Navigation – Plan du site

L’injonction au professionnalisme. Analyses d’une dynamique plurielle

À propos de Valérie Boussard, Didier Demazière, Philip Milburn (dir.), L’injonction au professionnalisme. Analyses d’une dynamique plurielle (PUR, 2010)
Matthieu Gateau
Référence(s) :

Valérie Boussard, Didier Demazière, Philip Milburn (dir.) (2010), L’injonction au professionnalisme. Analyses d’une dynamique plurielle, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Sociétés », 2010, 178 p.

Texte intégral

1Le professionnalisme, en tant qu’injonction, concerne tous les travailleurs : tout le monde se doit d’être professionnel ou plutôt d’être un « bon » professionnel… sans bien toujours savoir à quoi cela correspond. Si la figure type du professionnalisme renvoie à une éthique défendue par des travailleurs experts, qualifiés, autonomes, engagés, responsables et créatifs, il se définit aussi comme « un ensemble d’impératifs imposés de l’extérieur à des travailleurs soumis à de nouvelles définitions de leurs missions et confrontés à des normes d’efficacité pilotant leur activité » (p. 13). C’est sur ce constat d’une polysémie des usages du terme professionnalisme où le travail et la qualité de professionnel font l’objet de définitions multiples que s’ouvre cet ouvrage collectif. Le postulat initial est que le professionnalisme n’est ni jamais complètement stabilisé ni garanti, malgré l’existence d’un mode de régulation qui « offre aux travailleurs des protections collectives qui fixent les contours de la définition de leur travail et leur garantissent la qualité de professionnel » (p. 16). Ce dernier semble ne plus suffire à l’heure où l’exigence de professionnalisme est croissante et se présente sous de nouvelles formes. Elle n’est ainsi plus uniquement endogène (from within), c’est‑à‑dire portée par les travailleurs eux‑mêmes, pour organiser, contrôler ou défendre leur activité (endogène). A contrario, elle est plus souvent imposée de l’extérieur (from above) par les autres acteurs avec lesquels les travailleurs sont en interaction durant l’exercice de leur profession. Cette injonction au professionnalisme, dont le but est de (re)mobiliser les travailleurs, d’améliorer leurs performances ou leur efficacité, induit de nombreuses transformations pour ces derniers. Devant désormais composer avec une organisation du travail renouvelée, des normes gestionnaires jusqu’alors moins prégnantes ou d’autres formes novatrices de cadrage de leurs activités, les travailleurs, quels qu’ils soient, doivent composer avec cette nouvelle contrainte. C’est ce que montrent, à travers une analyse comparative de différentes dynamiques professionnelles, les dix contributions réunies dans ce livre. La démarche collective consiste alors à analyser l’articulation des stratégies d’acteurs (résistance, adaptation, inertie, prise de parole…) et des dispositifs de changements portés par des acteurs externes à travers trois cas de figure qui organisent la structure du livre.

2La première partie se concentre sur trois catégories intermédiaires du salariat touchées par diverses transformations organisationnelles desquelles apparaissent de nouvelles injonctions et exigences. Celles‑ci, qui contribuent à une remise en question des pratiques professionnelles des travailleurs, affaiblissent progressivement leur autonomie professionnelle, une donnée centrale dans l’organisation de ces groupes bénéficiant d’un statut hiérarchique élevé. Ainsi, qu’il s’agisse des techniciens de France Télécom et des répercussions de la privatisation de l’entreprise publique, des informaticiens (ingénieurs et techniciens) de recherche et développement soumis aux mutations du marché informatique ou encore des facteurs et des multiples mutations du service postal, ces trois groupes qui exercent une activité productive stratégique doivent faire face aux changements fondamentaux transformant leur organisation. Les techniciens de France Télécom, dans le sillage du passage de l’entreprise en société anonyme en 1996, perdent leur prestige et voient l’organisation du travail bouleversée via des politiques de redéploiement des effectifs, de fusion des sites ou encore une réforme de leur système indemnitaire à mesure que l’accent est mis sur le développement des activités commerciales. Sous l’effet de nouvelles contraintes managériales et de l’imposition d’une nouvelle culture d’entreprise, les techniciens sont séparés en deux catégories puisqu’une partie d’entre eux, amenée à intervenir directement chez les clients, est extraite des centres techniques pour intégrer les unités commerciales. Exposé par ailleurs à de nombreux changements techniques inhérents aux évolutions récentes des systèmes de communication, ce groupe professionnel, désormais placé sous l’autorité des cadres commerciaux, est profondément déstabilisé et dépossédé d’une partie de son autonomie professionnelle.

3Concernant les informaticiens de recherche et développement, les évolutions multiples du secteur depuis la fin des années 1960 et la naissance de l’informatique dite « moderne » ont amené à de nombreuses recompositions professionnelles. Après l’autonomie des premiers temps (auto‑organisation de l’activité de travail ; définition entre pairs des savoirs légitimes et nécessaires ; mise à distance des injonctions hiérarchiques ; négociations des conditions de travail), les années 1980, sous l’effet de nouvelles concurrences, ont transformé l’activité de travail informatique, conduisant au renforcement des critères organisationnels de définition de l’activité. Devant faire face aux changements là encore consécutifs aux progrès techniques du secteur, les informaticiens en recherche et développement doivent désormais intégrer des critères d’utilité et de rentabilité de leur travail, les délais de conception et de réalisation étant toujours plus courts et la durée de vie des produits limitée. S’ils ont souvent le sentiment de produire un travail bâclé, ils doivent composer avec un marché connaissant également une institutionnalisation de ses espaces de transmission des savoirs. Avec l’imposition de logiques marchandes dans la définition des savoirs et pratiques professionnels informatiques des années 1990, ce mouvement de perte d’autonomie se poursuit. La logique de standardisation marchande, illustrée par la mise place d’un système de certification délivré par les éditeurs dominants, empêche la créativité de s’exprimer, mais exige le renforcement des compétences organisationnelles et relationnelles.

4Le dernier cas traité est lui aussi riche d’enseignements. On découvre ainsi la manière dont les facteurs, dont l’activité professionnelle principale consiste en la distribution du courrier au cours d’une tournée dont ils deviennent titulaires au cours du temps, voient eux aussi leur autonomie menacée. Ainsi, avec les (très) nombreux changements stratégiques et organisationnels qu’a connus le service postal depuis plusieurs décennies (disparition des ptt, érosion du monopole de la distribution du courrier, exigences de rentabilité, promotion d’une logique commerciale), c’est toute l’activité des facteurs et leurs conditions de travail qui sont transformées. De la même manière, la hausse des exigences et aptitudes commerciales des facteurs a conduit à une réorientation des processus de recrutement tandis que s’est développée la logique d’évaluation/vérification des objectifs. Si, comme l’écrit l’auteur, « désormais il s’agit de vendre des services, et non de rendre service » (p. 56), il demeure que dans les pratiques professionnelles, les activités commerciales restent relativement marginales, tout se passant comme si « les injonctions à participer au tournant commercial restent peu efficaces » (p. 56). Une autre transformation mise à jour ici questionne encore davantage l’autonomie des facteurs : il s’agit de la création du statut de « facteur de secteur », sans tournée fixe, privilégié par les plus jeunes, les moins expérimentés, les moins enracinés, ceux qui s’identifient le moins à la corporation, sont les moins syndiqués et les plus réceptifs aux discours et politiques de modernisation. Ce nouveau statut, qui produit de l’hétérogénéité au sein du groupe professionnel constitué par les facteurs, entame véritablement la cohésion du groupe et inquiète quant au devenir de la profession.

5La seconde partie de l’ouvrage s’interroge sur la récente remise en question de l’autonomie des professions supérieures, à nouveau en raison d’une double logique de marchandisation de leur activité et de soumission de leur expertise à la pression des normes d’efficacité et de rentabilité. Les trois contributions présentées ici mettent l’accent sur les ajustements, parfois les résistances, qui « s’opèrent selon les contextes où les institutions, les usages, les professions connexes et les logiques structurant le groupe lui‑même fonctionnent comme autant de polarités actives » (p. 67). Ainsi, on apprend comment les médecins réanimateurs de nouveau‑nés construisent leur résistance à l’aide d’un travail rhétorique efficace leur permettant, jusqu’à présent, de conserver un important pouvoir et donc une forme d’autonomie sur les décisions de vie et de mort envers les enfants concernés. Dans un contexte où ils sont régulièrement interpellés quant à leur rôle et à celui qu’ils attribuent (ou non) aux parents à l’égard de cette décision douloureuse consistant à « laisser partir » un enfant condamné, ces médecins continuent à légitimer une autorégulation de leur pratique. Dans une spécialité marquée par l’absence de normes juridiques concernant l’arrêt ou la poursuite des soins, ces médecins ont, à travers la publication de textes dans des revues professionnelles, codifié une série de normes décisionnelles.

6Une autre contribution montre le parcours et le processus visant à « créer » une profession, ici celle d’expert comptable, au Liban. Si l’on voit bien comment les professionnels en question doivent composer avec un contexte socio‑politico‑économique très particulier, on découvre qu’ils sont également contraints de s’adapter aux évolutions récentes d’une profession dominée par des grands cabinets, notamment américains. Participant d’une normalisation internationale soutenue par l’ordre libanais des experts‑comptables et par le Gouvernement, les experts‑ comptables libanais sont soumis à des normes professionnelles négociées et coconstruites pour délimiter leur champ d’exercice professionnel, les conditions d’entrée dans la profession ou encore les pratiques légitimes en la matière.

7Enfin, un dernier texte s’arrête sur l’évolution et le processus d’autonomisation professionnelle des procureurs de la République depuis le début des années 1980. Si l’on découvre les mécanismes sous‑jacents au principe d’indépendance de la justice et d’autonomie de la magistrature, on apprend également que les procureurs, en tant que représentants de l’État, sont touchés de plein fouet par de nombreuses réformes de leur activité. Dans les années 1980 marquées par l’introduction d’une logique d’efficacité, l’action des procureurs évolue tandis que se transforment les procédures de travail et que s’autonomise la magistrature. Dans ce cadre, les procureurs dont une des missions essentielles est de faire appliquer la loi apprennent aussi, dans le cas d’infractions mineures, à expérimenter des alternatives aux poursuites. En « jouant » avec la loi et divers dispositifs visant à dépasser la simple répression (rappel de la loi, rééducation, conciliation, réinsertion), les procureurs ne souhaitent plus être de « simples » opérateurs des politiques pénales mais aussi en devenir les initiateurs. Ce processus d’autonomisation se poursuit la décennie suivante où les procureurs ont un réel pouvoir dans l’action pénale locale même s’ils doivent désormais en rendre compte à leur hiérarchie et que le travail en équipe se généralise au sein des parquets. Un temps menacé par l’ingérence d’un pouvoir politique « secoué » par de nombreuses « affaires » et désireux de s’appuyer sur les procureurs pour contrôler les procédures de poursuites pénales, ce groupe professionnel voit finalement son autonomie renforcée avec la réforme du Conseil supérieur de la magistrature de 1993. Cependant, avec le changement de gouvernement en 2002, une approche gestionnaire de l’activité judiciaire et une volonté de traitement en temps réel des dossiers apparaissent, alourdissant considérablement le travail des procureurs de plus en plus accaparés par le traitement quantitatif de la sécurité ordinaire et donc des affaires les moins prestigieuses tandis que leurs moyens restent inchangés. Apparaît alors un sentiment de dévalorisation chez ces derniers par rapport à leurs collègues du siège qui, assurant un traitement qualitatif des dossiers, sont désormais au centre de la compétence de la magistrature. En d’autres termes, cette contribution met habilement en lumière la perte d’identité professionnelle, de juriste et de magistrat, des procureurs. S’ils défendent ardemment leur autonomie à travers une rhétorique donnant la part belle à une éthique fondée sur leur indépendance professionnelle à l’égard du pouvoir politique dans laquelle le professionnalisme et des compétences spécifiques sont mis en avant, il demeure que la crainte d’une rupture avec le corps de la magistrature demeure présente.

8La dernière partie de l’ouvrage regroupe quatre articles traitant d’activités structurées autour d’un référentiel professionnel constitué fonctionnant à la fois comme un schème symbolique d’identification pour les travailleurs dont il est question et comme un ensemble de règles pratiques pour l’exercice de leur activité. En outre, les quatre milieux professionnels présentés, dans lesquels l’activité effectuée se fond avec l’institution dans laquelle elle a lieu, connaissent d’importantes mutations organisationnelles et institutionnelles qui participent à la déstabilisation de ces référentiels. Ainsi, dans le cas des policiers de la sécurité publique, une série de réformes managériales issues du secteur privé transforme l’activité professionnelle puisque la rationalisation des moyens et des pratiques, par exemple à travers la fixation d’objectifs très précis, doit conduire à une amélioration de la performance, en d’autres termes de la productivité des policiers. Désormais soumis à de nettes injonctions à « faire du chiffre » mais aussi évalués sur leurs objectifs (à travers le nombre d’interpellations, le taux d’élucidation ou le nombre de flagrants délits), les policiers voient leur travail réduit uniquement (ou presque) à la répression, seule activité prise en compte par leurs indicateurs d’objectifs. En plus de ne pas tenir compte de la nature des délits comptabilisés et de faire de chaque citoyen un suspect potentiel, ce changement introduit un discours étatique, une logique externe, managériale ou bureaucratique dans et sur les missions et les modes d’organisation quotidiens du travail des policiers. Un peu comme dans le cas des procureurs exposé précédemment, les policiers qui doivent organiser leur travail en fonction des objectifs à atteindre regrettent d’être mobilisés sur de « petites affaires » et donc de « petits clients » qui dévalorisent ce qui fonde le « vrai » travail policier. S’il existe bien sûr des stratégies permettant d’être toujours dans les objectifs fixés (conduite au commissariat systématique, « traque » des petits délits…), les policiers sont déstabilisés par la définition managériale de leur activité qui, si elle leur permet de légitimer leur travail initial (arrêter les délinquants), entre cependant en contradiction avec leur propre éthique du travail en « pourchassant » nombre de citoyens « ordinaires » au lieu de favoriser la proximité, l’aide aux victimes ou encore les actions de prévention. En outre, en partitionnant le groupe policier en deux entités (ceux qui s’occupent des « petits clients » et les autres qui, placés en haut de la hiérarchie, ont le « privilège » de traquer les « vrais » ou « gros » clients), la logique managériale et la culture du chiffre qui en découle induisent une tension palpable entre le vrai travail et le sale boulot.

9Les deux contributions suivantes insistent également sur les effets d’un professionnalisme « imposé par le haut » sous couvert de rationalisation du travail. Qu’il s’agisse des conseillers commerciaux des banques invités à moderniser la « relation client » et à mettre en œuvre une nouvelle figure du professionnel à l’heure de la standardisation des produits et de l’imposition d’une logique marchande, ou des gens de théâtre qui, dans l’Allemagne de l’Est postréunification, voient leur pratique professionnelle encadrée par l’État (qui impose également une nouvelle relation avec le public ou une réorganisation et une standardisation de la production théâtrale), une forme de rationalisation érigée en totem vient déstabiliser, là encore, des groupes professionnels de moins en moins homogènes. Il en va de même chez les officiers de carrière confrontés à la professionnalisation des armées depuis 1996 et la fin de la conscription obligatoire. Incarnant « la » figure du professionnel engagé, dévoué et même prêt au sacrifice ultime, les officiers font face à un décalage croissant avec les exigences relatives à l’injonction au professionnalisme se déclinant sur une spécialisation indissociable d’une hausse des exigences en compétences et qualifications. À cet égard, le recrutement se base désormais sur des profils de poste tandis que les formations se complexifient et s’éloignent d’une vision traditionnelle de la vie militaire elle‑même instituée sur une éthique spécifique de l’engagement et du dévouement. C’est d’ailleurs en mobilisant cette figure en disparition que les officiers tentent de résister à ces transformations… du moins dans leurs pratiques discursives.

10À travers ces dix exemples, ce petit ouvrage de moins de cent quatre-vingts pages atteint son objectif en analysant une dynamique plurielle et universelle. Il révèle ainsi une menace polymorphe mais certaine qui pèse sur l’autonomie professionnelle envisagée comme une construction et un compromis historique qui « cristallise un état des relations de travail et des rapports de pouvoir, dans une situation donnée » (p. 160). Par définition instable, l’autonomie professionnelle semble donc dépendante des configurations économiques et sociales dans lesquelles se déroulent les activités professionnelles dont il a été question. S’il existe des formes de résistance à l’intrusion parfois agressive des pratiques managériales et des formes de normalisation extérieures venant encadrer les activités professionnelles, on notera toutefois que celles‑ci sont également variables et plus ou moins efficaces en raison des professions exercées, des groupes professionnels qui les mettent en œuvre et des institutions qu’elles visent. En définitif, cet ouvrage, à travers la diversité des cas étudiés et la qualité des textes proposés, apporte une contribution intéressante et renouvelée au débat sur les formes prises par la professionnalisation. On pourra simplement regretter le manque de passerelles vers d’autres univers, on pense ici aux injonctions à la professionnalisation qui touchent d’autres formes de travail, non professionnelles, telles que le travail bénévole ou le volontariat elles aussi engagées dans un double processus de rationalisation et de managérialisation des activités (Entreprises et histoire, 2009) qui déstabilise également et en profondeur les groupements d’individus qui les pratiquent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Gateau, « L’injonction au professionnalisme. Analyses d’une dynamique plurielle », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2012, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 25 août 2016. URL : http://sociologie.revues.org/1053

Haut de page

Auteur

Matthieu Gateau

matthieu.gateau@u-bourgogne.frMaître de conférences en sociologie à l’université de Bourgogne – Centre Georges-Chevrier – umr cnrs 5605 – Pôle aafe – Esplanade Erasme – 21000 Dijon

Articles du même auteur

  • ONG et Cie [Texte intégral]
    A propos de Sylvain Lefèvre, ONG et Cie. Mobiliser les gens, mobiliser l’argent (Puf, 2011)
    Paru dans Sociologie, Comptes rendus, 2012
Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page