‑class kids’ school trajectories.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Cheminements scolaires du collège à l’enseignement professionnel
Les classes atypiques, antichambre de l’enseignement professionnel
Classes atypiques et orientation en fin de 3e
Qui sont les élèves des classes atypiques ?
Rapport aux études et orientation vers les classes atypiques
La double signification du redoublement
Les effets différentiels du redoublement
Effets d’assignation statutaire et autoélimination
De l’entrée au collège à l’orientation en fin de 3e : sélection scolaire, sélection sociale
Sélection scolaire négative et inégalités de progression au collège
Inégalités d’orientation et autoéviction des classes populaires
Avenir de classe et « paradoxe de Willis »
Inégalités d’orientation et action des conseils de classe
Les décisions finales d’orientation
Conclusion

Aperçu du début du texte

On ne peut guère prétendre mettre au jour les fonctions sociales accomplies par le système éducatif sans s’attacher à décrire minutieusement les mécanismes de sélection qui, opérant un tri continu dans la masse des élèves en âge d’être scolarisés, définissent pour chaque filière, ou groupe de filières, des publics dotés de propriétés socioculturelles distinctes et promis à des devenirs socioprofessionnels opposés. Autrefois brutaux et précoces (Clerc & Girard, 1964 ; Bastide & Girard, 1969), ces mécanismes s’inscrivent depuis l’avènement du « collège unique » – dont la mise en place effective date, non de la loi Haby de 1975, mais de la suppression du palier d’orientation en fin de 5e (au milieu des années 1980) – dans des carrières scolaires progressivement différenciées et finement hiérarchisées. Le système d’enseignement unifié et massifié se voit de plus en plus contraint de conserver en son sein des élèves qu’il aurait jadis exclus prématurément, et d’opérer lui‑même une sélect...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ugo Palheta, « Le collège divise », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 2 |  2011, mis en ligne le 29 février 2012, consulté le 29 avril 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1096

Haut de page

Auteur

Ugo Palheta

ugopalheta@gmail.com
Postdoctorant au GRESCO (Université de Poitiers) – Chercheur associé à l'OSC - Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, Bâtiment A5, 5, rue Théodore-Lefebvre, 86000 Poitiers.

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page