Navigation – Plan du site

La pénétration de la « culture psychologique de masse » dans un groupe populaire

Paroles de conducteurs de bus
The penetration of « mass psychological culture » ina working‑class group: the words of bus drivers
Olivier Schwartz

Résumés

Fondé sur une enquête portant sur un groupe de travailleurs subalternes très majoritairement de sexe masculin – les conducteurs de bus de la ratp en région parisienne –, cet article a pour point de départ un ensemble de constats concernant la manière dont ces conducteurs parlent de leur travail. Les propos de ceux‑ci font fréquemment référence au thème de la difficulté « psychologique » de leur métier, et font apparaître une perméabilité du groupe des conducteurs à ce que Robert Castel a proposé d’appeler la « culture psychologique de masse ». Cette perméabilité n’allait pas de soi. On pouvait s’interroger en effet sur la relation qu’étaient susceptibles d’entretenir des hommes appartenant au salariat d’exécution, proches des milieux populaires, avec ce type de culture. On se propose ici de mettre cette perméabilité en évidence, d’en rendre compte, d’en montrer en même temps les limites, et de dégager ses implications pour une sociologie des univers culturels des catégories populaires d’aujourd’hui.

The penetration of « mass psychological culture » ina working‑class group: the words of bus drivers

This article, based on a study of a group of overwhelmingly male junior workers – the bus drivers of ratp in the Paris region –, has for its starting point a set of observations about how these bus drivers talk about their work. Their words frequently refer to the theme of their « psychologically » difficult profession, and thus make evident their permeabilityto what Robert Castel has proposed to call « mass psychological culture. » This permeability was not self‑evident. Indeed, one could wonder what relationshipthese men with subor­dinate jobs and close to the working class would be susceptible to have with that type of culture. Here, we propose to show evidence of this permeability, to account for it while showing its limits, and to highlight its implications for the sociology of the cultural worlds of today's working‑class groups.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a fait l’objet d’un prolongement sous la forme d’un texte de Gérard Mauger intitulé « Sociogenèse, appropriation et incidences de la “culture psychologique de masse” » que le lecteur pourra trouver sur le site de la revue : http://sociologie.revues.org/1124

Notes de l’auteur

Je remercie vivement Olivier Masclet, Florence Weber, ainsi que les lecteurs anonymes de Sociologie, pour leurs remarques et leurs suggestions sur des versions antérieures de cet article.

Accès au texte / extrait

Plan

Le groupe des conducteurs : présentation
La situation de travail des conducteurs : un facteur de perméabilité à la psychologisation
Une contrainte de tolérance
Ses effets
Des formes de psychologisation de l’expérience dans un groupe de salariés d’exécution : paroles de conducteurs
Récurrence du thème de la difficulté « psychologique » du travail
Le métier de conducteur comme métier dans lequel il faut « gérer le stress »
La référence à la nécessité d’être « fort » psychologiquement
Un univers culturel qui s’est « psychologisé »
Dire le psychique : perduration de traits populaires
Conclusion

Aperçu du début du texte

Au début des années 1980, dans un ouvrage, qui a fait date, analysant un ensemble d’évolutions ayant affecté en France, depuis la fin des années 1960, différentes sphères de la vie sociale, Robert Castel avançait l’hypothèse de la montée et de la diffusion, dans la société française, à grande échelle, d’une nouvelle figure culturelle, qu’il proposait d’appeler une « culture psychologique de masse ». Produit, selon l’auteur, d’un mouvement multiforme d’expansion, hors de leur sphère d’origine, des techniques « psy » et d’une reconfiguration d’ensemble des formes de la régulation sociale, cette culture se caractérisait notamment par un intérêt intensifié pour le « psychologique », par le recours aux techniques « psy » pour agir sur les situations de mal‑être personnel ou pour modifier des relations perçues comme insatisfaisantes à soi‑même ou aux autres, et surtout par l’importance essentielle accordée à tout ce qui peut permettre d’améliorer ses propres fonctionnements subjectifs, de...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Schwartz, « La pénétration de la « culture psychologique de masse » dans un groupe populaire », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 2 |  2011, mis en ligne le 22 mars 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://sociologie.revues.org/1094

Haut de page

Auteur

Olivier Schwartz

o.schwartz@wanadoo.fr
Professeur d’Université, sociologie - Centre de recherches sur les liens sociaux – Université Paris Descartes – 45, rue des Saints-Pères – 75006 Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page